RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Critique de la critique du Che de Soderbergh

Le diptyque de Steven Soderbergh consacré à Ernesto Che Guevara n’a pas été épargné par la critique. Son oeuvre a été dénigrée par des commentaires acerbes ou par un silence circonstancié. Il a été accueilli par le landerneau cinématographique avec mépris et condescendance.

Soderbergh, adulé par le même milieu par ailleurs, ne peut pas avoir perdu instantanément ses qualités tant louées. Le réalisateur a indéniablement des valeurs esthétiques qu’il a su mettre à profit dans son dernier opus. Il faut donc s’interroger sur cette troublante unanimité des medias institutionnels. Télérama voit du "donquichottisme pathétique dans ces images" et Libération y voit un film qui laisse une impression de "laborieuse illustration". Selon les Inrocks « certes meilleur, plus cohérent que son prédécesseur, Che : Guérilla ne relève pas l’entreprise générale…Mais Soderbergh échoue à tirer l’ensemble hors de la chronique fragmentaire ». Le Monde proclame que le film est « décevant, sans relief. On aurait aimé que le film parle aussi des zones d’ombres du Che, de son autorité de Commandant qui ne le fit pas hésiter parfois à fusiller arbitrairement des hommes ».

On ne peut dissocier la critique et l’esthétique, la forme et le fond, le processus et le contenu qui sont toujours entrelacés. On ne peut apprécier une oeuvre si l’on ne ressent pas des affinités avec le propos. On ne peut être bouleversé par ce qui se joue si l’on est indifférent aux valeurs du sujet.

La distanciation est un objectif noble mais inaccessible. Soderbergh investit le personnage avec sa propre représentation. L’objectivité à proprement parler n’existe pas. Il n’y a que des subjectivités assumées ou rampantes. L’exposition d’une multitude de subjectivités, de divers regards sur un même sujet est la démarche qui s’approche le plus de l’objectivité.

Chaque être est engagé consciemment ou à défaut dans un système de valeurs. Il n’est pas nécessaire pour ce faire que chacun individuellement soit conscient de ce phénomène.

Un critique de cinéma est inscrit dans une organisation sociale dont la fonction le transcende. Il est un élément d’un rouage dont l’objectif final consiste à consolider et justifier le présent. Une orientation idéologique se distingue sur l’ensemble des points de vue qui semblent surgir de l’esprit de chacun et couronner des réflexions personnelles quand ils ne sont que l’expression de l’intériorisation de la culture d’une classe.

Ce film a été aussi l’objet d’une forme de censure. Il aurait mérité en effet une plus large diffusion et une meilleure exposition médiatique au vu du rang du réalisateur, des acteurs et de la valeur du projet. C’est comme si Sodernergh présentait un premier film sur un personnage sombrement inconnu. On retrouve pourtant au casting des acteurs de renom dont le très convaincant Benicio del Toro dans le rôle titre. Le film est projeté cela dit dans un très petit nombre de salles. On peut remettre ce film en perspective avec le documentaire d’Oliver Stone sur Fidel Castro qui a fait l’objet d’un déni médiatique absolu.

Si un réalisateur avait présenté une critique au vitriol du Che, il est sûr qu’il aurait attiré la bienveillante attention des medias. Le film se serait inscrit dans le sillon du sens commun et aussitôt les agents de la propagande en auraient chanté les louanges.

Les critiques comme l’art ne se contentent pas de figurer platement les faits tels qu’ils apparaissent. En rendant compte du monde, ils le transforment. La bataille des idées n’a pas de ligne de front ; elle traverse toutes les instances de la vie et nous engage tous.

Emrah KAYNAK

URL de cet article 8512
  

Même Thème
« Cuba mi amor », un roman sur le Che de Kristian Marciniak (Rebelion)
Leyde E. Rodri­guez HERNANDEZ
Publié chez Publibook, une maison d’édition française, le roman de Kristian Marciniak : « Cuba mi amor » circule dans Paris ces jours-ci. Dans un message personnel adressé au chroniqueur de ce papier, l’auteur avoue que Cuba a été le pays qui lui a apporté, de toute sa vie, le plus de bonheur, les plus grandes joies et les plus belles émotions, et entre autres l’orgueil d’avoir connu et travaillé aux côtés du Che, au Ministère de l’Industrie. Le roman « Cuba mi amor » est un livre impressionnant de plus de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Suivez la science" disent les médias qui publient des horoscopes.

Viktor Dedaj

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.