RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Cuba. Ce que les médias ne vous diront jamais (prologue de Nelson Mandela)

En Occident - en Europe et aux Etats-Unis tout particulièrement -, Cuba suscite énormément de critiques et de controverses. Ce petit pays de onze millions d’habitants dispose d’une couverture médiatique disproportionnée par rapport à sa taille et les médias sont unanimes pour stigmatiser la plus grande île des Caraïbes et diaboliser son leader historique Fidel Castro.

Les attaques sont virulentes, jamais nuancées et à sens unique. Cuba serait un enfer pour ses habitants avec un système archaïque et révolu, et son plus célèbre citoyen Lucifer en personne qui martyriserait impitoyablement son peuple.

Pourtant, les noms de Cuba et Fidel Castro suscitent un engouement et une admiration extraordinaires sur tous les autres continents de la planète, que ce soit en Amérique latine, en Afrique ou en Asie.

Comment s’explique alors un tel décalage entre l’image désastreuse véhiculée par les médias occidentaux au sujet de Cuba et le prestige dont elle jouit à travers le monde ? Est-ce à cause de la question des droits de l’homme, souvent évoquée par la presse et y compris par une grande partie de la gauche occidentale ?

Dans cet ouvrage, les principales problématiques de la réalité cubaine sont analysées pour illustrer le gouffre qui sépare la réalité d’un pays complexe de l’image véhiculée par les médias occidentaux.

ouvrage disponible auprès de l’auteur lamranisalim@yahoo.fr

Cuba. Ce que les médias ne vous diront jamais
Prologue de Nelson Mandela
Paris, Editions Estrella, 2009
300 pages - 18€

Disponible en librairie et sur Amazon : http://www.amazon.fr/Cuba-Medias-Vous-Diront-Jamais/dp/2953128417/ref=...


interview par André Garand de France Cuba

Salim Lamrani est un écrivain prolixe. Il vient de publier son cinquième ouvrage sous le titre de Cuba : Ce que les médias ne vous diront jamais aux Editions Estrella. Il s’agit d’un livre de 300 pages divisé en treize chapitres. En fin d’ouvrage, on trouve également en guise d’annexes plusieurs déclarations de Prix Nobel tels que José Saramago, Nadine Gordimer, Rigoberta Menchú et Adolfo Pérez Esquivel, ainsi qu’une brève histoire de Cuba très utile non seulement pour le grand public mais également pour les spécialistes de la question cubaine. Mais ce qui impressionne le plus chez Salim Lamrani, également enseignant et journaliste, est sa capacité à associer des noms prestigieux à son travail. Ses précédents ouvrages ont été préfacés par des personnalités de renommée mondiale telles que Noam Chomsky, Ignacio Ramonet ou Gianni Miná. Celui-ci comporte un extraordinaire prologue de Nelson Mandela, ancien président d’Afrique du Sud, prix Nobel de la paix et héros de la lutte contre l’Apartheid. Interview.

André Garand : Votre ouvrage comporte un prologue de Nelson Mandela. Comment avez-vous réalisé cette prouesse ?

Salim Lamrani : Lorsque j’ai achevé la rédaction de cet ouvrage, j’ai songé à la nécessité d’y inclure un prologue qui s’inscrirait dans le cadre de ce travail, à savoir Cuba et la désinformation médiatique. La figure de Nelson Mandela s’est immédiatement imposée à mon esprit. Le défi était d’arriver jusqu’à lui. J’ai donc dans un premier temps passé un coup de fil à mon amie Nadine Gordimer, écrivaine sud-africaine et Prix Nobel de littérature qui est une proche de Nelson Mandela, pour lui faire part de mon projet. Elle a promis d’intercéder en ma faveur et après huit mois d’attente qui ont permis aux conseiller de Nelson Mandela de se renseigner sur ma personne, j’ai reçu une réponse positive qui m’a comblé de joie. Je dois reconnaitre que j’ai le sentiment d’être un privilégié.

André Garand : De quoi traite Cuba : Ce que les médias ne vous diront jamais ?

Salim Lamrani : Comme l’indique le titre, ce livre aborde la question de la désinformation médiatique en Occident au sujet de Cuba et illustre le gouffre abyssal qui existe entre la représentation faite de Cuba par notre presse et la réalité de ce pays. Cet ouvrage permet également de questionner le rôle des médias : sont-ils chargés de fournir une information fiable et objective aux citoyens ou bien s’évertuent-ils à défendre l’ordre politique, économique et social établi ?

André Garand : Quels thèmes abordez-vous dans ce livre ?

Salim Lamrani : les problématiques sont nombreuses mais pour vous en citer quelques unes, j’évoque la question des droits de l’homme, de l’opposition cubaine, de l’émigration, des sanctions économiques, du terrorisme et du futur de Cuba, entre autres. L’objectif est de permettre au lecteur de se faire une idée concrète, à partir d’une base factuelle bien précise, de l’ampleur de la désinformation qui règne en Occident au sujet de Cuba.

André Garand : Ne craignez-vous pas que ce livre soit censuré par les grands médias ?

Salim Lamrani : Je ne le crains pas. J’en ai la certitude ! Mais d’un côté, c’est un peu normal car je pointe du doigt les graves manquements de notre presse à son devoir d’information, ainsi que ses violations réitérées de l’éthique journalistique. Le journalisme est un métier noble. Celui qui l’exerce est un privilégié investi d’une lourde responsabilité. Il a le devoir d’informer le citoyen et de ne pas tromper l’opinion publique.

Malheureusement de nombreux médias ont oublié ce principe fondateur.

Pour en revenir à la question de la censure, je sais que cet ouvrage ne fera pas la une des journaux pour ces raisons, malgré le fait qu’il comporte un prologue d’une personnalité aussi prestigieuse que Nelson Mandela. C’est la raison pour laquelle je compte sur l’aide de tout le monde, en particulier des amis de France-Cuba, association qui mérite le respect pour le travail admirable qu’elle accomplit en faveur de la solidarité. Je sais que ses militants aideront à promouvoir ce livre, contribueront à sa bonne distribution qui aidera à rompre le blocus de la censure.

André Garand : Avez-vous un message à transmettre aux adhérents de France-Cuba ?

Salim Lamrani : France-Cuba est une association qui mérite la médaille de la solidarité. Moi qui voyage régulièrement à Cuba dans le cadre de mon travail, je peux vous dire que l’association France-Cuba est très appréciée. Par ailleurs, les adhérents de France-Cuba ont toute ma gratitude pour le travail désintéressé qu’ils accomplissent. L’association m’a invité de nombreuses fois à participer à des conférences-débats et à  chaque fois ce a été un succès.

André Garand : Merci pour cet entretien.

Salim Lamrani : Merci à vous.


Une démonstration implacable

Ramón Chao*

Ce que les médias ne vous diront jamais au sujet de Cuba, vous le découvrirez dans le dernier livre de Salim Lamrani qui porte un titre similaire (Cuba. Ce que les médias ne vous diront jamais). Les médias ne lui accorderont pas la diffusion qu’il mérite car Lamrani pointe avec minutie les graves manquements des médias occidentaux dans leur traitement de l’information sur ce sujet.

Avec une rigueur scientifique, Lamrani dévoile l’ampleur du gouffre qui sépare l’image médiatique de Cuba et la réalité de ce pays. Tout y passe : droits de l’homme, dissidence, émigration, liberté d’expression. Pour ce faire, Lamrani n’entre pas dans des considérations politiques ou idéologiques. Il se base uniquement sur des faits et place les médias occidentaux face à leurs propres contradictions. Les sources utilisées ne sont pas confidentielles ; elles sont publiques et disponibles, mais soigneusement ignorées par la presse.

La démonstration est implacable. Lamrani place le lecteur face à une réalité indiscutable et le laisse tirer ses propres conclusions. La liste est longue et la lecture instructive. On comprend mieux pourquoi il est difficile de trouver des comptes-rendus du livre dans la presse.

*Journaliste et écrivain, ancien directeur de l’information à RFI, Ramón Chao est également le père du célèbre chanteur Manu Chao.

URL de cet article 9043
  

Même Auteur
Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme
Salim LAMRANI
En juin 2003, sous l’impulsion de l’ancien Premier ministre espagnol, José Marà­a Aznar, l’Union européenne décide d’imposer des sanctions politiques et diplomatiques à Cuba. Cette décision se justifie, officiellement, en raison de la « situation des droits de l’homme » et suite à l’arrestation de 75 personnes considérées comme des « agents au service d’une puissance étrangère » par la justice cubaine et comme des « dissidents » par Bruxelles. Le seul pays du continent américain condamné par l’Union européenne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il faudrait d’abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l’abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral, et montrer que, chaque fois qu’il y a au VietNam une tête coupée et un oeil crevé et qu’en France on accepte, une fillette violée et qu’en France on accepte, un Malgache supplicié et qu’en France on accepte, il y a un acquis de la civilisation qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe, un foyer d’infection qui s’étend et qu’au bout de tous ces traités violés, de tous ces mensonges propagés, de toutes ces expéditions punitives tolérées. de tous ces prisonniers ficelés et interrogés, de tous ces patriotes torturés, au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de l’Europe, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement du continent. [...]

Aimé Césaire

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.