RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Cuba, Libé : l’art du journalisme

Je travaille à Paris, dans un quartier où certaines boutiques ne prennent pas la peine d’afficher les prix en vitrine. Je ne saurais vous dire si les prix sont affichés à l’intérieur car, au jeu de la consommation, je ne joue pas vraiment dans la même ligue. Un exemple ?

Un jour, j’ai eu l’idée de m’asseoir dans un café de ce quartier et de commander un sandwich et une bière. Une fois repu, cigarette fumée et petit rot de satisfaction émis, j’ai esquissé un geste majestueux en direction d’un serveur qui s’empressa de ramper jusqu’à ma table pour me présenter un petit bout de papier recouvert de chiffres. En voyant le montant inscrit au pied de la note, j’ai d’abord cru qu’il venait humblement me présenter son dernier bulletin de salaire, tentant ainsi, par ce geste désespéré, de me convaincre de lui laisser un pourboire. "Initiative totalement contre-productive" me suis-je conclu à moi-même après avoir déchiffré le montant et converti en anciens francs, "car le bougre me démontre ainsi qu’il gagne plutôt bien sa vie". Mais une étrangeté dans les chiffres finit par attirer mon attention : c’était la première fois que je voyais un bulletin de salaire avec de la TVA. Tiens, tiens... Puis, évidemment, j’ai compris que ce que l’on venait de me présenter, comme on présenterait au roi son dernier nouveau né ("c’est un garçon, sire !"), n’était rien de plus, mais rien de moins, que l’addition. Non pas la facture des réparations du porte-avion Charles de Gaulle, oh non, ni le montant des dividendes touchées par un patron de groupe viré pour incompétence, oh non, ni le coût d’une journée de guerre en Irak, non, non et non. C’était juste l’addition pour une putain de bière et un fucking sandwich.

Puis tout s’est embrouillé. Je me souviens d’avoir pensé à simuler une crise cardiaque (facile, j’y étais presque). Je me souviens d’avoir envisagé une prise d’otages pour couvrir ma fuite. Puis j’ai vu le GIGN sur les toits. Le café encerclé. Mes enfants emmenés par la DASS. Au final, le Spartacus de pacotille que j’étais plia l’échine devant l’Empire et marmonna misérablement "vous acceptez les tickets restaurant ?". La loque que j’étais devenue rajouta "j’ai aussi un plan d’épargne logement qui arrive à échéance".

Le garçon de café jaugea la situation d’un oeil expert. Submergé par une bouffée de tendresse pour cette pauvre hure qui s’était échouée sur ses rivages, il eut l’élégance de ne pas remarquer l’absence de pourboire et, suprême délicatesse, abandonna sur la table l’assiette et le verre (vides). Bouffi de reconnaissance, je m’empressai de picorer les dernières miettes abandonnées et lécher les dernières traces de bière, tout en remerciant le ciel de m’avoir fait croiser le chemin d’un être aussi bon. J’étais devenu un Kosovar et lui, mon Bernard Kouchner.

Quelques minutes plus tard, mon bienfaiteur réapparut, tout auréolé d’une sainteté ignorée de toutes les églises et papautés. Je m’apprêtais à lui montrer l’ampleur de ma gratitude - en lui offrant un bain de pieds et ensuite de les oindre avec quelques huiles exotiques - lorsqu’il grogna "vous prenez autre chose ? parce que j’ai besoin de la table, y’a des clients qui attendent".

Bref, dans une des boutiques de ce quartier qui s’affiche, mais pas les prix, il y a des tableaux à vendre. Sur la vitrine on peut lire "tableaux de maîtres". Sous un de ces tableaux, il est précisé "école flamande du 16eme". Certains d’entre vous, rustres comme vous êtes, penseront qu’il s’agit là d’une peinture exécutée collectivement par les maîtres d’une école pour étrangers située quelque part dans le 16eme arrondissement. Ceux-là , je les laisse croupir au fond de leur donjon d’inculture. Quant aux autres, ignorez les appels plaintifs de ces âmes damnés ("y’a rien à la télé ce soir ?") et suivez moi.

Le tableau s’intitule "scène campagnarde" et représente - ça tombe bien - une scène campagnarde. On sent là une certaine volonté de ne pas divaguer dans les méandres contemporainistes, dans ces territoires étranges où la photo d’un tire-bouchon s’intitulera "Ma nuit avec Andy Warhol", là où un gros rond jaune sur un fond vert s’intitulera "autoportrait" (ou quelque chose comme ça), là où des bandes noires sur un fond blanc s’intituleront "bandes noires sur fond blanc" (attention, là , le peintre est ironique).

Ici, rien de tout ça. Ici, on peint une scène campagnarde et le tableau s’intitule gaillardement "scène campagnarde". Sur la toile, dans une pagaille indescriptible, on voit des entrelacs de travaux dans les champs, d’agriculteurs cultivant, de laboureurs labourant, de ferronniers ferronant. Et aussi une grande table, une immense table, remplie de victuailles de toutes sortes, de viandes dorées, de fruits mûrs, de vins onctueux. Autour de la table, des hommes, des femmes, des enfants se donnent la main pour danser une belle petite bourrée pas piquée des hannetons, c’est moi qui vous le dis. Derrière quelques bosquets, on devine ici ou là des couples en train d’assurer leur descendance, cré nom de nom, et ceci pour la plus grande joie des futurs peintres de l’école flamande du 17eme.

Et alors ? Alors rien. Parlons d’autre chose.

Tiens, au hasard, parlons de Jean-Hébert Armangaud, journaliste à Libération. Jean-Hébert est, comme qui dirait, un spécialiste de l’Amérique latine. En tout cas, il est payé pour ça. Par qui ? Là n’est pas le sujet (quoique...).

Jean-Hébert Armangaud a eu son heure de gloire lorsqu’il cru déceler chez le président du Venezuela, Hugo Chavez, des propos antisémites. Du fond de son donjon, Jean-Hébért, qui ne connaît apparemment pas grand chose à l’Amérique latine (parle-t-il au moins l’espagnol ?) s’est cru permis de colporter auprès de la gauche réactionnaire (connue aussi sous le nom de "lecteurs de Libé") l’idée que Chavez était un antisémite. La bêtise fût rapidement démontée par le réseau de journalistes libres et citoyens et la rédaction de Libé tenta, après quelques manipulations supplémentaires, une opération de sauvetage en plein merdier, pour finalement battre en retrait, même pas honteuse. (1)

Moins connu, mais tout aussi croustillant, fut le jour où Jean-Hébert Armangaud mentionna du bout des lèvres le devenir d’un des plus grands terroristes du 20eme (siècle), le dénommé Posada Carriles, ex-homme de main de la CIA, auteur d’innombrables attentats à travers le monde, comptant des dizaines de victimes à son tableau de chasse, dont les passagers d’un avion de ligne cubain en 1976 ainsi que les attentats à Cuba en 1997. Posada Carriles a toujours réussi à échapper à la justice grâce à l’appui sans faille du clan Bush. Eh bien, notre Jean-Hebert Armangaud le qualifia - tenez vous bien - de "EX-terroriste". (2) On n’a jamais su où ni quand se situait, dans l’esprit de J-H Armangaud, le moment précis où ce terroriste notoire bascula du statut de terroriste tout court à celui de "ex" terroriste. Et à ce jour l’énigme demeure car ce dernier n’a jamais daigné répondre à la question que je lui avais posément posée (en français pourtant).

Dans un autre article (c’est comme ça qu’on appelle ce genre d’élucubrations dans le métier) daté du 19 mars 2007 (3), JH nous parle d’un livre. Il s’agit d’un recueil de témoignages auprès d’émigrants cubains (appelés "exilés" dans l’article, comme il se doit) et de Cubains sur l’île.

Morceau choisi : "Le témoignage d’Alejandro, étudiant (à Cuba), résume tout : "Le jour de la déclaration [de la maladie de Fidel Castro], je me souviens qu’ils avaient annoncé dans l’après-midi que Fidel allait parler à 21 heures. Les gens n’étaient pas très contents, car c’était l’heure du feuilleton télévisé. [...] Le lendemain, je me suis demandé angoissé : "Que va-t-il se passer ?" Eh bien, rien ! Tu sors dans la rue, tu vois que les gens discutent, mais à voix basse, de peur d’être entendus. Les gens n’ont pas l’habitude de dire ce qu’ils pensent..."

Bon, admettons.

Morceau choisi : "les Cubains de Cuba ne pourront pas lire ce petit livre salutaire. Seul Fidel décide ce qu’ils ont le droit de lire"

Il faut oser, réellement oser, écrire une telle phrase alors que la plus grande foire du livre de tout le continent américain vient justement de se terminer à ... Cuba. Des centaines d’exposants du monde entier, des milliers de livres présentés, des centaines de milliers d’exemplaires vendus (à des prix "cubains"). Une foire qui démarre à la Havane et qui traverse toute l’île pour finir à Santiago. Un esprit comme celui de JH Armengaud traduirait cela en "tu vois, ils déplacent la foire pour pas que les Cubains la trouvent".

Morceau choisi : "les auteurs [du livre] eux-mêmes sont blacklistés, interdits de visa, comme de nombreux journalistes français."

Je mets ici au défi - et publiquement - ce Jean-Hébert de mes Armangaud de nous communiquer au plus vite les noms de ces "nombreux journalistes français" qui sont "interdits de visa".

Lui-même ne semble pas faire partie des blacklistés, puisqu’il est souvent précisé dans ses "articles" sur Cuba qu’il est "envoyé spécial". (Bon d’accord, il est écrit "envoyé" mais il n’est pas précisé où...) Fidèle à la tradition des gusanos (*) - déclarés ou officieux - qui consiste à noircir le tableau afin de revaloriser sa propre position de pseudo résistant, JHA veut nous la jouer baroudeur de l’info alors qu’il ne fait que partie de la petite meute qui aboie contre Cuba d’une manière systématique, méthodique et de tous parts.

Et, pour finir, ce petit paltoquet qualifie Ignacio Ramonet, directeur du Monde Diplomatique, de "rond-de-cuir de l’anti-impérialisme". Pourquoi ? Pour avoir osé interviewer Fidel Castro et commis le crime d’avoir publié un livre (4). Interview que JH crèverait d’envie de faire, soi dit en passant. Mais, à ses copains restés à Paris, parions que JH répond "tu parles, jamais Castro n’oserait se laisser interviewer par un type comme moi.". Armanguito, mi amor, Fidel Castro doit effectivement trembler dans son pyjama à l’idée d’être interviewé par un membre d’une telle élite intellectuelle.

A ce niveau d’exercice, le journalisme de pacotille devient un art.

Au mois de septembre 2006, un article récent du New York Times nous apprenait que dix journalistes aux Etats-Unis recevaient des centaines de milliers de dollars (chacun) pour écrire des articles contre Cuba . Pas UN journaliste... ni DEUX... mais DIX. La question qui m’avait brûlé les lèvres à l’époque était celle-ci "et pour dix (journalistes) découverts, combien courent encore ?" (5).

Nous avons apparemment un début de réponse et c’est celle-ci : "au moins un".

* * * *

Devant un tableau de maître d’une école flamande du 16eme représentant une joyeuse scène campagnarde, deux femmes s’arrêtent à mes côtés pour examiner l’oeuvre. Elles portent toutes les deux LE signe ostentatoire de la "réussite" : un sac à main Vuitton, moche comme un 11 septembre (1973). La première commente : "ils n’ont pas l’air de s’ennuyer...". La deuxième conclut : "tu m’étonnes, la vie était plus facile à l’époque, ils n’avaient pas les mêmes soucis que nous".

Putain, ce qu’elle devait être belle la vie à la campagne du 16eme (siècle), se disent les amateurs d’art du 16eme (arrondissement).

On dit que la beauté n’est pas dans l’objet, mais dans l’oeil de celui qui le regarde. La bêtise aussi, non ?

J’sais pas si vous voyez le triste tableau.

Viktor Dedaj
"critique d’art comptant pour rien"


(*) terme (péjoratif, et j’assume) donné aux anticastristes cubains.

(1) "Chavez, antisémitisme et campagne de désinformation : à propos d’un article calomnieux de Libération", par Romain Migus.
Chavez, antisémitisme et campagne de désinformation : à propos d’un article calomnieux de Libération.

(2) "Cuba réclame une figure anticastriste arrêtée aux Etats-Unis", par Jean-Hébert Armengaud, Libération, 19.05.2005 (l’article n’est plus en ligne mais une copie est disponible sur legrandsoir )

(3) "Quant les cubaines parlent haut", par Jean-Hébert Armengaud http://www.liberation.fr/rebonds/241770.FR.php?rss=true

(4) "Fidel Castro, biographie à deux voix", d’Ignacio Ramonet, chez Fayard/Galilée
http://viktor.dedaj.perso.neuf.fr/?article655

(5) "Reporters Sans Frontières : l’art de se tirer une balle dans le pied", par Viktor Dedaj
http://viktor.dedaj.perso.neuf.fr/?article589

URL de cet article 7082
  

Même Auteur
Cuba est une île
Danielle BLEITRACH, Jacques-François BONALDI, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur " Cuba est une île. Comment l’aborder ? S’agit-il de procéder à des sondages dans ses eaux alentours de La Havane, là où gisent toujours les épaves des galions naufragés ? Ou encore, aux côtés de l’apôtre José Marti, tirerons-nous une barque sur la petite plage d’Oriente, et de là le suivrons -nous dans la guerre d’indépendance ? Alors, est-ce qu’il l’a gagnée ? C’est compliqué ! L’écriture hésite, se veut pédagogique pour exposer les conséquences de la nomenclature sucrière. L’épopée (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je suis pour la vérité, peu importe qui le dit.
Je suis pour la justice, peu importe en faveur ou au détriment de qui.

Malcolm X

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.