RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Cuba Si - Cuba en 1961

Dans la série des documentaires sur Cuba, Cuba Si, un film documentaire de Chris Marker réalisé en 1961. Avec des chansons de Carlos Puebla.

1961, Cuba, l’année de l’Éducation. La Havane dans les premières années de la révolution, cette ville dans la plus grande industrie deux ans avant était le jeu et la prostitution.

1962, France, l’année de la Bêtisation. Cuba Si c’est l’évidence. La preuve par neuf : la censure française est la plus rétrograde du monde. Cuba Si est totalement interdit par le Ministère de l’Information, "en raison des risques que ce genre de production comportent pour l’ordre public" (Louis Terrenoire).

Le 1er janvier 1960, La Havane fête à la fois l’anniversaire de la Révolution et le jour des Rois, qui est Noël. Dans la vitrine d’un magasin, des Rois mages prennent, par téléphone, les commandes de cadeaux des enfants.

Une peinture murale célèbre d’autres Rois mages : Fidel Castro, Ernesto "Che" Guevara et Juan Almeida, apportant au peuple cubain l’industrialisation, la réforme agraire et l’alphabétisation. Dans ce pays où un tiers des habitants ne sait ni lire ni écrire, 1961 a d’ailleurs été déclarée "année de l’éducation".

L’actualité est aussi marquée par l’explosion d’une bombe... et par un match de base-ball, "grand creuset des passions". Pour se défendre des ennemis, les Cubains ne comptent que sur eux-mêmes et se forment en milices. À ceux qui défilent en ce jour de deuxième anniversaire de la révolution, Castro va dire "Nous n’aimons pas les parades. Nous n’aimons pas la guerre. Nous vivons dans un monde où il faut se défendre, et nous saurons nous défendre". Les haut-parleurs sont là pour rappeler une histoire encore fraîche : celle du "Che", de Raùl, de Camilo et d’un jeune avocat devenu chef de maquis dans la Sierra Maestra, Fidel Castro. C’est là qu’est née la révolution, là que les paysans ont aidé les maquisards à dégager le sens de leur combat : abattre la dictature de Batista, puis construire une société nouvelle.

À l’étranger, et notamment aux États-Unis, Castro est perçu comme une espèce de Robin des Bois moderne, qui prend aux riches pour donner aux pauvres. La révolution fait éclater le mythe. "Du travail pour tous, la terre à ceux qui la cultivent, les logements à ceux qui les habitent, et des maisons pour ceux qui n’en ont pas", tel est le programme. Il s’agit aussi de trouver des nouvelles ressources, de nouvelles industries et, avant tout, d’éduquer. Une fois consommée, la révolution est très vite condamnée par tous : les États-Unis, l’Église.

Castro, dans un entretien, se définit comme la conséquence d’un climat d’injustice qui régnait à Cuba. À côté de paysans analphabètes vivant dans la misère, existait une poignée de riches propriétaires vivant dans de luxueux palais. La révolution de 1958, comme celle de 1933, fut le résultat d’une colère populaire. Découverte en 1492 par Christophe Colomb, persuadé d’être aux Indes, Cuba était peuplée par des Indiens Siboneyes qui furent exterminés par les colons. Possession espagnole jusqu’au début de ce siècle, l’île ne cessa jamais d’attiser la convoitise de son voisin, les États-Unis. "Terrain de jeu et chasse gardée en 1958, Cuba était le bastion de l’antiaméricanisme en 1960". Comme ressource, le pays possède la canne à sucre, à la fois hydre bienfaisante et objet de dépendance économique. La vente de cette production aux Soviétiques, tout comme l’absence d’élections, furent beaucoup reprochées à Castro. Du côté culturel, la peinture à flanc de montagne, comme l’animation régnant dans les coopératives ou à l’Institut du cinéma suffisent à montrer le dynamisme de la Révolution. Pour se prémunir contre les attentats, des mobilisations de milices sont organisées.

Dans la rue, un orchestre d’enfants défile, d’abord dans l’indifférence générale. Puis, peu à peu, passants et badauds, comme emportés par les rythmes musicaux, se déhanchent tous avec frénésie. En cette année 1961, de quoi parlait-on dans le monde ? De l’Algérie, de l’Espace, du Congo, du Laos, de l’Afrique. Le 17 avril, on apprit que l’attaque contre Cuba était lancée.

1961, tout est possible à Cuba. Mais la guerre n’était pas loin. Des attentats. L’incendie des champs de cannes. Fidel Castro proclame la mobilisation des milices. Une longue veille commence. Un violent incident aérien précise les inquiétudes. Les enfants sortent de l’école, une fanfare militaire, Au deuxième changement de rythme, l’atmosphère s’allège. Et soudain, salsa !

Dans le monde, on écrivait le livre le plus cher du monde, l’apocalypse. Et l’on se met à parler de Cuba lorsque la radio annonce que l’invasion à commencé. Le logement est financé par les billets de loterie. Avant, cet argent allait dans les poches de Batista. D’une loterie à l’autre, il n’y a pas seulement le changement de l’escroquerie à l’honnêteté, il y a le passage d’un monde à un autre monde, d’un monde dans lequel l’argent ne joue pas le même rôle, et ce que ne savent pas les américains candides qui, le jour même du débarquement, achètent des terrains à Cuba, c’est que ce changement est irréversible.

Le 20 avril 1961, le monde apprenait l’échec de l’invasion, et que le peuple cubain tenait à sa révolution et qu’il était prêt à la défendre.

###############

Sur Chris Marker, voir aussi http://chrismarker.ch/longsmetrages/index.html

»» http://www.youtube.com/watch++cs_INTERRO++v=7TI5Avxoojo
URL de cet article 21427
  

Même Thème
Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme
Salim LAMRANI
En juin 2003, sous l’impulsion de l’ancien Premier ministre espagnol, José Marà­a Aznar, l’Union européenne décide d’imposer des sanctions politiques et diplomatiques à Cuba. Cette décision se justifie, officiellement, en raison de la « situation des droits de l’homme » et suite à l’arrestation de 75 personnes considérées comme des « agents au service d’une puissance étrangère » par la justice cubaine et comme des « dissidents » par Bruxelles. Le seul pays du continent américain condamné par l’Union européenne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si j’étais un milliardaire ou un agent du renseignement, je voudrais probablement perturber la gauche au point de faire croire que quelqu’un de "gauche" est celui qui ne conteste jamais l’impérialisme US, ou qui soutient activement l’impérialisme US pour "contrebalancer les oligarques étrangers".

Primo Radical

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.