RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

De l’urgence et de la nécessité d’un mouvement ouvrier et des travailleurs contre les guerres

Billet du 18 septembre 2012, Front de Lutte des Syndicalistes.

[Ce billet est une base de débat collectif pour avancer ensemble et agir pour la Paix. Envoyer vos remarques et des éléments de débats sur ce sujet sur fdg62260@gmail.com)

De l’urgence et de la nécessité d’un mouvement ouvrier et des travailleurs contre les guerres.

Croire que les travailleurs d’ici ne sont pas concernés par les guerres de là -bas, serait une grave erreur.

Le gouvernement français fraîchement mis en place, en appelle à l’union sacrée, à la solidarité, et même à une forme de dévotion pour sauver l’économie en crise. Outre les coupes budgétaires dans les ministères dédiés, le gouvernement crée de nouvelles taxes ou les augmente, met en place de nouveaux impôts et des nouvelles mesures, il entend favoriser l’emploi par la mise en place d’une politique d’emplois précaires destinée à faire baisser les pourcentages désastreux, et va jusqu’à s’attaquer aux pensions des travailleur retraités…

Mais le budget des armées ne semblent lui pas trop touché par cette rigueur. Selon un rapport du Sénat : « le Livre blanc prévoit, de 2012 à 2020, une augmentation des moyens du ministère de la défense de 1 % par an en volume, mais la programmation révisée du ministère de la défense suppose leur quasi-stabilité en 2012 et 2013 »

Nicolas Sarkozy avait réintroduit la France dans « le commandement intégré » de l’OTAN, mais François Hollande ne s’est pas exprimé sur une sortie de cette organisation née d’une vengeance de classe contre l’URSS et les pays du bloc socialiste.

Depuis plusieurs années, la France a été l’une des pierres angulaires dans de nombreux conflits militaires : Kosovo, Afghanistan, Côte d’Ivoire, Lybie… mais aussi impliquée dans de nombreuses ingérences directes ou indirectes : Liban, Mali, Tunisie…et maintenant bien-sûr en Syrie.

Certes on peut avoir le sentiment humaniste, sommes toute normal, pour s’apitoyer sur les populations écrasées par les guerres et sur lesquelles des tonnes d’obus et de mitrailles sont déversées.

Certes il y a de quoi être scandalisé à la vision des images diffusées et par les informations martelées par les média, qui pénètrent nos cerveaux et notre conscience. Certes des enfants, des femmes, des hommes, des vieillards meurent chaque jour des guerres ou des exactions liées à la haine et à la violence. Mais combien meurent de faim, de soif, de maladies et d’épuisement dans des pays où les richesses sont pillées par les multinationales occidentales ?

Mais derrière ce qui est filmé comme une science-fiction, il y a une face cachée où règne la manipulation politique et géopolitique destinée de repartage du monde par les puissances impérialistes et néocolonialistes.

Derrière tout cela il y a des enjeux stratégiques pour le contrôle des ressources pétrolières, gazières et minières mais aussi pour le contrôle de zones d’influence commerciales et des passages, qui peuvent aussi servir de points d’appui ou de base arrière pour avancer sur l’échiquier dans ce repartage du monde.

La planète, les continents, les pays subissent ce que nous subissons tous dans nos entreprises : des réorganisations, des restructurations, des fusions-absorptions, et des délocalisations… le tout mis en place par les multinationales monopolistes.

Les conséquences chez nous et chez les peuples agressés sont : pour les entreprises, ce sont des plans massifs de licenciements ou des destructions des droits qui paupérisent et oppressent les travailleurs - dans le repartage du monde, ce sont des populations entières qui sont massacrées et déplacées par des guerres impitoyables qui au stade actuel, sont délocalisées et localisées par rapport aux centres d’intérêts.

Toutefois, chacun l’aura remarqué, pour sauver des emplois détruits par les plans des multinationales et des patrons voyous, l’Etat fait semblant de taper sur la table et faire croire qu’il a le dossier en main pour ensuite se raviser.

Aussi l’Etat prend des mesures qui ne sont que des emplâtres sur une jambe de bois, pour calmer les colères qui s’installent et faire baisser la pression populaire qui monte… mais toujours en prônant l’effort national collectif avec des délais et toujours en respectant les consignes de libre concurrence non faussée imposées par les diktats de l’Europe… la priorité étant de sauver les banques d’une faillite qu’elles ont eux-mêmes creusée ou des finances publiques plombées par les privilèges accordées aux plus riches et aux entreprises pour augmenter leur compétivité financière sur le marché mondialisé…

Pour sauver des milliers d’emplois, donc des milliers de familles, il n’a jamais ni l’argent ni les moyens légaux pour s’opposer. Et, pas plus que sur le précédent, on ne pourra pas compter sur le présent gouvernement pour aller à contre sens du capitalisme imposé par l’Europe capitaliste, sa banque centrale, le FMI et l’OMC…

Par contre, chacun l’aura remarqué, pour acquérir les technologies militaires de pointe et faire des guerres, pour déployer des troupes et détruire des pays donc des peuples, pour développer ses services de renseignements, de propagande et autres agences secrètes, armées de l’ombre composés de barbouzes et de mercenaires qui font et défont les gouvernements des pays ciblés… il y a des moyens considérables en dizaines de milliards d’euro et l’extra légal n’a là aucune entrave, au nom du supra national...

Aussi, que l’on soit travailleur exploité et volé de sa force de travail ou de son droit au travail, ou qu’on soit un pays détruit pour lui voler ses richesses ou affaiblir sa souveraineté, on est toujours dans un rapport d’affrontement entre classes, dans un rapport antagonique entre capital et travail car la base des richesses est toujours le travail, dans un rapport entre domination capitaliste monopoliste et travailleurs, peuples spoliés.

C’est ainsi que le sentiment humaniste ou de compassion, voire d’adhésion à la guerre pour sauver des « gens » que certains voudraient faire passer dans les consciences, avec en contrebande des stratégies politiciennes de salons et des coups financiers, tombent à l’eau… le château de carte s’effondre car c’est de l’humanité toute entière dont il s’agit… à termes plus personne n’est épargnée par la barbarie.

La droite à la gauche s’offusquent que la Russie et la Chine s’emploient à défendre coûte que coûte la Paix par le refus d’une non intervention militaire de l’ONU en Syrie.

Pourtant, cette stratégie qui favorise la diplomatie et la paix plus que la guerre, a jusqu’à ce jour empêché l’ingérence ouverte et armée de pays étrangers dans cette poudrière qui peut faire sauter le monde entier. Aussi même si l’URSS n’existe plus, la Russie n’a pas oublié les 20 millions de morts qu’elle a enterrés durant la guerre contre le nazisme, idem pour la Chine dans sa guerre contre l’envahisseur nationaliste japonais.

Certes, les gouvernements et les blocs impérialistes USA et UE, amis des faucons israéliens tentent de forcer le passage en envoyant des armes et des conseillers militaires aux forces putschistes syriennes, mais ils prennent des risques énormes de déclencher un conflit mondial, à moins que cela en soit le but comme nous l’avons expliqué à un précédent paragraphe. Toutes les preuves, les photos, les interviews démontrant cette présence, aujourd’hui secret de Polichinelle, existent sauf que les média n’en parlent pas, et pire des partis politiques n’en parlent pas, continuant ainsi à distiller le doute dans les esprits… de la droite à la gauche.

Beaucoup, de la droite à la gauche, fustigent les relations commerciales et diplomatiques entre l’Iran et le Venezuela, Cuba, la Bolivie, la Corée du Nord…

Comme si l’Iran était un pays agresseur qui menaçe le monde et qu’il faut le frapper militairement au motif qu’il développe une production d’énergie à partir de l’atome, alors que le fond du problème c’est l’or noir iranien et la maîtrise du détroit d’Ormuz où passe 80% de la production mondiale.

L’Iran, tout comme la Syrie aujourd’hui, la Lybie hier, devrait être un pays maudit et banni, comme si les femmes iraniennes étaient plus soumises et moins libres que les femmes afro-américaines du nord ou que les femmes d’Arabie Saoudite…

Comme si les intégristes catholiques étasuniens racistes et fascistes du Kukusclan, ou les intégristes protestants racistes sud-africain du mouvement Afrikaners, ou les intégristes juifs israélien d’Agoudat, ou les intégristes orthodoxes russes, grecs ou arméniens… étaient des agneaux de « Dieu » face aux « loups » des gardiens de la révolution islamiste iranienne…

Comme si l’Iran était plus dangereux que les intégristes de la finance de Goldman-Sachs ou des mafias monopolistes du pétrole, qui ont créés sciemment une tempête sur le monde afin de spéculer par les guerres néocoloniales…qui génèrent des milliers de milliards de profits.

Tout est toujours affilié à un rapport entre classes qui s’affrontent en s’appuyant sur des faux-semblants religieux alors qu’il "agit de pouvoir financier, de contrôles des richesses naturelles et des territoires, de mainmise politique sur les peuples.

Comme l’avait dit Jean Jaurès « le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage » d’où la nécessité de mettre en place un mouvement AntiguerreS dirigé par les travailleurs eux-mêmes afin que tout l’argent aille à la Paix et au progrès social plutôt que dans les bombes, les obus et les balles meurtrières coutant des milliards et qui frappent les peuples en recolonisant les nations.

URL de cet article 17750
  

Même Thème
Interventions (1000 articles).
Noam CHOMSKY
à l’occasion de la sortie de "Interventions", Sonali Kolhatkar interview Noam Chomsky. Depuis 2002 le New York Times Syndicate distribue des articles du fameux universitaire Noam Chomsky, spécialiste des affaires étrangères. Le New York Times Syndicate fait partie de la même entreprise que le New York Times. Bien que beaucoup de lecteurs partout dans le monde peuvent lire des articles de Chomsky, le New York Times n’en a jamais publié un seul. Quelques journaux régionaux aux Etats-Unis (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La communication est à la démocratie ce que la violence est à la dictature.

Noam Chomsky

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.