Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

21 

Délires trotskystes - Obsédés par Staline, les disciples de Léon Bronstein voient partout des révolutions trahies.

J’ai rencontré pour la première fois des trotskystes au Minnesota il y a un demi-siècle lors du mouvement contre la guerre du Vietnam. J’ai apprécié leur capacité d’organiser des manifestations contre la guerre et leur courage d’oser se qualifier de "communistes" aux États-Unis d’Amérique - une profession de foi qui ne les a pas préparés aux carrières réussies dont jouissent leurs homologues intellectuels en France. J’ai donc commencé mon activisme politique avec de la sympathie pour le mouvement. À l’époque, il s’opposait clairement à l’impérialisme américain, mais ce n’est plus toujours le cas.

La première chose que l’on apprend sur le trotskysme, c’est qu’il est divisé en tendances rivales. Certaines continuent d’être cohérentes dans leur critique des guerres impérialistes, par exemple les contributeurs au World Socialist Web Site (WSWS).

Pour d’autres, cependant, la revendication trotskyste de la "révolution permanente" finit par signifier que chaque soulèvement dans le monde annonce une étape de la révolution mondiale tant attendue - en particulier ceux qui attirent la sollicitude des médias grand public. 

Un article récent de la International Socialist Review (numéro 108, 1er mars 2018) intitulé "Révolution et contre-révolution en Syrie" illustre bien les errements de cette tendance du trotskysme.

L’auteur Tony McKenna commence par une dénonciation passionnée du régime de Bachar al Assad qui, dit-il, a riposté à un groupe d’enfants qui avaient simplement écrit des graffitis sur un mur en les battant, en les brûlant, en leur arrachant les ongles. La source de cette information macabre n’est pas donnée. Sans témoins oculaires crédibles, un tel excès de sadisme rappellent les classiques de la propagande de guerre - les Allemands découpant des bébés belges.

Cela soulève la question des sources. Il est certain qu’il existe de nombreuses sources d’accusations contre le régime Assad, sur lesquelles McKenna s’appuie à foison. De toute évidence, il est fermement disposé à croire au pire, et même à broder quelque peu autour. Il accepte et développe sans l’ombre d’un doute la théorie selon laquelle Assad lui-même avait délibérément gâché une belle révolution en libérant les prisonniers islamiques qui l’ont empoisonné avec leur extrémisme. L’idée qu’Assad lui-même a infecté la rébellion avec le fanatisme islamique est au mieux une hypothèse concernant non pas les faits mais les intentions, qui sont invisibles. Mais elle est présentée comme une preuve incontestable de la méchanceté perverse d’Assad.

Cette interprétation des événements s’accorde parfaitement avec la doctrine occidentale actuelle sur la Syrie, de sorte qu’il est impossible de les distinguer. Dans les deux versions, l’Occident n’est qu’un spectateur passif, alors qu’Assad bénéficie du soutien de l’Iran et de la Russie.

"On a beaucoup parlé du soutien impérial occidental aux rebelles dans les premières années de la révolution. Il s’agit en fait d’un pilier idéologique des interventions militaires d’abord iraniennes, puis russes, lorsqu’ils ont pris le parti du gouvernement Assad. De telles interventions s’inscrivaient dans l’esprit d’une rhétorique anti-coloniale dans laquelle l’Iran et la Russie prétendaient venir en aide à un État assiégé à la merci d’un impérialisme occidental rapace qui cherchait à découper le pays selon les appétits du gouvernement américain et du Fonds monétaire international ", selon McKenna.

Le "pilier idéologique" de qui ? Certainement pas de la Russie, dont la ligne de conduite au début de son intervention n’était pas de dénoncer l’impérialisme occidental, mais d’appeler l’Occident et surtout les Etats-Unis à se joindre à la lutte contre Daech.

Ni la Russie ni l’Iran n’ont "encadré leurs interventions de rhétorique anti-coloniale", mais en termes de lutte contre l’extrémisme islamique d’origine wahhabite.

En réalité, un "cadrage" beaucoup plus pertinent de l’intervention occidentale, tabou dans le courant dominant et même à Moscou, est que le soutien occidental aux rebelles armés en Syrie était mis en œuvre pour aider Israël à détruire ses ennemis régionaux. Les nations du Moyen-Orient attaquées par l’Occident - l’Irak, la Libye et la Syrie - sont ou ont été les derniers bastions du nationalisme arabe laïc et du soutien aux droits des Palestiniens. Il existe quelques hypothèses alternatives quant aux motivations occidentales - oléoducs, atavisme impérialiste, désir de susciter l’extrémisme islamique pour affaiblir la Russie (le stratagème de Brzezinski) - mais aucune n’est aussi cohérente que l’alliance organique entre Israël et les Etats-Unis, et ses alliés de l’OTAN.

Il est remarquable que le long article de McKenna (quelques 12 000 mots) sur la guerre en Syrie ne mentionne Israël qu’une seule fois (à l’exception d’une note de bas de page citant les médias israéliens comme source). Et cette mention assimile en fait Israéliens et Palestiniens comme co-victimes de la propagande d’Assad : le gouvernement syrien "a utilisé les médias de masse pour calomnier les manifestants, pour présenter la révolution comme un chaos orchestré par des intérêts internationaux subversifs (les Israéliens et les Palestiniens étaient tous deux impliqués dans le rôle des infiltrés étrangers)".

Aucune autre mention d’Israël, qui occupe le territoire syrien (le plateau du Golan) et bombarde la Syrie quand bon lui semble.

Une seule mention inoffensive d’Israël ! Mais cet article d’un trotskyste mentionne Staline, les staliniens, le stalinisme pas moins de vingt-deux fois !

Et qu’en est-il de l’Arabie saoudite, alliée de facto d’Israël dans l’effort de destruction de la Syrie pour affaiblir l’Iran ? Deux mentions, toutes deux niant implicitement ce fait notoire. La seule mention négative est une reproche faite à la famille saoudienne pour avoir investi des milliards dans l’économie syrienne lors de sa phase néolibérale. Mais loin d’accuser l’Arabie saoudite de soutenir les groupes islamiques, McKenna dépeint la Maison de Saoud comme une victime de l’hostilité de Daech.

De toute évidence, l’illusion trotskyste est de voir la Révolution russe partout, toujours réprimée par un nouveau Staline. Assad est comparé à Staline plusieurs fois.

Cet article traite davantage du procès trotskyste contre Staline que de la Syrie.

Cette obsession répétitive ne mène pas à une compréhension claire d’événements autres que la révolution russe. Et même dans ce cas, il y a quelque chose qui cloche.

Les trotskystes continuent à aspirer à une nouvelle révolution, comme la révolution bolchevique. Oui, mais la révolution bolchevique s’est soldée par le stalinisme. Cela ne leur met-il pas la puce à l’oreille ? N’est-il pas tout à fait possible que leur "révolution" tant désirée tourne tout aussi mal en Syrie, si ce n’est pire ?

Tout au long de l’histoire, des révoltes, des soulèvements, des rébellions se produisent tout le temps et se terminent généralement par la répression. La révolution se produit très rarement. Il s’agit plus d’un mythe que d’une réalité, surtout telle que les trotskystes ont tendance à l’imaginer : des gens qui se lèvent tous ensemble dans une grande grève générale, chassant leurs oppresseurs du pouvoir et instituant la démocratie populaire. Est-ce que c’est déjà arrivé quelque part ?

Pour les trotskystes, cela semble être le déroulement naturel des choses, un processus qui n’est interrompu que par les méchants qui gâchent tout par pure méchanceté.

À notre époque, les révolutions les plus réussies ont eu lieu dans les pays du Tiers Monde, où la libération nationale des puissances occidentales a été un puissant moteur émotionnel. Les révolutions réussies ont un programme qui unifie les gens et des dirigeants qui incarnent les aspirations de larges secteurs de la population. Le socialisme ou communisme était avant tout un cri de ralliement autour de l’indépendance et de la "modernisation" - ce qu’a été la révolution bolchevique. Si la révolution bolchevique est devenue stalinienne, c’est peut-être en partie parce qu’un leader répressif fort était le seul moyen de sauver "la révolution" de ses ennemis internes et externes. Rien ne prouve que, s’il avait vaincu Staline, Trotsky aurait été plus tendre.

Les pays profondément divisés sur le plan idéologique et ethnique, comme la Syrie, ne sont pas "modernisables" sans un pouvoir fort.

McKenna reconnaît que le début du régime Assad a en quelque sorte racheté son caractère répressif par la modernisation et les réformes sociales. Cette modernisation a bénéficié de l’aide et des échanges commerciaux russes, qui avaient été perdus lorsque l’Union soviétique s’est effondrée. Oui, il y avait un bloc soviétique qui, malgré son incapacité à mener à bien la révolution mondiale comme Trotsky l’a préconisé, a soutenu le développement progressif des pays nouvellement indépendants.

Si le père de Bachar, Hafez al Assad, avait une légitimité révolutionnaire aux yeux de McKenna, il n’en est pas de même pour Bachar.

« Dans le contexte d’un néolibéralisme mondial, où les gouvernements de tous les pays adoptent les formes les plus prononcées de déréglementation et supervisent le découpage des industries d’État par le capital privé, le gouvernement Assad a réagi aux contradictions croissantes de l’économie syrienne en montrant sa capacité à marcher au rythme de l’investissement étranger tout en manifestant sa volonté de réduire les subventions pour les travailleurs et les agriculteurs. »

Le tournant néolibéral a appauvri la population rurale, créant ainsi une situation qui justifie la "révolution".

C’est assez étonnant, si l’on y réfléchit. Sans le bloc soviétique alternatif, le monde entier a été obligé de se conformer aux politiques néolibérales antisociales. Syrie incluse. Est-ce que cela fait de Bachar al Assad plus un méchant que n’importe quel autre dirigeant qui se conforme à la mondialisation menée par les États-Unis ?

McKenna conclut en citant Louis Proyect : « Si nous nous positionnons du mauvais côté des barricades dans la lutte entre les pauvres ruraux et les oligarques en Syrie, comment pourrions-nous espérer diriger la lutte des classes aux États-Unis, en Grande-Bretagne ou dans tout autre pays capitaliste avancé ? »

On pourrait retourner l’argument. Un révolutionnaire marxiste ne devrait-il pas dire : « Si nous ne pouvons pas vaincre les oligarques occidentaux, qui sont responsables des politiques néolibérales imposées au reste du monde, comment pourrions-nous diriger la lutte de classe en Syrie ? »

Le problème avec les trotskystes, c’est qu’ils "soutiennent" toujours les révolutions lointaines plus ou moins imaginaires. Ils sont toujours en train de dire aux autres ce qu’ils doivent faire. Ils savent tout. Le résultat concret de cette agitation verbale est simplement un alignement de cette tendance du trotskysme avec l’impérialisme américain. L’obsession de la révolution permanente finit par fournir un alibi idéologique à la guerre permanente.

Pour le bien de la paix et du progrès dans le monde, les États-Unis et leurs apologistes trotskystes par inadvertance feraient mieux de rentrer chez eux et s’occuper de leurs propres affaires.

Diana Johnstone

traduction "rien que pour les trois derniers paragraphes" par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

URL de cet article 33329
   
Même Auteur
Hillary Clinton, la « Reine du Chaos »
Diana JOHNSTONE
1. Dans votre dernier livre, vous appelez Hillary Clinton la « Reine du Chaos. » Pouvez-vous expliquer pourquoi vous avez choisi ce sobriquet péjoratif pour décrire Hillary ? En un mot, la Libye. Hillary Clinton était si fière de son rôle majeur dans le déclenchement de la guerre contre la Libye qu’elle et ses conseillers avaient initialement prévu de l’utiliser comme base d’une « doctrine Clinton », ce qui signifie une stratégie de changement de régime façon « smart power » , comme un slogan de la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand l’ordre est injustice, le désordre est déja un commencement de justice.

Romain ROLLAND


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.