RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Effondrements (Pagina 12)

"Irresponsabilité. Egoïsme. Agir comme si les actes étaient sans conséquences. Enfants sans parents. Ecoles sans discipline. Récompenses sans effort. Crime sans châtiment. Droits sans responsabilité. Communautés hors de contrôle. Certains des pires aspects de la nature humaine tolérés, consentis-et parfois même encouragés-par un Etat et ses organismes qui en partie ont perdu littéralement la morale" . Le premier ministre britannique Divid Cameron a expliqué ainsi la violence déchaînée à Tottenham, un des quartiers les plus pauvres de Londres, et dans d’autres villes d’Angleterre (www.guardia.co.uk, 15/8/11). Il a qualifié la situation d’ "effondrement moral" .

J’ai oublié de signaler que le chômage des jeunes londoniens s’élève à 23 pour cent et est encore plus haut à l’intérieur du pays. Ou que les coûts de l’éducation universitaire en font quelque chose d’interdit, sauf pour les enfants de familles riches : 15.000 dollars annuels. J’oublie surtout le coût de 30 ans de thatchérisme pour de larges couches de la société britannique, les communautés dévastées par la désindustrialisation quelque que fut la couleur de l’autorité, conservatrice ou travailliste. Protester contre cet état de choses est "totalement inacceptable" , pour Theresa May, secrétaire d’Etat à l’Intérieur. La violence de la répression policière et la hâte de la Justice à appliquer des peines disproportionnées aux manifestants sont, en conséquence, nécessaires.

Il est vrai que des éléments ou des bandes ont commis des actions condamnables comme l’incendie de maisons et de petits commerces du voisinage, et le pillage de supermarchés. Pour Christian Guy, directeur du Centre pour la Justice Sociale (www.centerforsocialjustice.org.uk), les troubles furent le produit d’une opération bien coordonnée des bandes de la zone. La BBC de Londres a signalé, en revanche, qu’ "en réalité, peu (des arrêtés) sont des membres de bandes authentiques. Et "toute classe de personnes" -assistants d’éducation, un dessinateur graphique, des étudiants universitaires-ont été détenus pour avoir pris part au pillage. Paul Lewis, un journaliste du Guardian, qui passa cinq nuits à observer la violence, déclara qu’il est erroné de tenter de culpabiliser un groupe : "La seule généralisation plausible est que, dans l’ensemble, ils étaient jeunes et pauvres" (www.bbc.co.ukhttp://www.bbc.co.uk/,16/8/11).

L’intention de dissimuler les raisons de fonds paraît claire, aggravées par le nouveau plan d’austérité - que The Financial Times qualifie de "brutal" -, et le gouvernement conservateur ne trouve pas de meilleur chemin que de proposer quelques changements sociaux de courte portée, et, surtout, de revigorer la répression. "La police aura plus de pouvoirs" , insista la secrétaire May. Le cabinet de Cameron étudie la possibilité d’imposer des couvres-feu dans des zones spécifiques et d’appliquer des mesures restrictives aux mineurs de 16 ans (www.bbc.co.uk, 16/8/11). Aucune attention n’est prêtée à ce que le syndicat des travailleurs des services publics Unisom de Londres considère comme nécessaire : "Nous devons nous interroger pourquoi nos jeunes sont si en colère et comment nous pouvons les unir à notre communauté (http://lambethunison.blogspot.com/,9/8/11).

Les analyses psychologisantes abondent sur les raisons des pillages : "Les gens sans pouvoir se sentent soudain puissants et cela intoxique beaucoup" , dit le professeur John Pitts, un criminologue qui conseille diverses autorités londoniennes en matière de jeunes et de bandes (http://www.bbc.co.uk/news/magazine, 9/8/11). Ou ; "Il y a des évidences qui suggèrent que les leaders d’un bande souffrent de tendances psychopathiques" , souligne le Dr Lance Workman. C’est une autre forme de diaboliser la violence de jeunes exclus d’un avenir. Comme le signale le docteur Raul Zaffaroni, membre de la Cour Suprème de Justice d’Argentine et distingué pénaliste, le système châtie les délits qu’il provoque (La palabra de los muertos, Ediar, Buenos Aires, 2011).

Il faut se demander où réside le véritable "effondrement moral" du Royaume Uni. "La classe politique explore peu sa propre responsabilité dans la création de la marginalisation sociale qui conduit à l’ "anarchie" - avertit la chercheuse Michelle Chen (www.inthesetimes.com, 10/8/11). Cela suppose que le problème n’est pas l’excès policier, mais son insuffisance, qui n’est pas le manque d’opportunités éducationnelles ou de programmes pour la jeunesse dans ces quartiers, mais les parents qui ne peuvent contrôler leurs enfants" .

Il est possible, néanmoins, d’être d’accord avec le premier ministre David Cameron pour qui un Etat et ses organismes qui ont perdu en partie la morale tolèrent, permettent et même encouragent certains des pires aspects de la nature humaine. C’est ce que montrent les bombardements de la R.A.F. (forces aériennes britanniques - NdR) contre des populations civiles désarmées en Irak et en Afghanistan.

Juan Gelman

Source : http://pagina12.com.ar/diario/contratapa/13-174965-2011-08-21-html

Traduit de l’espagnol par G.J.

URL de cet article 14481
  

"L’Industrie du mensonge - Relations publiques, lobbying & démocratie"
Sheldon Rampton, John Stauber
En examinant le monde des lobbyistes, ce livre dévoile l’ampleur des manipulations pour transformer l’« opinion publique » et conforter les intérêts des grands groupes industriels. Des espions aux journalistes opportunistes, en passant par des scientifiques peu regardants et de faux manifestants, l’industrie des relations publiques utilise tous les canaux possibles pour que seule puisse être diffusée l’information qui arrange ses clients - gouvernements et multinationales, producteurs d’énergie (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si la liberté a un sens, c’est celui d’avoir le droit de dire à quelqu’un ce qu’il n’a pas envie d’entendre.

George Orwell

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.