RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Wall Street occupée et préoccupée (Pagina 12)

photo : "jeter les ordures"

L’occupation de Wall Street mérite maintenant le nom de mouvement national : elle s’est étendue à des dizaines de villes importantes des Etats-Unis, avec des consignes identiques, obtenant l’appui syndical et estudiantin. C’est un mouvement pacifique, avec pour preuve la réaction des occupants d’Oakland : le mardi ils répondirent par une marche pacifique sans incidents majeurs à la brutale attaque policière contre leur campement. Cela se termina par cent arrestations et un blessé par balle et dans le coma. C’est pacifique mais non passif et la peur patronale passe discrètement par les rues du centre financier le plus important du monde

Il est notoire que ces indignés se déclarent représentants des 99% infortunés de la population étasunienne et que ses réclamations sont destinées à l’opulent 1% du pays. Forbes invita divers multimillionnaires de ses listes à visiter incognito ceux réunis dans le Parc Zuccotti, rebaptisé de La Liberté, pour connaître de première main les demandes des occupants. Seul Jeff Greene accepta, magnat de l’immobilier dont la revue estime la fortune à 2,1 milliards de dollars, et son commentaire a été : "Pour le moment c’est comme une manifestation d’étudiants, une démonstration de la frustration de la classe moyenne, mais cela pourrait éventuellement déboucher sur la violence, la prochaine étape à craindre" (www.forbes.com, 19/10/11).

Il y a le cas de ce cadre supérieur qui contacta une agence privée de sécurité "sollicitant de l’aide pour planifier sa fuite des Etats-Unis au cas où le gouvernement fédéral serait renversé" , informe le New York Times. Il y a aussi cette banque qui distribue à ses employés un manuel de sécurité ad hoc avec des instructions comme celles-ci : "Eviter les zones pauvres ou isolées qui les rendent vulnérables à une attaque" . Ou : "Eviter des confrontations et contacts non nécessaires avec les manifestants" , "Ne pas marcher ou conduire seul" , "Ne pas raisonner ou argumenter avec les manifestants" , "S’il vous semble être en danger ou si vous observez des activités suspectes ou illégales, appelez la police ou composez le 911 (Numéro d’urgence aux USA, ndt)" , "Soyez un bon témoin et efforcez-vous de rappeler le maximum possible de détails sur ce qui s’est passé" , et autres consignes de la même teneur (www.truthout.org, 16/10/11).

Il y a, néanmoins, des gens heureux au milieu de cette paranoïa : les fabricants de dispositifs de sécurité et les directeurs des agences de la branche. Cadres de banques, compagnies financières et assureurs rappellent de plus en plus fréquemment aux firmes qu’ils s’occupent de fournir la sécurité. Paul M. Viollis, co-fondateur de Risk Control Strategies - qui vend de la protection à certains des dirigeants les plus importants de Wall Street - espère "doubler largement son chiffre d’affaires cette année" (www.nytimes.com, 18/10/11). Christopher Falkenberg, directeur d’Insite Security, dit que le sien augmentera de 40%. Les notes sont salées.

Un garde du corps robuste et entraîné du "service professionnel de protection" peut coûter 200 dollars de l’heure et un chauffeur à temps plein jusqu’à 150.000 dollars par an. La surveillance de locaux et bureaux se paye par mètre carré et le prix d’un système complet de sécurité pour des logements oscille entre 100.000 et 1,5 millions de dollars. Sont offerts - et se vendent - en outre, des baies vitrées à l’épreuve des balles et des appareils d’avant-garde comme les serrures biométriques qui ne peuvent être ouvertes qu’après vérification de l’empreinte digitale, des caméras infrarouges qui enregistrent même dans l’obscurité totale et des capteurs spéciaux qui détectent les mouvements d’un éventuel intrus. La panoplie est large.

Pendant ce temps, les indignés multiplient les actions nouvelles. Ils écrivent des lettres sur les dommages bancaires soufferts et les envoient aux géants financiers comme Goldman Sachs, Bank of America ou Wells Fargo et envoient même des lettres personnelles à 180 de ses cadres soigneusement choisis (www.occupytheboardroom.org). L’intention est ironique : comme "la vie de ceux d’en-haut se trouve gagnée par une croissante et terrible solitude" ; ces lettres leur permettront de savoir "que quelqu’un pense à eux" . Ce ne doit pas être des pensées flatteuses pour les CEO (Directeurs généraux, Ndt) de Morgan Stanley ou de Citigroup. Les occupants projettent d’inaugurer un tribunal public pour juger les délits contre les étasuniens commis par Golden Sachs.

Le groupe Anonymous prouva son efficacité de piratage en bloquant des méga-entreprises comme Master Card, Visa et Amazon en appui à Wikileaks. Maintenant il promet des actions en faveur des indignés, et l’assaut le plus dangereux pour le secteur financier étasunien ne sera pas arrêté par des fenêtres blindées ni par des serrures biométriques. Les nouvelles techniques électroniques sont quelque chose de sérieux.

Juan Gelman

Source : www.pagina12.com.ar/diario/contratapa/13-180406-2011-11-03.html

Traduit de l’espagnol par Gérard Jugant

URL de cet article 15045
  

Même Thème
CUBA OU L’INTELLIGENCE POLITIQUE - Réponses à un président des États-Unis (Livre format PDF)
Jacques-François BONALDI
365 JOURS APRÈS Aujourd’hui 22 mars 2017, voilà un an jour pour jour que Barack Obama entrait de son pas caractéristique sur la scène du Grand Théâtre de La Havane pour une première : un président étasunien s’adressant en direct et en personne au peuple cubain. Trois cent soixante-cinq jours après, que reste-t-il de ce qui était le clou de sa visite de deux jours et demi à La Havane ? Pas grand-chose, je le crains… Les événements se déroulent maintenant si vite et tant de choses se sont passées depuis – (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Depuis 1974 en France, à l’époque du serpent monétaire européen, l’État - et c’est pareil dans les autres pays européens - s’est interdit à lui-même d’emprunter auprès de sa banque centrale et il s’est donc lui-même privé de la création monétaire. Donc, l’État (c’est-à -dire nous tous !) s’oblige à emprunter auprès d’acteurs privés, à qui il doit donc payer des intérêts, et cela rend évidemment tout beaucoup plus cher.

On ne l’a dit pas clairement : on a dit qu’il y avait désormais interdiction d’emprunter à la Banque centrale, ce qui n’est pas honnête, pas clair, et ne permet pas aux gens de comprendre. Si l’article 104, disait « Les États ne peuvent plus créer la monnaie, maintenant ils doivent l’emprunter auprès des acteurs privés en leur payant un intérêt ruineux qui rend tous les investissements publics hors de prix mais qui fait aussi le grand bonheur des riches rentiers », il y aurait eu une révolution.

Ce hold-up scandaleux coûte à la France environ 80 milliards par an et nous ruine année après année. Ce sujet devrait être au coeur de tout. Au lieu de cela, personne n’en parle.

Etienne Chouard

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.