RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Etat espagnol : Après l’abdication du roi, mettre le régime en échec et mat.

Le régime s’effondre, se meurt et, dans sa lutte agonisante pour survivre, le roi abdique. Jamais le régime issu de la Transition n’avait été autant remis en question qu’aujourd’hui. Les piliers sur lesquels il repose, la monarchie, le pouvoir judiciaire, le bipartisme, sont fortement délégitimé depuis un certain temps. Nous ne croyons plus en leurs mensonges, ceux là mêmes avec lesquelles ils tentent de consolider un régime qui tombe en morceaux. Ce qui semblait jusqu’à il y a peu de temps impossible se pose aujourd’hui comme une réalité. Poussons de toutes nos forces pour élargir encore plus cette brèche que la crise économique, sociale et politique a fait possible.

Depuis la chasse aux éléphants de sa « majesté » au Botswana, en passant par l’inculpation de son beau-fils Iñaki Urdangarín dans l’ « affaire Nóos » et l’implication de l’Infante Cristina dans ce cas, et jusqu’aux multiples et millionnaires opérations de la hanche du monarque, payées par les deniers publics, la Maison Royale est devenue une caricature d’elle-même. L’un des principaux faire-valoir de la « démocratie » est touché à mort, mais il n’est pas encore mort.

L’annonce de l’abdication royale est une ultime tentative, désespérée, pour sauver la situation ; une tentative de « ravalement de façade » pour redonner légitimité non seulement à la monarchie mais aussi à toute sa suite de juges, de politiciens et de faiseurs d’opinion. Pendant des années, bien trop d’années, ils ont vécus à l’abri de cette fausse Transition en essayant d’effacer ou de masquer notre histoire collective. Notre oubli a été le substrat de leur victoire, non seulement morale mais aussi politique et économique.

La crise économique, transformée en une profonde crise sociale et également politique, a mise dans les cordes le roi et le régime de 1978. Les gens ont dit « basta ». On l’a vu il y a trois ans avec l’émergence du Mouvement du 15-M ; avec l’extension de la désobéissance civile ; avec l’occupation de logements vides aux mains des banques, et cela avec un large soutien populaire en dépit de la criminalisation de la protestation. Plus de pauvreté signifie plus de douleur mais, grâce à ces mobilisations, c’est aussi une plus grande prise de conscience sur qui sont les gagnants dans une telle situation - les banquiers, les politiciens – et qui sont les perdants.

La montée du souverainisme en Catalogne a également jeté le régime dans les cordes en mettant en lumière le caractère profondément anti-démocratique d’une Constitution qui ne permet pas le droit à l’autodétermination des peuples. Aujourd’hui, les élections européennes ont donné le « coup de grâce » à un régime en décomposition avec la perte de plus de cinq millions de votes pour le PP et le PSOE et l’émergence, avec cinq élus, de « Podemos ». Le régime devient nerveux, très nerveux.

L’abdication royale est la dernière manœuvre de sauvetage. Mais il faut néanmoins nous rappeler que le système a encore des marges de manœuvre. L’abdication du roi illustre la faiblesse des piliers du régime et la force du peuple. Mais nous ne voulons ni de Juan Carlos ni de Felipe. Il est temps de sortir dans la rue pour exiger l’ouverture de processus constituants dans tout l’Etat espagnol, afin de décider quel avenir nous voulons. Il faut passer à l’offensive pour faire échec et mat au régime.

Esther Vivas

Article publié dans « Público.es », 02/06/2014. Traduction française pour Avanti4.be : Ataulfo Riera. http://www.avanti4.be/actualite/article/etat-espagnol-apres-l-abdicati...

»» http://esthervivas.com/francais/etat-espagnol-apres-labdication-du-roi...
URL de cet article 25836
  

Même Thème
30 ans d’Humanité, ce que je n’ai pas eu le temps de vous dire
Michel TAUPIN
Quel plaisir de lire José Fort ! Je pose le livre sur mon bureau. Je ferme les yeux. Je viens de l’avaler d’une traite. Comme je le trouve trop court, je décide de le relire. Même à la seconde lecture, il est captivant. Cette fois, j’imagine ce qu’aurait été ce bouquin illustré par son compère Georges Wolinski comme c’était prévu. Ç’aurait été tout simplement génial. Des tarés fanatiques ne l’ont pas permis. La bêtise a fait la peau de l’intelligence et de l’élégance. De l’élégance, José Fort n’en manque pas. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Soit dit en passant, c’est une chose assez hideuse que le succès. Sa fausse ressemblance avec le mérite trompe les hommes.

Victor Hugo

Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.