RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Evo Morales : Les présidents d’Amérique latine doivent servir leurs peuples et non les intérêts américains

Pour abattre les dirigeants d’Amérique latine américains récalcitrants et s’approprier le pétrole de leur pays, Les États-Unis n’ont plus recours aux coups d’État militaires, aujourd’hui ils utilisent les tribunaux et les parlements, a déclaré le président bolivien Evo Morales à RT.

"Il y a de sérieux problèmes en Amérique latine. En Argentine, au Brésil et en Équateur, les présidents, qui étaient les garants de la souveraineté et de la dignité du peuple, sont aujourd’hui victimes de persécutions politiques", a dit M. Morales.

Il faisait référence à Cristina Kirchner en Argentine, Dilma Rousseff au Brésil, et Rafael Correa en Équateur, qui ont perdu le pouvoir dans leur pays au cours des dernières années, et qui doivent maintenant se défendre contre les accusations diverses et variées de nouveaux gouvernements inféodés aux États-Unis.

La "vaste campagne politique" de Washington en Amérique latine est dirigée par le vice-président américain Mike Pence, a confié le dirigeant bolivien à RT, peu avant son discours à l’Assemblée générale des Nations unies à New York, mercredi.

"Il n’y a plus de coups d’État militaires en Amérique latine, car les coups d’État se déroulent actuellement dans les congrès et les tribunaux. C’est la nouvelle technique utilisée par les Etats-Unis pour se débarrasser des présidents qui luttent contre l’impérialisme."

Si ces mesures s’avèrent inefficaces, les États-Unis ont recours "aux complots et aux provocations", a dit M. Morales. Et quand cela échoue aussi, alors on parle d’intervention militaire, comme ils viennent de le faire à propos du Venezuela.

Toutefois, a-t-il rappelé, les appels de Washington à recourir à la force contre Caracas l’année dernière ont été rejetés non seulement par les pays d’Amérique latine, mais aussi par certains membres occidentaux de l’OTAN dirigée par les Etats-Unis, ce qui signifie que "les menaces d’invasion ne mènent à rien".

Les Etats-Unis invoquent la démocratie et leurs désaccords avec la politique de Nicolas Maduro, mais la vraie raison pour laquelle ils veulent remplacer le président vénézuélien et d’autres dirigeants, "c’est le pétrole", a expliqué le président de 58 ans.

"Et ça a été la même chose tout au long de notre histoire. C’est pour ça qu’ils (les Etats-Unis) ont envahi la Libye et l’Irak. C’est pareil pour tous les coups d’État sur différents continents. Par conséquent, nous devons protéger les États souverains et nos ressources naturelles", a-t-il affirmé.

Malgré tout, Morales est optimiste sur l’avenir de l’Amérique latine car il espère que "les gens comprendront ce qui se passe et feront en sorte que leur présidents se remettent au service de la population, et non des intérêts américains".

Traduction : Dominique Muselet

»» https://www.rt.com/news/439267-morales-bolivia-venezuela-us/
URL de cet article 33852
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Les Etats-Unis de mal empire : Ces leçons de résistance qui nous viennent du Sud
Danielle BLEITRACH, Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur Au moment même où les Etats-Unis, ce Mal Empire, vont de mal en pis, et malgré le rideau de fumée entretenu par les médias dits libres, nous assistons à l’émergence de nouvelles formes de résistances dans les pays du Sud, notamment en Amérique latine. Malgré, ou grâce à , leurs diversités, ces résistances font apparaître un nouveau front de lutte contre l’ordre impérial US. Viktor Dedaj et Danielle Bleitrach, deux des auteurs du présent livre, avaient intitulé leur précédent ouvrage (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Au Salvador, les escadrons de la mort ne tuent pas simplement les gens. On les décapite, on place leurs têtes sur des piques et on garnit ainsi le paysage. La police salvadorienne ne tuait pas seulement les hommes, elle coupait leurs parties génitales et les fourrait dans leurs bouches. Non seulement la Garde nationale violait les femmes salvadoriennes, mais elle arrachait leur utérus et leur en recouvrait le visage. Il ne suffisait pas d’assassiner leurs enfants, on les accrochait à des barbelés jusqu’à ce que la chair se sépare des os, et les parents étaient forcés de garder."

Daniel Santiago,prêtre salvadorien
cité dans "What Uncle Sam Really Wants", Noam Chomsky, 1993

Commandos supervisés par Steve Casteel, ancien fonctionnaire de la DEA qui fut ensuite envoyé en Irak pour recommencer le travail.

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.