Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Evo Morales : Les présidents d’Amérique latine doivent servir leurs peuples et non les intérêts américains

Pour abattre les dirigeants d’Amérique latine américains récalcitrants et s’approprier le pétrole de leur pays, Les États-Unis n’ont plus recours aux coups d’État militaires, aujourd’hui ils utilisent les tribunaux et les parlements, a déclaré le président bolivien Evo Morales à RT.

"Il y a de sérieux problèmes en Amérique latine. En Argentine, au Brésil et en Équateur, les présidents, qui étaient les garants de la souveraineté et de la dignité du peuple, sont aujourd’hui victimes de persécutions politiques", a dit M. Morales.

Il faisait référence à Cristina Kirchner en Argentine, Dilma Rousseff au Brésil, et Rafael Correa en Équateur, qui ont perdu le pouvoir dans leur pays au cours des dernières années, et qui doivent maintenant se défendre contre les accusations diverses et variées de nouveaux gouvernements inféodés aux États-Unis.

La "vaste campagne politique" de Washington en Amérique latine est dirigée par le vice-président américain Mike Pence, a confié le dirigeant bolivien à RT, peu avant son discours à l’Assemblée générale des Nations unies à New York, mercredi.

"Il n’y a plus de coups d’État militaires en Amérique latine, car les coups d’État se déroulent actuellement dans les congrès et les tribunaux. C’est la nouvelle technique utilisée par les Etats-Unis pour se débarrasser des présidents qui luttent contre l’impérialisme."

Si ces mesures s’avèrent inefficaces, les États-Unis ont recours "aux complots et aux provocations", a dit M. Morales. Et quand cela échoue aussi, alors on parle d’intervention militaire, comme ils viennent de le faire à propos du Venezuela.

Toutefois, a-t-il rappelé, les appels de Washington à recourir à la force contre Caracas l’année dernière ont été rejetés non seulement par les pays d’Amérique latine, mais aussi par certains membres occidentaux de l’OTAN dirigée par les Etats-Unis, ce qui signifie que "les menaces d’invasion ne mènent à rien".

Les Etats-Unis invoquent la démocratie et leurs désaccords avec la politique de Nicolas Maduro, mais la vraie raison pour laquelle ils veulent remplacer le président vénézuélien et d’autres dirigeants, "c’est le pétrole", a expliqué le président de 58 ans.

"Et ça a été la même chose tout au long de notre histoire. C’est pour ça qu’ils (les Etats-Unis) ont envahi la Libye et l’Irak. C’est pareil pour tous les coups d’État sur différents continents. Par conséquent, nous devons protéger les États souverains et nos ressources naturelles", a-t-il affirmé.

Malgré tout, Morales est optimiste sur l’avenir de l’Amérique latine car il espère que "les gens comprendront ce qui se passe et feront en sorte que leur présidents se remettent au service de la population, et non des intérêts américains".

Traduction : Dominique Muselet

»» https://www.rt.com/news/439267-morales-bolivia-venezuela-us/
URL de cet article 33852
   
Être palestinien en Israël – Ségrégation, discrimination et démocratie
Ben WHITE
La Guillotine est heureuse de vous proposer sa deuxième publication. Après Europe-Israël : Une alliance contre-nature de David Cronin, traitant des relations ambivalentes entre l’Europe et Israël, cette fois il s’agit d’une investigation abordant un autre sujet peu éclairé. Alors que les Palestiniens en Israël s’imposent comme une composante incontournable de la réflexion politique et de l’action pour libérer la Palestine de l’apartheid et de la domination militaire sionistes, aucun livre en français (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« (...) on a accusé les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité. Les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe dirigeante de la nation, devenir lui-même la nation, il est encore par là national, quoique nullement au sens bourgeois du mot. »

Karl Marx, Friedrich Engels
Manifeste du Parti Communiste (1848)


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.