Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Evo Morales : Les présidents d’Amérique latine doivent servir leurs peuples et non les intérêts américains

Pour abattre les dirigeants d’Amérique latine américains récalcitrants et s’approprier le pétrole de leur pays, Les États-Unis n’ont plus recours aux coups d’État militaires, aujourd’hui ils utilisent les tribunaux et les parlements, a déclaré le président bolivien Evo Morales à RT.

"Il y a de sérieux problèmes en Amérique latine. En Argentine, au Brésil et en Équateur, les présidents, qui étaient les garants de la souveraineté et de la dignité du peuple, sont aujourd’hui victimes de persécutions politiques", a dit M. Morales.

Il faisait référence à Cristina Kirchner en Argentine, Dilma Rousseff au Brésil, et Rafael Correa en Équateur, qui ont perdu le pouvoir dans leur pays au cours des dernières années, et qui doivent maintenant se défendre contre les accusations diverses et variées de nouveaux gouvernements inféodés aux États-Unis.

La "vaste campagne politique" de Washington en Amérique latine est dirigée par le vice-président américain Mike Pence, a confié le dirigeant bolivien à RT, peu avant son discours à l’Assemblée générale des Nations unies à New York, mercredi.

"Il n’y a plus de coups d’État militaires en Amérique latine, car les coups d’État se déroulent actuellement dans les congrès et les tribunaux. C’est la nouvelle technique utilisée par les Etats-Unis pour se débarrasser des présidents qui luttent contre l’impérialisme."

Si ces mesures s’avèrent inefficaces, les États-Unis ont recours "aux complots et aux provocations", a dit M. Morales. Et quand cela échoue aussi, alors on parle d’intervention militaire, comme ils viennent de le faire à propos du Venezuela.

Toutefois, a-t-il rappelé, les appels de Washington à recourir à la force contre Caracas l’année dernière ont été rejetés non seulement par les pays d’Amérique latine, mais aussi par certains membres occidentaux de l’OTAN dirigée par les Etats-Unis, ce qui signifie que "les menaces d’invasion ne mènent à rien".

Les Etats-Unis invoquent la démocratie et leurs désaccords avec la politique de Nicolas Maduro, mais la vraie raison pour laquelle ils veulent remplacer le président vénézuélien et d’autres dirigeants, "c’est le pétrole", a expliqué le président de 58 ans.

"Et ça a été la même chose tout au long de notre histoire. C’est pour ça qu’ils (les Etats-Unis) ont envahi la Libye et l’Irak. C’est pareil pour tous les coups d’État sur différents continents. Par conséquent, nous devons protéger les États souverains et nos ressources naturelles", a-t-il affirmé.

Malgré tout, Morales est optimiste sur l’avenir de l’Amérique latine car il espère que "les gens comprendront ce qui se passe et feront en sorte que leur présidents se remettent au service de la population, et non des intérêts américains".

Traduction : Dominique Muselet

»» https://www.rt.com/news/439267-morales-bolivia-venezuela-us/
URL de cet article 33852
   
RÉVOLUTIONNAIRES, RÉFUGIÉS & RÉSISTANTS - Témoignages des républicains espagnols en France (1939-1945)
Federica Montseny
Il y a près de 80 ans, ce sont des centaines de milliers d’Espagnols qui durent fuir à l’hiver 1939 l’avancée des troupes franquistes à travers les Pyrénées pour se réfugier en France. Cet événement, connu sous le nom de La Retirada, marquera la fin de la révolution sociale qui agita l’Espagne durant trois ans. Dans ce livre, on lit avec émotion et colère la brutalité et l’inhumanité avec lesquelles ils ont été accueillis et l’histoire de leur survie dans les camps d’internement. Issu d’un travail de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"le monde ne se meurt pas, il est en train d’être assassiné et les assassins ont un nom et une adresse"

Utah Philips


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.