RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Faites l’effort de vous informer.... Plaidoyer pour le "NON".


10 février 2005


Tous les jours, la télé, la presse vous innocule une vision du monde
complétement mensongère. Et cette vision n’est que l’accompagnement
idéologique d’une terrible repression sur des peuples réduits à la misère
et dont il s’agit d’empêcher la rébellion... Non parce qu’ils sont la proie
d’une idéologie ou d’un fanatisme religieux mais parce qu’ils n’ont plus
les moyens de la survie...

Dans notre propre pays, nous avons un think
tank www.confrontations.org ( un groupe type la fondation Saint Simon qui est chargé de se
concerter pour promouvoir des idées - voir ci-dessous des extraits ) qui regroupe des députés de droite,
socialiste et un communiste député européen Francis Wurtz, le grand
patronat, celui des entreprises publique que l’on privatise, les sociétés
d’assurance comme AXA, des technocrates comme Lamy ou Davignon, des
dirigeants de la CGT au plus haut niveau comme Le Digou, et tout ce beau
monde promeut études, orientations, et aujourd’hui mène campagne pour le
"OUI" ou tentent de dévoyer le "NON", de le technocratiser...

Les mêmes expliquent soit qu’il faut accepter le "OUI" parce qu’il n’y a
pas d’autres choix que l’Europe, ou tentent de transformer le "NON" en
simple "NON" à une Constitution, en évitant soigneusement d’expliquer que
l’Europe telle qu’elle est ne peut qu’engendrer une Constitution
néo-libérale... Voire parlent de "démocratie" syndicale violée, pour mieux
interdire aux militants de la CGT de prendre position, alors que la CSE a
pris position pour le "OUI"
... Ou à la limite éviter de remettre en cause
l’Europe elle-même en technocratisant le débat... Cette orientation est à 
l’oeuvre dans la CGT dans le PCF... Transformer la CGT en CFDT, le PCF enPSU... Dites vous bien que vous priver d’organisations collectives pour
vous défendre est une des pires atteintes à la démocratie et que les
défendre c’est défendre votre salaire, votre santé, l’éducation de votre
enfant...

Ils ont même le front d’intituler leur groupe de pression comité de
"Lisbonne", là où a été décidé la privatisation d’EDF... Parce que leur
hypothèse est d’accompagner les privatisations avec un peu de "social", le
paté d’alouette, un cheval, une alouette...

La presse, qu’elle soit de droite ou de gauche, relaye soit les opinions
gouvernementales, soit celles de ces pseudos opinions de gauche, concoctées
avec le patronat, les autres n’ont pas droit à la parole, ils se débattent
sur internet. Pour vous tromper les uns utilisent les moyens du lion dans
les animaux malades de la peste, c’est la faute à l’âne qui a tondu le pré,
aux syndicats qui revendiquent, au pauvre qui refuse la misère, à toutes
ces forces "conservatrices" qui s’opposent aux "réformes" nécessaires, ça
c’est Sarkozy, Raffarin... Mais il y a aussi les moyens du renard : vous
dessiner un cadre de pensée obligatoire (L’Europe, mais aussi la sécurité,
la lutte contre le terrorisme, l’obligatoire alliance atlantiste comme
garantie de paix), pour à l’intérieur inventer des pseudos-solutions dites
progressistes, comment articuler une soumission totale au patronat, aux
privatisations en dégageant un peu de social, un peu de "régulation" ? Tout
en abandonnant les instruments nationaux de maîtrise... Comment donner aux
luttes le seul débouché d’élections avec alternance sans alternative ?...

Tous prétendent à "l’objectivité", transforment la politique en "technique"
à l’intérieur de laquelle des "experts" dans une "grande réconciliation
avec le patronat", qui les finance abondamment, pensent pour vous... Et vos
choix n’en sont plus...

Il s’agit de savoir si vous mangerez votre hot dog avec du ketch up ou de
la mayonnaise, mais ce seront toujours les mêmes marchands de saucisse...
Il n’y a plus d’alternative. Le cadre de l’opinion publique étant ainsi
posé, l’affrontement peut avoir lieu sur les rivalités entre Chirac et
Sarkozy ou entre Fabius et Hollande, les mêmes marchands de saucisse, avec
plus ou moins de ketch up... Celui qui dit je ne veux pas manger de
saucisse est un fou qui doit être censuré... Quelqu’un qui viole "la
démocratie"...

Mais un immense espoir est en train de naître, partout les peuples
résistent et ici même le "NON" devient une ligne de partage, de
recomposition des forces organisées, de résistance populaire et pas
seulement à la Constitution... Les contre-feux politiciens sont balayés...

Voilà ou vous faites l’effort de lire, de vous informer, ou ne vous étonnez
pas demain de ce qu’il adviendra de ce monde, de la guerre ou de la paix,
de la destruction de votre environnement, de votre mise au chomage, vous ou
vos proches, de la pression sur vos salaires, sur votre santé , sur
l’école...

Il est possible de résister, de savoir dire "NON", non seulement à une
Constitution, mais à ceux qui utilisent le monsonge ici comme ailleurs pour
rendre votre vie impossible. Ayez un peu de la force de l’Indien des Andes
qui s’oppose au pillage des ressources de son pays par les mêmes, au prix
de sa vie... Face à la mondialisation capitaliste, il faut développer les
solidarités, connaître nos ennemis ici et sur la planète... C’est ça ou la
mise en concurrence, les déclocalisation vers des peuples misérables prêt à 
tout accepter et votre mise au chômage, les "guerres préventives" pour
piller, guerres qui ne réjouissent que les marchands d’armes comme les
patrons de presse, Dassault ou Lagardère... Tout est désormais lié...

Danielle Bleitrach


CONFRONTATION EUROPE


EXTRAITS du site www.confrontations.org


Présentation

Fondée en 1991 par Philippe HERZOG, Jean-Pierre BRARD, Jean-Christophe LE DUIGOU, Jean PEYRELEVADE et Michel ROCARD, Confrontations Europe est un mouvement civique et un lieu de travail en commun pour les dirigeants d’entreprises, les syndicalistes, les acteurs associatifs et politiques, les intellectuels et les étudiants. Elle est devenue un interface entre la société et institutions communautaires.

Les membres, amis et partenaires de l’association, de sensibilités diverses, partagent une même ambition : promouvoir un dialogue européen combinant le social, l’économique et le culturel, former société en Europe en inventant les voies d’une démocratie participative.

Pour cela, elle entend poursuivre et développer ses travaux sur quelques grands projets : le plein emploi des capacités humaines dans tous les territoires ; les identités d’entreprises européennes ; la définition de politiques industrielles et de biens communs, notamment de SIG (Services d’intérêt général) en Europe ; un pacte de confiance pour la stabilité et le développement du système bancaire et financier ; un projet éducatif et un projet culturel européens ; l’Europe dans le monde comme un trait d’union entre les peuples.

Confrontations existe dans les Hautes Pyrénées, et anime des débats publics en régions.

Confrontations a créé début 2001 un cercle européen à Bruxelles avec deux objectifs : vérifier et enrichir nos idées en les confrontant avec celles des Européens d’autres pays ; jeter les bases d’un lien européen original de dialogue social et civique, conçu dans une diversité de sensibilités et d’expériences comparable à celle que nous avons réunie en France.

L’association est sollicitée pour être encore mieux un réseau d’acteurs professionnels et culturels partout en Europe et une force d’influence auprès des institutions communautaires. « La confrontation » se développe en Italie et en Hongrie avec la constitution d’associations du même type à Naples et à Budapest. 2003 devrait voir la naissance d’associations en Allemagne et en Pologne et d’un bureau de coordination à Bruxelles. Elle ambitionne de construire un pont transatlantique et développe ses échanges avec le Québec. En 2005, une Université d’été devrait se tenir aux USA.

Elle travaille sur les dossiers clefs en débat au Parlement européen et assiste Philippe Herzog.

Les travaux de l’association font l’objet de publications, de débats publics et d’expérimentations (voir agenda).

L’animation des groupes de travail et la direction de l’association sont collégiales.

L’association bénéficie du soutien de larges parrainages.

Le Conseil d’Administration est élu par l’assemblée générale.

Toutes celles et tous ceux qui soutiennent sa démarche peuvent adhérer à Confrontations Europe et s’abonner à « La Lettre » et à « L’Option ».


Assemblée générale

(...)

Réunie le 15 mars 2002 à Paris, l’assemblée générale a fêté les 10 ans de Confrontations en présence de Michel Rocard et de 200 adhérents.

La dernière assemblée a eu lieu le 19 mars 2004 à AXA à Paris : elle a accueilli Michel de Virville, secrétaire général du groupe Renault, Jacques Freyssinet, professeur des sciences économiques, Jean-Christophe Le Duigou, secrétaire national de la CGT, membre de la direction collégiale de Confrontations Europe et Marcel Grignard, secrétaire général de la Fédération de la métallurgie, CFDT, Jacques Maire, directeur du développement social, AXA France, membre de la direction collégiale de Confrontations Europe


La Direction collégiale

Elle est concertée sur les grandes orientations de l’association proposées par le Conseil d’Administration, et qui sont débattues par l’Assemblée générale.

Elle réunit : Jacky FAYOLLE, Michèle Debonneuil, Claude FISCHER, Jean GANDOIS, Philippe HERZOG, Jean-Christophe LE DUIGOU, Jacques MAIRE, Francis MER, Jean PEYRELEVADE, Franck RIBOUD, Jean-François TROGRLIC.


Le comité de parrainage de Confrontations

Il est composé de personnalités de sensibilités et d’horizons divers. Les parrains soutiennent le projet et la démarche de l’association. Ils concourent à titre individuel à la vie de l’association, participent aux initiatives publiques, animent les conférences organisées sur des sujets d’actualité ou liés aux travaux des groupes. Les membres du comité de parrainage se réunissent une ou deux fois par an.


ADLER Alexandre

AGLIETTA Michel

ALPHANDERY Edmond

AUBRY Martine

BAILLY Jean-Paul

BASS Jacques

BEAUVOIS André

BENOIST Gilles

BERTRAN Philippe

BLANC Christian

BLANC Jacques

BOUAL Jean-Claude

BOURMAUD Claude

BRARD Jean-Pierre

CAILLOD Jack

CALANDRA Paul

CASTEL Robert

CHEYSSON Claude

CITROEN Philippe

CLEMENT Jean-Marie

CROUà GNEAU Françoise

DARMON Jacques

DE BOUARD Alain

DE FOURNAS François-Xavier

DEBONNEUIL Michèle

DELORS Jacques

DEMANGEAT Jean-Michel

DESCHAMPS Michel

DIZDAVERIC Faïk

FAYOLLE Jacky

FERRON André

FISCHER Claude

FITOUSSI Jean-Paul

GADONNEIX Pierre

GANDOIS Jean

GEORGES-FRANCOIS Jean-Claude

GUIGOU Elisabeth

HERZOG Philippe

JAEGER Paul

JEANNENEY Jean-Noël

JOURD’HEUIL Jean

KHELIFF Jacques

LAGAYETTE Philippe

LAUVERGEON Anne

LE DUIGOU Jean-Christophe

LE SCORNET Daniel

LEBEGUE Daniel

LECLERC Michel-Edouard

LESCURE Pierre

LEVY-VROELANT Claire

LOPPION Jacques

MAIRE Jacques

MANJON Luis

MARX Bernard

MAYER Francis

MER Francis

MILHAUD Charles

MONGIN Olivier

MONOD Jérôme

MORIN Edgard

MOSCOVICI Pierre

MOYNOT Jean-Louis

MUET Pierre-Alain

MULLER Michel

OBADIA Alain

OLIVE Alain

PEBEREAU Michel

PEYRELEVADE Jean

PFIMLIN Etienne

PRADES Bernard

PRIM Monique

RALITE Jack

RECHTER Serge

RIBOUD Franck

ROCARD Michel

RODIER Jean-Pierre

ROUSSELY François

SAINJON André

SERENI Jean-Pierre

SPINETTA Jean-Cyril

STRAUSS-KAHN Dominique

TADDEI Dominique

TCHURUK Serge

TOURAINE Alain

TROGRLIC Jean-François

TUBIANA Laurence

VENTURINI Patrick


Le comité de parrainage du Cercle européen

Celui-ci est composé d’acteurs de différents pays membres de l’Union européenne, adhérant ou candidats. Les parrains participent au séminaire de Bruxelles, aux conférences internationales et à la constitution d’associations en Europe.

- Voir la liste ICI


Partenaires

Pour servir notre projet, nous travaillons en réseau avec différents partenaires. C’est pour nous un principe fondamental, et non pas un simple choix technique. Notre méthode conjugue le dialogue et le partenariat. Nous confrontons nos options et nous essayons de nous associer pour un véritable travail d’élaboration et d’expérimentation.

On souffre terriblement en France de la coupure entre le social et l’économique, entre la politique et l’économique, et nous pensons que des liens de travail doivent s’établir entre les différents acteurs et les citoyens.

Nos liens se sont particulièrement renforcés avec les syndicats et les entreprises, ils se sont bâtis dans la coopération. Ils se développent avec les institutions et les mouvements associatifs dans l’indépendance de chacun.

C’est l’originalité de Confrontations qui contribue ainsi au renouveau du dialogue social, civil et politique.


1- Un réseau large d’entreprises publiques et privées, représentées par leurs dirigeants

AIR FRANCE

ALCATEL

AREVA

ARCELOR

AVENTIS S.A.

BANQUE DE FINANCEMENT ET DE TRESORERIE

BNP PARIBAS

BOUYGUES SA

BRED BANQUE POPULAIRE

CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS

CAISSE NATIONALE DES CAISSES D’EPARGNE

CAISSE NATIONALE DE PREVOYANCE

CANAL +

CREDIT COOPERATIF

CREDIT LYONNAIS

CREDIT MUTUEL

DANONE

DEXIA

EDF

FRANCE TELECOM

GDF

LA POSTE

LAFARGE

PECHINEY

PEUGEOT PSA

RATP

RENAULT

RTE

SAINT-GOBAIN

SNCF

SNET

SOFRED

SUEZ

SYSTRA

TRACTEBEL

VEOLIA


2 - Des liens de travail avec des responsables d’institutions

Notamment :

- le Parlement européen et la Commission, et plus particulièrement les DG Commerce, Emploi / Affaires sociales, Energie / transports, Elargissement, Politiques régionales...

- différents ministères : Affaires européennes, Economie, Finances et Industrie, Emploi et Solidarité

- le Conseil économique et social en France et le Comité économique et social européen.


3 - Des liens développés avec des syndicalistes de diverses sensibilités

Membres ou dirigeants de la CGT, de la CFDT, de la CGC, de la FSU, de l’UNSA ces militants participent aux réflexions et aux échanges sans toutefois engager leur confédération.

Lsyndicalistes, très nombreux dans les groupes de travail et les initiatives publiques, y confrontent leur action et leurs analyses avec tous les partenaires du mouvement social et dialoguent de façon informelle avec des membres du MEDEF, très présents dans l’association.

Un dialogue s’est noué avec la CES (Confédération européenne des syndicats) et l’UNICE. Des liens se développent avec les organisations sociales et patronales des PECO.


4 - L’apport de différentes écoles de pensée par une participation riche d’intellectuels du CAE, de l’OFCE, du CGP, du CNRS, du CEPII, du CEEP, de l’IES

(Institut européen des juristes en droit social), l’IFRI, du Centre d’études de l’emploi du CEPS, de l’Observatoire social européen et d’Universités comme l’IEP et Cergy-Pontoise, de l’IFE (Internships in Francophone Europe) et d’Universités européennes : ULB, Louvain, Florence, Bruges...

D’experts de la SECAFI, de SYNDEX, du CEREQ, de CIRCE
- CONSEIL, ou de Bernard Brunhes Consultants...


5 - Une consolidation des liens avec de nombreuses associations et fondations notamment

Europartenaires, le CAFECS, Convictions, Notre Europe, Réseaux Services Publics, Europe 99, Réalités du Dialogue Social (R.D.S.), les Cercles Condorcet, l’association Sarajevo, le CNAJEP, le BILD, France-Pologne, Solagral, le FIR, ou encore Géostratégies, les Canadiens en Europe...

- Un partenariat s’est développé avec Sources d’Europe, centre d’information sur l’Europe


6 - Une coopération structurelle existe avec l’Observatoire social international de Suez, présidé par Dominique Fortin, et qui se fixe comme objectifs :

- contribuer activement à une réelle intégration de la dimension sociale, éthique et environnementale dans le processus de mondialisation, et concilier la nécessaire efficacité économique aux exigences de cohésion sociale et de développement durable.

- mettre en oeuvre, créer et animer des réseaux internationaux ouverts à des personnes physiques ou morales du monde économique, syndical, institutionnel, politique, associatif et universitaire.

- promouvoir la formation tout au long de la vie

Dans la lutte contre les inégalités et l’exclusion et pour le renforcement de la cohésion sociale, l’OSI est convaincu que la formation est une priorité. Cette conviction est partagée par de nombreux acteurs qui ont rendu public un engagement pour que la formation tout au long de la vie devienne un enjeu du dialogue social européen.


Groupe de travail Energie

Présentation

Animateurs : André Ferron et Claude Fischer


- Objet du groupe

Dans le cadre du Débat National sur les Energies mis en place par le Gouvernement, Confrontations a créé un groupe informel d’acteurs pour apporter une contribution originale sur l’avenir de la politique énergétique et celui des entreprises publiques EDF et GDF.

Il faut sortir de l’hypocrisie actuelle du principe de neutralité : l’Union prétend être neutre par rapport à la propriété publique ou privée des entreprises, mais leurs actionnaires publics ou privés doivent investir selon les mêmes critères : ceux de la jurisprudence Aides d’État dite de « l’investisseur avisé ». Les entreprises publiques sont « criminalisées », soupçonnées en permanence de fausser la concurrence et ce harcèlement juridique incessant pousse de fait à la privatisation.

Un groupe de travail spécifique est constitué en septembre 2004 sur les cas d’EDF et de Gaz de France où cette question est d’actualité.

La France a décidé de changer les statuts d’EDF et de Gaz de France en transposant les directives électricité et gaz en droit français. D’EPIC 100 % État, ces entreprises deviennent sociétés anonymes 100 % État. Un délai de réflexion d’un an est ménagé avant d’éventuellement ouvrir le capital d’EDF dans la limite de 30 %, pour financer une stratégie française et européenne et trouver des partenaires. De plus la loi d’orientation pour l’Énergie prévoit explicitement - et c’est une première ! - que la France « élaborera tous les deux ans des propositions énergétiques pour l’Europe » en particulier pour défendre le service public et le nucléaire.

Le groupe, animé par André Ferron et Claude Fischer, avec la participation de représentants d’EDF, réunira des représentants des entreprises de l’énergie, des syndicalistes, des juristes et des économistes. Il explorera l’option qui permettrait à EDF et à Gaz de France de devenir des entreprises de référence pour les SIG en Europe. Il travaillera plus particulièrement quatre objectifs :

1. fonder la conviction et l’engagement des salariés, des usagers et des partenaires de l’entreprise sur un projet social et industriel renouvelé  ; (souligné par LGS)

2. établir une nouvelle organisation du système électrique intérieur ;

3. établir la doctrine de participation des entreprises aux obligations de service public dans les autres pays européens où elles s’établissent ;

4. composer un capital mixte bien cohérent avec le projet social et industriel.


Composition et partenariats

Le groupe est composé de syndicalistes du secteur de l’énergie, de cadres dirigeants des entreprises (EDF, GDF, RTE, AREVA, TRACTEBEL...), d’experts et de consultants...


Le Club Lisbonne

COMMUNIQUE DE PRESSE

Strasbourg , le 13 janvier 2005


Création du "Club Lisbonne" au PE : impliquer les citoyens pour réussir Lisbonne


Un groupe de députés européens de sensibilités et de nationalités diverses a décidé de créer le "Club Lisbonne". Parrains de l’association Confrontations Europe, ils entendent créer ainsi une interface entre la société civile et le Parlement européen pour impulser la Stratégie de Lisbonne.

Le Club a précisé ses orientations et son organisation hier, durant la session plénière du Parlement, sur la base des propositions de Philippe Herzog, président de Confrontations Europe et des députés qui composent le bureau : Elisa Ferreira, Catherine Guy Quint, Edit Herczog, Pierre Jonckheer, Jacques Toubon et Ieke Van den Burg.


Quelles sont son originalité et ses finalités ?

Le Club Lisbonne travaillera avec les entrepreneurs, syndicalistes, élus locaux, chercheurs... à l’élaboration d’options pour refonder Lisbonne et mobiliser les citoyens.

La Stratégie de Lisbonne qui fixe les objectifs de compétitivité et de cohésion sans que leur cohérence soit assurée doit être redéfinie. Le Club se propose d’en clarifier les orientations et proposera dans cet esprit quatre options centrales :

1- Doter l’Union d’une politique industrielle offensive

2- Réformer les marchés du travail sur la base d’un dialogue social européen.

3- Donner une suite aux acquis de la précédente législature sur les services publics et travailler à une perspective commune sur les services d’intérêt général

4- Gagner la bataille sur le financement de l’Union, ce qui suppose un véritable budget européen, un nouveau plan sur les services financiers et la sauvegarde des aides d’Etat .


Quels en sont les moyens d’action ?

Le Club et l’association organiseront des débats publics sur ces questions dès le 17 février avec un colloque sur le « dialogue industriel européen ».

Le Club Lisbonne s’appuiera sur le travail de l’association et de son bureau de Bruxelles, à savoir :

- un suivi approfondi des commissions les plus concernées par la Stratégie de Lisbonne par les chercheurs de l’association,

- des réunions mensuelles au Bureau de Bruxelles en présence de représentants de la Commission (la prochaine aura lieu le 26 janvier sur la réforme des aides d’Etat),

- deux dîners par an pour réunir les membres du Club Lisbonne autour de dirigeants des milieux publics, privés et associatifs (le premier aura lieu en mars-avril sur le financement de l’Union).

Le tout est restitué, expliqué et analysé dans ses publications : "Interface", le bulletin mensuel du Bureau de Bruxelles, la Lettre de Confrontations Europe, revue trimestrielle de l’association et l’Option, brochure dédiée à un sujet clé de la construction européenne.

Contact : Nathalie Lhayani, +33.1.49.88.11.94
nlhayani@confrontations.org.ns

Cercle de parlementaires européens Club Lisbonne

Liste provisoire

BERES Pervenche (PSE, France)

BENOVA Monika (PSE, Slovaquie)

BERSANI Pier Luigi (PSE, Italie)

BECSEY Zsolt László (PPE, Hongrie)

BRESSO Mercedes (PSE, Italie)

BOBOSIKOVA Jana (NI, République Tchèque)

BOURLANGES Jean-Louis (ADLE, France)

BUSQUIN Philippe (PSE, Belgique)

BULLMANN Udo (PSE, Allemagne)

COHN BENDIT Daniel (Verts, Allemagne)

FALBR Richard (PSE, République Tchèque)

FERREIRA Elisa (PSE, Portugal)

FONTAINE Nicole (PPE-DE, France)

GAUZES Jean-Paul (PPE-DE, France)

GEBHARDT Evelyne (PSE, Allemagne)

GERINGER DE OEDENBERG Lidia J oanna (PSE, Pologne)

GIEREK Adam (PSE, Pologne)

GRABOWSKA Genowefa (PSE, Pologne)

GUY-QUINT Catherine (PSE, France)

HASSI Satu (Verts, Finlande)

HERCZOG Edit (PSE, Hongrie)

HUGHES Stephen (PSE, Grande-Bretagne)

JANOWSKI Mieczyslaw (UEN , Pologne)

JONCKHEER Pierre (Verts, Belgique)

KOHLICEK Jaromir (GUE, République Tchèque)

KOSANE KOVACS Magda (PSE, Hongrie)

LAMASSOURE Alain (PPE-DE, France)

LAMBERT Jean (Verts, Grande-Bretagne)

LEINEN Jo (PSE, Allemagne)

MANN Erika (PSE, Allemagne)

MOSCOVICI Pierre (PSE, France)

OLBRYCHT Jan Marian (PPE-DE, Pologne)

POIGNANT Bernard (PSE, France)

ROCARD Michel (PSE, France)

ROSATI Dariusz (PSE , Pologne)

SKINNER Peter (PSE, Grande-Bretagne)

TOUBON Jacques (PPE-DE, France)

TURMES Claude (Verts , France)

VAN DEN BURG Ieke (PSE, Pays-Bas)

VAN LANCKER Anne (PSE, Belgique)

WEBER Henri (PSE, France)

WURTZ Francis (GUE, France)

ZVERINA Jaroslav (PPE, République Tchèque)

Anciens députés

HERZOG Philippe (president de Confrontations Europe, France)

LINKHOR Rolf (Allemagne)

RANDZIO PLATH Christa (Allemagne)

ZRIHEN Olga (senateur coopté, Belgique)


- source : extraits du site : www.confrontations.org




Danielle Bleitrach vient de publier avec Viktor Dedaj et Jean François Bonaldi "Cuba est une île", Ed. Le Temps des Cerises.


- Lire aussi :

Constitution Européenne :

On les appelle " directives Dracula" car elles craignent la lumière, par Jean-Jacques Chavigné.


De Danielle Bleitrach :

-Pourquoi les croire ?

- Le PCF, les USA et Cuba. (Avec Maxime Vivas)

- L’ Amérique latine et Cuba, laboratoire d’ une nouvelle "mondialisation" anti-impérialiste.

- Quelques raisons d’ espérer.

- La situation de la Côte d’Ivoire.

- Mais qui s’ intéresse au Panama ... et pourtant ...

- Le peuple Cubain a besoin de nous.


URL de cet article 2072
  

Même Auteur
Les Etats-Unis de mal empire : Ces leçons de résistance qui nous viennent du Sud
Danielle BLEITRACH, Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur Au moment même où les Etats-Unis, ce Mal Empire, vont de mal en pis, et malgré le rideau de fumée entretenu par les médias dits libres, nous assistons à l’émergence de nouvelles formes de résistances dans les pays du Sud, notamment en Amérique latine. Malgré, ou grâce à , leurs diversités, ces résistances font apparaître un nouveau front de lutte contre l’ordre impérial US. Viktor Dedaj et Danielle Bleitrach, deux des auteurs du présent livre, avaient intitulé leur précédent ouvrage (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La convention qui rédigea la Constitution des Etats-Unis était composée de 55 membres. Une majorité d’entre eux étaient des avocats - pas un seul fermier, ouvrier ou paysan. 40 possédaient du Revolutionary Scrip [monnaie émise pour contrer la monnaie coloniale]. 14 étaient des spéculateurs de terrains. 24 étaient des prêteurs. 11 étaient des marchands. 15 possédaient des esclaves. Ils ont crée une Constitution qui protège les droits de propriété, pas les droits de l’homme.

Senateur Richard Pettigrew - "Plutocratie Triomphante" (1922)

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.