Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Forte mobilisation populaire et de gouvernements du monde entier pour la prise de fonctions du président Nicolas Maduro (Brasil de Fato)

« Je vous déclare président de par la Constitution de la République Bolivarienne du Venezuela, par la volonté du peuple, pour la période 2019-2025″ : c’est ainsi que s’est adressé le juge Maikel Moreno, président de la Cour Suprême de justice du Venezuela (TSJ) à Nicolas Maduro. Celui-ci a officiellement prêté serment ce jeudi 10 janvier 2019. Selon l’article 231 de la Constitution, en cas de désobéissance légale de l’Assemblée législative – qui a refusé de reconnaître le verdict de la Justice sur des fraudes électorales -, c’est devant la Cour Suprême que le président élu doit prêter serment.

« Je jure au nom du peuple du Venezuela, je jure par l’héritage de nos ancêtres comme le chef indigène Guaicaipuro, je jure par notre héros Negro Primero et nos peuples de descendance africaine, je jure par le libérateur Simón Bolívar et les armées libératrices de notre Amérique, je jure par l’héritage de notre commandant Hugo Chavez, je jure devant les fils du Venezuela, que je ne reposerai ni mon bras ni mon âme pour réaliser tous les mandats de la Constitution du Venezuela » a poursuivi Nicolas Maduro, élu en mai 2018 avec près de 68 % des suffrages, après 26 jours de campagne officielle qui ont permis aux quatre candidats d’exposer leurs projets antagoniques dans les médias privés comme publics. Le Centre National Electoral avait installé 14.638 bureaux de vote sur l’ensemble du territoire. Étaient présents près de 2000 observateurs internationaux, venus notamment du CARICOM, de l’Union Africaine ou du CEELA, le respecté et pluraliste Conseil des Experts Électoraux Latino-américains qui a pleinement validé les élections, tout comme l’ex-président espagnol Rodriguez Zapatero pour qui “si le gouvernement bolivarien avait voulu frauder, il n’aurait pas invité le monde entier à observer les élections”. 17 audits du système électoral avaient été organisés et l’opposition avait signé le rapport concluant à la transparence de ce système de scrutin que Jimmy Carter a qualifié de “meilleur du monde”… (1)

À l’extérieur du Palais de Justice, une foule nombreuse attendait le président. Au moment du serment, beaucoup ont levé la main, en signe de loyauté. « On dirait qu’ils se sentent un peu présidents » commente un journaliste étranger. En effet. La population est venue en masse. L’avenue Baralt, l’une des plus importantes du centre de Caracas, était comble. L’atmosphère était solennelle et calme. Vêtus de rouge, comme le veut la tradition chaviste, les vénézuéliens étaient arrivés tôt depuis diverses régions du pays.

JPEG - 129.4 ko
Photo : Fania Rodrigues

Beatriz Pinto, une alphabétisatrice d’adultes, a quitté son état, Anzoátegui, la veille à 23 heures et a voyagé toute la nuit pour arriver à 4 heures du matin à Caracas. « Nous sommes venus apporter notre soutien moral à notre président. Nous ne permettrons à aucun satellite de l’Empire de le renverser, il a été élu par nous et nous le voulons à la présidence« .

Le prof de math Elieser Mendonza a débarqué de l’état de Monagas, à 4 heures de Caracas, pour défendre ce qu’il croit être la meilleure option pour son pays. « Nous sommes venus ici pour accompagner le président lors de sa prise de fonction parce que nous sommes engagés dans ce processus politique. Nous avions promis au commandant Chavez de défendre la révolution avec nos vies si nécessaire, hé bien nous sommes ici pour accompagner Nicolas Maduro ».

JPEG - 2.3 Mo
Photo : Fania Rodrigues

Difficile de ne pas remarquer l’ouvrier Wilmer José Valero, habillé en Che Guevara, et portant sur son dos un tableau du visage du libérateur Simón Bolívar : «  Ces symboles sont importants pour le Venezuela et pour le monde, moins pour l’Empire qui veut humilier le peuple vénézuélien mais nous ne le permettrons pas » explique cet habitant de Caracas.

JPEG - 97 ko
Photos : AVN

Invités internationaux

Le gouvernement vénézuélien a reçu des les délégations de plus d’une centaine de gouvernements de l’Inde à la Palestine et au Mexique, d’organismes internationaux (OPEP, ONU, OUA, CELAC, ALBA, CARICOM, OCS – groupe euro-asiatique de Shangaï, etc..) mais également de mouvements sociaux, d’intellectuels et d’organisations de jeunesse. La Russie a envoyé le haut représentant du Conseil de la Fédération alors que sa chancellerie vient de réitérer sa mise en garde aux Etats-Unis contre les conséquences d’une intervention militaire et leur demande fermement de cesser de fomenter la déstabilisation interne. Moscou a également dénoncé l’intention de Washington de créer un gouvernement parallèle au Venezuela et a réaffirmé sa volonté de coopérer avec le gouvernement et le peuple vénézuélien. La Chine a dépêché son ministre de la Défense, Wei Fenghe et son ministre de l’Agriculture, Han Changfu.

Parmi les présidents on apercevait notamment Evo Morales de Bolivie, Miguel Díaz-Canel de Cuba, Daniel Ortega du Nicaragua, ou Salvador Sánchez Cerén d’El Salvador. Mais aussi la sénatrice colombienne Piedad Cordoba, ex-candidate présidentielle et militante des droits humains, l’ex-président du Honduras, renversé par un coup d’Etat, Mel Zelaya, ou l’ex-chancelier et ex-Ministre de la Défense de Rafael Correa, Ricardo Patiño. Pour le Brésil était présente la députée et Présidente du Parti des Travailleurs (PT) Gleisi Hoffmann, ainsi que le coordinateur du Mouvement des Travailleurs Sans Terre (MST), João Pedro Stedile.

Le “groupe de Lima” composés de régimes de droite (Brésil, Colombie, Chili, Honduras, etc..) sous influence de Washington et de l’Union Européenne, a déclaré cette élection “illégitime” mais ces pays que les grands médias tentent de faire passer pour la “communauté internationale” sont en réalité minoritaires et isolés.


Gleisi Hoffmann la Présidente du Parti des Travailleurs du Brésil a souligné la nécessité d’apporter le soutien et la solidarité au peuple et au président du Venezuela : "l’attitude agressive du gouvernement Bolsonaro contre le Venezuela suscite une forte opposition au Brésil et contredit notre tradition diplomatique". Au nom du Mouvement des Travailleurs Sans Terre, Joao Pedro Stedile a “salué le président vénézuélien Nicolás Maduro, qui commence un nouveau mandat constitutionnel. Le peuple vénézuélien sait que l’opposition soumise aux États-Unis n’a pas l’intention de sortir le pays de la crise. Le Venezuela suit sa propre voie et n’acceptera jamais une intervention de l’impérialisme”.

Actes officiels

Lundi, le président prononcera un discours devant l’Assemblée Nationale Constituante, où il rendra compte de ce qui a été entrepris au cours de son mandat antérieur, remettra aux députés le Plan de la Patrie 2019-2025 pour proposer d’en faire une loi de rang constitutionnel, et annoncera les mesures économiques les plus urgentes face à une guerre économique qui a vu le secteur privé augmenter les prix à des niveaux inouïs tandis qu’un leader peu connu de l’extrême droite, Juan Guaido, coorganisateur des violences meurtrières de 2017, élu président par l’assemblée législative en désobéissance légale, a tenté de s’autoproclamer “président de la république”, avec la reconnaissance immédiate des Etats-Unis et de la droite latino-américaine, et a aussitôt exigé que “les forces armées chassent l’usurpateur Maduro” (sic).

Dans son discours inaugural, le président Maduro a appelé à l’unité nationale, soulignant l’importance de la souveraineté du Venezuela : "le monde est plus grand que l’Empire américain et ses gouvernements satellites, le monde n’est plus homogène ni unipolaire. Les choses ont changé, il y a un monde debout, qui ne veut plus obéir, qui ne fera plus marche arrière, et le Venezuela ouvre ses bras à ce nouveau monde de respect, de coopération et de fraternité".

Fania Rodrigues












Photos : AVN/ Alba Ciudad

Note :

(1) Lire (PHOTOS :) NICOLAS MADURO EST RÉÉLU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE AVEC 68 % DES VOIX

Source de cet article : publié initialement sur Brasil de Fato, https://www.brasildefato.com.br/2019/01/10/maduro-e-declarado-oficialmente-presidente-da-venezuela-para-o-periodo-2019-2025/

Traduction : Thierry Deronne

»» https://wp.me/p2ahp2-4r3
URL de cet article 34402
   
Même Thème
Chávez. L’homme qui défia l’histoire
Modesto E. Guerrero
Cette biographie complète du commandant Hugo Chávez, écrite par un intellectuel vénézuélien reconnu, révèle les traits essentiels d’un personnage qui n’appartient pas seulement à la légende mais aussi à l’histoire de son temps. Le lecteur est entraîné dans ce parcours exceptionnel, de la province de Barinas jusqu’aux plus hautes charges de la plus grande révolution d’après la guerre froide. Le portrait intime et politique rejoint ici l’épopée de la libération d’un peuple et de tout un continent. 514 pages (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’histoire de toute société jusqu’à nos jours n’a été que l’histoire de luttes de classes.

Karl Marx


Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.