Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


France : l’avènement de la démocratie pour rire

La querelle du burkini, c'est le saut qualitatif qui précipite la politique française dans le néant, le dernier accès d'auto-dérision qui lui porte le coup de grâce. De l'extrême-droite à l'extrême-gauche, toute la classe politique a joué sa partition dans cette cacophonie estivale. Gauche obsédée du foulard, revenants de la droite décomplexée, FN à l'affût, quelle belle unanimité ! A croire que le trouble identitaire est leur gagne-pain, le péril musulman leur fonds de commerce et la chasse au morceau de tissu intempestif leur priorité pour la France.

Crispation faciale à l’appui, le premier ministre fulmine contre le voile et fantasme sur les seins de Marianne. Le président des Républicains rêve d’une loi qui proscrive définitivement le voile et le burkini. Le vice-président du FN veut tout interdire, voile, croix et kippa confondus. Un candidat de la gauche de la gauche voit dans un maillot de bain une offensive salafiste. Leur mot d’ordre commun ? On le devine. C’est l’éradication, comme si supprimer les signes extérieurs de la diversité confessionnelle permettait de rendre la société homogène, oblitérant miraculeusement tout le reste.

On aimerait sourire de cette surenchère, mais elle fait des dégâts. En caricaturant le débat d’idées, cette guerre picrocholine frappe d’inanité le jeu démocratique. Cette rixe estivale autour d’un maillot de bain ne se contente pas, en effet, de ridiculiser la classe politique. En l’incitant à pourchasser des fantômes, elle infantilise aussi le peuple, elle l’aliène, elle détourne son regard vers un théâtre d’ombres. La querelle du burkini, c’est la chasse au pokémon mise à la portée des adultes. C’est la politique ravalée au rang d’un divertissement compulsif pour impubères.

Car le problème de toutes les parodies, c’est qu’elles finissent par remplacer ce qu’elles imitent. Parodie de démocratie, la démocratie-burkini se substitue donc au débat citoyen comme l’euro a remplacé le franc, la commission de Bruxelles le gouvernement et les multinationales le parlement. On devrait se demander si le TAFTA est bon pour l’environnement, si la Loi-Travail est favorable à l’emploi et si l’OTAN est utile à la paix, mais rien n’y fait. On doit subir du matin au soir des querelles vestimentaires.

Il paraît que ces bouts de tissu ont une signification qui les dépasse, qu’elle serait fâcheuse, et qu’il faudrait y voir un affichage militant. En admettant que ce soit vrai, notre société est-elle si faible qu’elle n’en supporte pas la vue au point de vouloir tout faire disparaître ? A supposer que la porteuse de burkini veuille islamiser les crabes à coups d’épuisette, notre acharnement à la combattre n’est pas le signe de notre force, mais celui de notre faiblesse. Cette farce grotesque, en réalité, est l’indice de notre régression politique. Ce formidable appel d’air atteste notre épuisement démocratique, il est la manifestation pathétique de notre impuissance à faire face aux véritables enjeux.

Ce vide sidéral, au fond, est l’expression d’une perte gravissime, celle de la souveraineté. En perdant le droit de faire ou de défaire la loi au terme d’une délibération collective, nous nous sommes livrés pieds et poings liés aux imposteurs de tous bords. Tant que les citoyens se verront frustrés de leur citoyenneté, ils feront un gibier idéal pour les faiseurs de querelles byzantines. La clownerie politicienne autour du maillot de bain est aujourd’hui l’indice le plus sûr de cette dépossession. Sa vacuité absolue témoigne de la déchéance absolue de la citoyenneté démocratique. Comme un révélateur chimique, elle rend visible l’effondrement de la souveraineté populaire. Le burkini, c’est le cache-sexe d’une démocratie pour rire, la gaudriole dont l’oligarchie nous amuse pendant qu’elle décide à notre place et palpe ses dividendes.

»» http://oumma.com/223577/france-l-avenement-de-democratie-rire
URL de cet article 30896
   
DETTE INDIGNE ! QUI SONT LES COUPABLES ? QUELLES SONT LES SOLUTIONS ?
Jean-Jacques CHAVIGNE, Gérard FILOCHE
« Euro-obligations », « règle d’or », « gouvernance européenne », « fédéralisme budgétaire »… la crise de la dette qui ébranle la France et l’Europe donne lieu à une inflation sans précédent de termes économico-financiers dans les médias et dans les discours des dirigeants politiques. Pour les citoyens, ce vocabulaire, souvent obscur, dissimule une seule et même réalité : un gigantesque mouvement de transfert des dettes privées (en particulier celles des banques) vers les dettes publiques pour essayer de faire (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« (...) on a accusé les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité. Les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe dirigeante de la nation, devenir lui-même la nation, il est encore par là national, quoique nullement au sens bourgeois du mot. »

Karl Marx, Friedrich Engels Manifeste du Parti Communiste (1848)


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
19 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.