RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

l’impérialisme, stade suprême du capitalisme

Cette année est particulière car c’est l’année du centenaire du livre de Lénine Impérialisme stade suprême du capitalisme. Malgré ce siècle qui nous sépare, son raisonnement est toujours d’une actualité brûlante et permet de nous éclairer sur les problèmes contemporains. Lénine développe avec précision la “logique” du régime capitaliste, qui parvenu à son stade impérialiste, exacerbe les contradictions de classes, la concurrence entre capitaux et du coup la rivalité entre puissances mondiales pour l’hégémonie mondiale.

Lénine établit que le déploiement de la libre concurrence implique un développement intense de l’industrie, entraînant la concentration de la production et la formation de grands groupes monopolistes. Ces derniers s’entendent sur les conditions de vente, ils se répartissent les débouchés, ils déterminent la quantité des produits à fabriquer. Ils fixent les prix. Ils gèrent et contrôlent l’ensemble de la vie économique, ce qui conduit à la transformation de la concurrence en monopole. Hier comme aujourd’hui, ce sont eux le vrais détenteur du pouvoir. D’ailleurs aujourd’hui, les 1% les plus fortunés concentrent 46% du patrimoine mondial.

Lénine montre aussi que l’interpénétration du capital bancaire et du capital industriel marque la naissance du capital financier avec son inévitable domination. En effet, le développement des monopoles ne pouvait s’effectuer sans le rôle des banques qui transforme le capital passif (l’argent) en capital actif (qui génère des profits). De par leur développement et le processus de concentration, les banques deviennent de grands monopoles. Les petites banques disparaissent ou sont absorbées par les grandes. Les entreprises sont ainsi sous le contrôle des grands groupes bancaires avec lesquels elles travaillent.

Le capitalisme classique se caractérise par l’exportation de marchandises, mais arrivé à son stade impérialiste, c’est l’exportation de capitaux qui prédomine. Les pays développés peuvent exporter des capitaux en grandes quantités, car ils en détiennent d’importants excédents, qu’ils ont beaucoup de peine à investir dans leur économie saturé en biens. C’est alors que l’exportation des capitaux devient ainsi un moyen d’encourager l’importation des marchandises à bas coup. Ceci permet de maintenir un taux de profit raisonnable (du moins temporairement) aux capitalistes. La Chine illustre à merveille ceci depuis 20 ans.

Lénine constate que le partage du monde entre les puissances exportatrices de capitaux implique un partage effectif des différentes zones du globe. En fonction de cette logique, les groupes peuvent parvenir à se mettre d’accord pour occuper le monde de façon à ce que chacun puisse en tirer le maximum. Mais comme le monde était entièrement partagé depuis le début du XXe siècle, la lutte pour les marchés et le contrôle des différentes zones du monde, a abouti au conflit de 14-18. Mais si le conflit fut désastreux pour la population, il fut au contraire une véritable bouée de sauvetage pour les capitalistes en sursis. En effet pour le grand capital, la guerre n’a que de grandes vertus. La principale est de supprimer une partie non négligeable des classes laborieuses qui pourraient être tenté par renverser le capitalisme. Il y a aussi, la perspective du champ de ruine encore fumant qui permettra aux capitaux surabondants de trouver enfin un débouché solvable lors de la reconstruction (cf les trente glorieuses, après 1945). Mais la crise économique du début du XXème siècle était telle qu’une seule guerre mondiale n’allait pas suffire. Lénine avait bien compris qu’une seconde guerre mondiale était inévitable. Il n’était plus de ce monde mais son anticipation allait se vérifier 15 ans plus tard dans la dramatique période de repartage de la deuxième guerre mondiale.

Aujourd’hui de nouveaux prétendants à un repartage se manifestent sur la scène mondiale ce qui laisse présager d’un triste futur. Partout les grands groupes impérialistes sont obligés de défendre leurs propres marchés, mais aussi se battre pour en gagner contre leurs concurrents et pour espérer maintenir leurs profits. Le combat est devenu permanent (Irak, Ukraine, Syrie, Libye, Afrique), ce qui ne correspond qu’aux combats annonciateurs de la prochaine guerre mondiale. De la même façon que la crise marocaine ou la guerre balkanique était annonciateur de la boucherie de 1914.

»» http://hugambrules.overblog.com/2016/09/l-imperialisme-stade-supreme-d...
URL de cet article 30919
   
Même Thème
Un autre capitalisme n’est pas possible
Rémy HERRERA
Le capitalisme est en crise. Il pourrait même s’agir d’une des plus graves crises de l’histoire moderne. Et pourtant, à suivre l’actualité au jour le jour, l’opinion publique peut avoir le sentiment que cette crise est déjà derrière nous. Or, le pire est sans doute encore à venir, malgré les propos rassurants tenus et les aménagements envisagés. En effet, la réactivation annoncée de l’intervention étatique a notamment pour objet la négation de la nature de biens publics à la fois gratuits et libres de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nous devons employer la force parce que nous sommes l’Amérique. Nous sommes la nation indispensable.

Madeleine Allbright
Secrétaire d’Etat des Etats-Unis

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
67 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.