RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Gepetto et Pinocchio (Rebelion)

dessin : Marco Murilungo

Gepetto, amoureux de sa marionnette, nous explique le conte, vendit son manteau pour que Pinocchio pût aller à l’école.

Pinocchio, amoureux de son créateur, nous dit encore le conte, alla à l’école bien décidé à beaucoup travailler pour avoir un bon métier, gagner beaucoup d’argent et acheter un manteau à Gepetto.

Gepetto, c’est moi qui l’ajoute, grâce à la bonne Fée Bleue, récupéra son manteau puis il le revendit pour que Pinocchio pût aller au Lycée.

Pinocchio alla au lycée bien décidé à beaucoup travailler pour avoir un bon métier, gagner beaucoup d’argent et acheter un manteau à Gepetto.

Gepetto, avec l’aide de la bonne Fée Bleue, récupéra son manteau et le revendit une nouvelle fois pour que Pinocchio pût aller à l’Université.

Pinocchio alla à l’Université bien décidé à étudier d’arrache-pied pour avoir un bon méier, gagner beaucoup d’argent et acheter un manteau à Gepetto.

Gepetto, appela encore à l’aide la bonne Fée Bleue et revendit son manteau pour que Pinocchio, après avoir fini ses études, pût passer les concours et obtenir un poste.

Pinocchio passa les concours bien décidé à être reçu pour avoir un bon travail, gagner de l’argent et acheter un manteau à Gepetto.

Gepetto est désespéré ; il doit encore loger et nourrir Pinocchio chez lui. Sa pension de retraite a été amputée, l’hypothèque sur l’appartement arrive à échéance et doit être remboursée, il est menacé de saisie et même la Fée Bleue, qui a été mutée vers un autre conte, l’a laissé tomber. Après son manteau, il a aussi vendu son chapeau, sa chemise, son pantalon et ses souliers pour aider Pinocchio tant qu’il est au chômage.

Pinocchio ne passe plus le concours de recrutement. Il est marié. Il a un enfant et il habite toujours chez Gepetto, avec sa femme qui est aussi au chômage. Hier, il s’apprêtait à vendre son manteau pour que son fils pût aller à l’école lorsque, effondré, il s’est aperçu qu’il n’avait pas de manteau.

Koldo Campos Sagaseta

Rebelión http://www.rebelion.org/noticia.php?id=121272

Traduit par Manuel Colinas Balbona pour Le Grand Soir

URL de cet article 12649
  

Même Thème
L’Âge du capitalisme de surveillance
Shoshana Zuboff
« Révolutionnaire, magistral, alarmant, alarmiste, déraisonnable... Inratable. » The Financial Times Tous tracés, et alors ? Bienvenue dans le capitalisme de surveillance ! Les géants du web, Google, Facebook, Microsoft et consorts, ne cherchent plus seulement à capter toutes nos données, mais à orienter, modifier et conditionner tous nos comportements : notre vie sociale, nos émotions, nos pensées les plus intimes… jusqu’à notre bulletin de vote. En un mot, décider à notre place – à des fins (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

John Swinton, célèbre journaliste, le 25 septembre 1880, lors d’un banquet à New York quand on lui propose de porter un toast à la liberté de la presse

(Cité dans : Labor’s Untold Story, de Richard O. Boyer and Herbert M. Morais, NY, 1955/1979.)

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.