RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

GS, la machine à broyer !

Billet du 5 septembre 2012, Front de Lutte des Syndicalistes.

Impunité 0 ou Complicité sans limite !

Ceux, qui ont pu regarder le documentaire sur la banque Goldman-Sachs qui est passé sur la chaîne franco-allemande Arte le mardi 4 septembre, ont dû être interloqués par la manipulation exercée sur le monde, venant du 44ème étage d’un immeuble new-yorkais.

Ce reportage/documentaire peut être revu sur : http://videos.arte.tv/fr/videos/goldman-sachs-la-banque-qui-dirige-le-...

De plus, mais le hasard n’existe pas, ce reportage est diffusé alors que dans la même journée, François Hollande venait de rencontrer le Président du Conseil italien, Mario Monti qui fût ou est encore peut-être, une des têtes pensantes de « la firme »…

Franchement, qu’on soit de droite ou de gauche, ne sommes-nous pas inquiets que quelques traders, mathématiciens et techniciens de la finance… agissent comme les adeptes d’une secte satanique qui mènent à notre perte en spéculant sur l’effondrement d’un pays ou sur la mainmise sur tout ce qui touche à nos vies quotidiennes ?

Aussi, si François Hollande, Jean-Marc Eyrault et tous les députés de droite et de gauche qui composent l’Assemblée Nationale, ont vu ce reportage terrible et argumenté, ne doivent-ils pas s’interroger sur la nature du nouveau traité de stabilité (TSCG) qu’ils entendent voter sur ordre et signer sans se poser de questions sur la suite ?

Nous exigeons un référendum, mais avec la découverte de ce reportage accessible même aux nuls en économie, n’est-il pas une nécessité quand le gouvernement, par la voix de ses ministres, nous parle de cohésion et d’unité nationale face à la crise qui s’abat sur l’Euro comme une volée de moineaux sur une poignée de blé ?

Ce mardi 4 septembre, sur la chaîne Canal+, quelques minutes avant la diffusion du documentaire sur Arté, le Ministre Peillon nous parlait de la morale laïque et de la responsabilité citoyenne avec des droits et des devoirs.

Mais que de grands mots mis en avant par un technocrate politicien pour culpabiliser le peuple sans se soucier des réalités que le peuple vit au quotidien. Où est cette fameuse morale laïque et républicaine quand une méga banque mondiale comme Goldman-Sachs joue nos vies dans un casino, sans se soucier de ses devoirs envers les peuples et avec une responsabilité avérée sur la crise qui touche la zone euro et la planète entière ?

Aussi, la priorité de ce nouveau gouvernement est-elle d’imposer un placébo maçonnique au mal qui nous ronge, qu’est l’éducation de la morale laïque et républicaine dans les écoles, ou de lutter contre un cancer qui désagrège notre société, celui de l’indécence du système capitaliste alimenté par la corruption d’une oligarchie nationale et européenne, qui nous mène tout droit dans la gueule des requins ?

On peut se demander si Goldman-Sachs n’a pas spéculé, ce qui serait amoral, sur les guerres en cours et à venir, puisque les commandes, les livraisons et les productions d’armes ont explosé depuis maintenant 3 années, ayant dans ses clients les multinationales qui alimentent ce marché de la mort. Mais ce n’est pas la peine de se poser la question et de tourner autour du pot, les traders de GS ont parié sur ce marché de la guerre et sur l’économie de guerre depuis bien longtemps et ont employé leurs agents pour influencer sur les conflits en cours et avenir.

Durant la dernière campagne électorale, Le Front de Gauche et son porte-parole Jean-Luc Mélenchon, ont été vilipendés par le PS, infantilisés par les média, dénigrés par les dirigeants sectaires de l’extrême-gauche, menacés par l’extrême-droite nationale-chauvine… alors qu’ils avaient dénoncé la nomination de Mario Draghi à la tête de la Banque Centrale Européenne.

Or le documentaire montre qui est ce personnage, adulé et acclamé par les eurodéputés libéraux, méprisant quand un député lui pose des questions sur son passé de membre du directoire de Goldman-Sachs « tripoteur » des comptes grecs afin d’entrer dans la zone euro.

Mélenchon dit toujours : « je ne vise pas les hommes mais les idées politiques qu’ils défendent… », et il a exprimé sa motivation à mettre dehors Mario Draghi , le Président de la Banque Centrale Européenne.

Aussi, et nous prenons le risque de passer pour d’affreux bolchevicks en mal de têtes coupées, nous pensons que Jean-Luc Mélenchon a un tort, celui de répéter cela, car ce sont ces hommes tels que Draghi qui portent l’ultralibéralisme « aujourd’hui dépassé par Goldman-Sachs » pour paraphraser un trader britannique.

On ne peut avoir aucun respect tant moral que physique pour un individu, qui vit dans une bulle avec les siens sans se soucier des autres, qui détruit des peuples et des nations, qui sème la misère dans le monde entier pour le transformer en argent sonnant et trébuchant réservé à sa caste sociale. Nous disons cela, car on ne peut expliquer à des salariés licenciés que celui qui les licencie, directeur ou DRH, sont certes aux ordres mais qu’en fait dans la vie, ils sont des hommes ordinaires avec des sentiments pour les autres, car en fait ils servent une idéologie en toute conscience de ce que deviendront les salariés licenciés.

La pieuvre mafieuse G-S : Les italiens Mario Draghi, directeur de la BCE et Mario Monti, ancien commissaire européen chargé du marché intérieur et de la libre concurrence, actuel président du conseil italien : Loucas Papadémos, l’ex 1er ministre grec : le britannique Peter Sutherland, ex conseiller de Margareth Thatcher, ancien commissaire européen et membre de l’OMC et du Gatt : John Paulson, ancien secrétaire d’Etat au Trésor des USA : Les français Charles de Croisset, ex dirigeant du CCF, membre de l’Inspection Générale des Finances, Président de la Fondation du Patrimoine et membre d’honneur de l’observatoire du Patrimoine religieux, membre des conseils d’administration de : Renault-Bouygues-LVMH-Lagardère… et Philippe Gudin de Vallerin, chef du service des politiques macroéconomiques et des affaires européennes à la direction générale du Trésor, second du Directeur du Trésor, Ramon Fernandez, pour dans la préparation technique des sommets et des négociations européennes : les allemands Paul Achleitner, Président de l’assurance Allianz, conseiller du directeur général du Fonds européen de Stabilité financière (FESF), et Klaus Regling : l’espagnol Luis de Guindos, Ministre de l’économie, ancien professeur à l’IE Business School et ex dirigeant de la branche ibérique de Lehman Brothers sacrifiée par les USA sur ordre de GS… et l’indéboulonnable complice, José Manuel Barroso, Président de la Commission Européenne… sont ceux qui, aujourd’hui, veulent imposer le traité de stabilité et la règle d’or… (le TSCG) pour rembourser des dettes qu’ils ont sciemment créées.

Tous ces cadres dirigeants de Goldman-Sachs, surnommés les « Moines » par la profession des traders qui sont loin d’être des enfants de coeur, ont infiltrés l’appareil politique mondial, pour servir une idéologie ultralibérale devenue incontrôlable, et un système capitaliste tellement débridé et protégé qu’il devient fou et s’emballe sans que personne ne puisse l’arrêter et qu’un dirigeant ose stopper sa domination incompréhensible pour ne pas être pris pour cible et pris dans les tentacules de la « firme ».

La conclusion est que le gouvernement ne peut ignorer cela, alors soit il est complice soit il est tétanisé. S’il est complice, c’est de la haute trahison et un parjure, s’il est tétanisé, il doit donner au Peuple, le moyen de s’exprimer dans un référendum. La question de la présence de François Hollande en Italie pour rencontrer Mario Monti, pose aussi problème quand on connaît maintenant le rôle de cet oligarque italien en Europe, lui qui fût, entre autre, un ardent défenseur de la circulaire Bolkestein et de concurrence libre et non faussée.

Quoi qu’il en soit, en tant que travailleurs, la solution du pansement n’est pas viable, il n’arrêtera pas l’hémorragie, la solution c’est le renversement du système capitaliste, c’est une question de vie ou de mort des peuples et de la démocratie, soit-elle précaire et à la merci du capital. Aujourd’hui, la lutte de classes est de plus en plus d’actualité !

URL de cet article 17647
  

TOUS LES MEDIAS SONT-ILS DE DROITE ? Du journalisme par temps d’élection
par Mathias Reymond et Grégory Rzepski pour Acrimed - Couverture de Mat Colloghan Tous les médias sont-ils de droite ? Évidemment, non. Du moins si l’on s’en tient aux orientations politiques qu’ils affichent. Mais justement, qu’ils prescrivent des opinions ou se portent garants du consensus, les médias dominants non seulement se comportent en gardiens du statu quo, mais accentuent les tendances les plus négatives inscrites, plus ou moins en pointillé, dans le mécanisme même de l’élection. Ce sont (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Je ne sais pas."

Secrétaire d’Etat des Etats-Unis Colin Powell.
Interrogé pour savoir s’il aurait été favorable à une invasion de l’Irak
en sachant de ce dernier ne possédait pas d’armes de destruction massive.

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.