Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Guiyu, la ville aux chiffonniers de l’électronique

Image : Guiyu

Mourir à date fixe : le profit par péremption

«  La réparation vous coûtera aussi cher qu’un appareil neuf », «  désolé mais c’est irréparable », «  ce portable est has-been, tu devrais t’en acheter un neuf »… Ces réflexions courantes sont des avatars de «  l’obsolescence programmée » : un processus par lequel un bien tombe en désuétude pour son utilisateur, parce qu’il est tombé en panne, ou parce qu’il n’est simplement plus «  à la mode ». Cette «  obsolescence programmée » est analysée dans un rapport récemment publié par les Amis de la terre et le Centre national d’information indépendante sur les déchets (Cniid [site suspendu. Autre lien en rapport : https://www.fournisseur-energie.com/actualites/dechets-les-enjeux/ - NdR]). Elle est née avec la révolution industrielle et la généralisation du modèle productiviste. Cette philosophie du «  toujours moins bien pour toujours plus » multiplie les astuces visant à rendre un appareil obsolète afin qu’il soit rapidement remplacé par un nouveau produit. Et cette stratégie est clairement planifiée par les marques industrielles. Bastamag, Chris Jordan

On crée maintenant des objets, des programmes, des outils, qui meurent à date fixe… L’ère de l’irréparable. Ou alors, les coûts de réparations sont plus élevés que l’appareil.

Dans le domaine des appareils ménagers, on n’a rien ménagé pour qu’ils ne durent pas. Le bon vieux lave-vaisselle qui durait 25 ans, n’en a plus que pour dix ou 12.

On fabrique de manière immorale en créant des modèles sciemment compliqués, aux pièces souvent imbriquées, de sorte qu’un pièce n’est plus remplaçable. On s’arrange pour qu’ils soient de moins en moins démontables.

Adieu le vieux frigo des années 50, dont certains ronronnent encore.

Le temps et l’argent…

Il fut un temps où les couples achetaient leur «  ménage » pour la vie. Ou presque… Mémé et Pépé mouraient avec leur vieux stock. Maintenant, c’est le vieux stock qui meure trois ou quatre fois.

L’art de fouetter les ventes…

Tout ça par la culture de l’obsolescence…

«  En 2010, un Français achète environ six fois plus d’équipements électriques et électroniques qu’au début des années 1990 et chacun se débarrasse annuellement de 16 à 20 kg de déchets électriques et électroniques »…

L’obsolescence programmée s’appuie aussi sur le besoin de renouvellement perpétuel : l’importance d’être à la mode, alimentée par l’arrivée incessante de nouveaux objets, qui chassent les anciens. Le dernier Ipad rend archaïque les récents smartphones qui eux-mêmes transforment le baladeur MP3 en objet préhistorique. «  L’obsolescence technique incite également les clients au remplacement plutôt qu’à la réparation », confirme Darty, interrogé par l’enquête conjointe des Amis de la Terre et du Cniid. Bastamag, Chris Jordan

Des montagnes de déchets

«  Malgré une interdiction des importations de déchets électroniques, la Chine demeure la décharge des pays développés », souligne aussi le document. Mais désormais, le pays doit aussi faire face à la demande intérieure. A elle seule, la Chine produit déjà environ 2,3 millions de tonnes de déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) par an, uniquement devancée par les Etats-Unis, qui en produisent 3 millions.

Le phénomène devrait aussi se poursuivre durant les dix prochaines années dans les pays étudiés par le PNUE. En 2020, la quantité de déchets électroniques liés aux seuls ordinateurs hors d’usage devrait bondir de 500 % en Inde, entre 200 et 400 % en Afrique du Sud ou en Chine, par rapport au niveau de 2007. En Chine, les déchets liés aux terminaux mobiles seront par ailleurs 7 fois plus nombreux qu’en 2007, et 18 fois plus nombreux en Inde. Le nombre de déchets liés aux téléviseurs ou aux réfrigérateurs devraient aussi doubler en dix ans en Inde et en Chine. Source

Les chiffonniers du 21ième siècle

Près de 100 000 travailleurs migrants désossent, trient et brûlent les produits informatiques dans des conditions proches de l’esclavage. Sans protection et pour 2 dollars par jour ils mettent leur vie en péril notamment en respirant des substances nocives. Ouvaton,org

Ce qui donne de l’emploi aux …démunis. Et dans des conditions plus qu’insalubres. Une nouvelle race de travailleurs est née : les chiffonniers de l’électronique. Mais les produits recyclables étant de plus en plus «  pauvres », il est de plus en plus difficile de recycler.

Le pire du pire est la décharge où se «  recyclent » les derniers morceaux des ordinateurs. Ils sont payés entre 500 et 600 kuais par mois (50 à 60 euros). 80% des enfants sont atteints d’insuffisante respiratoire et de saturnisme. Les gens sont obligés aussi d’acheter de l’eau en dehors. Ouvaton,org

Guiyu, Chine : le plus grand dépotoir de l’électronique du monde


La ville de Guiyu (Chine) possède 5,500 entreprises de recyclage de matériel électronique (ordinateurs, cellulaires etc). Ces entreprises récupèrent annuellement 1.5 million de livres de composantes.

Cela, au prix d’empoisonnement au plomb, d’un taux de
cancer et de fausse couche anormalement élevé.

80% du matériel provient de l’extérieur du pays.

Gaëtan Pelletier La Vidure

URL de cet article 15867
   
Un autre regard sur le 11 septembre
David Ray GRIFFIN
« En s’appuyant sur des milliers de sources, cette critique détaillée, loin de partir d’idées préconçues ou d’exprimer une opinion réactionnaire, soulève assez de questions précises et dérangeantes pour étayer une demande de nouvelle enquête plus convaincante que jamais. » - Publishers Weekly Présentation de l’auteur David Ray Griffin est professeur émérite de philosophie des religions et de théologie à la Claremont School of Theology et à la Claremont Graduate University. Il est également, co-directeur du (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ce qui distingue principalement l’ère nouvelle de l’ère ancienne, c’est que le fouet commence à se croire génial.

Karl Marx


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.