Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Suite de l’épisode précédent, où il était convenu que nous étions trop cons

Ils ont pas bien expliqué

« Un corps malade attire les asticots » (euro-proverbe)

Trop cons, oui… Effectivement, ce lundi, c’est le message principal adressé à ce peuple ingrat, qui ne sait pas à quel point l’Europe lui est profitable. Mais, comme toujours dans ces cas-là (pensez à 2005), ceux d’en haut (aussi d’à côté et d’ailleurs, manifestement) admettent leur erreur : ils nous ont pas bien expliqué.

A défaut, ils ont bien essayé de nous mettre en garde, de jouer sur la corde sensible. Si l’on ne votait pas, ou mal, nous risquions gros. La vilaine Le Pen était en embuscade. Et de nous convaincre que pour combattre l’effet, il fallait s’en remettre à la cause. (Relire doucement, c’est pas mal…).

Abattus, déconsidérés, vomis, les candidats éplorés se réfugièrent sur les plateaux de télévision, où, réfrénant leur mépris pour ce peuple si con, ils firent leur mea culpa. La religion de l’Europe (capitaliste et otanesque) ne pouvant être mise en cause, et l’électeur ne pouvant être qualifié de crétin publiquement, il ne pouvait s’agir que d’un problème de pédagogie.

Maître de sa classe, l’euro-centriste, euro-vert, euro-socialiste, euro-uhèmepiste (rayez les inutiles. C’est fait ?), attend des résultats satisfaisants au moment des examens. Depuis des années, il s’acharne contre les mauvais élèves, les repousse au fond de la classe, leur met des bâtons dans les roues, les handicape, les exclut (chômage, précarité, destruction des conquêtes sociales). En concluant chaque vacherie par un « Europe sociale ! » plein d’espoir.

Pour le premier rang, pour les fayots, les bons élèves, une avalanche de bons points, de petits cadeaux, d’avantages divers (privatisations, baisses d’impôts, mise en concurrence des travailleurs). Résultat à la fin de l’année : les capitalistes passent haut la main, mention « très bien l’Europe », et les prolétaires sont recalés. Ils n’ont pas, ou ont mal voté.

Alors, problème de pédagogie ou choix délibéré de servir les intérêts des capitalistes ? Si l’on se convainc que la deuxième option est la bonne, alors, chers électeurs, bonne nouvelle : nous ne serions pas trop cons, mais juste un peu insolents. Des cancres. En nous réunissant, en nous organisant, nous pourrions faire une bonne classe.

HDM

CE MERCREDI 28 MAI 2014 A 18H30 C’EST « L’HEURE DE L’METTRE » Sur RADIO CAMPUS Lille 106,6

En direct et en archives sur www.campuslille.com

(Ce mercredi nous ferons notre propre tour d’Europe, avant de vous proposer notre « ¼ d’heure en Palestine » et la Semaine à Cuba. Pour vous consoler d’avoir oublié de voter dimanche, vous pouvez toujours écouter l’émission de la semaine passée, qui donnera un sens politique à votre distraction : http://www.campuslille.com/index.php/entry/on-est-trop-cons-c-est-l-he...)

URL de cet article 25746
   
Même Thème
En finir avec l’eurolibéralisme - Bernard Cassen (dir.) - Mille et Une Nuits, 2008.
Bernard GENSANE
Il s’agit là d’un court ouvrage collectif, très dense, publié suite à un colloque organisé par Mémoire des luttes et la revue Utopie critique à l’université Paris 8 en juin 2008, sous la direction de Bernard Cassen, fondateur et ancien président d’ATTAC, à qui, on s’en souvient, le "non" au référendum de 2005 doit beaucoup. La thèse centrale de cet ouvrage est que l’« Europe » est, et a toujours été, une machine à libéraliser, au-dessus des peuples, contre les peuples. Dans "La fracture démocratique", (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le rôle d’un bon journaliste est de s’en prendre aux abus de pouvoir des puissants. Et lorsque cela arrive, la réaction est toujours violente.

Julian Assange


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.