RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Irak : Moi, un marine tueur de civils, par Patricia Lombroso - il Manifesto.



il manifesto, jeudi 3 mars 2005


« J’ai vu l’horreur de ce que nous faisons chaque jour en Irak, j’y ai participé. Nous ne sommes que des assassins. Nous tuons des civils irakiens en permanence : rien de plus. Je pense que tous les contingents militaires étrangers en Irak doivent être immédiatement retirés. Et je le dis aux autres soldats, qui pour éviter des punitions et des représailles de l’armée ne veulent pas parler et admettre que notre mission n’est pas de tuer des terroristes mais des civils innocents ». C’est ainsi, dans l’interview à il manifesto, que Jimmy Massey, de Waynesville ; une petite commune de Caroline du Nord, a décidé de déchirer le voile de silence qui enveloppe la « noble mission » en Irak. Congédié du corps des marines pour des raisons médicales, il a écrit un journal, « Cow-boys from Hell », qui sera publié à la fin de l’été.


Quelle était votre situation ?

J’étais sergent dans le 3ème bataillon des marines pendant l’invasion, au printemps 2003.

Combien de temps êtes-vous resté ?

Du 22 mars au 15 mai. Quatre mois d’enfer. Ils ont dû me renvoyer aux Usa pour stress disorder. C’est le terme employé en jargon militaire pour dire que j’ai perdu la raison à cause de l’horreur que j’ai vécue.

Avez-vous été dans les marines pendant longtemps ?

Pendant douze ans.

Aviez-vous déjà été à la guerre avant ?

Jamais.

Maintenant vous êtes membre du groupe « Vétérans d’Irak contre la guerre ».

Oui. Au début, je me suis rendu en Irak avec la conviction de devoir éliminer les armes de destruction de masse. Mon expérience de marine m’a rapidement fait comprendre que la réalité était toute autre. Nous étions des « killer cow-boy ». On tuait des civils innocents.

Vous admettez, vous, que vous avez tué des civils innocents ?

Oui. Et plusieurs.

Comment est-ce arrivé ?

A côté de notre base, au sud de Bagdad, avec tout mon peloton, nous avons donné l’assaut à un groupe de gens qui était en train de manifester pacifiquement. Pourquoi ? Parce que nous avions entendu des coups de feu. Ca a été un bain de sang. Il n’y avait même pas l’alibi que ces civils puissent être engagés dans des « activités terroristes », comme notre intelligence voulait nous faire croire. Nous avons tué plus de trente personnes. Ca a été la première fois que j’ai dû affronter l’horreur d’avoir les mains couvertes de sang de civils. Ils étaient bombardés par les clusters bombs, les gens fuyaient et quand ils arrivaient aux check points où on se tenait avec les convois armés, les informations que nous donnaient les services étaient de toucher ceux qui pouvaient être présumés appartenir à des « groupes terroristes ».

Et vous que faisiez-vous ?

On finissait par massacrer des civils innocents, des hommes, des femmes et des enfants. Avec notre peloton, quand nous avons pris le contrôle d’une station radio, nous ne faisions qu’envoyer des messages de propagande destinés à la population, en l’invitant à continuer dans sa routine quotidienne, à garder les écoles ouvertes. Nous ne savions pas que les ordres à suivre étaient au contraire de search and destroy, des irruptions armées dans les écoles, dans les hôpitaux, où pouvaient se cacher les « terroristes ». C’étaient en fait des pièges tendus par notre intelligence, mais nous nous ne devions pas tenir compte des vies des civils qu’on aurait tué pendant ces missions.

Vous admettez que pendant votre mission vous avez accompli des exécutions de civils innocents ?

Oui. Mon peloton aussi a ouvert le feu contre des civils, moi aussi j’ai tué des innocents. Je suis un killer, moi aussi.

Comment avez-vous réagi, après ces opérations, en pensant aux innocents que vous aviez tués ?

Pendant quelques temps au début, j’ai nié la réalité : que j’étais un killer et pas un soldat qui sait faire la différence entre le juste et le faux ; et puis un jour, en me réveillant le matin, j’ai repensé à un jeune, qui avait miraculeusement échappé au massacre des passagers de sa voiture et qui me demandait en hurlant : « Mais pourquoi tu as tué mon frère ? ». Ca devint une obsession. Je perdis le contrôle de mon équilibre psychique. J’étais incapable de bouger et de parler, je restais atterré, le regard fixe sur le mur.

Quelles mesures ont prises vos supérieurs ?

Pendant trois semaines, en Irak, on m’a bourré d’antidépresseurs, de psychotropes. C’est leur première réaction quand ils ont ces cas de « stress traumatique », quand les soldats sont pris dans ce refus de tuer.

Votre entraînement aux USA ne fait-il pas de vous l’unité la plus violente et agressive utilisée par le Pentagone ?

Oui. Dans le programme qu’ils appellent boot camp chacun de nous est soumis à des techniques de « déshumanisation » et de « sensibilisation à la violence ». Mais ils ne m’avaient pas dit, à moi, que ça, ça voulait dire tuer des civils innocents.

Trois semaines immobilisé par des anti-dépresseurs en Irak. Et après ?

Comme ils ne savaient plus quoi faire, ils m’ont fait rentrer. Maintenant je suis inapte, congédié de l’armée avec honorable discharge.

Y en a-t-il d’autres dans votre situation ?

Beaucoup. Et ils sont encore au front. Ils les bourrent d’anti-dépresseurs et ils les renvoient se battre. C’est un problème qui a atteint des dimensions préoccupantes, mais il ne faut pas en parler dans les milieux militaires. En 2004, 31 marines se sont suicidés, 85 ont fait des tentatives de suicide. La plus grande partie de ceux qui ont préféré se suicider plutôt que de continuer à tuer a moins de 25 ans, 16 pour cent n’a pas 20 ans.

Patricia Lombroso


- Source : http://ilmanifesto.it

- Traduit de l’italien par M-A Patrizio



Falluja, les preuves du massacre au phosphore.


Irak - La « mère de toutes les ambassades », par Stefano Chiari.

Irak : un soldat témoigne, par Derek Seidman




URL de cet article 2117
  

Désobéissons à l’Union européenne !
Aurélien BERNIER
Délocalisations, destruction méthodique des droits sociaux, incapacité à protéger l’environnement, refus de la démocratie... Après l’adoption du traité de Lisbonne en 2008, on pouvait croire que l’Union européenne avait atteint le fond du trou libéral. Erreur ! Depuis la crise financière, elle creuse ! Même l’idéal de solidarité entre États vole aujourd’hui en éclat. Une vague d’austérité sans précédent déferle sur l’Europe, qui place elle-même ses peuples sous la tutelle des marchés financiers. Faut-il (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le plus grand crime depuis la deuxième guerre mondiale a été la politique étrangère des Etats-Unis.

Ramsey Clark
Ministre de la Justice des Etats-Unis sous la présidence de Lyndon Johnson

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.