RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Sanna Marin, la Fondation Blair et l’invasion de l’Irak

« Le 24 février, la Russie a lancé une guerre d’agression contre L’Ukraine. L’attaque impitoyable de la Russie constitue non seulement une violation des principes fondamentaux de la sécurité européenne, mais aussi de la Charte des Nations Unies et, plus généralement, du droit international et des droits humains ».

C’est ainsi que pontifiait le premier ministre finlandais de l’époque, Sanna Marin, lors d’une intervention au Parlement, le 16 mai 2022, dans laquelle elle expliquait les raisons pour lesquelles son pays devait adhérer à l’Alliance Atlantique.

« Si la Russie l’emportait, c’est comme si elle envoyait le message qu’on peut le faire, elle envahirait un autre pays, et puis un autre encore », déclarait-elle devant une autre institution avec la même solennité désolée.

La starlette de la politique finlandaise, qui s’est élevée à la gloire internationale grâce à ses charmes et à l’entreprise consistant à faire entrer la Finlande dans l’OTAN, outre quelques vidéos festives peu institutionnelles, a fait savoir le 7 septembre, urbi et orbi, qu’elle abandonnera la politique, en une annonce quelque peu tardive, étant donné qu’il y a longtemps que la politique l’a abandonnée, depuis la cuisante défaite essuyée aux dernières élections.

Marin a toutefois eu le temps de mener à bien la mission que lui avaient confiée ses sponsors internationaux, ayant réussi à faire de son pays un membre de l’OTAN, c’est-à-dire une colonie de l’Empire, ce pour quoi elle ne pouvait manquer d’être récompensée.

De fait, son abandon déchirant de la politique arrive en même temps que la joyeuse annonce que, à partir d’aujourd’hui, Sanna Marin fera partie de la charitable Fondation Blair, grâce à laquelle le monde pourra continuer à jouir de son éclatante clairvoyance.

Sanna Marin, le petit marquis Blair et sa Fondation

Il est probable que, vu son âge, la jeune femme ne se rappelle pas que Blair fut un partisan convaincu de l’invasion de l’Irak et qu’il avait même convaincu George W. Bush des mérites de cette tragique décision, à l’égard de laquelle le timide empereur était réticent.

Personne ne doit non plus lui avoir parlé du méticuleux travail de la Commission Chilcot, grâce à laquelle le Parlement britannique a pu faire la lumière sur les trames du petit marquis du travaillisme anglais qui, par cette malheureuse guerre, a non seulement dévasté de façon durable un pays tout entier, mais a dispersé les graines de la Terreur dans le monde entier.

Une attaque impitoyable, pour employer les mots de Marin, qui vit les villes irakiennes écrasées sous des tapis de bombes. Une attaque, toujours pour employer ses mots, qui constituait non seulement une violation des principes fondamentaux de la sécurité globale, mais aussi de la Charte des Nations Unies et, plus généralement, du droit international et des droits humains.

Un crime resté impuni, au point que le petit marquis du travaillisme anglais est toujours en liberté comme tous ses petits copains qui aujourd’hui pontifient contre la Russie et pleurent sur le sort du peuple ukrainien, que leur bien-aimée OTAN envoie au carnage sous leurs yeux émus et satisfaits.

Cette impunité a eu pour résultat que, après l’Irak, les milieux dont Blair faisait partie de plein droit, ont sponsorisé d’autres guerres, de la Libye à la Syrie et au Yémen, pour rester dans le domaine des conflits ouverts – car bien d’autres ont été perpétrés en secret, sous prétexte de guerre contre la Terreur. Exactement ce que Marin dénonçait comme une retombée possible d’une victoire russe.

Tel est l’éclatant destin de la petite marquise finlandaise qui, depuis sa nouvelle tribune, continue à faire parler d’elle et à pontifier sur les crises qui affligent le monde, auxquelles elle s’activera avec son habituelle diligence et liberté de pensée.

Par ailleurs, sa nouvelle expérience non lucrative lui permettra de jouir de la fortune secrète de la Fondation qui, grâce aux nombreux et mystérieux services qu’elle rend aux puissants, réussit à obtenir des donations généreuses et variées, donnant parfois lieu à de malignes controverses (voir le Guardian).

L’hypocrisie fait partie intégrante de la politique, mais, jadis, il existait des limites au-delà desquelles on s’exposait à la risée publique. Il semble que l’écroulement du Mur de Berlin a aussi fait s’écrouler ces limites, ouvrant de nouveaux horizons à la politique et la géopolitique.

Que l’on nous pardonne cette diatribe, dont la starlette finlandaise et son destin ne sont qu’un prétexte éphémère – aussi éphémère que son destin politique – qui ne sert qu’à mettre une fois de plus en évidence le fait que le tragique conflit irakien fait désormais partie d’une dramaturgie dans laquelle la réalité ne compte pour rien.

Hypocrisie, propagande, désinformation créent une réalité alternative, celle qui est chaque jour offerte à l’opinion publique globale comme une vérité révélée. C’est comme ça.

Traduction de R. Llorens

»» https://sinistrainrete.info/articoli-brevi/26308-piccole-note-sanna-ma...
URL de cet article 38894
  

LA TYRANNIE DU BIEN VIEILLIR
Martz Didier, Michel Billé
La tyrannie du Bien Vieillir, voilà bien un paradoxe ! Il faut être un peu iconoclaste pour aller s’en prendre à une si belle idée, qui fait si largement consensus : « bien vieillir ». Bien vieillir, qui pourrait être contre ? Qui ne le souhaiterait pas pour soi-même et pour autrui ? Qui oserait affirmer préférer vieillir mal ? C’est que le désir de bien vieillir de chacun sans trop d’inconvénients est devenu un slogan qui anime les cercles politiques, court dans les maisons de retraite, envahit les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ce qui distingue principalement l’ère nouvelle de l’ère ancienne, c’est que le fouet commence à se croire génial.

Karl Marx

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.