RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Iran : En prévision d’une guerre imminente ?

Les géants pétroliers quittent l’Iran pour éviter les sanctions de Washington

Quatre géants du pétrole ont décidé de se conformer aux nouvelles sanctions contre l’Iran et de cesser toute activité avec ce pays, ont annoncé les Etats-Unis jeudi 30 septembre. Le français Total, l’anglo-néerlandais Shell, le norvégien Statoil et l’italien Eni ont promis de "liquider leurs investissements" et de renoncer à "toute nouvelle activité dans le secteur de l’énergie en Iran", a indiqué James Steinberg, le secrétaire d’Etat adjoint américain, saluant "un important revers pour l’Iran". Des médias nippons ont également affirmé que le groupe pétrolier japonais Inpex allait se retirer du plus important gisement pétrolier iranien.

Ces entreprises se mettent ainsi à l’abri de sanctions américaines. Le département d’Etat a lancé des enquêtes visant d’autres compagnies n’ayant pas pris le même engagement.

Les Etats-Unis accusent l’Iran, quatrième producteur mondial de brut, de financer son programme nucléaire avec les revenus de son secteur énergétique. Le président Barack Obama a promulgué en juillet une loi complétant la résolution 1929 de l’ONU, qui impose de nouvelles sanctions à l’Iran dans l’espoir de contraindre ce pays à faire la transparence sur son programme nucléaire. Selon M. Steinberg, les sanctions ont "un impact de plus en plus important en Iran", notamment dans les secteurs de la finance et des transports.

LE RETRAIT ÉTAIT DÉJA EN COURS

Dans les faits, les quatre "majors" citées jeudi à Washington étaient déjà en train de se retirer du pays, à l’instar des autres grands de l’énergie ayant conservé des activités en Iran. Total, Shell, le turc Tupras, l’indien Reliance et le koweïtien Independent Petroleum Group avaient décidé en juin de suspendre leurs livraisons de produits pétroliers raffinés à l’Iran, selon une liste fournie jeudi par le département d’Etat. Shell et le britannique BP ont aussi cessé de vendre du kérosène à la compagnie Iran Air. Total continue d’acheter du brut iranien, opération toujours autorisée, a précisé jeudi une porte-parole du groupe français.

En août, l’Iran avait annoncé l’abandon de deux projets de production de gaz naturel liquéfié menés à l’origine par Total et Shell. Le risque d’être mis sur liste noire par les Etats-Unis et d’autres Etats a conduit des entreprises à anticiper les sanctions, tels les courtiers suisses Vitol, Glencore et Trafigura, qui ont cessé de vendre de l’essence à l’Iran dès mars 2010, suivis en avril par le russe Lukoil.

D’AUTRES SECTEURS VONT SUIVRE

En dehors du secteur pétrolier, la même démarche a inspiré le premier constructeur d’automobiles japonais, Toyota, qui a devancé la loi de sanctions japonaise et suspendu dès le 11 août ses exportations vers l’Iran. Toyota a pris en compte l’impact de sa décision sur ses ventes aux Etats-Unis.

"La plupart des grandes entreprises occidentales sont arrivées à la conclusion que faire des affaires en Iran a plus d’inconvénients que d’avantages", analyse pour l’AFP Karim Sadjadpour, de la fondation Carnegie. Les sanctions ne sont qu’un des éléments d’un "casse-tête" comprenant aussi "les dangers pour la réputation, le climat politique incertain et l’environnement défavorable aux affaires", ajoute-t-il. Joseph Cirincione, un expert de la non-prolifération du Ploughshares Fund, juge aussi que la stratégie "semble fonctionner", en notant que les grandes puissances et l’Iran devraient reprendre les pourparlers nucléaires à l’automne.

Source : L’immonde

URL de cet article 11629
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme
Salim LAMRANI
En juin 2003, sous l’impulsion de l’ancien Premier ministre espagnol, José Marà­a Aznar, l’Union européenne décide d’imposer des sanctions politiques et diplomatiques à Cuba. Cette décision se justifie, officiellement, en raison de la « situation des droits de l’homme » et suite à l’arrestation de 75 personnes considérées comme des « agents au service d’une puissance étrangère » par la justice cubaine et comme des « dissidents » par Bruxelles. Le seul pays du continent américain condamné par l’Union européenne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Big Brother est déjà chez vous. Il est dans le logiciel que vous venez de télécharger depuis la boutique en ligne de Apple.

Julian Assange

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.