Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


« Je veux rendre visite à Julian »

Mairead Maguire, Prix Nobel de la Paix, a demandé au ministère de l’Intérieur britannique la permission de rendre visite à son ami Julian Assange qu’elle a nommé cette année pour le prix Nobel de la paix.

Je veux rendre visite à Julian pour voir s’il reçoit des soins médicaux et lui faire savoir qu’il y a beaucoup de gens dans le monde qui l’admirent et lui sont reconnaissants pour son courage d’essayer d’arrêter les guerres et de mettre fin à la souffrance des autres.

Le jeudi 11 avril restera dans l’histoire comme un jour sombre pour les droits de l’humanité, lorsque Julian Assange, un homme courageux et bon, fut arrêté par la police métropolitaine britannique, enlevé de force sans avertissement préalable, dans un style digne d’un criminel de guerre, à l’ambassade d’Équateur, et enfermé dans un fourgon de police.

Il est triste que le gouvernement britannique, à la demande du gouvernement des États-Unis, ait arrêté Julian Assange, symbole de la liberté d’expression en tant qu’éditeur de Wikileaks, et que les dirigeants du monde et les principaux médias restent silencieux sur le fait qu’il est un homme innocent jusqu’à preuve du contraire, alors que le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire le définit comme innocent. La décision du président équatorien Lenin Moreno, qui, sous la pression financière des Etats-Unis, a retiré l’asile au fondateur de Wikileaks, est un autre exemple du monopole mondial des Etats-Unis sur la monnaie, faisant pression sur d’autres pays pour qu’ils se plient à leur volonté ou risquer conséquences financières et éventuellement violentes de leur désobéissance à cette prétendue superpuissance mondiale, qui a malheureusement perdu son sens moral. Julian Assange avait obtenu l’asile à l’ambassade de l’Equateur il y a sept ans précisément parce qu’il avait prévu que les Etats-Unis exigeraient son extradition pour faire face à un grand jury aux Etats-Unis pour des meurtres de masse commis, non pas par lui, mais par les forces américaines et de l’OTAN, et cachés au public.

Malheureusement, je crois que Julian Assange n’aura pas droit à un procès équitable.

Comme nous l’avons vu au cours des sept dernières années, les pays européens et bien d’autres n’ont pas la volonté politique ou l’influence nécessaires pour défendre ce qu’ils savent être juste, et finiront par céder à la volonté des États-Unis. Nous avons vu Bradley Manning retourner en prison et à l’isolement, nous ne devons donc pas être naïfs : c’est certainement le sort qui attend Julian Assange.

J’ai rendu visite à Julian à deux reprises à l’ambassade d’Equateur et j’ai été très impressionnée par cet homme courageux et très intelligent.

La première visite a eu lieu à mon retour de Kaboul, où de jeunes adolescents afghans ont insisté pour écrire une lettre en demandant que je la porte à Julian Assange, pour le remercier, pour avoir publié sur Wikileaks la vérité sur la guerre en Afghanistan et pour aider à empêcher leur pays d’être bombardé par des avions et des drones. Tous avaient une histoire de frères ou d’amis tués par des drones alors qu’ils ramassaient du bois en hiver dans les montagnes.

J’ai nommé Julian Assange le 8 janvier 2019 pour le prix Nobel de la paix. J’ai publié un communiqué de presse dans l’espoir d’attirer l’attention sur sa nomination, qui semble avoir été largement ignoré par les médias occidentaux.

Par des actions courageuses de Julien et d’autres comme lui, nous pouvions voir clairement les atrocités de la guerre. A travers les médias, ces documents ont déposé à nos pieds les atrocités commises par nos gouvernements.

Je suis fermement convaincue qu’il s’agit là de la véritable essence d’un militant et c’est une honte pour moi de vivre à une époque où des gens comme Julian Assange, Edward Snowden, Chelsea Manning et quiconque est prêt à nous ouvrir les yeux sur les atrocités de la guerre est susceptible d’être poursuivi comme un animal par les gouvernements, puni et tenu au silence.

Par conséquent, je pense que le gouvernement britannique devrait s’opposer à l’extradition d’Assange, car elle crée un dangereux précédent pour les journalistes, les lanceurs d’alerte et d’autres sources de vérité sur lesquels les États-Unis pourraient faire pression à l’avenir.

Cet homme paie un prix élevé pour mettre fin à la guerre et pour la paix et la non-violence, et nous devrions tous nous en souvenir.

Mairead Maguire

Traduction "Merci Mairead" par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» http://www.peacepeople.com/nobel-peace-laureate-maguire-requests-uk-ho...
URL de cet article 34806
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI
Même Thème
La traque des lanceurs d’alerte
Stéphanie Gibaud
Préface de Julian Assange Les lanceurs d’alerte défrayent l’actualité depuis une dizaine d’années. Edward Snowden, Chelsea Manning et Julian Assange sont révélateurs des méthodes utilisées pour faire craquer ceux qui ont le courage de parler des dysfonctionnements et des dérives de notre société. Pourtant, ces héros sont devenus des parias. Leur vie est un enfer. Snowden est réfugié en Russie, Assange dans une ambassade, Manning était en prison, Stéphanie Gibaud et bien d’autres sont dans une situation (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La convention qui rédigea la Constitution des Etats-Unis était composée de 55 membres. Une majorité d’entre eux étaient des avocats - pas un seul fermier, ouvrier ou paysan. 40 possédaient du Revolutionary Scrip [monnaie émise pour contrer la monnaie coloniale]. 14 étaient des spéculateurs de terrains. 24 étaient des prêteurs. 11 étaient des marchands. 15 possédaient des esclaves. Ils ont crée une Constitution qui protège les droits de propriété, pas les droits de l’homme.

Senateur Richard Pettigrew - "Plutocratie Triomphante" (1922)


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.