RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Justice d’abattage dans les tribunaux

Des centaines de peines de prison ferme pleuvent sur les personnes arrêtées ces dernières nuits

« Dans une société hiérarchisée, on ne parle pas aux policiers comme à des égaux, on obtempère. »

Ce sont les mots d’une procureure à Marseille, lors du procès de personnes arrêtées dans les rues de la ville, un soir de révolte.

Cette magistrate définit en une phrase ce qu’est une société fasciste, un État policier. Loin, très loin, des principes d’abolition des privilèges, d’égalité devant la loi, principes qui sont théoriquement la base de cette « République » dont parlent tant nos élus.

En seulement quatre nuits de révolte, la police a arrêté au moins 3200 personnes. Des rafles de masse, souvent au hasard. Et des arrestations systématiquement suivies d’une comparution immédiate, c’est-à-dire un jugement immédiatement après la garde à vue, conformément à la demande du ministre de la Justice Dupont-Moretti. Des procès expéditifs, sans préparation, sans preuve, expédiés en quelques minutes. Une justice d’abattage, de classe, raciste.

Une justice qui a pour consigne d’incarcérer le maximum d’indésirables, de les terroriser. Lors de ces procès, les procureurs parlent de « peines pour l’exemple », destinées à « dissuader les autres ». Ce mardi, 350 personnes ont déjà été envoyées derrière les barreaux, selon le Ministre de la justice. Et cette véritable boucherie judiciaire continue chaque jour dans les tribunaux.

L’avocat Rafik Chekkat a assisté à ces comparutions ultra-violentes à Marseille. Il évoque une succession d’exécutions judiciaires pures et simple. Les procès ont lieu à huis clos, la présidente a fait évacuer le public. La justice est rendue, on le rappelle, « au nom du peuple français ».

Parmi les nombreux cas : un homme contrôlé en scooter avec un paquet de fromage récupéré dans un Monoprix. Il prend un an de prison ferme pour « recel ». Un autre a été retrouvé par la police avec une cannette de Redbull, elle aussi volée dans un magasin qui avait été dégradé. 10 mois ferme. Pour une canette.

Trois hommes, sans antécédents judiciaires, ont ramassé des pantalons Hugo Boss devant le magasin après qu’il ait été cassé. Les vidéos montrent qu’aucun d’eux n’est entré dans le magasin. La Procureure demande de la prison ferme. « Les trois hommes ont sans doute touché les objets, mais rien n’indique qu’ils les aient pris » précise Rafik Chekkat. Un lycéen part immédiatement derrière les barreaux.

Un homme de 58 ans est jugé pour « recel » pour avoir ramassé des objets au sol trois heures après un pillage. Il est jugé coupable et condamné à une peine d’un an de prison ferme. « Du jamais vu » écrit l’avocat.

Trois hommes qui ne se connaissent pas, mais qui ont été arrêtés ensemble, selon les policiers, dans un magasin Monoprix, sont jugés ensemble. Ils n’ont rien volé. Il n’y a pas de témoins ni de vidéos. Seuls les procès verbaux de la police font foi. Prison ferme.

Deux trentenaires et un cinquantenaire ont été arrêtés par la BAC dans un magasin Auchan. Ils ont été frappés, l’un d’eux a la mâchoire et la main cassée. Un autre est blessé à la jambe. Un policier accuse un prévenu d’un coup à la tête, mais son certificat médical n’indique aucune blessure au visage. C’est parole contre parole. Il dit avoir perdu une chaîne en or d’une valeur de 500€ et réclame un remboursement. « Tentative de vol » pour les trois, « rébellion » pour deux d’entre eux. L’un d’eux voulait « prendre des fruits, car il n’en mange plus à cause de l’inflation ». Ils n’ont pas de casier. Six mois de sursis pour le premier, 12 mois de prison dont 10 de sursis pour le deuxième, 18 mois ferme et une lourde somme à verser au policier pour « préjudice moral » pour le dernier.

Quelques centaines de kilomètres au nord, les mêmes scènes ont lieu au tribunal de Nanterre. « De très jeunes hommes, issus des quartiers populaire des Hauts-de-Seine, français, et en majorité noirs ou maghrébins » comparaissent à la chaîne, explique Médiapart.

Yamadou, 21 ans a été arrêté avec un feu d’artifice. Il est ouvrier, il rentrait du travail. Il a été attrapé par la police après avoir fait tomber son téléphone. « Ma grosse erreur, c’est d’avoir pris le feu d’artifice. Il était par terre, à côté de la mairie », il dit avoir tiré « vers le ciel ». Deux membres de sa famille ont subi de graves violences policières. Quand il avait 17 ans, son cousin a pris six balles par des policiers, et a été indemnisé. Les tireurs n’ont jamais été condamnés. Selon les magistrats, c’est un indice de culpabilité : il aurait « voulu se venger ». Yamadou n’a pas de casier. « C’est dur de s’en sortir de là d’où je viens » dit-il. « Au vu du contexte », le procureur demande de la prison ferme. Il part le soir même en détention.

Yvan, 18 ans, est accusé d’avoir brûlé une poubelle. Il dit qu’il se baladait dans le quartier. Il a été arrêté à côté d’un mineur qui avait un briquet. Une « destruction en réunion, une circonstance aggravante » pour le procureur, qui réclame une peine de huit mois de prison, avec mandat de dépôt.

Un autre, accusé de tir de mortier, se voit sermonner : « Il faut avoir confiance dans les institutions ! » par le procureur, qui réclame deux ans de prison, dont un an ferme avec mandat de dépôt. Voilà pour la confiance. Il part en prison dès la fin de l’audience.

Et ce ne sont que quelques exemples, parmi des centaines d’autres, de la violence inouïe qui se joue dans le calme des salles d’audience. Des juges, tranquillement installés dans leurs fauteuils, détruisent des vies de jeunes hommes accusés d’avoir réagi à l’exécution d’un adolescent par un policier. L’écrasement est total : humiliations, racisme, violences policières, et peines extrême pour ceux qui osent relever la tête. Pendant que les criminels en col blanc ou en uniforme sont systématiquement impunis et protégés.

À celles et ceux qui nous lisent : ne déclarez rien en garde à vue. Refusez les comparutions immédiates. Exigez un avocat. Essayez d’échapper aux griffes de la justice. Les mauvais jours finiront, protégez-vous avant que la révolution ne balaie enfin leur monde odieux et finissant.

Pour soutenir financièrement la défense juridique des inculpés, une caisse de soutien antiraciste est en ligne.

Le compte rendu de Rafik Chekkat.

L’article de Médiapart.

Un mort à Marseille, un homme dans le coma dans l’Est

Le bruit courait ce week-end : la police a tué à Marseille. Le parquet de la ville a confirmé le décès d’un homme de 27 ans suite à un tir dans le thorax dans la nuit de samedi à dimanche. Une information judiciaire pour « coups mortels avec usage ou menace d’une arme » est ouverte. Selon le parquet, les premiers éléments de l’enquête « permettent de retenir comme probable un décès causé par un choc violent au niveau du thorax par le tir d’un projectile de type flash-ball » dans une zone en proie aux tensions. Ce soir là, le RAID a tiré de grandes quantités de cartouches avec des fusils à pompe. La police a également massivement tiré au LBD.

La veille, le vendredi 30 juin à Mont-Saint-Martin, en banlieue de Longwy dans l’Est, le RAID avait tiré une balle dans la tête d’un jeune homme qui est toujours entre la vie et la mort. Ce soir là, Aimène, 25 ans, agent de sécurité, rentrait du travail et venait de rejoindre ses amis. Ils avaient acheté à manger et circulaient en voiture. « Je tourne la tête à gauche, j’aperçois des policiers dans le noir, je vois une lampe torche qui nous éclaire et j’entends “poc” », raconte son ami. Aimène ne répond plus. « Il y a du sang partout, je prends le volant pour éviter le terre-plein devant nous, je tourne à droite. Aimène est inconscient. Putain, il a pris une balle » explique un autre dans Le Monde. « Je lui retire sa casquette et un sachet entré dans sa tête, je vois un trou. » Il photographie la munition, tirée par le RAID. Les habitants de la ville racontent une nuit « terrifiante » durant laquelle le RAID « tirait à tout va » dissimulé dans les buissons. Un habitant a filmé une scène dans laquelle on voit trois voitures roulant à faible allure, puis le RAID tirer en leur direction. Aimène est en soins intensifs en Belgique, dans le coma.

Sources : https://www.lamarseillaise.fr/societe/a-marseille-un-homme-de-27-ans-m...

https://www.lemonde.fr/societe/article/2023/07/04/emeutes-urbaines-a-m...

Source : Contre Attaque

»» https://contre-attaque.net/2023/07/04/justice-dabattage-dans-les-tribunaux/
URL de cet article 38761
  

Le Printemps des Sayanim
Jacob COHEN
Interview de l’auteur. Pourquoi ce titre ? J’ai voulu que le terme « sayanim » apparaisse d’emblée et interpelle le lecteur. On se pose la question, et la définition se trouve juste dans les premières lignes de la 4e. La problématique est installée, sans faux-fuyants, et sans réserve. Idéalement, j’aimerais que ce terme entre dans le vocabulaire courant, dans les analyses, et dans les commentaires. Voulez-vous nous la rappeler ? Les sayanim - informateurs en hébreu - sont des juifs de la diaspora (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Toute manifestation à Cuba (ou à Miami, d’ailleurs) qui ne commence pas par "Abajo el bloqueo" (quoi qu’on dise ensuite) est une escroquerie ou une croisade de fous. Et brandir un drapeau états-unien à Cuba, c’est comme brandir un drapeau israélien à Gaza.

Viktor Dedaj

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.