RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’anti-travaillisme rouge et vert .

Eléments pour un débat et une relance de la question en France et en Europe.

Chaque humain adulte et valide doit participer à la production de l’existence sociale. Ce principe peut certes supporter des exceptions. Il n’autorise pas de lui-même une civilisation capitaliste-productiviste de type travailliste qui se combine aussi sous l’effet du concurrentialisme néolibéral avec le chômage, la précarité et les bas salaires.

Il ne s’agit donc pas d’être benoitement "contre le travail" mais pas plus d’être dans son acceptation, tel quel ou même en mode "transformé". Il ne s’agit donc pas d’"abolir le travail" (salarié) mais de poursuivre la tâche de son dépérissement. Lequel n’est certes pas pour demain. Ce qui est à l’ordre du jour par contre c’est la riposte aux travaillistes en France (Sarkozy le 1er mai 2012) et en Europe (relance d’un travaillisme dur) via une certaine RTT à débattre.

1- Travaillisme dur (droite), travaillisme soft (social-libéralisme PS).

Relance d’un travaillisme dur ? Pourquoi dur ? Parceque tous les paramètres classiques de l’exploitation de la force de travail sont augmentés ou prévus pour l’être, dans le privé comme dans le public. Lire sur Médiapart la casse de l’Europe sociale.

Si le travaillisme dur représente les forces économiques (MEDEF en France) et politiques (Sarkozy et Le Pen) qui entendent augmenter le temps de travail, baisser globalement les salaires (quitte à user d’une variation trompeuse calée sur le mérite), le travaillisme soft représente lui les forces économiques et politiques, moins offensives, plus "social", plus hypocrites diront d’autres, qui peinent à accepter les 35 heures hebdomadaires instaurés tant dans le privé que dans le public mais sans pour autant évoquer un retour en arrière vers les 40 Heures . Néanmoins ils veulent "mettre la France au travail" Cela concerne les forces politiques d’alternance que sont la droite centriste de Bayrou et le PS de Hollande.

2 - Etat de l’anti-travaillisme.

Les forces politiques anti-travaillistes existent . Elles ne refusent pas le travail en soi mais veulent réduire le poids du travail salarié. On trouve trois grandes raisons qui peuvent se cumuler :
- le partage plus égalitaire du travail (revendication sociale de base à gauche),
- le bien être dans un cadre moins productiviste (écologistes),
- le travail sobre dans la perspective du dépérissement du travail salarié (communisme).

On trouve ces forces chez les écologistes, à l’extrême-gauche chez le NPA et LO. Une très forte composante anti-travailliste est présente aussi dans le Front de gauche. Un courant anti-travailliste existe au PS derrière Gérard Filoche.

Les syndicats de travailleurs salariés disposent de revendications pour la RTT contre le chômage et la précarité mais ils préfèrent avancer d’autres revendications dans la période. On peut penser que la volonté d’aller vers les 40 heures plutôt que vers les 30 heures va initier des débats et des changements.

3 - Renouer avec le mouvement RTT - Revenu pour tous et toutes de 1993-1994 parait nécessaire.

A l’époque une revue "Collectif" rassemblait des syndicalistes divers favorables à la RTT . Ce mouvement a débouché sur AC ! Agir ensemble contre le chômage qui a largement pesé sur la situation sociale et politique dans le sens d’une nouvelle RTT. Un grand débat qui a duré plusieurs années - grosso modo de 94 à 97 - a eu lieu sur les conditions de cette RTT. De nombreux ouvrages et articles ont été publiés. Ce n’est qu’ensuite que le débat a dérivé vers "la fin du travail". Une mystification.

Aujourd’hui, c’est au niveau européen qu’une initiative est nécessaire. En lien avec les autres problématiques du moment.

Christian DELARUE

Apologie sarkozienne de l’idéologie "petite-patronale".

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/240412/apologie-sarko...

Sarkozy, le travaillisme et le "patriotisme patronal"

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/240412/sarkozy-le-tra... Charles Vaugirard :

1944 : Quel mouvement construire ? Travaillisme ou Droite sociale ?
Posted on 31 janvier 2012

http://charlesvaugirard.wordpress.com/2012/01/31/1944-quel-mouvement-c...

URL de cet article 16610
  

La télécratie contre la démocratie, de Bernard Stiegler.
Bernard GENSANE
Bernard Stiegler est un penseur original (voir son parcours personnel atypique). Ses opinions politiques personnelles sont parfois un peu déroutantes, comme lorsqu’il montre sa sympathie pour Christian Blanc, un personnage qui, quels qu’aient été ses ralliements successifs, s’est toujours fort bien accommodé du système dénoncé par lui. J’ajoute qu’il y a un grand absent dans ce livre : le capitalisme financier. Cet ouvrage a pour but de montrer comment et pourquoi la relation politique elle-même est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La convention qui rédigea la Constitution des Etats-Unis était composée de 55 membres. Une majorité d’entre eux étaient des avocats - pas un seul fermier, ouvrier ou paysan. 40 possédaient du Revolutionary Scrip [monnaie émise pour contrer la monnaie coloniale]. 14 étaient des spéculateurs de terrains. 24 étaient des prêteurs. 11 étaient des marchands. 15 possédaient des esclaves. Ils ont crée une Constitution qui protège les droits de propriété, pas les droits de l’homme.

Senateur Richard Pettigrew - "Plutocratie Triomphante" (1922)

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.