RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
L’art de la guerre

L’Europe dans la « rotation » USA

Des soldats US en train de prier sur le tarmac à leur arrivée à la base de Ramstein en Allemagne (c) AP/M. Probst

Deux brigades blindées lourdes étasuniennes, basées en Allemagne, avec un total de 7mille hommes, font leur bagages pour rentrer à la maison : c’est ce qu’a annoncé le secrétaire à la défense Leon Panetta. Washington, sous la présidence d’un Prix Nobel de la paix, a-t-il enfin pris la voie du désarmement en commençant à retirer ses forces d’Europe ? Loin de là . Ces troupes vont descendre de 81mille à 74mille hommes, dont la moitié de troupes terrestres, mais celles qui se retirent seront remplacées par des « unités tournantes ». Les Européens peuvent donc être tranquilles : les USA ne les laisseront pas seuls dans un monde aussi dangereux. Au contraire, « les Européens verront plus de forces étasuniennes sur leur sol », puisque les bases en Europe serviront à une rotation plus fréquente de forces étasuniennes au Moyen-Orient, Afrique, Asie et Europe orientale. Les troupes terrestres seront concentrées en deux unités : une brigade blindée légère en Allemagne, et une aéroportée à Vicence. Un autre pas en avant dans le « réalignement » stratégique effectué par le Pentagone, qui redéploie ses forces depuis l’Europe centrale et septentrionale, à celle méridionale et orientale, pour les projeter plus efficacement dans les zones d’importance stratégique.

Dans un tel cadre -écrit l’ambassade USA à Rome dans un câble filtré à travers WikiLeaks- l’Italie est « devenue la base du plus important dispositif militaire déployé hors des Etats-Unis, et avec le Commandement Africa (qui a deux sous-commandements en Italie) elle sera le partenaire encore plus significatif de notre projection de force ». Ceci est confirmé par le dernier inventaire officiel des 4.214 bases militaires que les USA ont sur leur propre territoire et des 611 bases militaires qu’ils entretiennent dans d’autres pays (Base Structure Report 2011) En Italie, le Pentagone possède 1.395 immeubles et en a en location ou en concession 1.062 autres, pour une superficie totale de presque 2 millions de mètres carrés. Ceux-ci sont distribués en 40 sites principaux, auxquels s’en ajoutent d’autres mineurs, portant le total à 60. Ce qui signifie qu’après le Vatican, le plus gros propriétaire immobilier en Italie est le Pentagone. Un investissement très rentable, non seulement parce que l’Italie contribue économiquement à l’entretien de ces bases, mais parce qu’elles permettent une « projection de force » plus rapide et moins coûteuse que celle effectuée depuis le territoire continental des Etats-Unis. L’autre avantage fondamental est qu’en Italie, tous les gouvernements, de centre-droit ou de centre-gauche, ont été jusqu’à présent à l’entière disposition du Pentagone. Vicence, Aviano, Ghedi Torre, Livourne, Pise, Naples, Gaeta, Sigonella, Niscemi et autres localités font désormais partie de la géographie du Pentagone. Ici les Usa basent leurs commandements, leurs forces de projection rapide, leurs armements (nucléaires compris), leurs systèmes de télécommunications militaires les plus avancés. D’ici les forces étasuniennes effectuent leurs rotations, en assumant non seulement leur fonction militaire mais une importante fonction politique : « Dans la mesure où des forces étasuniennes significatives demeurent en Europe -explique une commission du Congrès- le leadership peut être conservé ».

Pour cela, assure Panetta, l’engagement militaire Usa en Europe est « inébranlable ».

Manlio Dinucci

Edition de mardi 17 janvier 2012 de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20120117/m...

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

URL de cet article 15616
  

Même Thème
HOLLYWOOD PROPAGANDA
MATTHEW ALFORD
Examinant le fonctionnement interne de l’industrie hollywoodienne, cet ouvrage révèle les liens étroits entre le cinéma et les forces politiques américaines les plus réactionnaires. Ses analyses détaillées de nombreux films démontrent qu’Hollywood, loin d’être le lieu d’expression de la gauche américaine, n’est que le versant culturel d’une politique impérialiste. Alors que des films comme Transformers, Terminator ou La Chute du faucon noir, ouvertement financés par l’armée, glorifient l’hégémonie (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l’opposition donne l’impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l’île de la Grenade - ce n’avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l’invasion - protéger les citoyens américains se trouvant sur l’île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».

Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l’American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l’attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l’invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l’île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.