RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’hypothèse de l’empoisonnement de Yasser Arafat confortée

Les experts lausannois qui ont examiné la dépouille de Yasser Arafat concluent « raisonnablement » à l’hypothèse de l’empoisonnement au polonium Les chercheurs suisses ont présenté à la presse jeudi les détails de leur rapport sur la mort de Yasser Arafat. Ils concluent à l’empoisonnement au polonium 210 avec une hypothèse « raisonnable »

Les analyses lausannoises soutiennent « raisonnablement » – et non « modérément », comme cela a été un peu vite traduit de l’anglais – l’hypothèse d’un empoisonnement au polonium 210 de Yasser Arafat. Cette conclusion n’est peut-être pas assez tranchée pour certains. Mais pour des scientifiques, habitués des conditionnels et des pincettes à prendre, surtout quand on manie un élément radioactif aux effets peu connus, c’est déjà passablement affirmatif. Au lendemain de la publication de leur rapport par Al-Jazira, les experts du CHUV ont présenté leurs résultats jeudi.

Les chercheurs suisses avaient annoncé en juillet 2012 avoir retrouvé des quantités anormales de polonium 210 sur des effets personnels du défunt. Cette substance hautement radioactive émet des rayons – appelés alpha – qui sont arrêtés par la peau ou une simple feuille de papier. Mais, si elle est ingérée, elle produit des effets dévastateurs sur les organes internes. Il suffirait de quelques millionièmes de gramme pour atteindre une dose létale. Personne n’avait pensé à cette piste en 2004, au moment de la mort d’Arafat. Mais, en 2006, l’ex-espion russe Alexandre Litvinenko est empoisonné au polonium.

Source de polonium russe

Le tableau clinique du leader palestinien ne correspond pas parfaitement à cette hypothèse (pas de perte de cheveux, ni d’affaiblissement de la moelle osseuse). Son âge pourrait toutefois expliquer l’absence de certains symptômes. Il faut dire en outre qu’on connaît mal les effets du polonium, le seul cas connu à ce jour étant celui d’Alexandre Litvinenko. « Nous n’avons aucune donnée officielle concernant ce dernier, souligne François Bochud, directeur de l’Institut de radiophysique appliquée (IRA) du CHUV. Les documents sont encore sous scellé judiciaire. Toute notre connaissance vient d’expériences sur des souris. »

Suite aux analyses suisses, la justice française, saisie par Souha Arafat, la veuve, ordonne l’exhumation du corps. Les échantillons prélevés en novembre 2012 sont répartis entre trois équipes : une russe, une française et une suisse. Les Français n’ont pas encore rendu leurs conclusions. Les rapports russe et suisse ont été remis ces derniers jours à l’Autorité palestinienne. D’après les premières fuites datant de mi-octobre, les experts russes excluraient un empoisonnement au polonium. Elles n’ont toutefois pas été confirmées officiellement.

Les Suisses ont retrouvé dans certains échantillons – en particulier de côte et d’os iliaque – des quantités anormales de la substance radioactive. « Depuis une dizaine d’années, on mesure le polonium 210 sur des cadavres pour estimer l’âge du décès, explique François Bochud. En comparaison, il y en a 18 fois plus dans ces échantillons. »

Mais une autre donnée pose problème : la présence également anormalement élevée de plomb 210. « Le polonium peut être d’origine artificielle, mais aussi naturelle, poursuit le spécialiste. Nous respirons tous du radon 222, un gaz présent dans l’air. Lorsque ce gaz se désintègre naturellement, il donne du plomb 210, qui peut à son tour se désintégrer naturellement en polonium 210. » La présence de plomb pourrait donc expliquer celle de polonium.

« Nous aurions pu en rester là et conclure qu’il n’y avait pas eu empoisonnement, commente l’expert. Mais cela n’expliquait pas la présence importante de plomb, à peu près 20 fois supérieure à la norme. » Pour pousser plus loin leurs investigations, les chercheurs de l’IRA se sont procuré une source de polonium 210 auprès de l’Institut tchèque de métrologie, qui l’a reçu de la Russie, le plus gros producteur mondial – la substance s’obtient dans un réacteur nucléaire.

Pas d’ingestion accidentelle

Les scientifiques espéraient tomber sur des impuretés à base de plomb 210 qui expliqueraient l’origine de cet élément. Ils en ont trouvé, mais en quantités beaucoup trop faibles. A moins que… Les chercheurs ont repris leurs calculs en tenant compte du temps écoulé depuis la mort de Yasser Arafat. Le polonium 210 se désintègre en effet beaucoup plus vite que le plomb 210. Cela signifie que, si on en trouve dans des proportions similaires aujourd’hui dans les échantillons, il y avait, au moment du décès, beaucoup plus de polonium que de plomb. Une grande partie de la substance radioactive n’est donc pas explicable par la désintégration naturelle du plomb.

« Nos résultats soutiennent raisonnablement l’hypothèse de l’empoisonnement, relève Patrice Mangin, directeur du Centre universitaire romand de médecine légale. Ils sont plus cohérents avec cette version des faits. » Sur une échelle de 1 à 6, où 6 est la conviction que le leader palestinien a été empoisonné, les scientifiques situent leurs conclusions au niveau 5.

Selon eux, il est impossible que le défunt ait ingéré du polonium 210 accidentellement ou que la substance ait été placée là a posteriori . « Nous avons mesuré les quantités à l’intérieur des os, après avoir nettoyé l’extérieur chimiquement », explique François Bochud. Les chercheurs refusent en outre de commenter les fuites sur le rapport russe tant qu’ils n’ont pas accès aux détails scientifiques. « Ils arrivent peut-être à des conclusions différentes sur la base de données similaires, souligne le spécialiste. Si nous nous étions arrêtés à mi-chemin, nous aurions aussi exclu l’empoisonnement. »

Lucia Sillig, Vendredi 08 novembre 2013.

»» Le Temps

Source : L’hypothèse de l’empoisonnement appuyée

À lire éventuellement sur le même sujet :

Case Closed : Sharon Killed Arafat - MJ Rosenberg


URL de cet article 23232
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

In Defense of Julian Assange
"This book shows why the Julian Assange case is one of the most important press freedom cases of this century or any other century."—James C. Goodale, former Vice Chairman and General Counsel of The New York Times. “I think the prosecution of him [Assange] would be a very, very bad precedent for publishers … from everything I know, he’s sort of in a classic publisher’s position and I think the law would have a very hard time drawing a distinction between The New York Times and WikiLeaks.” (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Julian Assange, à qui l’on doit plus d’articles importants que l’ensemble de ses journalistes-critiques, a 50 ans aujourd’hui - en prison. Il est en prison pour une raison : l’administration Biden et la plupart des médias commerciaux ne se soucient pas de la liberté de la presse, mais font semblant de s’en soucier quand ça les arrange.

Glenn Greenwald

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.