RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’Occident de l’apéro dînatoire contre le Hamas

Le Hamas et les Palestiniens n’ouvrent pas de perspectives de paix, disent les commentateurs. Mais quel choix ont-ils ? Quelles perspectives leur a offert l’Occident ? Mais ce n’est pas important ; l’apéro dînatoire version solidaire veillera à sauver nos valeurs.

Le Hamas attaque : les limbes et les générations qui viennent.

L’Occident n’a plus de ressources culturelles parce qu’il a supprimé son histoire. Pas celle des autres, mais la sienne. Il n’a pas de rapports avec ses racines grecques, avec ses racines chrétiennes. Il n’a plus aucun rapport avec l’Histoire, et ce qu’on appelle la philosophie analytique, qui est la philosophie de la domination anglo-saxonne, est l’expression de cette suppression.

Il s’agit d’une idéologie, dont le noyau consiste à extraire d’une séquence un fragment temporel. Les choses n’ont plus d’histoire, de racines, de motivations. Elles tombent du ciel. Elles sont le fruit de la folie, de l’irrationalité.

Une fois déshistoricisées, elles se prêtent au raisonnement qui a la préférence du philosophe analytique, et qui est à l’évidence la forme idéologique de la domination aujourd’hui : il y a un agresseur et un agressé.

Le méchant, c’est toujours l’autre. Les gentils, c’est toujours les États-Unis et leurs alliés. C’est une histoire qui dure depuis Locke, dont les droits universels servaient toujours à légitimer les intérêts de son Lord protecteur. Le libéralisme naît de cette âme d’esclave aujourd’hui sanctifiée.

Cette histoire arrive jusqu’à nous. Comme ils sont méchants, les Palestiniens cherchent les problèmes, ils frappent les pauvres soldats israéliens. A la fin, le philosophe analytique offre la solution : ils sont fous. Et nous, nous sommes la raison.

Quelqu’un, qui n’est pas un philosophe analytique mais un syndicaliste « de gauche », un certain Landini, qui se pose en révolutionnaire, dit qu’on bloque ainsi les perspectives de discussions de paix.

Lui seul sait de quelles perspectives il parle. Qu’il existe de telles perspectives, cela doit être une chose secrète qui a échappé à ces ignorants de Palestiniens ! Les faits sont autres, ce sont des faits de colonies illégitimes, d’arrogance, d’oppression.

La seule chose dont les Palestiniens font l’expérience, c’est que leurs perspectives sont simples : ou mourir jour après jour dans une réserve d’Indiens, contempler l’arrogance d’un État de fait à base ethnique, lumineux exemple d’État intrinsèquement raciste, ou bien mourir en combattant.

Bien sûr, ils savent qu’Israel réagira avec son habituelle cruauté, selon le même principe qu’on appelle rétorsion, mais que nous ferions mieux d’appeler de son nom : vengeance par multiplication.

Le Hamas et les Palestiniens n’ouvrent pas de perspectives de paix. C’est vrai. Mais quel choix ont-ils ? Quelles perspectives leur a offert l’Europe ? Et L’Occident ? Mais il y a un agresseur et un agressé.

Hélas, ce qui est désolant, c’est que les générations qui viennent ont été élevées ainsi, surtout celles qui se disent de gauche. Il ne viendra rien de bon d’elles, et je crains que les désastres que provoqueront ces nouvelles générations ne fassent pâlir les siècles passés, qui pourtant en ont connu, des tragédies.

Mais je commence à apprendre, et je l’ai appris sur FB, qu’il ne sert à rien d’avertir. On n’apprend malheureusement qu’à coups sur le crâne. Et l’Histoire s’accélère, elle change rapidement. Je ne pense pas que les générations qui viendront seront capables de gérer ces changements.

Le problème de l’histoire, c’est elles, la fin de l’Histoire, c’est cette génération qui nous suit. L’Histoire émigre ailleurs, peut-être, comme le soutenait le philosophe tchèque Jan Patocka, les héritiers de l’Occident sont-ils ailleurs.

Giorgia Meloni ne veut pas être chinoise. Le problème, c’est que nous ne sommes plus en Occident, et depuis belle lurette. Nous sommes dans un no man’s land, suspendus dans une sorte de limbes.

Heureusement qu’il y a l’apéro dînatoire, qui sauve les valeurs occidentales et notre way of life. L’Occident, aujourd’hui, c’est l’apéro dînatoire.

Traduction de R. Llorens

»» https://sinistrainrete.info/articoli-brevi/26494-vincenzo-costa-l-occi...
URL de cet article 38964
  

LA CRISE, QUELLES CRISES ?
Eric TOUSSAINT, Damien MILLET
Les médias et les économistes de la tendance dominante donnent généralement à propos d’un phénomène aussi profond qu’une crise des explications partielles, partiales et biaisées. Cette vision teintée de myopie caractérise tout ce qui touche aux questions économiques. Damien Millet et Eric Toussaint en spécialistes de l’endettement lèvent le voile sur les racines profondes et durables du déséquilibre économique qui caractérise toute la vie sociale. En 2007-2008 a éclaté la crise financière internationale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les rares personnes qui comprendront le système seront soit si intéressées par ses profits, soit si dépendantes de ses largesses qu’il n’y aura pas d’opposition à craindre de cette classe-là  ! La grande masse des gens, mentalement incapables de comprendre l’immense avantage retiré du système par le capital, porteront leur fardeau sans se plaindre et peut-être sans même remarquer que le système ne sert aucunement leurs intérêts.

Rothschild Brothers of London, citant John Sherman, communiqué aux associés, New York, le 25 juin 1863.

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.