RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’occupation ? Quelle occupation ? - Le plan israélien d’annexion (Counterpunch)

La conclusion du rapport récemment publié par une juge israélien selon laquelle, en fait, Israël n’occupe pas les Territoires Palestiniens — en opposition flagrante au consensus international — a provoqué surtout de l’incrédulité et de l’hilarité en Israël et à l’extérieur du pays.

Les sites Internet israéliens de gauche ont détourné des photos pour se moquer des conclusions ridicules du rapport du juge Edmond Levy. Sur une d’elles, on voit un soldat presser la détente d’un fusil braqué sur la tempe d’un Palestinien jeté au sol en disant : "Alors, je t’avais bien dit qu’il n’y avait pas d’occupation."

Même le premier ministre israélien, Binyamin Netanyahu, a paru un peu déconfit de la couverture médiatique de la semaine dernière. On lui avait remis le rapport plus de 15 jours auparavant mais il avait hésité à le rendre public.

Minimiser l’importance du rapport Lévy serait cependant imprudent. Si Netanyahu est embarrassé c’est seulement à cause du timing de la publication du rapport non à cause de son contenu.

Après tout, c’est le premier ministre lui-même qui a nommé la commission plus tôt dans l’année dans le but d’établir la légalité des "avant-postes" des colons juifs, ces avant-postes qui, bien que clairement interdits par le gouvernement poussent comme de la mauvaise herbe en Cisjordanie.

Il en a choisi les trois membres, tous trois des adeptes irréductibles des colonies et il a reçu le verdict qu’il attendait —à savoir que les colonies sont légales. De la part de Levy, cela n’a rien d’étonnant : En 2005 il a été le seul juge de la Cour Suprême à s’opposer à la décision d’évacuer les colons de Gaza.

Les hommes de loi qui ont analysé le rapport ne l’ont pas non plus pris assez au sérieux. Ils se sont concentré sur les défauts du raisonnement de Levy et non sur la signification politique du rapport.

Ils ont noté que Theodor Meron, le conseiller légal du ministre des Affaires Etrangères de 1967 avait clairement indiqué au gouvernement après la Guerre des Six Jours qu’installer des citoyens dans le territoire nouvellement conquis était une violation de la Quatrième Convention de Genève.

Les experts ont aussi souligné les difficultés qui attendaient Israël si le pays adoptait la position de Levy.

Selon le droit international, le contrôle israélien de la Cisjordanie et de Gaza est considéré comme une "occupation belligérante" et donc toute action israélienne doit y avoir pour base la seule nécessité militaire. S’il n’y a pas d’occupation, Israël n’a pas le droit de garder le contrôle militaire des Territoires*. Et il doit alors choisir entre rendre la terre aux Palestiniens et évacuer les colons, ou violer le droit international en annexant les Territoires comme il l’a déjà fait pour Jérusalem Est, et en instaurant le "Grand Israël" sur l’ensemble des terres.

Cependant l’annexion pose des problèmes. Israël doit soit accorder la citoyenneté aux Palestiniens et s’attendre à voir émerger une majorité non juive dans le Grand Israël ou leur refuser la citoyenneté et être considéré comme un état d’apartheid, un statut infamant.

C’est exactement le problème qui a poussé dimanche 40 leaders juifs des Etats-Unis à demander à Netanyahu de rejeter "les entourloupes légales" de Levy qui selon eux menacent "l’avenir d’Israël en tant qu’état juif et démocratique".

Mais Israël pense avoir trouvé la solution de ce problème apparemment insoluble.

Dans un interview de 2003, un autre membre de la Commission de Levy, Alan Baker, un colon qui avait conseillé le ministre des affaires Etrangères pendant de longues années a expliqué l’interprétation peu orthodoxe d’Israël des accords d’Oslo signés 10 ans auparavant.

Les accords n’étaient pas, comme on le croit généralement, destinés à servir de base à la création d’un état palestinien dans les Territoires, mais un moyen d’établir la légalité des colonies. "Nous ne sommes plus une puissance occupante, nous sommes désormais présents dans les Territoires avec leur [les Palestiniens] consentement en attendant l’issue des négociations ."

Selon cette façon de voir, les accords d’Oslo ont fait passer les 62 % de la Cisjordanie soumis au contrôle israélien — ce qu’on appelle la zone C— du statut de territoire "occupé" à celui de territoire "disputé". Cela explique pourquoi chaque administration israélienne depuis le milieu des années 1990 s’est livrée à une orgie de construction de colonies dans cette zone.

Selon Jeff Halper, le leader du Comité Israélien Contre la Démolition des Maisons, le rapport Levy prépare le terrain juridique pour l’annexion par Israël de la zone C. Il n’est pas le seul à manifester cette inquiétude.

De récents rapports de l’Union Européenne ont critiqué Israël avec plus de force qu’à l’ordinaire pour le "transfert forcé" — l’expression diplomatique pour nettoyage ethnique— des Palestiniens de la zone C dans les villes de Cisjordanie qui sont sous contrôle palestinien.

L’Union Européenne note que le nombre de Palestiniens vivant dans la zone C a diminué dramatiquement sous la règle israélienne et est maintenant réduit à 150 000 personnes, seulement 6 % de la population palestinienne de Cisjordanie. Les colons sont maintenant plus nombreux que les Palestiniens et représentent les deux tiers des habitants de la zone C.

Israël pourrait annexer presque deux tiers de la Cisjordanie et donner sans problème la citoyenneté aux Palestiniens qui y vivent. Ajouter 150 000 Palestiniens au 1,5 million de Palestiniens vivant en Israël, soit un cinquième de la population, ne mettrait pas en danger la suprématie de la majorité juive.

Si Netanyahu hésite à le faire c’est seulement parce que les esprits ne sont pas encore mûrs. Mais pendant le week-end il y a eu des signes qu’Israël s’apprête à renforcer son contrôle de la zone C.

On a appris que la police d’immigration israélienne, qui jusqu’ici n’intervenaient qu’en Israël, a été autorisée à entrer en Cisjordanie et à expulser des militants étrangers. La nouvelle force d’intervention s’est trouvée sous les projecteurs pour avoir arrêté le même jour des étrangers dont un reporter du New York Times à une des manifestations régulières contre le mur de séparation construit sur la terre palestinienne. Ces manifestations sont la principale forme de résistance contre la prise de possession du territoire palestinien de la zone C par Israël.

Et dimanche on a appris qu’Israël avait entrepris une campagne contre OCHA, une agence de l’ONU qui documente le tort causé aux Palestiniens par les colons et l’armée israélienne, principalement dans la zone C. Israël a exigé des informations détaillées sur le personnel d’OCHA et les projets de l’association et menace de retirer leurs visas aux membres du personnel, dans le but, semble-t-il, de limiter leur action dans la zone C.

Il y a toutefois un problème. Si Israël annexe la zone C, il a besoin que quelqu’un d’autre prenne la responsabilité des 38 % restants de Cisjordanie —un peu moins de 8 % de la Palestine historique— pour "combler le vide" selon l’expression des commentateurs israéliens la semaine dernière.

Le candidat évident est l’Autorité Palestinienne, le gouvernement de Ramallah en attente dirigé par Mahmoud Abbas. Ses forces de police jouent déjà le rôle de sous-traitant d’Israël en contrôlant les Palestiniens des parties de Cisjordanie extérieures à la zone C. De plus, l’aide internationale infinie que l’AP reçoit permet de soulager Israël du poids financier de l’occupation.

Mais la faiblesse de l’AP est flagrante dans tous les domaines : elle a perdu sa crédibilité auprès des Palestiniens de la rue, elle est impuissante sur la scène internationale et elle est embourbée dans une crise financière. Sur le long terme, elle semble condamnée à disparaître

Pour l’instant, cependant, Israël semble vouloir maintenir l’AP en place. Le mois dernier, par exemple, on a appris qu’Israël avait essayé de l’aider — sans succès toutefois— en demandant un prêt de 100 millions de dollars au Fond Monétaire International pour l’AP.

Si l’AP refuse ou se révèle incapable de prendre en charge ce qui restera de la Cisjordanie, Israël peut tenter de revenir en arrière et de soutenir comme par le passé des leaders locaux faibles et isolés à la tête de chaque ville palestinienne.

Toute la question est de savoir s’il est possible de forcer la communauté internationale à avaler l’absurde conclusion de Levy.

Jonathan Cook

Jonathan Cook a gagné le prix spécial de journalisme Martha Gellhorn. Ses derniers livres sont "Israel and the Clash of Civilisations : Iraq, Iran and the to Remake the Middle East" (Pluto Press) et "Disappearing Palestine : Israel’s Experiments in Human Despair" (Zed Books). Voici l’adresse de son site : www.jkcook.net.

Cet article a d’abord été publié dans The National, Abu Dhabi.

Pour consulter l’original : http://www.counterpunch.org/2012/07/18/israels-annexation-plan/

Traduction : Dominique Muselet

Note du traducteur :

* En Israël on appelle, sans doute par pudeur (?), "Territoires" les territoires occupés.

URL de cet article 17268
  

Même Thème
Être palestinien en Israël – Ségrégation, discrimination et démocratie
Ben WHITE
La Guillotine est heureuse de vous proposer sa deuxième publication. Après Europe-Israël : Une alliance contre-nature de David Cronin, traitant des relations ambivalentes entre l’Europe et Israël, cette fois il s’agit d’une investigation abordant un autre sujet peu éclairé. Alors que les Palestiniens en Israël s’imposent comme une composante incontournable de la réflexion politique et de l’action pour libérer la Palestine de l’apartheid et de la domination militaire sionistes, aucun livre en français (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est amusant comme le commun des mortels s’imagine que nous sommes sans cesse affairés à leur mettre des idées dans la tête, alors que c’est en empêchant certaines pensées d’y pénétrer que nous faisons le mieux notre travail.

C.S. Lewis, 1942

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.