Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’Otan expansible et toujours plus coûteuse s’élargit sur l’Europe (Il Manifesto)

Les 11 et 12 juillet à Bruxelles se tient le Sommet Otan au niveau de chefs d’état et de gouvernement des 29 pays membres, au premier rang desquels le président étasunien Donald Trump qui il y a quelques jours seulement a demandé aux alliés d’augmenter la défense atlantique sinon “il perd patience”. Le sommet confirme au plus haut niveau la montée en puissance de la structure de commandement principalement en fonction anti-Russie. Vont être constitués un nouveau Commandement conjoint pour l’Atlantique, à Norfolk aux USA, contre “les sous-marins russes qui menacent les lignes de communication maritime entre États-Unis et Europe”, et un nouveau Commandement logistique, à Ulm en Allemagne, comme “dissuasion” contre la Russie, avec la mission de “déplacer plus rapidement les troupes à travers l’Europe dans n’importe quel conflit”.

D’ici 2020 l’Otan disposera en Europe de 30 bataillons mécanisés, 30 escadrilles aériennes et 30 navires de combat, déployables en 30 jours ou moins contre la Russie. Le président Trump aura ainsi en main des cartes plus fortes au Sommet bilatéral qu’il tiendra, le 16 juillet à Helsinki, avec le président russe Poutine. De ce que le président étasunien établira à la table des négociations dépendra fondamentalement la situation de l’Europe.

L’Otan -qui s’est constituée en 1949, six ans avant le Pacte de Varsovie, formellement sur la base du principe établi à l’Article 5- a été transformée en alliance qui, sur la base du “nouveau concept stratégique”, engage les pays membres à “mener des opérations de riposte aux crises non prévues à l’Art. 5, en-dehors du territoire de l’Alliance”. Sur la base du nouveau concept géostratégique, l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord s’est étendue jusque sur les montagnes afghanes, où l’Otan est en guerre depuis 15 ans.

Ce qui n’a pas changé, dans la mutation de l’Otan, est la hiérarchie à l’intérieur de l’Alliance. C’est toujours le Président des États-Unis qui nomme le Commandant Suprême Allié en Europe, qui est toujours un général étasunien, tandis que les alliés se limitent à ratifier le choix. Même chose pour les autres commandements clé. La suprématie USA s’est renforcée avec l’élargissement de l’Otan, car les pays de l’Est sont plus liés à Washington qu’à Bruxelles.

Le Traité de Maastricht même, en 1992, établit la subordination de l’Union européenne à l’Otan, dont font partie 22 des 28 pays de l’Ue (avec la Grande-Bretagne en sortie de l’Union). Il stipule, à l’article 42, que “l’Union respecte les obligations de certains États membres, lesquels retiennent que leur défense commune se réalise à travers l’Otan, dans le cadre du Traité de l’Atlantique Nord”. Et le protocole n° 10 sur la coopération instituée par l’art. 42 souligne que l’Otan “reste le fondement de la défense” de l’Union européenne.

La Déclaration conjointe sur la coopération Otan-Ue, signée hier à Bruxelles à la veille du Sommet, confirme cette subordination : “L’Otan continuera à jouer son rôle unique et essentiel de pierre angulaire de la défense collective pour tous les alliés, et les efforts de l’Ue renforceront aussi l’Otan”. La Pesco et le Fonds européen pour la Défense, a souligné le secrétaire général Stoltenberg, “sont complémentaires, non pas alternatifs à l’Otan”. La “mobilité militaire” est au centre de la coopération Otan-Ue, garantie par la Déclaration conjointe. Importante aussi la “coopération maritime Otan-Ue en Méditerranée pour combattre le trafic de migrants et alléger ainsi les souffrances humaines”.

Le rayon d’expansion de l’Otan va bien au-delà de l’Europe. Celle-ci a une série de partenaires, reliés à l’Alliance par divers programmes de coopération militaire. Parmi les vingt qui entrent dans le Partenariat euro-atlantique, figurent Autriche, Finlande et Suède. Le partenariat méditerranéen comprend Israël et la Jordanie, qui ont des missions officielles permanentes au quartier général Otan à Bruxelles, l’Egypte, la Tunisie, l’Algérie, le Maroc et la Mauritanie. Celui du Golfe comprend le Koweit, le Qatar et les Émirats, avec des missions permanentes à Bruxelles, plus le Bahrein. L’Otan a en outre neuf “Partenaires mondiaux” en Asie, Océanie et Amérique Latine -Irak, Afghanistan, Pakistan, Mongolie, Corée du Sud, Japon, Australie, Nouvelle-Zélande et Colombie- dont certains “contribuent activement aux opérations militaires Otan”.

Sous la pression des USA, les alliés européens et le Canada ont augmenté leur dépense militaire de 87 milliards de dollars depuis 2014. Malgré cela, le président Trump frappera du poing sur la table du Sommet, en accusant les alliés parce que, tous ensemble, ils dépensent moins que les États-Unis. “Tous les alliés sont en train d’augmenter leur dépense militaire”, assure le secrétaire général de l’Otan Stoltenberg.

Les pays qui consacrent à la dépense militaire au moins 2% de leur PIB passent de 3 en 2014 à 8 en 2018. On prévoit ainsi que d’aujourd’hui à 2024 les alliés européens et le Canada vont accroître leur dépense militaire de 266 milliards de dollars, en portant la dépense militaire totale de l’Otan à plus des 1000 milliards de dollars annuels. L’Allemagne la portera en 2019 à une moyenne de 114 millions d’euros par jour et planifie de l’augmenter de 80% d’ici 2024. L’Italie s’est déjà engagée à la porter des actuels 70 millions d’euros par jour à environ environ 100 millions d’euros par jour. Comme le requiert celui qui, dans le programme de gouvernement du “contrat” entre M5Stelle et Lega, est défini comme “l’allié privilégié de l’Italie”.

Manlio Dinucci

Edition de mercredi 11 juillet 2018 de il manifesto

https://ilmanifesto.it/la-nato-espandibile-e-sempre-piu-costosa-si-all...

Traduit de l’italien par M-A P.

En complément :

Otan, méga-quartier général expansible, comme la guerre

Une grande importance symbolique est attribuée au fait que le premier Sommet convoqué dans le nouveau quartier général de l’Alliance, qui a coûté jusqu’à présent 1,3 milliards d’euros (mais le prix réel, dont 7% est à la charge de l’Italie, reste encore à établir) : une structure de plus de 250 000 mètres carrés, quasiment le double de la précédente, où travaille en permanence un staff d’environ 4000 militaires et civils, dotée de 18 grandes salles où se déroulent annuellement plus de 5000 réunions avec une participation moyenne de 500 hôtes par jour.

La structure, maintenant constituée par 8 ailes majeures et 4 mineures reliées à un long corps central, est de type modulaire : donc expansible au fur et à mesure que l’Otan continuera à s’étendre. Comme elle le fait depuis plus de 20 ans.

En 1990, à la veille de la dissolution du Pacte de Varsovie, le secrétaire d’état étasunien James Baker assurait le président de l’URSS Mikhail Gorbatchev que “l’Otan ne s’étendra pas d’un seul pouce à l’Est”. Mais en 1999, pendant qu’elle démolissait par la guerre la Fédération Yougoslave, l’Otan englobait les trois premiers pays de l’ex Pacte de Varsovie : Pologne, République Tchèque et Hongrie. Puis, en 2004, elle s’étendait à Estonie, Lettonie, Lituanie (auparavant membres du Pacte de Varsovie) ; Slovénie (auparavant partie de la Fédération Yougoslave). En 2008 l’Otan contribue à l’explosion de la nouvelle guerre en Géorgie. En 2009 l’Alliance incluait l’Albanie (autrefois membre du Pacte de Varsovie) et la Croatie (auparavant une partie de la Fédération Yougoslave) ; en 2017, le Monténégro, lui aussi faisant avant partie de la Fédération Yougoslave. Après s’être étendue en 1999-2017 de 16 à 29 membres, l’Otan laisse “la porte ouverte” : sont en attente d’entrer Ukraine et Géorgie, auparavant faisant partie de l’URSS ; Bosnie-Herzégovine et Macédoine, appartenant auparavant à la Fédération Yougoslave. Pour ce faire l’Otan s’est dotée d’un quartier général expansible.

Manlio Dinucci

Edition de mercredi 11 juillet 2018 de il manifesto

https://ilmanifesto.it/nato-mega-quartier-generale-espandibile-come-la-guerra/
Traduit de l’italien par M-A P.

URL de cet article 33579
   
Même Thème
Libye, OTAN et médiamensonges
Michel COLLON
Les « armes de destruction massive », ça n’a pas suffi ? Le martyre de l’Irak, frappé d’abord par les médiamensonges et ensuite par les bombes, on n’en a pas tiré les leçons ? Non, on n’en a pas tiré les leçons. On sait que les Etats-Unis ont menti sur le Vietnam, l’Irak, la Yougoslavie, l’Afghanistan et Gaza, mais on croit que cette fois-ci, sur la Libye, ils disent la vérité. Etrange. La majorité de nos concitoyens croient encore ce que l’Otan a raconté sur la Libye. Y compris les Arabes car cette fois, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je n’accepte plus ce que je ne peux pas changer. Je change ce que je ne peux pas accepter.

Angela Davis


Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.