RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
33 

La bit(t)e à Gégé

C'est un pic... c'est un cap... que dis-je, c'est un cap ? C'est une péninsule ! Le mammouth du cinéma français, dont la truculence filmique est à l'image de son physique d'ogre, est accusé à l'heure qu'il est (17h37) par pas moins de treize femmes de n'avoir pas su garder son obélisque dans son futal. Dans la vraie vie, on l'a vu et entendu, Depardieu n'a pas la délicatesse de Jean de Florette ou la poésie de Cyrano. C'est plutôt Bérurier sorti du placard. Lors d'un séjour en Corée du Nord, autrement dit sous le soleil de Satan, ses valseuses le démangèrent tant et tant qu'il harcela de ses ardeurs paillardes de pauvres femmes qui n'y entravaient que pouic. On eût préféré qu'il aille écouter le cri du cormoran le soir au-dessus des jonques de la Baie de Joseon.

On ne va pas trop lui charger la mule, à notre Gérard national. La justice suit son cours, comme on dit. Et puis, tout le monde sait qu’on peut faire dire ce qu’on veut aux images. Même si pour d’autres raisons bien plus sérieuses que sa lubricité, elles sont en mesure de soulever le coeur. Il n’en reste pas moins que c’est comme souvent dans la périphérie des évènements qu’on trouve matière à réflexion, notamment dans les réactions en sa faveur.

Macron d’abord, affichant son soutien pour l’acteur qu’il juge être la proie d’une « chasse à l’homme ». Le terme est clairement mal choisi. Aurait mieux valu celui de « lynchage médiatique » au lieu de vouloir ménager la chèvre et le chou. Ainsi ressort l’idée, plus ou moins consciente, que ce sont les femmes, autrement dit les victimes présumées de ce demi-dieu, qui traquent l’homme pour l’abattre. Et moins celle que, comme à leur habitude, les charognards médiatiques se repaissent d’un homme à terre. Surtout, l’Éborgneur en chef balaie d’un revers de main l’idée d’ôter à Gérard sa Légion d’honneur. Renseignement pris à la source, elle a pour vocation de récompenser celles et ceux qui oeuvrent au rayonnement de la France et peut être retirée à celles et ceux qui nuisent à son honneur. Où est l’honneur dans le comportement de Depardieu en Corée du Nord ? Est-ce que le rayonnement de la France se résume à ce que les hommes ont dans le pantalon ? La grandeur de la France en serait réduite à sa beaufitude. Car c’est d’abord en beauf que Depardieu s’est comporté, permettant au passage de mieux définir le terme : loin d’être l’attribut prolétaire que lui prête souvent la bourgeoisie, il dépeint bien celui qui en tout et avec tous se croit autorisé à toutes les vulgarités. Au-delà de ses paroles sexistes, ce qu’aucun observateur n’a relevé, c’est le racisme intrinsèque de ses actes, celui que son pote de toujours, Jean Carmet, qui s’il était encore de ce monde lui aurait peut-être tiré les oreilles, a incarné dans Dupont-Lajoie. On ne peut alors s’empêcher de penser, quand on le sait, au prix Simone Veil qui vient d’être retiré à Zineb El Rhazoui pour avoir pris, bien qu’elle fut un temps l’idiote utile de la laïcité à la Charlie, des positions pro-palestiniennes [Sur Zineb El Rhazoui , VOIR PLUS BAS L’AJOUT CRITIQUE DU GRAND SOIR]. Encore un petit effort et la géométrie variable deviendra discipline olympique pour Paris 2024.

En attendant, ni la Corée du Nord, ni les Nord-Coréennes ne méritent qu’on s’arrête ne serait-ce qu’un instant à l’offense qui leur a été faite.

Qu’elles se démocratisent d’abord.

Mentalité de colonisateurs.

C’est dans l’air du temps, je suppose.

Et puis, il y a ces personnalités médiatiques, éternellement égales à elles-mêmes dans leur penchant à se contredire sourire aux lèvres et doigt d’honneur à l’honnêteté intellectuelle. Quand le patriarcat est impliqué, paradoxalement, alors que les hommes font profil bas, on trouve beaucoup de figures féminines qui prennent fait et cause pour une masculinité en péril : celle du droit de cuissage, de la main aux fesses, de la torgnole ou du « Touche pas au grisbi, salope ! » Nostalgiques d’une France à papa sans doute, d’un temps où elles étaient pourtant confinées aux casseroles et aux moutards, mises à l’écart des tribunes dont elles bénéficient aujourd’hui, elles s’auto-proclament avocates des vrais hommes, aux mains larges, lestes et baladeuses. Les cantonner à la droite de l’échiquier politique serait une erreur. Elles existent aussi à sa gauche : Quatennens a pu lui aussi bénéficier de leur indulgence. La vraie coupable, ce n’est ni la main ni la queue : c’est la féministe ! Ce serait risible si Place Beauvau ne trônait pas un pointeur notoire. Passons. En l’occurrence, une des plus virulentes partisanes du patriarcat et de ses privilèges s’appelle Élisabeth Levy. Conservatrice jusqu’au bout des ongles, sévissant au Figaro ou chez Causeur, prodiguant ses opinions sur RTL, Europe 1 et sur les ondes de Radio-Sud qui ressemble de plus en plus au rivage sur lequel s’échouent les vieilles baleines réacs, cette chroniqueuse s’est fendue d’une tirade magnifique de mauvaise foi pour justifier les images d’un Depardieu libidineux devant le spectacle d’une petite fille nord-coréenne prenant des leçons d’équitation : « Freud a dit depuis fort longtemps que les enfants étaient des êtres sexuels ! » Ça, par contre, ce serait triste à mourir, pathétique même, si on n’avait pas cette petite occasion d’en rigoler en se remémorant ce qu’elle disait tantôt à l’idée d’une éducation sexuelle à destination des enfants.

Enfin, il y a le milieu, le gotha. Celui du cinéma français, s’entend. Et si certains, et tout particulièrement certaines, ont fini par se mettre à table sur l’impunité dont a bénéficié le Pantagruel du Septième Art, beaucoup se sont tus et quelques-un(e)s ont même signé une pétition pour que cesse cette chasse à l’éléphant. Sauf que. Sauf que l’individu à l’origine de cette pétition n’est pas aussi propre que ce qu’elle est censée défendre, c’est-à-dire la présomption d’innocence. Il a même une histoire plutôt louche dans le domaine, et c’est un euphémisme : prises de position répétées pour Polanski puis pour Matzneff, aveux de tendances inavouables, genre corruption de mineures, viols et agressions sexuelles. Cerise sur la charlotte affreuse de cette intelligentsia davantage motivée pour porter secours à l’un des siens que pour sauver les enfants de Gaza : cette pétition est l’oeuvre un zemmourien convaincu. C’est ballot ! En tout cas, Pasolini aurait apprécié ce détail croustillant, lui qui adorait associer fascisme et perversion. Et les voilà maintenant tous et toutes empêtrés dans leur bêtise et leurs contradictions, se rétractant, se dédisant, s’emmêlant les pinceaux dans leurs explications, incapables qu’ils ont été de réfléchir avant d’agir dans l’intérêt de leur compte en banque et probablement, c’est vrai, au nom de leur amitié pour Gérard. Ces artistes embourgeoisés ont quelque chose des méduses : dans leur élément, ils sont poétiques mais échoués sur la plage du réel, ils deviennent flasques et pitoyables.

Il faut quand même parler un peu des victimes présumées de Gérard. Oh, pas les Coréennes, ni la môme sur son poney. Celles-là, soit elles ne l’ont pas compris, soit elles ne l’ont pas entendu. Peu importe que parmi elles, il y ait eu des interprètes, des francophones ou que la télévision et Internet, en Corée du Nord, ça existe. Si, si. Que la petite fille, ou bien juste ses parents, à la vitesse où circulent les informations aujourd’hui, a dû prendre connaissance des commentaires que « le plus grand acteur français » a fait à son endroit. Non, non, les « vraies » victimes présumées : les jeunes femmes qui l’accusent de les avoir tripotées, pelotées et/ou violées. On vous l’a dit, la justice suit son cours, mais il convient de répondre à l’argument ô combien central que certains hommes exaspérés par tant d’acharnement brandissent comme le Saint Graal : que pour eux, il serait, mmmh, suspect de se réveiller tant d’années après le crime pour le révéler. C’est du même tonneau que prétendre qu’un viol sans résistance ne serait pas un viol. Au-delà de son aspect purement sexuel, cette violence est d’abord un acte de pouvoir, un acte de domination de l’autre : celui du fort sur le faible, de l’adulte sur l’enfant, du maître sur l’esclave. Dans un contexte où la force n’est plus seule condition de cette domination, toute position supérieure dans une hiérarchie sociale permet d’accéder à ce pouvoir. En cela, une jeune actrice débutante face à un acteur ou un metteur en scène reconnu n’est pas différente d’une ouvrière devant son patron ou son chef. La seule différence est dans l’usage que les seconds font de leur pouvoir. Et confrontée à un abus de pouvoir, elle se retrouve face à un choix : dénoncer et perdre son travail, se taire et le garder. Dans le cas d’une actrice, ça peut vouloir dire l’arrêt définitif de sa carrière. La mise sur liste noire. Et c’est l’ingrédient principal de l’omerta. Pas étonnant dès lors qu’il faille que le géant vacille pour qu’on s’attaque à lui. Ni condamnable.

Le cinéma français et Gégé, c’est comme un paquebot et une bitte : elle le maintient à quai, mais un jour ou l’autre, il faudra larguer les amarres.

Xiao PIGNOUF

AJOUT DU GRAND SOIR

La journaliste de Charlie Hebdo, Zineb El Rhazoui, « soutien actif » à Emmanuel Macron a vu sa candidature pour la députation sur une liste LREM en mai 2022 repoussée à cause de sa proximité avec Papacito, une figure de l’extrême droite. Le 5 novembre 2019, sur CNews, elle avait proposé que les policiers puissent tirer « à balles réelles » sur la foule, ce qu’elle avait répété le lendemain sur LCI en invoquant la légitime défense.
Charlie Hebdo a choisi depuis plus de 10 ans de traiter par la diffamation Le Grand Soir, Viktor Dedaj et Maxime Vivas (1) accusés de permettre une certaine "porosité" entre LGS et les fachos. On voit où est la porosité.
Les prises de position actuelles de Zineb El Rhazoui ne doivent pas faire illusion. Elle est prête à tous les mouvements de girouette pour exister.
LGS
(1) Le 7 avril 2021, Charlie Hebdo a donné son avis sur Maxime Vivas : "un dingo".

URL de cet article 39247
  

We Feed The World (documentaire)
DIVERS
Synopsis Un film pour éveiller les consciences sur les absurdités et les gachis de la production, la distribution et la consommation des produits alimentaires. Chaque jour à Vienne, la quantité de pain inutilisée, et vouée à la destrction, pourrait nourrir la seconde plus grande ville d’Autriche, Graz... Environ 350 000 hectares de terres agricoles, essentiellement en Amérique latine, sont employés à la culture du soja destiné à la nourriture du cheptel des pays européens alors que près d’un quart de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Analyser la réussite ou l’échec du modèle économique cubain en faisant abstraction d’un blocus criminel de plus de 50 ans, est une pure hypocrisie. N’importe quel pays capitaliste d’Amérique Latine, soumis à un blocus similaire, s’effondrerait en quelques mois.

Rafael Correa
ancien président de l’Equateur

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.