RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La guerre et son festival d’impostures

En pensant aux prochaines élections, le président Biden ne cesse de demander à Netanyahou de la modération dans sa campagne de frappes meurtrières, tout en contournant le Congrès (deux fois durant le mois de décembre) pour l’envoi « d’urgence » de missiles à l’armée israélienne. A son tour, Josep Borrel déclarait le 15 novembre au nom de l’UE « ...nous devons travailler à une désescalade à Gaza [...] à des pauses dans les hostilités. Pause humanitaire, cessez-le-feu, trêve... le nom qu’on leur donne n’a pas d’importance... » (1) Non, Monsieur Borrel, les noms, les mots importent. Vous parlez de « pauses » dans les hostilités, de surcroît au pluriel, cautionnant ainsi implicitement la continuité de ces hostilités au lieu d’exiger le cessez-le-feu visant à préparer une solution politique.

Mais au sommet des impostures figure celle de Netanyahou qui, tirant profit de l’attaque du Hamas, fait d’une pierre deux coups. Mettre en œuvre son vieux rêve de nettoyage ethnique du peuple palestinien tout en s’accrochant au pouvoir pour éviter les tribunaux qui l’attendent pour de lourds faits de corruption. Et ce, peu importe la mort de centaines de ses jeunes soldats et de dizaines de milliers de civils palestiniens.

Nous sommes donc en pleine ignominie. En attendant, le peuple gazaoui a le triste choix entre trois façons de mourir : sous les bombes, par la famine ou par les maladies. « Le nombre de décès dus à la maladie pourrait être plusieurs fois supérieur au nombre de morts résultant des opérations militaires » déclarait, au Financial Times, Martin Griffiths, le secrétaire de l’ONU pour les affaires humanitaires. (2) De son côté le journal Le Monde titrant en une « Sous les bombes, Gaza menacée de famine », précisait que selon le Programme alimentaire mondial « Actuellement, 93 % des Gazaouis sont « en situation d’insécurité alimentaire aiguë ». (3)

Selon l’UNICEF « plus de 5 350 enfants gazaouis, seraient décédés depuis le 8 octobre. » (4) Malgré ce chiffre et après 3 mois de bombardements, la Cour pénale internationale (CPI) épargne toujours Netanyahou, alors qu’elle avait déclaré Poutine criminel de guerre, en un temps record, pour avoir déplacé nombre d’enfants dont tous, sauf erreur, sont vivants. Vous avez dit, deux poids deux mesures ?

(1) https://www.eeas.europa.eu/eeas/ce-que-l%E2%C3%A0-gaza -conflit-isra%C3%A9lo-palestinien_fr
(2) https://www.ft.com/content/01b592be-47c7-4a20-9bbd-621aa40f7640
(3) https://www.lemonde.fr/international/article/2023/12/23/apres-plus-de-...
(4) https://www.unicef.fr/article/israel-palestine-les-enfants-paient-le-p...

»» https://arretsurinfo.ch/la-guerre-et-son-festival-dimpostures/
URL de cet article 39246
  

Même Thème
Chroniques de GAZA 2001-2011
Christophe OBERLIN
L’auteur : Christophe OBERLIN est né en 1952. Chirurgien des hôpitaux et professeur à la faculté Denis Diderot à Paris, il enseigne l’anatomie, la chirurgie de la main et la microchirurgie en France et à l’étranger. Parallèlement à son travail hospitalier et universitaire, il participe depuis 30 ans à des activités de chirurgie humanitaire et d’enseignement en Afrique sub-saharienne, notamment dans le domaine de la chirurgie de la lèpre, au Maghreb et en Asie. Depuis 2001, il dirige régulièrement des (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l’opposition donne l’impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l’île de la Grenade - ce n’avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l’invasion - protéger les citoyens américains se trouvant sur l’île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».

Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l’American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l’attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l’invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l’île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.