RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La fête de l’Huma, et après ?

Bien sûr que cette 73e édition de la fête de l’Huma est un succès. Le monde était là , réveillé, rajeuni et motivé. Et l’ambiance répondant sans faille à ce que l’on attendait de ce rassemblement populaire et militant, c’est-à -dire festive, pluraliste et riche en débats. Le parc de La Courneuve peut, par conséquent, se targuer d’accueillir une manifestation politique dynamique réussie. Mais à l’heure où le contexte politique, économique et social français se trouve en très grande difficulté, n’est-il pas logique d’espérer un tel réveil des troupes de la gauche - conséquence légitime ? Alors, avant de s’enorgueillir de cette belle performance de masse, qu’en est-il du fond sinon de la forme irréprochable ? Et peut-on en attendre la véritable secousse qu’elle mérite par la suite ?

Matière grise

Evidemment, la pertinence et la gravité des différents thèmes développés dans les forums et débats proposés durant ces 3 jours ont bien montré la grande sensibilisation à la situation internationale et française, actuellement désastreuse. Indubitablement, les échanges et les propos évoqués ont bien montré l’urgence à faire changer le cours des choses. Immanquablement, les solutions et préconisations qui en ont découlé ont bien montré que la gauche de la fête de l’Huma sait détourer intelligemment les problématiques et y répondre.

Ainsi, des sujets essentiels ont été balayés tels que le système de santé, l’avenir et le pluralisme des médias, le syndicalisme, les retraites, le développement durable et le progrès social, l’énergie, l’agriculture et l’alimentation, le capitalisme, la résistance et l’alternative politique…

Toute cette brillante série d’analyses et de réponses est à la hauteur d’un désir honorable de réflexion humaine et sociale dont se revendique la gauche, et ce dans l’objectif d’aboutir au changement pour le bien-être de tout un chacun. On ne peut, certes pas, oublier que cette même gauche se trouve muselée par le gouvernement actuel, ce qui lui laisse peu de moyens pour mettre en oeuvre tous ses remèdes. Mais la question majeure reste pour autant « De quelle gauche parle-t-on ? »

C’est donc - entre les allées Marcel Cachin, Salvador Allende, Rosa Luxembourg ou Jean Jaures, et pour répondre à cette question - que se sont rencontrés les Verts, le PS et le PC. Cette 73e édition de la fête de l’Huma, sera-t-elle donc l’édition de tous les enjeux ?
Pour Cécile Duflot des Verts : « C’est pas une formule de dire qu’il faut qu’on travaille sur le fond. Je trouve ça très intéressant qu’aujourd’hui, avec le PS et le PC, on puisse savoir à quel avenir on veut travailler ». François Hollande au PS pense qu’il est l’heure de « préparer les rassemblements de demain, en tirant les leçons de l’histoire de la gauche, de ce qu’elle a produit et quelquefois, de ce qu’elle n’a pas pu faire accoucher, c’est-à -dire un changement durable ». Marie-Georges Buffet du PC affirme qu’il faut « changer les choses jusqu’au bout, c’est-à -dire chasser la droite du pouvoir ». La gauche doit travailler et apporter des réponses. « C’est ce que nous voulons faire tous ensemble ».

Pas de grande nouveauté dans le discours, mais en revanche, une grande ambition au lendemain de l’échec cuisant de la période présidentielle de 2007, où les troupes de la gauche antilibérale - dont le PS n’était pas -, rassemblées dans la perspective d’une candidature unitaire, se sont éparpillées, pour ne pas dire dégonflées, au moment de rentrer en campagne. A cette époque, le PC, initiateur de cette débandade, avait préféré rentrer au bercail et finalement défendre seul ses couleurs afin d’avoir le privilège d’être candidat désigné par lui-même.

Alors à quoi ressemble aujourd’hui ce simulacre d’unité entre partis, si loin les uns des autres, sinon d’un cartel d’organisations politiques opportunistes perdues, sans aucune crédibilité ?

Vision des choses

Si l’on veut parler de rassembler les solidarités, de peuple soudé ou d’organiser une résistance à la droite, il faudrait plutôt aujourd’hui porter regard attentif sur le continent latino-américain, capable de nous donner des leçons sur ces sujets. Au village du monde de la fête de l’Huma, sous les tentes latinos, les spécimens exceptionnels de la révolution bolivarienne étaient là pour montrer comment convaincre, fédérer et agir. Avec une intelligence étonnante, ces frères de couleur prouvent à la gauche française branlante qu’un autre monde est possible grâce à une solidarité et une organisation édifiantes. Les exemples et les méthodes pour « travailler ensemble » et élaborer un modèle socialiste du XXIe siècle sont largement donnés. Leur carrefour des luttes fonctionne par la confiance et la représentativité. Au Venezuela, leur représentant - Chavez -, certes Président, n’a jamais trahi ses promesses électorales. Et ce fait capital explique que cela marche.

Alors, si la gauche française veut reprendre de la dimension, il n’y a plus d’alternative, elle a le bon exemple sous les yeux. Si la gauche française doit redéfinir son orientation, qu’elle ne cherche pas ailleurs qu’à « gauche toute ». Et surtout, qu’elle ignore un PS qui ose venir traîner ses Westons dans la poussière de La Courneuve.

Lorsque le problème de la fermeté et de la transparence à gauche sera réglé dans notre pays, il sera possible de dire à quoi sert la gauche, et ce qu’on peut en espérer.

URL de cet article 7135
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

La Machine de guerre américaine
Peter Dale SCOTT
« J’avais dit du précédent livre éblouissant de Peter Dale Scott traitant de ce sujet, (Drugs, Oil and War) "qu’il faisait passer la plupart des explications journalistiques et universitaires concernant nos interventions passées et présentes pour une propagande gouvernementale écrite pour les enfants’. Son dernier ouvrage est encore meilleur. Lisez-le ! » - Daniel ELLSBERG, « l’homme qui fit tomber Nixon », auteur de Secrets : A Memoir of Vietnam and the Pentagone Papers Ce livre stimulant et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’illusion de la liberté se perpétuera tant qu’il sera rentable de maintenir l’illusion. À partir du moment où l’illusion deviendra trop coûteuse à maintenir, ils démonteront simplement le décor, ils écarteront les rideaux, ils déplaceront les tables et les chaises et vous verrez alors le mur de briques au fond de la salle.

Frank Zappa

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.