RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
15 

La fin du pétrole ne saurait plus tarder ? (Think Progress)

UNE ANALYSE ; L'une des plus grandes banques du monde pense que l’ère du fossile touche à sa fin ! Nous pensons que l'économie des énergies renouvelables est impossible à concurrencer par le pétrole !

La chute des prix des batteries et des énergies renouvelables entraîne une révolution des véhicules électriques (EV) si rapidement que l’économie du pétrole « est maintenant en déclin implacable et irréversible ».

C’est la conclusion surprenante d’une nouvelle analyse détaillée pour les « investisseurs professionnels » de l’économie des véhicules électriques par rapport aux voitures à essence, produites par BNP Paribas, la huitième banque mondiale en termes d’actifs totaux.

Le rapport est une bonne nouvelle pour l’humanité car il signifie que la pointe de la demande de pétrole ne pourrait dépasser une décade, ce qui signifie que les objectifs climatiques ambitieux seront plus abordables que ce que l’on pensait auparavant.
Mais l’analyse de la banque, « Wells, Wires and Wheels », est dévastatrice pour Big Oil. Elle conclut que « l’industrie pétrolière n’a jamais auparavant, dans son histoire, été confrontée au genre de menace que représente pour son modèle commercial : l’électricité renouvelable en tandem avec les Voitures Électriques !

Les voitures électriques pourraient déjà rendre les voitures à essence aussi obsolètes que les téléphones à clapet, selon les experts

En quelques années, les véhicules électriques (VE) seront à tous égards supérieurs aux voitures à essence . Cela est dû en partie au fait que les moteurs électriques sont beaucoup plus efficaces que les moteurs à essence. Et c’est aussi en partie parce que l’énergie solaire et éolienne et les batteries ont connu des baisses de prix stupéfiantes au cours de la dernière décennie - et devraient connaître des baisses tout aussi importantes dans les années à venir.

Mais l’une des conclusions les plus surprenantes est que, comme le coût de fonctionnement des véhicules électriques à énergie solaire ou éolienne baisse si rapidement, la seule façon pour les voitures à essence de rivaliser avec ces véhicules électriques à énergie renouvelable dans les années 2020 est de savoir si le prix du pétrole devait baisse à 11 $ à 12 $ le baril. Le prix actuel du pétrole dépasse 50 $.

Pire encore pour le pétrole, cette analyse économique ne tient même pas compte de la plupart des autres avantages de faire fonctionner les voitures sur des énergies renouvelables plutôt que sur le pétrole. Ceux-ci incluent les vastes avantages pour la santé publique de ne pas respirer la pollution atmosphérique causée par la combustion de pétrole, ainsi que les avantages de ne pas avoir d’énormes déversements de pétrole et de ne pas détruire un climat habitable déjà fortement fragilisé par les GES.

Le rapport est rédigé par Mark Lewis, responsable mondial de la recherche sur le développement durable à la banque. Lewis a précédemment travaillé en tant que responsable de la recherche sur les services publics européens chez Barclays et en tant que responsable mondial de la recherche énergétique chez Deutsche Bank.
Lewis note que de nombreuses analyses indépendantes - y compris Bloomberg New Energy Finance et la société de gestion des risques DNV GL - ont conclu que dans la période 2022-2024, le coût total du cycle de vie de la possession d’un véhicule électrique sera moins cher que celui de la possession d’une voiture à essence.

Le rapport examine également les coûts du cycle de vie du pétrole (forage, production et transport) par rapport au coût du cycle de vie des centrales électriques renouvelables (construction et exploitation).

Nous pensons que l’économie des énergies renouvelables est impossible à concurrencer par le pétrole lorsqu’on le regarde au cours du cycle », conclut l’étude.

A titre d’exemple l’Appel d’offre conclu par le Qatar en Janvier dernier, pour 800 MWc Photovoltaïques établit un prix record de l’énergie solaire de 0,01567 $ / kWh ! Sachant que la consommation d’une voiture électrique varie, selon la puissance du moteur de 10 à 20 kWh au 100 km !

Si l’avenir est si mauvais pour le pétrole, alors pourquoi n’y a-t-il pas eu un effondrement du prix du pétrole ou des cours des actions des grandes compagnies pétrolières ? "Il y a un hic, et c’est un gros", explique le rapport, "le pétrole a un énorme avantage historique."

À l’heure actuelle, le pétrole profite du fait que l’ensemble de son système de production et de livraison a été construit pendant des décennies et que les investissements confèrent au pétrole un gros avantage à court terme par rapport aux véhicules électriques, qui n’ont pas encore construit leur infrastructure de ravitaillement à l’échelle mondiale.

« La conclusion claire de notre analyse est que si nous construisions le système énergétique mondial à partir de zéro aujourd’hui », explique Lewis, « l’économie seule dicterait que, au minimum, l’infrastructure de transport routier serait construite autour de véhicules électriques alimentés par le vent - et l’électricité produite par l’énergie solaire. »

Mais le pétrole a une grande longueur d’avance. Et, bien sûr, Big Oil utilise ses vastes revenus actuels pour acheter du pouvoir politique afin de ralentir les investissements et les politiques gouvernementales visant à faire avancer les voitures électriques.

Lewis, cependant, fait valoir que d’un point de vue politique, les gouvernements doivent commencer à investir beaucoup plus dans les voitures électriques et leurs infrastructures de ravitaillement, tout simplement parce que l’économie devient si bonne pour les véhicules électriques et que les avantages pour la santé publique et le climat sont énormes.

Étant donné que BNP Paribas est une grande banque et que le rapport s’adresse aux investisseurs, un point clé de l’analyse est que les sociétés pétrolières investissent des sommes colossales dans la recherche et la production de nouveaux puits - et la plupart d’entre elles vont perdre beaucoup de cet argent.

"D’ici la fin des années 2020", explique Lewis, une fraction importante du pétrole produit aujourd’hui "ne pourrait être compétitive qu’à un prix inférieur au coût de production total [des compagnies pétrolières]". Pire encore, cette fraction "augmentera au cours de la durée de vie de ces projets à mesure que le taux de pénétration des VE augmentera".

Si vous ne pouvez pas produire du pétrole de manière rentable à moins de 10 $ ou 20 $ le baril, votre compagnie pétrolière est en grande difficulté.

Dans une perspective plus large, Lewis prévient que tout cet argent actuellement dépensé pour trouver et produire du nouveau pétrole est un énorme gaspillage - « un coût d’opportunité pour la société dans son ensemble ».

Quel est exactement le coût ? BNP Paribas calcule « la taille de ce coût d’opportunité est de 24 billions de dollars sur les 25 prochaines années uniquement pour l’essence ». Et c’est sans compter le coût de la sauvegarde d’un climat habitable.

Il est temps que les investisseurs et les gouvernements s’éloignent de Big Oil avant le crash - et avant qu’il ne soit tout simplement trop tard pour sauver nos enfants et les générations futures de la catastrophe.

Joe Romm

Traduit par CHEIKHALIFA Mohamed

»» https://thinkprogress.org/oil-faces-irreversible-decline-thanks-to-ele...
URL de cet article 35698
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

SALARIÉS, SI VOUS SAVIEZ... DIX IDÉES RECUES SUR LE TRAVAIL EN FRANCE
Gérard FILOCHE
« Le droit du licenciement doit être assoupli », « les 35 heures n’ont pas profité aux salariés », « les charges sociales sont trop lourdes », « les fonctionnaires sont des privilégiés », « à terme, on ne pourra plus financer les retraites », etc. Telles sont quelques-unes des idées reçues qui dominent le débat public sur le travail en France. En dix réponses critiques, chiffres à l’appui, Gérard Filoche bat ici en brèche ces préjugés distillés par la vulgate néolibérale pour tenter de liquider un siècle de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je ne sais pas ce qu’est un homme, je ne connais que son prix.

Bertolt Brecht

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.