RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
11 

La futilité de la protestation aux États-Unis

Récemment, le fil de discussion le plus populaire sur Reddit était « Pourquoi les Américains ne protestent-ils pas comme ils le devraient ?« , avec 27 000 vues et 5 000 commentaires. Les commentateurs ont donné de nombreuses raisons de ne pas protester individuellement, bien qu’ils aient toutes les raisons de le faire. Mais ce qui manque, c’est une appréciation globale du fait que toute protestation en Amérique du Nord et dans la péninsule d’Europe occidentale est désormais futile.

Il y a quelques raisons superficielles à cela. En ce qui concerne la péninsule d’Europe occidentale, la raison la plus évidente est que ce n’est pas le bon endroit pour protester, puisque tout est désormais dirigé depuis Washington et que les dirigeants locaux ne sont plus que des supplétifs, dociles et jetables. Par ailleurs, il est vain de protester à Washington, car les personnalités visibles contre lesquelles on pourrait protester ne sont pas celles qui dirigent : John Kennedy n’était pas trop pressé de s’engager dans une guerre totale au Viêt Nam et il a été abattu ; Bill Clinton n’était pas trop pressé de bombarder la Yougoslavie pour la soumettre et il s’est fait tirer l’oreille par Monica Lewinski. Il en va de même pour les Européens : Dominique Strauss-Kahn, qui avait des idées indépendantes sur l’euro, a été faussement accusé et arrêté pour avoir abusé d’une femme de chambre dans un hôtel ; l’affaire a finalement été classée, mais sa réputation et sa carrière étaient déjà ruinées.

Et qui est vraiment responsable ? Eh bien, vous méritez d’être puni rien que pour avoir posé la question ! Ceux qui savent, savent. Ceux qui ne le savent pas n’ont pas besoin de le savoir. Il y a plus de 40 ans, j’ai pris conscience de ce qui suit : « Les États-Unis ne sont pas un pays ; Les États-Unis sont un country club ». L’adhésion a ses privilèges. Les non-membres peuvent ramasser les balles de golf perdues, servir des martinis ou faire des massages ; ils n’ont certainement pas le droit de dire à la direction du club ce qu’elle doit faire !

Aucune des raisons invoquées par les lecteurs de Reddit pour ne pas protester n’est allée jusqu’à identifier la cause première, et je voudrais combler cette lacune.

À l’époque où j’ai obtenu mon diplôme dans un lycée des EU, il y a une quarantaine d’années, quelques-uns de mes amis russes qui avaient obtenu leur diplôme en même temps que moi, pensant de la même manière, ont fait de l’auto-stop jusqu’en Alaska, pour y chasser, y pêcher et y cultiver de l’herbe. Certains n’ont même pas pris la peine d’obtenir leur diplôme, car ils n’avaient aucunement l’intention de travailler au sein de ce système social de mauvaise foi. Je me souviens de l’un d’entre eux en particulier, qui a abandonné ses études, puis a donné des cours d’algèbre et de trigonométrie à ceux qui ne les avaient pas suivies (il avait auparavant fréquenté une école soviétique, ce qui faisait de lui un mathématicien professionnel par rapport à ses camarades scolarisés aux États-Unis). Je suis resté à Boston et nous nous sommes séparés, mais j’ai moi aussi cherché un chemin moins fréquenté et j’ai fini par devenir une éponge à argent public, payé par le gouvernement pour mesurer la rotation anormale des muons, rechercher la désintégration des protons, détecter les neutrinos des supernovas et d’autres activités aussi inutiles qu’amusantes. J’ai ensuite eu plusieurs carrières, mais après une vingtaine d’années de travail rémunéré, j’en ai eu assez, j’ai acheté un voilier, j’ai déménagé avec ma femme, le chat et, finalement, notre fils, j’ai vendu l’immobilier et la voiture, et je suis parti naviguer. C’était amusant pendant un certain temps, comme solution provisoire, mais la solution finale était de retourner en Russie. Ainsi, tant pour moi que pour mes camarades de classe russes, la réponse à la question « Les États-Unis, on les aime ou on les quitte » a été un « On les quitte » sans équivoque – que ce soit pour l’Alaska russe occupée par les États-Unis (dont le bail de 99 ans a expiré en 1966) ou pour la Russie proprement dite.

Les raisons invoquées dans le fil de discussion Reddit pour expliquer que les Étasuniens ne veulent pas protester sont utiles en ce qu’elles montrent l’état dégradé de la vie quotidienne étasunienne, étant à la fois des raisons de protester et des raisons de ne pas le faire. Mais elles ne présentent pas la cause profonde, sur laquelle je reviendrai plus tard. Tout d’abord, les raisons invoquées par les Étasuniens eux-mêmes.

La plupart des gens ont du mal à joindre les deux bouts d’un mois à l’autre, et le système est structuré de telle sorte que la perte d’un emploi entraîne immédiatement la perte d’un logement, de l’assurance maladie et, en général, l’éjection du milieu social habituel. De nombreuses personnes sont obligées de cumuler plusieurs emplois ou de faire des heures supplémentaires, alors que les horaires de travail aux États-Unis sont conçus de manière à épuiser les forces d’une personne bien plus qu’un emploi similaire en Europe ou ailleurs.

De nombreuses personnes doivent faire des trajets d’une heure pour se rendre à leur travail et en revenir, et doivent conduire elles-mêmes au lieu de faire la sieste ou de se détendre en chemin. Ils n’ont généralement droit qu’à une seule pause non rémunérée d’une demi-heure pour le déjeuner. Ils n’ont pas la possibilité de s’absenter du travail pour quelque raison que ce soit, même pour se rendre chez le médecin. De nombreux emplois ne prévoient aucun congé maladie pendant la période d’essai initiale de six mois. Il n’y a pas de vacances payées ni de congé de maternité ou de paternité. Les mères peuvent être licenciées pour être restées à la maison afin de s’occuper de leurs enfants malades. La liste de ces indignités semble sans fin, mais les gens n’ont pas d’autre choix que de continuer à travailler, persistant dans un état de rage permanente refoulée qui ronge peu à peu leur âme. Les gens vivent dans le stress permanent des factures impayées et craignent de tomber malades et, par conséquent, de faire faillite et de devenir sans-abri avec les membres de leur famille qui dépendent d’eux, mais ils doivent malgré tout maintenir un comportement professionnel et joyeux jusqu’à ce que la fausseté de la situation imprègne et empoisonne leur psyché. Le résultat final est que la plupart des gens sont tout simplement trop affaiblis pour sortir et protester.

Ce sont là de très bonnes raisons d’aller manifester, mais il y a aussi d’excellentes raisons d’éviter les manifestations. Outre la futilité de la protestation mentionnée ci-dessus, la police, qui est mieux armée et équipée que certaines armées, est une caste séparée du reste de la société. Les policiers socialisent principalement entre eux et ont une forte mentalité « nous contre eux ». La plupart du temps, ils peuvent tirer pour tuer en toute impunité, mais il arrive qu’un George Floyd leur tombe dessus et que l’un d’entre eux se retrouve en prison pour 22,5 ans. Ils sont censés attraper les criminels, ce qui est difficile et dangereux, mais les procureurs peuvent refuser d’engager des poursuites, les juges peuvent relâcher ces criminels, et même ceux qui sont condamnés à une véritable peine de prison sont relâchés parce que les prisons sont pleines à craquer. Une telle incertitude ne peut que les remplir de rage contre tout ce qui se trouve en dehors de leurs rangs. Même sans ces vicissitudes nouvellement inventées, ils n’ont jamais été une bonne bande, avec des taux très élevés d’alcoolisme, de divorce et de suicide. Lâchez des policiers aussi instables mentalement contre une manifestation, même parfaitement pacifique, et il y a toutes les chances que quelques personnes soient tuées.

De nombreux citoyens accusent la police d’être responsable des mutilations, des fusillades et des disparitions des leaders des manifestations. Il existe une blague peu drôle selon laquelle le risque de recevoir une balle de la police, ou de disparaître, augmente de façon exponentielle avec la quantité de mélatonine contenue dans la peau : manifester en étant noir est en effet une très mauvaise idée ! Ceux qui ont la chance de survivre et d’être arrêtés peuvent être condamnés à une peine de prison, ce qui peut détruire leur vie à partir de ce moment-là. Les avocats compétents sont aussi abordables que le tourisme spatial, le refus de plaider coupable à de fausses accusations et la demande d’un procès équitable sont souvent traités comme s’il s’agissait d’un délit supplémentaire, et les juges ont une grande latitude pour canaliser leurs démons intérieurs.

Ceux qui sont marginalisés pour avoir protesté et qui sont arrêtés et emprisonnés sont alors « annulés ». Mais il n’est pas nécessaire de faire beaucoup d’efforts pour être « annulé » : la technologie permettant d’« annuler » quelqu’un aux États-Unis est très développée. Une fois « annulées », les personnes n’apparaissent plus comme faisant partie de la société, et pas seulement les individus, mais toute leur famille. J’ai moi-même été confronté à ce phénomène sans même essayer : quelques messages sur Internet remettant en cause la pensée de groupe ont suffi à réduire mes possibilités d’emploi. « Qu’est-ce que mes opinions ont à voir avec l’amélioration des performances d’un gadget important ? ai-je demandé. » On m’a répondu que les investisseurs risquaient d’être réticents et que le conseil d’administration n’aimait pas ce genre de choses. Et si vous n’avez plus l’air bien aux yeux des investisseurs ou des directeurs, vos collègues commencent à vous traiter comme si vous étiez lépreux, votre « réseau » si important pour trouver de bonnes pistes d’emploi se tarit, et c’est la fin de la partie.

Ce sont là d’excellentes raisons de protester (qui veut vivre comme un esclave des riches ?) et de ne pas protester (qui veut souffrir pour rien ?). Mais je crois que la cause profonde de l’absence de protestation des Étasuniens est tout à fait différente. Le meilleur moyen d’empêcher les esclaves de se révolter est de les convaincre qu’ils ne sont pas des esclaves, et le meilleur moyen d’y parvenir est de leur donner de faux espoirs de devenir un jour des propriétaires d’esclaves. Dans les EU contemporains, cela a été fait avec une efficacité et une finesse étonnantes. Au cœur de cette technique se trouve le culte d’État opérationnel des EU, à savoir le culte de Mammon. Inculqué dès le plus jeune âge par des dictons tels que « Il n’y a pas de repas gratuit », « Le seul fromage gratuit se trouve dans un piège à souris », « L’argent – c’est tout ce qui reste à la fin de la journée » et des pratiques telles que le fait de payer les enfants pour qu’ils fassent leurs corvées, l’argent est placé au premier plan. Aux EU, tout – l’art et la culture, la religion, la vie de famille, même l’amour – est imbibé et dégoulinant de lucre.

Dans le film russe Brother 2, sorti en 2000, l’amère vérité sur le ^pays est à peu près énoncée comme suit : « Aux EU, seul l’argent compte, tout le reste est une plaisanterie ». Alors qu’en Russie, le statut d’une personne dépend de nombreux facteurs, tels que le niveau d’éducation, la réussite professionnelle, les services rendus au pays, la popularité et le respect, et même le nombre d’enfants (plus il y en a, mieux c’est), aux EU, à quelques rares exceptions près, le statut est beaucoup plus simple et dépend d’un seul facteur : le nombre de chiffres de la valeur nette d’une personne. John Steinbeck est souvent cité comme ayant écrit ce qui suit : « Je suppose que le problème est que nous n’avons pas de prolétaires avoués. Tout le monde est un capitaliste temporairement embarrassé ». Ce n’est pas que chaque citoyen s’attende à devenir riche ; c’est que quiconque ne s’enrichit pas a le sentiment d’avoir été battu à plate couture, conformément aux règles tordues et malhonnêtes que les Étasuniens doivent respecter pour s’enrichir.

Le mythe selon lequel les EU sont le pays le plus riche de la planète est souvent répété. Pourtant, si l’on considère la qualité du système éducatif, la taille de la population carcérale, la prévalence de la toxicomanie et des homicides, la mortalité infantile, la qualité des chemins de fer, la prévalence et la qualité des transports en commun, l’état des aéroports, la qualité du logement, le nombre de sans-abri ou la quantité de soins dentaires disponibles pour la population, il s’agit d’un pays très pauvre – bien plus pauvre que la Chine ou la Russie et qui n’a aucune chance de les rattraper un jour.

Il s’agit en fait d’un pays pauvre avec beaucoup de riches. Les riches vivent à l’écart du reste de la population, occupant des maisons imposantes dans des quartiers verdoyants et bien gardés, et il est révélateur que les professions les plus riches aux EU soient celles qui répondent aux besoins des riches : les médecins gardent les riches en vie et en bonne santé et les avocats les gardent riches et à l’abri de la prison. Étant donné que l’argent et la richesse sont la source de toutes les bontés possibles et que le fait d’en posséder beaucoup fait automatiquement de vous un symbole de réussite et un gagnant, inversement, le manque d’argent et de richesse fait automatiquement de vous un perdant. Vous pouvez être un poète ou un philosophe brillant, mais comme cela ne vous rend pas riche, vous êtes un perdant, conformément aux dictons populaires, tels que : « Si tu es si intelligent, pourquoi n’es-tu pas riche ? » et « L’argent parle et les conneries marchent ». Puisque, dans notre système judiciaire, être blanchi d’un crime équivaut à ne pas l’avoir commis, ceux qui atteignent la richesse par des activités criminelles sont jugés au même niveau que ceux qui l’atteignent par l’éducation et la réussite intellectuelle.

Le dernier ingrédient du puzzle est que les Étasuniens sont tenus d’être compétitifs. Toute leur vie, jusqu’à leur réussite ou leur échec final, est une compétition contre les autres. On leur apprend à applaudir les gagnants et à détester les perdants. Que se passe-t-il alors lorsqu’ils perdent ? Leur haine se dirige vers l’intérieur. Dépourvus de tout sens de la justice supérieur à celui dispensé par le système juridique ou d’un sens de l’équité supérieur à celui dispensé par les arbitres dans les compétitions sportives ou les juges dans d’autres compétitions, les Étasuniens ne peuvent pas se sentir lésés. C’est tout simplement leur destin d’être des perdants – et c’est leur lot de maudire leur propre destin et de s’autodétruire tranquillement.

Il ne leur vient pas à l’esprit de se demander comment un pays prospère peut être rempli de perdants parce que « les États-Unis sont le meilleur pays du monde ». Je ne sais pas combien de fois je me suis retrouvé dans la situation suivante. Quelqu’un me régale sans cesse d’histoires d’épreuves et de tribulations personnelles, s’attendant à de la commisération. Mais lorsque je lui fais remarquer que le problème n’est pas personnel, que « c’est votre pays qui est nul, pas vous ! » et que j’explique exactement en quoi il n’est pas à la hauteur des autres, cette personne recule d’horreur et la conversation se termine généralement par « Alors, pourquoi ne retournez-vous pas en Russie ? ». Ma réponse finale et définitive est, bien sûr, « Eh bien, c’est exactement ce que j’ai fait, mais je vous remercie pour l’excellente suggestion ! »

Mais la plupart des Étasuniens n’ont jamais l’occasion d’avoir une telle conversation. Leur conception du reste du monde est formée par les médias, qui flattent les États-Unis tout en dénigrant le reste du monde, et par l’écoute des immigrants, qui subissent simultanément deux types de pression : la pression de s’intégrer, qui exige de l’optimisme à l’égard du pays, et la pression de ne pas apparaître comme des perdants dans leur propre esprit pour avoir abandonné leur pays d’origine. Cette dernière pression aboutit parfois à une auto-humiliation grotesque ; par exemple, certains immigrants russes, rongés par la nostalgie, passent des centaines d’heures sur l’internet à rechercher des nouvelles négatives de la Russie, puis à les rapporter allègrement sur les médias sociaux.

Il est inutile que les Étasuniens protestent. Il est inutile qu’ils protestent contre le système parce que c’est le système qu’ils connaissent et qu’ils aiment. Pour eux, c’est un système parfaitement bon qui rend beaucoup de gens riches encore plus riches. S’ils ne gagnent pas, c’est de leur faute ou de leur malchance, mais au moins, ils peuvent toujours rêver d’être riches et jouir de la richesse par procuration. Les quelques personnes qui se rendent compte que ce n’est pas tout à fait comme ça que les choses devraient se passer commencent simplement à chercher d’autres endroits ailleurs dans le monde où leurs chances seraient meilleures. Les deux questions que j’entends le plus souvent de la part de ceux que l’aversion pour les EU pousse à chercher des pâturages plus verts sont les suivantes : « Où devrais-je m’installer dans le monde ? » et « Où devrais-je planquer mon argent ? » L’idée qu’avant de pouvoir faire leur vie ailleurs, ils devraient se changer eux-mêmes, revoir leurs priorités et leur vision des choses, est tout simplement trop douloureuse.

Ma conclusion inévitable est plutôt triste : non seulement les EU sont irréformables et irrécupérables, mais ses habitants le sont aussi. Ils sont ce qu’ils sont, jusqu’à ce qu’ils ne le soient plus. Au fil des ans, j’ai essayé d’aborder le problème sous tous les angles possibles, en commençant par la préparation à l’effondrement à la soviétique, en organisant des communautés autosuffisantes semi-autarciques, en faisant des choix conscients et libérateurs sur l’utilisation de la technologie, et en m’éloignant simplement de tout cela, mais en vain ; apparemment, rien de ce que j’ai proposé n’a eu assez de succès. Une vie entière d’humble travail d’amour n’a aucun intérêt pour quelqu’un qui veut juste une voiture qui va très vite et qui a une consommation d’essence merdique. Et c’est ce que veulent la plupart des Étasuniens ; et s’ils ne peuvent pas l’obtenir, ce qu’ils veulent, c’est se plaindre, pas protester, car ce serait idiot. Et je suppose que c’est exactement ce qu’il faut faire.

Publié le avril 18, 2023 par hervek
Par Dmitry Orlov – Le 10 avril 2023 – Source Club Orlov

»» https://lesakerfrancophone.fr/la-futilite-de-la-protestation-americaine
URL de cet article 38629
  

Meurtre au Burundi. La Belgique et l’assassinat de Rwagasore
Ludo de WITTE
En 1999, Ludo De Witte publie un livre-choc : L’Assassinat de Lumumba. Ses révélations sur le rôle du roi Baudouin, du gouvernement belge et de la CIA amèneront la Belgique à présenter des excuses officielles au Congo. En 2017, le sociologue belge sort chez Investig’Action L’Ascension de Mobutu. Salué par Jean Ziegler : « Un livre superbe d’érudition, de courage et d’intelligence analytique. Au magnifique peuple congolais, il contribue à restituer une mémoire claire… » En 2021, ce nouveau livre (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Ce que nous faisons au Vietnam, c’est utiliser des Noirs pour tuer des Jaunes afin que les Blancs puissent garder la terre qu’ils ont volé aux (peaux) Rouges".

Dick Gregory (1932-2017)

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.