Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


La Grèce est devenue une colonie

Le Dispensaire Social Métropolitain d’Elléniko dénonce :
L’annulation de la décision dans l’affaire des malversations de la TAIPED(1) à l’encontre du Gouvernement Grec concernant les biens immobiliers est une tentative de couvrir un scandale sous le manteau du parlement grec.

«  La déclaration du vice président de la commission, Valdis Dombrovskis est d’une autre époque -avant les mémorandums- ; de même , les pressions exercées sur notre pays par l’Eurogroupe du 15 juin,pour que soient amnistiés les experts de la TAIPED afin que nous soit versée la nouvelle tranche, auraient provoqué des réactions politiques à l’intérieur de l’Union Européenne ou pour le moins aurait fait démissionner certains de ceux qui interfèrent dans les affaires intérieures d’un pays membre.

Non seulement cela ne s’est pas produit dans l’Union Européenne de 2017, mais en plus les pressions continuent, l’an dernier, sur les pressions de Jeroen Dijsselbloem alors président de l’Euro Groupe, le gouvernement grec a passé une loi pour accorder l’immunité aux experts techniques de la privatisation et auprès des banques – grecs et étrangers- contre toute poursuite future qui pourrait être exercée pour prévarication contre l’Etat Grec.

Cette intervention législative particulière est intervenue après les poursuites qui avaient déjà été engagées contre les experts de la TAIPED et par conséquent ne les couvrait donc pas.

Le 29 juin la justice indépendante grecque a annulé la décision du Conseil d’appel qui avait intenté un procès contre trois membres du Conseil d’Administration de la TAIPED et six membres du Conseil des Experts,(dont un Slovaque, une Italienne, un Espagnol) pour malversations contre l’Etat Grec dans l’affaire de la vente et de la cession-bail de 28 biens publics durant la période 2013-2014.

Rappelons nous dans cette affaire que le Tribunal avait jugé (Acte numéro 275/2013) de Z. Klimakiou, que la transaction était opaque et désavantageuse. Par la suite sous le numéro 1204/2014,la décision de la section VI du Tribunal a approuvé la signature des contrats pour des raisons non liées à la substance de la transaction.

Par ces contrats de vente et cession-bail l’Etat grec recevait un financement de 260 millions d’euros et il devait payer pendant 20 ans un loyer annuel d’environ 26 millions d’euros ou 520 millions d’euros en une seule fois ( c’est à dire le double). Selon l’estimation des juges saisis de l’enquête, le préjudice pour l’état grec se monte à 580 millions d’euros.

De plus les juges ont estimé que le désavantage de l’opération en cause vient du financement qui se monte au taux scandaleux de plus de 12% alors qu’a l’époque où a été conclu le contrat notre pays pouvait emprunter sur le marché à des taux qui culminaient à 7 ou 8%.

Par l’ordonnance 999/2017 du Conseil d’Appel sur l’avis du 18/10/2013 concernant trois Grecs et trois étrangers du conseil des experts de la TAIPED, il est déclaré que « la transaction convient » à l’Etat grec.

Si tous les éléments ci- dessus, dont est informé le citoyen grec, ne constituent pas des preuves accablantes que nous en sommes arrivés à une situation que nous ne pouvons qualifier que de « colonie », vraiment, je ne sais pas quel mot plus juste nous pouvons employer. Par elle même et à elle seule, la loi qui change les responsabilités pénales de ceux qui sont impliqués dans ces actes indique l’illégalité de ces actions à l’égard de notre pays. C’était bien sûr une condition pour que nous recevions l’échéance du prêt.

Pour nous, il est très clair que tout cela est un essai de couvrir un scandale sous le manteau de la loi du Parlement Grec. Aucun citoyen grec indépendant ne peut accepter ces exigences et lois déraisonnables qui donnent la possibilité aux créanciers souverains de voler notre pays.

Soyez toutes et tous certains, à l’intérieur ou à l’extérieur des frontières qu’en son temps ces scandales de toutes sortes seront enquêtés et que les responsables recevront ce qu’ils doivent. Autant de lois que fassent passer certains par le parlement, la vérité finira par éclater. »

1(Société anonyme qui privatise les biens de l’Etat Grec exclusivement pour rembourser les créanciers -note du traducteur)

traduction Palili

http://kinisienergoipolites.blogspot.fr/2017/07/blog-post_67.html

»» http://kinisienergoipolites.blogspot.fr/2017/07/blog-post_67.html
URL de cet article 32086
   
Michel Boujut : Le jour où Gary Cooper est mort.
Bernard GENSANE
Le jour de la mort de Gary Cooper, Michel Boujut est entré en insoumission comme il est entré dans les films, en devenant un cinéphile authentique, juste avant que naisse sa vocation de critique de cinéma. Chez qui d’autre que lui ces deux états ont-ils pu à ce point s’interpénétrer, se modeler de concert ? Cinéma et dissidence furent, dès lors, à jamais inséparables pour lui. Il s’abreuva d’images « libératrices », alors qu’on sait bien qu’aujourd’hui les images auraient plutôt tendance à nous « cerner ». (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Du vivant des grands révolutionnaires, les classes d’oppresseurs les récompensent par d’incessantes persécutions ; elles accueillent leur doctrine par la fureur la plus sauvage, par la haine la plus farouche, par les campagnes les plus forcenées de mensonges et de calomnies. Après leur mort, on essaie d’en faire des icônes inoffensives, de les canoniser pour ainsi dire, d’entourer leur nom d’une certaine auréole afin de « consoler » les classes opprimées et de les mystifier ; ce faisant, on vide leur doctrine révolutionnaire de son contenu, on l’avilit et on en émousse le tranchant révolutionnaire.

Lénine


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
50 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.