Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


La guerre contre Assange est une guerre contre la liberté de la presse (Truth Dig)

Le refus des grands médias à défendre Julian Assange, emprisonné à l’ambassade d’Equateur à Londres depuis 2012, qui se voit refuser toute communication avec le monde extérieur depuis mars et qui semble menacé d’expulsion et d’arrestation imminente, est incroyable. L’extradition de l’éditeur - l’objectif maniaque du gouvernement américain - créerait un précédent juridique qui criminaliserait toute surveillance ou enquête journalistique de l’État corporatiste. Les fuites et les dénonciations deviendraient des actes de trahison. Les actions des élites mondiales au pouvoir seraient entourées du plus grand secret. Si Assange est extradé vers les États-Unis et condamné, le New York Times, le Washington Post et tous les autres médias, aussi réticente que soit leur couverture de l’État corporatiste, seraient soumis à la même censure draconienne. En vertu du précédent établi, la Cour suprême de Donald Trump confirmerait avec enthousiasme l’arrestation et l’emprisonnement de tout éditeur, rédacteur en chef ou journaliste, au nom de la sécurité nationale.

Il y a des signes croissants que le gouvernement équatorien de Lenín Moreno se prépare à expulser Assange et à le livrer à la police britannique. Moreno et son ministre des Affaires étrangères, José Valencia, ont confirmé qu’ils sont en négociations avec le gouvernement britannique pour ’résoudre’ le sort d’Assange. Moreno, qui visitera la Grande-Bretagne dans quelques semaines, appelle Assange un ’problème hérité’ et ’une pierre dans la chaussure’ et l’a qualifié de ’hacker’. Il semble que sous le gouvernement Moreno, Assange n’est plus la bienvenue en Equateur. Son seul espoir aujourd’hui est un passage sûr vers son Australie natale ou un autre pays prêt à lui accorder l’asile.

« L’Equateur a cherché une solution à ce problème », a commenté Valencia à la télévision. « Le refuge n’est pas éternel, vous ne pouvez pas vous attendre à ce qu’il dure des années sans que nous examinions cette situation, y compris parce que cela viole les droits du réfugié. »

Le prédécesseur de Moreno, Rafael Correa, qui a accordé l’asile à Assange à l’ambassade et en a fait un citoyen équatorien l’année dernière, a averti que les « jours d’Assange étaient comptés ». Il a affirmé que Moreno - qui a coupé les communications d’Assange le lendemain du jour où Moreno a accueilli une délégation du Commandement Sud des États-Unis - « le jetterai hors de l’ambassade à la première pression des États-Unis ».

Assange, qui serait en mauvaise santé, a demandé l’asile à l’ambassade pour éviter l’extradition vers la Suède pour répondre à des questions sur les accusations d’infractions sexuelles. Il craignait qu’une fois en détention suédoise pour ces accusations, dont il a dit qu’elles étaient fausses, il serait extradé vers les États-Unis. Le parquet suédois a mis fin à son ’enquête’ et à sa demande d’extradition à la Grande-Bretagne en mai 2017 et n’a pas déposé d’accusations d’infractions sexuelles contre Assange. Mais le gouvernement britannique a déclaré qu’Assange serait néanmoins arrêté et emprisonné pour avoir enfreint les conditions de sa libération sous caution.

La persécution d’Assange s’inscrit dans le cadre d’une vaste offensive contre les médias anticapitalistes et anti-impérialistes. Les élites dirigeantes, qui refusent d’accepter la responsabilité des inégalités sociales profondes ou des crimes de l’empire, n’ont plus aucun vernis idéologique pour justifier leur avidité, leur incompétence et leur pillage. Le capitalisme mondial et sa justification idéologique, le néolibéralisme, sont discrédités en tant que forces de démocratie et de répartition équitable des richesses. Le système économique et politique contrôlé par les entreprises est détesté autant par les populistes de droite que par le reste de la population. Cela rend les critiques du corporatisme et de l’impérialisme - journalistes, écrivains, dissidents et intellectuels déjà poussés en marge du paysage médiatique - dangereux et en fait des cibles de choix. Assange est en haut de la liste.

J’ai participé avec des dizaines d’autres, dont Daniel Ellsberg, William Binney, Craig Murray, Peter Van Buren, Slavoj Zizek, George Galloway et Cian Westmoreland, il y a une semaine, à une vigile internationale en ligne de 36 heures demandant la liberté pour l’éditeur de WikiLeaks. La vigile a été organisée par Suzie Dawson, chef du Parti Internet néo-zélandais. Il s’agissait de la troisième veillée Unity4J depuis que toutes les communications d’Assange avec le monde extérieur ont été interrompues par les autorités équatoriennes et que les visites ont été suspendues en mars, ce qui s’inscrit dans le cadre de la pression accrue exercée par les États-Unis sur le gouvernement équatorien. Depuis mars, Assange n’est autorisé à rencontrer que ses avocats et les fonctionnaires consulaires de l’ambassade d’Australie.

La Cour interaméricaine des droits de l’homme a statué vendredi que les demandeurs d’asile politique ont le droit de se réfugier dans les ambassades et les enceintes diplomatiques. Le tribunal a déclaré que les gouvernements sont tenus d’assurer un passage sûr hors du pays pour les personnes à qui l’asile a été accordé. La décision n’a pas nommé Assange, mais c’était un puissant reproche au gouvernement britannique, qui a refusé de permettre au cofondateur de WikiLeaks de se rendre en toute sécurité à l’aéroport.

Les élites dirigeantes n’ont plus de contre-argument à leurs détracteurs. Ils ont eu recours à des formes plus grossières de contrôle. Il s’agit notamment de la censure, de la diffamation (qui, dans le cas d’Assange, a malheureusement été couronnée de succès), de l’inscription sur une liste noire, de l’étranglement financier, de l’intimidation, de l’emprisonnement en vertu de la Loi sur l’espionnage et de la désignation des critiques et des dissidents comme agents d’une puissance étrangère et des fournisseurs de fausses nouvelles. Les médias corporatistes amplifient ces accusations, qui n’ont aucune crédibilité mais qui font partie de la langue vernaculaire commune par le biais d’une répétition constante. L’inscription sur des listes noires, l’emprisonnement et la déportation de dizaines de milliers de personnes de conscience pendant la Peur Rouge des années 1920 et 1950 sont de retour avec vengeance. C’est un nouveau maccarthysme.

La Russie a-t-elle tenté d’influencer les élections ? Sans doute. C’est ce que font les gouvernements. Les États-Unis sont intervenus dans 81 électionsde 1945 à 2000, selon le professeur Dov Levin de l’Université Carnegie Mellon. Ses statistiques ne tiennent pas compte des nombreux coups d’État que nous avons orchestrés dans des pays comme la Grèce, l’Iran, le Guatemala et le Chili, ni de l’invasion désastreuse de la Baie des cochons à Cuba. Nous avons indirectement financé la campagne de réélection du bouffon russe Boris Eltsine à hauteur de 2,5 milliards de dollars.

Mais la Russie, comme le prétend l’élite du Parti démocrate, a-t-elle fait gagner Trump ? Non. Trump n’est pas la marionnette de Vladimir Poutine. Il fait partie de la vague des populistes de droite, de Nigel Farage et Boris Johnson en Grande-Bretagne à Viktor Orbán en Hongrie, qui ont canalisé la rage et la frustration d’un système économique et politique dominé par le capitalisme mondial et sous lequel les droits et les aspirations des travailleurs et travailleuses n’ont pas d’importance.

L’élite du Parti démocrate, comme les élites libérales dans la plupart des pays industrialisés, serait balayée du pouvoir dans le cadre d’un processus politique ouvert et hors de l’emprise de l’argent. L’élite du parti, y compris Chuck Schumer et Nancy Pelosi, est une création de l’État corporatiste. Le financement des campagnes électorales et la réforme électorale sont les dernières choses que la hiérarchie du parti a l’intention de défendre. Elle n’exigera pas de programmes sociaux et politiques qui lui aliéneraient ses bailleurs de fonds. Cette myopie et cet intérêt égoïsme à visage découvert peuvent assurer un second mandat à Donald Trump ; cela peut donner plus de pouvoir à la frange folle loyale à Trump ; cela peut continuer à éroder la crédibilité du système politique. Mais le choix devant lequel se trouvent les élites du Parti démocrate est clair : disparaître ou subir le pouvoir d’un démagogue. Ils ont choisi ce dernier. Ils ne s’intéressent pas aux réformes. Ils sont déterminés à faire taire quiconque, comme Assange, qui expose la pourriture au sein de la classe dirigeante.

L’élite du Parti démocrate profite de notre système de corruption légalisée. Elle profite de la déréglementation de Wall Street et de l’industrie des combustibles fossiles. Elle profite des guerres sans fin. Elle profite de la restriction des libertés civiles, y compris le droit à la vie privée et à l’exercice d’un état de droit. Elle profite d’une police militarisée. Elle profite des programmes d’austérité. Elle profite de l’incarcération de masse. Elle est un catalyseur de la tyrannie, pas un obstacle.

Les démagogues comme Trump, Farage et Johnson, bien sûr, n’ont pas l’intention de modifier le système de pillage par les entreprises. Au contraire, ils accélèrent ce pillage, avec l’adoption de réductions massives des impôts sur les sociétés aux États-Unis. Ils détournent la colère du public vers des groupes diabolisés tels que les musulmans, les travailleurs sans papiers, les personnes de couleur, les progressistes, les intellectuels, les artistes, les féministes, la communauté LGBT et la presse. Les diabolisés sont blâmés pour le dysfonctionnement social et économique, tout comme les Juifs furent faussement blâmés pour la défaite de l’Allemagne pendant la Première Guerre mondiale et l’effondrement économique qui a suivi. Des entreprises comme Goldman Sachs, au milieu de la décadence, continuent d’engranger des bénéfices colossaux

Les dirigeants de ces entreprises, qui sortent souvent d’universités d’élite et sont formés dans des institutions comme Harvard Business School, trouvent ces démagogues grossiers et vulgaires. Ils sont embarrassés par leur bêtise, leur mégalomanie et leur incompétence. Mais ils les préfèrent aux socialistes ou aux politiciens de gauche qui pourraient entraver leurs profits et réorienter les dépenses gouvernementales vers des programmes sociaux et les détourner des fabricants d’armes, des militaires, des prisons privées, des grandes banques et des fonds vautour, de l’industrie des combustibles fossiles, des écoles privées, des forces paramilitaires privées, des sociétés de renseignement privées et autres programmes conçus pour permettre aux entreprises de cannibaliser l’État.

L’ironie, c’est qu’il y a bien eu une sérieuse ingérence dans l’élection présidentielle, mais elle ne venait pas de Russie. Le Parti démocrate, surpassant tous les sales tours employés par Richard Nixon, a purgé des centaines de milliers d’électeurs des listes des primaires, a refusé à ceux qui étaient inscrits comme indépendants le droit de voter dans les primaires, a eu recours aux super délégués pour faire basculer la nomination vers Hillary Clinton, a détourné le Comité national démocrate pour servir la campagne Clinton, a contrôlé la narrative des médias tels que MSNBC et le New York Times, a volé le caucus du Nevada, a dépensé des centaines de millions de dollars d’argent ’sale’ pour la campagne Clinton et a truqué les débats des primaires. Cette ingérence, qui a volé la nomination à Bernie Sanders, qui aurait probablement pu battre Trump, n’est pas mentionnée. La hiérarchie du parti ne fera rien pour réformer son processus de nomination corrompu.

WikiLeaks a révélé une grande partie de cette corruption lorsqu’il a publié des dizaines de milliers de courriels piratés du compte du président de la campagne Clinton, John Podesta. Les messages ont mis en lumière les efforts de la direction du Parti démocrate pour contrecarrer la nomination de Sanders, et ils ont révélé les liens étroits de Clinton avec Wall Street, y compris ses discours lucratifs à Wall Street. Ils ont également soulevé de sérieuses questions sur les conflits d’intérêts avec la Fondation Clinton et sur la question de savoir si Mme Clinton avait reçu à l’avance les questions posées lors du principal débat de la campagne.

Pour cette raison, Le Comité national démocrate mène la campagne d’hystérie anti-russe et de persécution contre Assange. Il a intenté une action en justice qui désigne WikiLeaks et Assange comme co-conspirateurs avec la Russie et la campagne Trump dans le but présumé de voler l’élection présidentielle.

Mais ce ne sont pas seulement Assange et WikiLeaks qui sont attaqués en tant que pions russes. Par exemple, le Washington Post, qui a pris le parti Démocrate dans la guerre contre Trump, a publié sans analyse critique un rapport sur une liste noire publiée par le site anonyme PropOrNot. La liste noire était composée de 199 sites que PropOrNot a allégué, sans aucune preuve, ’relayaient fidèlement la propagande russe’. Plus de la moitié de ces sites étaient des sites d’extrême droite, motivés par les théories conspirationnistes. Mais une vingtaine de ces sites étaient d’importants sites progressistes, dont AlterNet, Black Agenda Report, Democracy Now !, Naked Capitalism, Truthdig, Truthout, CounterPunch et le World Socialist Web Site. PropOrNot, abréviation de Propaganda or Not, a accusé ces sites de diffuser des ’fausses nouvelles’ pour le compte de la Russie. Le titre du Post était sans équivoque : ’La propagande russe a aidé à répandre de fausses nouvelles pendant les élections, disent les experts.’

En plus de n’offrir aucune preuve, PropOrNot n’a jamais divulgué qui dirigeait le site Web. Malgré cela, ses accusations ont été utilisées pour justifier l’imposition d’algorithmes par Google, Facebook, Twitter et Amazon pour éloigner les visiteurs des sites ciblés. Ces algorithmes, ou filtres, supervisés par des milliers d’’évaluateurs’, dont beaucoup sont issus de l’armée et des appareils de sécurité et de surveillance, recherchent des mots clés tels que ’armée américaine’, ’inégalité’ et ’socialisme’, ainsi que des noms propres tels que Julian Assange et Laura Poitras. Avant l’application de ces algorithmes, un lecteur pouvait taper le nom Julian Assange et être dirigé vers un article sur l’un des sites ciblés. Après la mise en place de ces algorithmes, les lecteurs sont dirigés vers des sites grand public tels que le Washington Post. Le trafic de référence à partir des mots clés de la plupart des sites ciblés a chuté, souvent de plus de la moitié. Cet isolement sera aggravé par l’abolition de la neutralité du réseau.

Tout organe d’information ou média qui traite de la réalité de notre démocratie défaillante et expose les crimes de l’empire sera ciblé. Le directeur du National Intelligence Report de janvier 2017 a consacré sept pages sur RT America, où j’anime une émission, ’On Contact’. Le rapport n’accuse pas RT America de diffuser de la propagande russe, mais il allègue que le réseau exploite les divisions au sein de la société américaine en donnant du temps d’antenne aux dissidents et aux critiques, y compris les lanceurs d’alerte, les anti-impérialistes, les anticapitalistes, les activistes de Black Lives Matter, les militants anti-fracking et les candidats tiers que l’élite cherche à rendre inaudible.

Si les États-Unis disposaient d’un système de radiodiffusion publique libéré de l’influence de l’argent ou d’une presse commerciale qui n’était pas sous le contrôle d’intérêts économiques, ces voix dissidentes seraient relayées. Mais ce n’est pas le cas. Howard Zinn, Noam Chomsky, Malcolm X, Sheldon Wolin, Ralph Nader, James Baldwin, Susan Sontag, Angela Davis et Edward Said apparaissaient avant à la télévision publique. Aujourd’hui, ils sont interdits, remplacés par des courtisans insipides comme le chroniqueur David Brooks. RT America a été obligé de s’enregistrer en vertu du Foreign Agent Registration Act (FARA). Cette loi exige que les Américains qui travaillent pour une entité étrangère s’enregistrent comme agents étrangers. L’enregistrement du FARA s’inscrit dans le cadre d’une attaque plus large, dont fait partie la tentative de réduire Assange au silence, contre toutes les organisations indépendantes.

La publication par WikiLeak en 2017 de 8 761 fichiers de la CIA, connus sous le nom de Vault 7, semble avoir été le dernier outrage. Vault 7 comprenait une description des cyber-outils utilisés par la CIA pour pirater des systèmes informatiques et des dispositifs tels que les smartphones. Joshua Adam Schulte, ancien ingénieur en informatique de la CIA, a été inculpé pour avoir violé la loi sur l’espionnage en divulguant les documents.

La publication de Vault 7 a vu les Etats-Unis augmenter considérablement la pression sur le gouvernement équatorien pour isoler et expulser Assange de l’ambassade. Mike Pompeo, alors directeur de la CIA, a déclaré qu’en réponse aux fuites le gouvernement américain ’ne peut plus laisser à Assange et à ses collègues la latitude d’utiliser les valeurs de la liberté d’expression contre nous’. Le procureur général Jeff Sessions a dit que l’arrestation d’Assange était une ’priorité’.

C’est à nous de nous mobiliser pour protéger Assange. Sa vie est en danger. Le gouvernement équatorien, violant ses droits fondamentaux, a transformé son asile en une forme d’incarcération. En lui coupant l’accès à Internet, il le prive de la possibilité de communiquer et de suivre les événements mondiaux. Le but de cet isolement est de faire pression sur Assange pour le faire sortir de l’ambassade afin qu’il puisse être arrêté par la police londonienne, jeté dans une prison britannique, puis remis entre les mains de Pompeo, John Bolton et la tortionnaire en chef de la CIA, Gina Haspel.

Assange est un éditeur courageux qui est persécuté pour avoir dénoncé des crimes d’État et de l’impérialisme. Sa défense est à la pointe de la lutte contre la suppression par le gouvernement de nos droits démocratiques les plus importants et les plus fondamentaux. Le gouvernement du premier ministre australien Malcolm Turnbull, doit être contraint de lui fournir la protection à laquelle il a droit en tant que citoyen. Il doit intervenir pour mettre fin à la persécution illégale du journaliste par les gouvernements britannique, américain et équatorien. Il doit assurer son retour en toute sécurité en Australie. Si nous ne protégeons pas Assange, nous nous mettons nous-mêmes en danger.

Chris Hedges

Chris Hedges est journaliste, lauréat du Prix Pulitzer et ancien professeur à l’université de Princeton

Traduction "comment l’affaire Julian Assange révèle toute la laideur des grands médias" par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles et une bonne dose d’amertume.

»» https://www.truthdig.com/articles/the-war-on-assange-is-a-war-on-press-freedom/
URL de cet article 33600
   
Même Thème
La traque des lanceurs d’alerte
Stéphanie Gibaud
Préface de Julian Assange Les lanceurs d’alerte défrayent l’actualité depuis une dizaine d’années. Edward Snowden, Chelsea Manning et Julian Assange sont révélateurs des méthodes utilisées pour faire craquer ceux qui ont le courage de parler des dysfonctionnements et des dérives de notre société. Pourtant, ces héros sont devenus des parias. Leur vie est un enfer. Snowden est réfugié en Russie, Assange dans une ambassade, Manning était en prison, Stéphanie Gibaud et bien d’autres sont dans une situation (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’emprise des multinationales sur l’opinion publique des Etats-Unis est une des choses incroyables du monde occidental. Aucun pays développé n’a réussi à éliminer des média, et avec autant d’efficacité, toute forme d’objectivité - sans même parler de dissidence.

Gore Vidal


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.