Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

14 

Une réflexion républicaine sur le 14 juillet

1. La célébration du 14-Juillet, en 2018 (et depuis des années), c’est l’ordre, la hiérarchie, l’obéissance, le respect de la tradition, la sacralisation de l’armée et du pouvoir, à l’encontre du 14 juillet fondateur (celui de 1789), qui fut le bouleversement, le désordre, la désobéissance, la mutinerie (des Gardes françaises), la contestation victorieuse du pouvoir du roi et de l’organisation de la société et des institutions.

2. La célébration du 14-Juillet a pour cadre l’ouest de Paris, c’est-à-dire les quartiers des riches, des installés, alors que la prise de la Bastille eut lieu à l’est de Paris, dans une zone populaire, encore parcourue par un lacis de ruelles étroites, d’où les insurgés pouvaient venir à bout de la troupe, dispersée et comprimée dans ces ruelles, exposée presque sans défense aux jets de pierres, de tuiles, et de projectiles divers. Alors que le défilé a lieu sur une avenue rectiligne, dégagée, d’où on peut aisément tirer au canon, à la mitrailleuse, à la roquette d’avion ou d’hélicoptère contre tout soulèvement de civils et où les insurgés ont toujours le dessous. [La dernière "victoire", en la matière, eut lieu en août 1944 contre l’occupant allemand, mais les circonstances étaient autres.].

Par cette manière de célébrer le 14-Juillet, on substitue la République à la Révolution (en identifiant frauduleusement l’une à l’autre), et qu’on fait triompher l’ordre établi sur l’élan insurgé. Plutôt que de réprimer, les classes dominantes préfèrent subvertir, inverser, adultérer les processus de l’événement, gommer les insurgés en sabots au profit des bourgeois en escarpins. Car la Révolution, ce n’est pas la République, et ce n’est surtout pas celle d’Emmanuel Macron.

3. Il est révélateur (et symbolique) que les troupes qui défilent viennent de l’ouest, de la même direction que les troupes versaillaises d’Adolphe Thiers qui, depuis Versailles (avec l’assentiment de Bismarck) pénétrèrent dans la capitale pour écraser la Commune. Et les corps de l’armée qui défilent (Infanterie, Marine, Aviation, Gendarmerie, Légionnaires, Spahis, Saint-Cyriens, élèves de Polytechnique, Chasseurs alpins, Pompiers...) sont comme la société française en réduction, la même société française qui, en 1871, délégua de tout le pays des provinciaux dûment chapitrés par leurs curés, leurs châtelains et leurs notables, noyer dans le sang le soulèvement des "partageux" parisiens.

4. Il est tout aussi révélateur (et symbolique) qu’aient défilé sur les Champs-Élysées des troupes étrangères, et pas n’importe lesquelles : un petit peloton singapourien, un petit peloton japonais et un plus gros détachement de la Garde civile espagnole (qui a des fonctions proches de celles de la Gendarmerie nationale). Ce ne sont pas n’importe quelles troupes, mais des troupes du camp dit “occidental” (des alliés – ou des supplétifs – des États-Unis), qui manifestent ainsi leur ancrage idéologique dans le même camp que celui de la France (ou, pour être plus précis, des gouvernants actuels de la France). Il est symbolique que l’on fasse parader des troupes étrangères pour l’anniversaire de la prise de la Bastille alors que le roi de France fut défendu, en 1789, par des soldats étrangers (le Royal-Allemand cavalerie, qui, le 14 juillet 1789, affronta les insurgés, et les Suisses – qui, en petit nombre, défendirent la Bastille ce même jour et, en plus grand nombre, les Tuileries, le 10 août 1792). Il y a là comme un retour d’une "internationale de l’ordre" face aux soulèvements nationaux.

5. Ce qui est enfin symbolique, c’est que le défilé incorpore un passage d’aéronefs (avions de chasse, de transport, de ravitaillement, hélicoptères) au-dessus des Champs-Élysées. Ces aéronefs rappellent (de façon subliminale, par leur situation “au-dessus”), le rôle déterminant de l’aviation lors de plusieurs conflits : celui de l’aviation israélienne en 1967, celui de l’aviation de la coalition lors des guerres du Golfe de 1991 et 2003, celui de l’aviation occidentale lors des guerres de Yougoslavie, celui de l’aviation russe lors de la présente guerre de Syrie, etc. Ces avions remplissent la même fonction que les forteresses édifiées par les monarques à proximité de certaines villes frondeuses : manifester la puissance du prince par la hauteur des murailles du fort, la présence d’une garnison, l’installation d’une prison et, par leur position dominante, intimider la population, l’inciter au respect et à la soumission.

»» http://bernard-gensane.over-blog.com/2018/07/une-reflexion-de-gauche-s...
URL de cet article 33598
   
Sélection naturelle. Un roman capitaliste.
Alexandre Grondeau
John, Yan et Jean ont des quotidiens et des parcours professionnels très différents, mais ils arrivent tous les trois à un moment clef de leur vie. John est un avocat d’affaires sur le point de devenir associé monde dans un grand cabinet. Yan, un petit dealer toujours dans les embrouilles et les galères. Jean, enfin, est un retraité qui vient d’apprendre que ses jours sont comptés. Malgré leurs différences, ces trois antihéros se débattent dans les contradictions de la société de consommation, seuls (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

A force de tout voir on finit par tout supporter...
A force de tout supporter on finit par tout tolérer...
A force de tout tolérer on finit par tout accepter...
A force de tout accepter on finit par tout approuver.

Saint Augustin


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.