RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le banquier justifie les yeux crevés et les mains arrachées des citoyens

On ne le répètera jamais assez : les yeux crevés, les mains arrachées n’appartenaient pas à des grosses brutes habillées de noir, plus ou moins anarchistes fous, dénommés, pour simplifier, “ Black Blocs ”, mais à des citoyens qui exerçaient pacifiquement leur droit démocratique de manifester face à des types surprotégés, surarmés, et qui ont accepté l’ordre d’utiliser des armes de guerre contre des gens sans défense.

Crever un œil avec un LBD est très simple : il suffit simplement de viser. Si l’on n’a pas bu deux litres de bière avant (il fait chaud dans les autocars de la police et de la gendarmerie), on gagne à tous les coups. Quant à arracher une main, c’est l’enfance de l’art : vous balancez une grenade dite de désencerclement dans un groupe de 10 personnes et vous faites bien du dégât.

Un groupe d’experts de l’ONU a dénoncé l’usage « disproportionné ” du LBD, après plusieurs blessures graves du côté des manifestants. La commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, Dunga Mijatović, a demandé au gouvernement français de revoir « au plus vite » sa doctrine en matière d’utilisation des armes intermédiaires non létales (mais qui peuvent tuer).

Cela n’a pas empêché le banquier, dans un raisonnement aussi captieux que violent – face à des vies brisées, un peu de retenue n’aurait pas été superflue – de justifier l’utilisation du LBD. Un peu de compassion également, d’autant qu’il s’exprime, enfin, des mois après les graves blessures rapportées par tous les médias (https://www.youtube.com/watch?v=R6svkQyfrrM). La logique du banquier sophiste est simple : en démocratie, le gouvernement doit préserver le droit de manifestation. Or des manifestants veulent s’en prendre aux forces de l’ordre. Donc il faut donner à ces forces tous les moyens de sévir pour préserver la vie démocratique.

Après avoir écouté cette justification, Ruth Elkrief et Apolline de Malherbe n’ont pas hésité bien longtemps : elles ont repris des macarons de chez Trogneux.

URL de cet article 35287
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Islamophobie. Comment les élites françaises construisent le "problème musulman"
A. Hajjat et M. Mohammed
Les connaissances sur l’islam produites par différents acteurs appellent généralement une action politique pour « résoudre » le « problème musulman ». En ce sens, les conditions de production des connaissances sur l’islam peuvent être déterminées par la « solution » envisagée, et cette « solution » peut varier considérablement en fonction du diagnostic que l’on fait de la réalité sociale. Les mythes propagés par les experts sécuritaires et certains intellectuels médiatiques s’accompagnent souvent d’appels au (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Ce n’est pas de Wikileaks que les Etats-Unis ont peur. Ce n’est pas de Julian Assange qu’ils ont peur. Qu’importe ce que je sais ? Qu’importe ce que Wikileaks sait ? Ce qui importe, c’est ce que VOUS savez." — Julian Assange

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.