Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Votre forfait, pour se déclarer

Nous sommes en période préréférendaire. Faut-il le rappeler ? Je me souviens de 2005. Le TCE. Le dernier référendum national, si je ne m’abuse. 15 ans bientôt. Ça méritera une belle fête.

A l’époque, les médias parlaient du contenu du texte. La rue s’était emparé du sujet. On entendait des choses simples : une constitution doit être formulée en langage clair, tenir en quelques pages, être lisible de tous... J’avais acheté, au tabac du quartier, le texte de VGE pour vérifier. Comme moi, beaucoup ont lu sa prose, en ont parlé, ont travaillé le sujet. Des blogs naissaient. Des yeux s’ouvraient. On se rendaient en masse à la ville pour assister aux conférence de Jacques Généreux... Bref, un référendum en bonne et due forme. La puissance publique consultait le peuple. Je dirais, pour plagier un journaliste (1), que l’État, étant neutre, portait en toute confiance cet acte institutionnel au suffrage du peuple, la seule source de la souveraineté (dont l’expression est d’autant plus univoque qu’il s’agit de voter un texte, et non pas d’élire des représentants). Il n’y avait bien que certains chroniqueurs de la radio publique pour oser dire que si les Français répondaient non, ils ne répondraient pas à la question, mais que s’ils répondaient oui, ils auraient bien répondu à la question. On aimerait à nouveau entendre ce genre d’âneries sur nos ondes, ce serait au moins l’occasion de parler de ce qui se trame, la vente d’ADP, qui illustre le continuel versement des biens et services publics du côté du privé, afin de sauver la manne des très riches.

Certains diront que l’on ne sait même pas si le référendum va avoir lieu. Cela ne doit pas nous décourager. Il y a beaucoup plus décourageant, par exemple, se laisser aller à penser que les élections peuvent être truquées. Ce serait proprement insupportable. On ne peut pas instiller le doute dans l’esprit des gens, à soutenir que le ministère de l’Intérieur fait ce qu’il veut des chiffres si l’on n’a pas moyen de vérifier la centralisation des données (2). Donc, faisons comme si nous étions dans un état de droit, voire même : faisons confiance à nos représentants. Certes, le gouvernement ne met pas du sien dans la consultation du peuple. Remplir le formulaire est ardu. Savoir en direct le nombre de signataire n’est pas permis. Peu de publicité est faite à l’organisation du référendum. Mais sur ce dernier point, je crois qu’on peut collectivement agir.

Je suis passé à l’action cet été. Oh, pas grand-chose, juste un geste à portée de main, par la grâce de mon portable et de son forfait illimité. Après avoir alerté tous mes contacts, donc être assez vite tombé en rade, l’idée m’a traversé de composer un numéro au hasard, et d’envoyer à un(e) inconnu(e) l’invitation à soutenir le projet. Un, deux, cinq, dix. Par jour. J’ai envoyé pas mal de sms à des quidams, comme on lance une bouteille à la mer. Une sorte de lancer de bouteilles à la chaîne.

Oui, cher lecteur, c’était moi, l’auteur du sms qui se terminait par : https://www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1 Faire passer, merci.

Puis, assez vite, je me suis rendu compte que, à moi tout seul, je n’y arriverais pas. Mais que si tous les lecteurs du Grand Soir se mettaient à jouer ce jeu amusant et gratuit, peut-être qu’une énergie accrue irait, par on ne sait quelle voie, augmenter le nombre des signataires. Suffit de penser que peut-être, à l’autre bout de ce fil de vie, se trouve un homme influent, un conseiller du prince, un préfet, un procureur, voire l’illustre bhl lui-même, qui, à n’en pas douter, seront tous favorables à ce que le peuple fasse valoir son droit à disposer de lui-même.

1 Romaric Godin à 34 min : https://www.youtube.com/watch?v=0PyVoYUadxM
2 https://www.youtube.com/watch?v=n9HMk_4ATgY&feature=youtu.be

URL de cet article 35288
   

Pour une critique de la marchandisation
André Prone
Où va-t-on ? Chacun d’entre nous est en mesure d’observer les dérèglements biosphériques, économiques, politiques et sociétaux qui affectent le système-monde aujourd’hui. Mais au-delà du constat, quelles en sont les causes et comment agir pour en stopper le cours ? C’est ce à quoi tente de répondre ce livre. Il le fait avec la ferme conviction que rien n’est impossible et que tout dépend de nous. Analyser les dérives sociétales, thérapeutiques et environnementales générées par la marchandisation mondiale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c’est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience.

Karl Marx

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.