Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Le culte de l’ascension sociale

Avant la Seconde Guerre mondiale, accéder à la classe supérieure était du domaine du très rare. A l’issue du conflit, dans les années qui suivirent, ce fut une nouveauté historique, l’école républicaine a permis ce phénomène. La projection sur les enfants d’une ascension sociale était devenue un espoir couramment partagé, particulièrement parmi les classes moyennes. Les exemples d’ascension fulgurante étaient légions. Pour n’en prendre qu’un seul Pompidou : grand-père agriculteur, père instituteur, et lui-même président de la république.

Mais depuis la fin des années 70, la mobilité sociale de la société française a peu évolué. Les enfants du bas de la hiérarchie sociale ont énormément de mal à gravir les échelons. Les places sont de plus en plus chères et la lutte de plus en plus sévère. Beaucoup d’espérances sont déçues.

Mais qu’elle est la signification politique de cette fameuse ascension ? Quel rôle joue-t-elle dans les attentes de la population ? Quelle image véhicule-t-elle et à quelles fins ? En fait, à toutes ces questions il faut comprendre que l’ascension sociale joue un rôle délétère. L’ascension sociale est un leurre qui n’a pour but que de donner de l’espoir à des gens qui n’ont aucune chance de participer au festin. Un peu comme la publicité des gagnants du loto envers les autres joueurs alléchés par des sommes astronomiques. Elle ne sert à rien d’autre que de valoriser « le self made man », avec comme récupération politique le fameux "quand on veut, on peut". Ceci a comme but pernicieux de nous instiller que finalement nous sommes responsable de notre destin et que si on a réussi c’est qu’on le mérite. Pire cela sous-tend que le mérite du capitalisme est de favoriser la méritocratie.

Quelle est cette société qui nous fait miroiter que seul ceux qui ont du génie ont le droit de s’extraire de cette mélasse pégueuse que représente le prolétariat ? La société capitaliste nous inculque que cette ascension sociale n’est rien de moins que l’objectif d’une vie. Quelle est cette société qui nous fait nous mouvoir avec comme seul objectif celui de vouloir accéder à l’étage supérieur en enfonçant les autres et qui nous inocule le fantasme ultime de se trouver au sommet de la pyramide et de contempler les 40 décennies inégalitaires et odieuses du capitalisme.

Or cette pseudo avancée sociale réservé à une frange mineure nous fait nous détourner notre objectif majeur voir ultime : l’abrogation pure et simple des classes sociales. Il est évident que ce n’est pas pour demain car tout est fait pour que la sensibilité d’appartenance à une classe sociale soit effacée. D’ailleurs comme le disait Marx, une classe sociale ne peut exister que si elle a conscience d’être une classe. Actuellement, c’est difficile car les médias entretiennent la division en créant un fossé entre les jeunes/vieux, privé/public, immigré/français, religieux/athée. Il est d’autant plus important de supprimer les classes sociales que ce rapport de domination s’amplifie à travers les âges grâce à la transmission de la position sociale par héritage culturel et financier.

vila

»» http://les-tribulations-de-l-ecocolo-ecoconome.over-blog.com/
URL de cet article 28157
   
Même Thème
Le choix de la défaite - Les élites françaises dans les années 1930
Annie LACROIX-RIZ
Comment, pour préserver leur domination sociale, les élites économiques et politiques françaises firent le choix de la défaite. Un grand livre d’histoire se définit premièrement par la découverte et l’exploitation méthodique de documents assez nombreux pour permettre des recoupements, deuxièmement, par un point de vue qui structure l’enquête sur le passé (Annie Lacroix-Riz répond à Marc Bloch qui, avant d’être fusillé en 1944, s’interrogeait sur les intrigues menées entre 1933 et 1939 qui conduisirent à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières sur le pied de guerre. Si le peuple américain permet un jour aux banques privées de contrôler le devenir de leur monnaie, d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, les banques et les compagnies qui fleuriront autour des banques priveront le peuple de tous ses biens jusqu’au jour où ses enfants se retrouveront sans toit sur la terre que leurs parents ont conquise.

Thomas Jefferson 1802


Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
57 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
50 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.