Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Le culte de l’ascension sociale

Avant la Seconde Guerre mondiale, accéder à la classe supérieure était du domaine du très rare. A l’issue du conflit, dans les années qui suivirent, ce fut une nouveauté historique, l’école républicaine a permis ce phénomène. La projection sur les enfants d’une ascension sociale était devenue un espoir couramment partagé, particulièrement parmi les classes moyennes. Les exemples d’ascension fulgurante étaient légions. Pour n’en prendre qu’un seul Pompidou : grand-père agriculteur, père instituteur, et lui-même président de la république.

Mais depuis la fin des années 70, la mobilité sociale de la société française a peu évolué. Les enfants du bas de la hiérarchie sociale ont énormément de mal à gravir les échelons. Les places sont de plus en plus chères et la lutte de plus en plus sévère. Beaucoup d’espérances sont déçues.

Mais qu’elle est la signification politique de cette fameuse ascension ? Quel rôle joue-t-elle dans les attentes de la population ? Quelle image véhicule-t-elle et à quelles fins ? En fait, à toutes ces questions il faut comprendre que l’ascension sociale joue un rôle délétère. L’ascension sociale est un leurre qui n’a pour but que de donner de l’espoir à des gens qui n’ont aucune chance de participer au festin. Un peu comme la publicité des gagnants du loto envers les autres joueurs alléchés par des sommes astronomiques. Elle ne sert à rien d’autre que de valoriser « le self made man », avec comme récupération politique le fameux "quand on veut, on peut". Ceci a comme but pernicieux de nous instiller que finalement nous sommes responsable de notre destin et que si on a réussi c’est qu’on le mérite. Pire cela sous-tend que le mérite du capitalisme est de favoriser la méritocratie.

Quelle est cette société qui nous fait miroiter que seul ceux qui ont du génie ont le droit de s’extraire de cette mélasse pégueuse que représente le prolétariat ? La société capitaliste nous inculque que cette ascension sociale n’est rien de moins que l’objectif d’une vie. Quelle est cette société qui nous fait nous mouvoir avec comme seul objectif celui de vouloir accéder à l’étage supérieur en enfonçant les autres et qui nous inocule le fantasme ultime de se trouver au sommet de la pyramide et de contempler les 40 décennies inégalitaires et odieuses du capitalisme.

Or cette pseudo avancée sociale réservé à une frange mineure nous fait nous détourner notre objectif majeur voir ultime : l’abrogation pure et simple des classes sociales. Il est évident que ce n’est pas pour demain car tout est fait pour que la sensibilité d’appartenance à une classe sociale soit effacée. D’ailleurs comme le disait Marx, une classe sociale ne peut exister que si elle a conscience d’être une classe. Actuellement, c’est difficile car les médias entretiennent la division en créant un fossé entre les jeunes/vieux, privé/public, immigré/français, religieux/athée. Il est d’autant plus important de supprimer les classes sociales que ce rapport de domination s’amplifie à travers les âges grâce à la transmission de la position sociale par héritage culturel et financier.

vila

»» http://les-tribulations-de-l-ecocolo-ecoconome.over-blog.com/
URL de cet article 28157
   
Même Thème
Les caisses noires du patronat
Gérard FILOCHE
A quoi servent les 600 millions d’euros des caisses noires du patronat, et où vont les 2 millions d’euros distribués chaque année en liquide par l’UIMM et le Medef ? Gérard Filoche dénonce ce scandale du siècle au coeur du patronat français. Il soulève toutes les questions posées par ce trafic d’argent liquide qui circule depuis si longtemps au Medef et montre comment le patronat se servait de cette caisse anti-grève pour briser la fameuse concurrence libre et non faussée. Denis Gautier-Sauvagnac, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Partout où règne la civilisation occidentale toutes attaches humaines ont cessé à l’exception de celles qui avaient pour raison d’être l’intérêt.

Attribuée à Louis Aragon, 1925.


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.