Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

10 

Le gouvernement US se vante de "jeter les bases de l’insurrection" au Nicaragua. (Gray Zone Project)

Alors que les leaders étudiants nicaraguayens rencontrent les néoconservateurs à Washington, DC, une publication financée par le National Endowment for Democracy (NED), le bras de changement de régime du gouvernement américain, se vante de dépenser des millions de dollars pour "jeter les bases de l’insurrection" contre Daniel Ortega.

Alors que certains grands médias ont dépeint le mouvement de protestation violente qui s’empare du Nicaragua comme un mouvement de base progressiste, les dirigeants étudiants eux-mêmes du pays ont laissé entendre le contraire.

Au début du mois de juin, les principaux jeunes militants du Nicaragua se sont rendus à Washington, DC, sur les deniers de Freedom House, un groupe de défense de droite financé par le gouvernement américain . Les dirigeants étudiants nicaraguayens étaient là pour implorer Donald Trump et d’autres représentants du gouvernement américain de droite de les aider dans leur lutte contre le président nicaraguayen Daniel Ortega.

Lors de leur excursion dans la capitale américaine, les jeunes activistes ont posé pour des séances photos avec certains des néoconservateurs les plus notoires du Congrès américain : Les sénateurs Ted Cruz et Marco Rubio et le représentant Ileana Ros-Lehtinen. Les dirigeants étudiants nicaraguayens ont également été conduits à des réunions avec des hauts fonctionnaires du département d’État et de l’organisation gouvernementale américaine USAID. Là-bas, ils ont été assurés qu’ils auraient l’appui inconditionnel de Washington.

Un mois avant les réunions des étudiants protestataires avec les législateurs ultra-conservateurs à Washington, une publication financée par le bras de changement de régime du gouvernement américain, le National Endowment for Democracy (NED), a affirmé sans ambages que les organisations soutenues par le NED ont consacré des années et des millions de dollars pour "jeter les bases de l’insurrection" au Nicaragua.

L’article, qui se vante ouvertement de l’ingérence américaine, a été publié sur le site d’information Global Americans, et a été rédigé par l’universitaire américain Benjamin Waddell, directeur académique de l’École de formation internationale au Nicaragua. Après la publication de cet article, Global Americans a remplacé le terme "insurrection" par le mot plus inoffensif "changement". Le titre original peut cependant encore être lu dans l’adresse (URL) de l’article.

Malgré cette modification cosmétique, l’article de Waddell offre une évaluation remarquablement franche de l’impact des investissements soutenus du National Endowment for Democracy dans la société civile nicaraguayenne. Les conclusions de l’auteur font par inadvertance écho à celles du président nicaraguayen Daniel Ortega et de ses partisans, qui ont présenté les protestations comme un complot soigneusement mis en scène et soutenu jusqu’au bout par Washington.

"La presse internationale a décrit l’escalade rapide des troubles civils au Nicaragua comme une explosion spontanée de mécontentement collectif, déclenchée par les changements apportés par le gouvernement à son système de sécurité sociale insolvable et enracinée dans plus d’une décennie de régime autoritaire de la famille Ortega-Murillo", a écrit M. Waddell. « Et bien que les causes sous-jacentes de la crise soient enracinées dans la mauvaise gestion du gouvernement et la corruption, il devient de plus en plus clair que l’appui des États-Unis a contribué à alimenter les soulèvements actuels. »

Dans un autre passage frappant, Waddell conclut, " l’engagement actuel du NED dans le soutien aux groupes de la société civile au Nicaragua met en lumière le pouvoir du financement transnational pour influencer les résultats politiques au 21e siècle ".

Une histoire d’ingérence

Le NED est un agent de premier plan du « soft power » US et s’est immiscé dans les affaires d’autres pays depuis sa fondation au plus fort de la guerre froide, en 1983. Son premier succès a eu lieu au Nicaragua, où il a incubé des médias anti-sandinistes comme le journal La Prensa à travers une société écran, PRODEMCA, également financé clandestinement par des alliés d’Oliver North.

En 1990, les Sandinistes ont été vaincus aux urnes par la candidate de droite Violeta Chamorro, dont la famille possédait La Prensa. La victoire de Chamorro a représenté le point culminant de près de 16 millions de dollars en subventions NED aux partis politiques anti-sandinistes et aux médias.

"Beaucoup de ce que nous faisons aujourd’hui a été fait clandestinement il y a 25 ans par la CIA", a commenté Allen Weinstein, l’un des fondateurs du NED, en 1991.

Dans les années qui ont suivi, le NED et ses partenaires ont contribué à faire basculer les élections pour les candidats néolibéraux de droite en Russie et en Mongolie en 1996 ; ont fomenté un coup d’État en Haiti qui a chassé du pouvoir le président haïtien démocratiquement élu Jean Bertrand Aristide ; et ont mobilisé des millions de personnes pour renverser le gouvernement socialiste du Venezuela, un effort soutenu et complété par des sanctions américaines sévères.

Les protestations qui ont éclaté au Nicaragua ont ramené l’attention sur l’influence du NED. Selon Waddell, le NED a dépensé 4,1 millions de dollars dans le pays depuis 2014, aidant 54 groupes à devenir des acteurs majeurs sur la scène politique et à "jeter les bases de l’insurrection".

Humbled to meet with Nicaraguan student leaders who are risking their lives fighting for freedom. Their bravery and perseverance will overcome the Ortega dictatorship’s tyranny. #SOSNicaragua pic.twitter.com/BGkc6kEVTc

— Senator Ted Cruz (@SenTedCruz) June 6, 2018

Le réseau soutenu par les Etats-Unis derrière les protestations

Les troubles qui ont paralysé le Nicaragua ont été déclenchés par l’annonce par le président Daniel Ortega de réformes du système de sécurité sociale qui était en voie de faillite. Le Fonds monétaire international et un groupe d’entreprises locales avaient insisté sur des changements qui auraient relevé l’âge de la retraite et privatisé progressivement les cliniques de santé, menaçant certains des acquis les plus importants de la révolution sandiniste.

Lorsque Ortega a répondu par une proposition qui aurait exigé une plus grande contribution au système de la part des entreprises et des retraités, les propriétaires d’entreprises payant la part du lion, un secteur du public a explosé d’indignation. La réaction de colère contre le plan d’Ortega, renforcée par une couverture médiatique intensive par les médias de l’opposition, est devenue l’étincelle qui a mis le pays à feu - littéralement, dans de nombreux cas.

Les visages les plus visibles du mouvement anti-Ortega n’ont pas été les retraités touchés par les réformes de la sécurité sociale, mais des étudiants urbains, politiquement non affiliés, en quête d’une victoire totale. Ils ont forgé une alliance avec les opposants traditionnels de droite, pro-business du sandinisme, ainsi qu’avec un secteur marginal d’anciens sandinistes aliénés par la consolidation rapide du pouvoir d’Ortega.

Pendant ce temps, des hommes masqués portant des mortiers et des armes à feu de fabrication artisanale ont formé la ligne de front des barrages routiers qui ont déjà drainé l’économie nicaraguayenne de quelque 250 millions de dollars de recettes. À ce jour, quelque 170 personnes ont été tuées dans le chaos. Alors que le nombre de morts augmente des deux côtés, l’éventualité d’une nouvelle guerre civile semble encore lointaine.

Depuis le début des troubles, le NED a pris des mesures pour dissimuler les noms des groupes qu’il finance au Nicaragua au motif qu’ils pourraient faire l’objet de représailles de la part du gouvernement. Mais les principaux bénéficiaires du soutien de Washington étaient déjà bien connus dans le pays.

Hagamos Democracia, est le premier bénéficiaire du financement du NED, récoltant plus de 525 000 $ en subventions depuis 2014. Le président du groupe, Luciano Garcia, qui supervise un réseau de reporters et de militants, a déclaré qu’Ortega a fait du Nicaragua un " État en déliquescence " et a exigé sa démission immédiate.

L’Institut d’études stratégiques et de politiques publiques de Managua (IEEPP) a reçu au moins 260 000 $ du NED depuis 2014. Les subventions ont été réservées pour soutenir le travail de l’IEEPP dans la formation des militants sur "l’encouragement du débat et la génération d’informations sur la sécurité et la violence". Le financement a également couvert les efforts pour surveiller la "présence accrue de la Russie et de la Chine dans la région", une priorité évidente pour Washington.

Dès que les violentes protestations contre Ortega ont été déclenchées, le directeur de l’IEEPP, Felix Mariadiaga, a présenté son programme au grand jour. Ancien « Young Global Leader » du Forum économique mondial, formé à Yale et à Harvard, Mariadaga a été salué par La Prensa pour avoir "transpiré, saigné et pleuré aux côtés des jeunes étudiants qui ont mené les manifestations au Nicaragua qui se poursuivent d’avril à fin mai".

Interrogé par La Prensa sur la possibilité de sortir de la violence sans changement de régime, Mariadaga a été franc : "Je ne peux pas imaginer une issue qui n’inclut pas une transition vers la démocratie sans Daniel Ortega".

"Nous nous sommes donné une image terrible"

En juin dernier, Mariadaga a conduit une délégation de l’opposition à Washington pour dénoncer le régime d’Ortega devant l’Assemblée générale de l’Organisation des États Américains. Il a été rejoint par Anibal Toruno, directeur de Radio Dario - un autre bénéficiaire de longue date du soutien de NED (PDF), et l’un des principaux centres de médias anti-Ortega dans la ville nicaraguayenne de Leon.

Pendant que Mariadaga était à Washington, il a été accusé par la police nicaraguayenne de superviser un réseau de crime organisé qui a assassiné plusieurs personnes au cours des violents troubles qui ont éclaté. Mariadaga a qualifié les allégations de "persécution politique" et d’"accusation ridicule", mais a reporté son retour au Nicaragua. Le Département d’État US l’a soutenu par une déclaration de soutien véhémente.

Au même moment, un groupe de leaders étudiants des manifestations anti-Ortega étaient à Washington pour faire pression sur l’administration Trump afin d’obtenir de l’aide pour faire tomber le dirigeant de leur pays.

Parmi les responsables américains qui ont reçu les étudiants se trouvait le directeur de l’USAID, Mark Green. "Nous devons nous tenir aux côtés de ceux qui défendent des choses en lesquelles nous devons croire ", a déclaré M. Green au sujet des étudiants, lors d’une entrevue avec McClatchy.

A part le NED, l’USAID a été le promoteur le plus actif du changement de régime contre les gouvernements socialistes en Amérique latine. Au Nicaragua, le budget de l’USAID a dépassé 5,2 millions de dollars en 2018, l’essentiel du financement étant consacré à la formation de la société civile et des organisations de médias.

Le voyage des étudiants nicaraguayens à Washington a été payé par Freedom House, un partenaire du NED financé par le gouvernement américain, dont le programme s’aligne généralement sur l’aile néoconservatrice de la politique étrangère américaine.

Freedom House a élaboré un itinéraire pour les étudiants qui a culminé par une séance de photos avec certains des républicains les plus faucons de Washington : Les sénateurs Ted Cruz et Marco Rubio, et la représentante Ileana Ros-Lehtinen.

De retour à Managua, un autre leader étudiant de premier plan, Harley Morales, a été dégoûté par l’apparition de ses pairs au Capitole. "C’était terrible", a déclaré M. Morales au journal El Faro. "Ils (Cruz, Rubio et Ros-Lehtinen) sont l’extrême droite républicaine. Nous sommes très mécontents de ce voyage ; ils ont été payés par les États-Unis et un programme leur a été imposé. Nous nous sommes donné une image terrible."

Bien qu’il espérait "un plan de correction des erreurs", Morales admettait que l’emprise des puissants intérêts extérieurs sur les étudiants protestataires se resserrait. "Tous les mouvements ont maintenant des conseillers, se lamente-t-il. ".... Ils ont une ligne politique très claire."

Max Blumenthal

https://grayzoneproject.com/2018/06/19/ned-nicaragua-protests-us-government/

Traduction "ah comme ça, le scénario me paraît plus cohérent" par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

URL de cet article 33643
   
Du bon usage de la laïcité
sous la direction de Marc Jacquemain et Nadine Rosa-Rosso. Depuis quelques années, une frange de la mouvance laïque, qui se baptise elle-même « laïcité de combat », développe un prosélytisme anti-religieux qui vise essentiellement l’islam et, très accessoirement, les autres religions. Cela nous paraît un très mauvais combat pour la laïcité. Cette logique va-t-en-guerre est d’autant plus malvenue qu’elle se développe dans un contexte marqué, dans le monde, par l’unilatéralisme militaire américain, et, chez (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nous faisons semblant de ne pas comprendre le lien entre notre confortable niveau de vie et les dictatures que nous imposons et protégeons par une présence militaire internationale.

Jerry Fresia


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.