RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Ukraine : à l’ONU, un journaliste dénonce un « système de Ponzi » au profit des marchands d’armes

Lors d’une intervention au Conseil de sécurité, Max Blumenthal a critiqué le coût de l’aide militaire américaine à Kiev. Le journaliste a notamment souligné les liens entre des membres de l’administration Biden et des industriels de l’armement.

« Les cimetières militaires ukrainiens s’étendent presque aussi rapidement que les résidences secondaires du nord de la Virginie » : devant le Conseil de sécurité de l’ONU le 29 juin, le rédacteur en chef du média d’investigation The Grayzone, Max Blumenthal, a pointé, du doigt les liens entre plusieurs membres de l’administration Biden et des industriels étasuniens de l’armement.

Ces derniers « profitent du deuxième niveau de dépenses militaires le plus élevé depuis la Seconde Guerre mondiale », a-t-il pointé, avant d’asséner : « ce sont eux les vrais gagnants de la guerre par procuration en Ukraine ».

La raison pour laquelle les Etats-Unis sabotent les négociations

« Pour eux, un règlement négocié de ce différend territorial signifie la fin de la vache à lait de près de 150 milliards de dollars d’aide américaine à l’Ukraine », a-t-il accusé, après s’être interrogé sur les raisons pour lesquelles les Etats-Unis « sabota[ient] les négociations à chaque instant ».

Renvoyant à un « audit des affectations fiscales » étasuniennes à l’Ukraine publié sur son site et évoquant la frénésie d’aides miliaires à l’Ukraine annoncées par Washington, Max Blumenthal dénonçait plus tôt un « système de Ponzi international » au détriment des impôts des Étasuniens et au profit « d’un gouvernement étranger ».

Depuis le début de la contre-offensive Ukraine, début juin, Washington a annoncé deux nouveaux paquets d’aides militaires. Respectivement les 40 et 41èmes, d’un montant de 325 millions et de 500 millions de dollars. La transparence sur les fonds étasuniens versés en Ukraine fait notamment débat au Congrès. Les Républicains réclament un audit, ce que refusent les Démocrates qui estiment que les contrôles peuvent attendre la fin de la guerre avec la Russie.

Au Conseil, l’ONU s’inquiète de l’escalade de la violence et de possibles détournements des armes livrées aux parties au conflit en Ukraine

M. MAX BLUMENTHAL, journaliste, fondateur et rédacteur en chef de The Grayzone, a cité une information en date du 12 juin, selon laquelle 16 véhicules blindés étasuniens auraient été perdus en Ukraine. Selon lui, ce type d’informations est régulièrement passé sous silence parce que les États-Unis « mènent une guerre par procuration en Ukraine ». En revanche, a-t-il poursuivi, les contribuables étasuniens et occidentaux sont mis à contribution pour débloquer des milliards de dollars en armements et remplacer les stocks d’armes détruits. Affirmant avoir demandé qu’une enquête soit diligentée sur ces faits pour la période 2022-2023, il a affirmé que, durant cette période, pas moins de 4,5 milliards de dollars ont été transférés du système de sécurité sociale étasunien pour alimenter le front ukrainien et rembourser la dette souveraine ukrainienne.

Chaque citoyen des EU a ainsi dû verser 30 dollars de sa poche, a déclaré l’intervenant, pour qui il s’agit d’une véritable « fraude ». Du reste, le Congrès des États-Unis ne dit rien sur ces opérations répréhensibles, a-t-il observé, avant de constater que, l’an dernier, 30% seulement de l’aide est arrivée à destination en Ukraine. « Où est allé le reste ? Nul ne le sait. » Parallèlement, des groupes ukrainiens parfois ouvertement néonazis ont été aidés par des politiques occidentales pour perpétrer des actes terroristes, ce sur quoi le Congrès des EU est également resté silencieux. Pourtant, a insisté l’intervenant, le Congrès sait qu’il mène une guerre par procuration. Il sait aussi que cette guerre a débuté en 2014 à la suite d’un « coup d’État » en Ukraine, a-t-il ajouté, assurant que les Accords de Minsk ont alors été instrumentalisés pour armer l’Ukraine.

En 2022, des armements étasuniens ont été transférés en Ukraine à hauteur de 2 milliards de dollars et, cinq jours plus tard, la Russie envahissait ce pays, a-t-il encore affirmé, voyant dans la poursuite des envois d’armement occidentaux « la troisième guerre mondiale qui ne dit pas son nom ». Après avoir accusé les Occidentaux et l’OTAN d’être responsables de la destruction d’infrastructures de base, dont le barrage de Kakhovka, il a dénoncé les messages contradictoires entourant la situation de la centrale nucléaire de Zaporijia. Il a également laissé entendre que « le Président Zelenskyy s’en prend à son propre peuple » et ne veut laisser en vie que ceux en âge de travailler. Alors que l’Ambassadrice des États-Unis auprès des Nations Unies nous parle de diplomatie et que de jeunes militaires ukrainiens « vont au casse-pipe », ces pays font des bénéfices considérables, a-t-il scandé. « Pour eux, trouver une solution négociée reviendrait à perdre des milliards de dollars », a-t-il raillé.

Il y a un résumé de son intervention (et d’autres) sur le site de l’ONU :
Au Conseil, l’ONU s’inquiète de l’escalade de la violence et de possibles détournements des armes livrées aux parties au conflit en Ukraine

»» https://news.sosedo.bj/news/detail/91494/ukraine-a-lonu-un-journaliste...
URL de cet article 38784
  

Même Thème
Une histoire populaire des États-Unis - De 1492 à nos jours
Howard ZINN
Cette histoire des États-Unis présente le point de vue de ceux dont les manuels d’histoire parlent habituellement peu. L’auteur confronte avec minutie la version officielle et héroïque (de Christophe Colomb à George Walker Bush) aux témoignages des acteurs les plus modestes. Les Indiens, les esclaves en fuite, les soldats déserteurs, les jeunes ouvrières du textile, les syndicalistes, les GI du Vietnam, les activistes des années 1980-1990, tous, jusqu’aux victimes contemporaines de la politique (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il y a bien une grande différence entre les articles publiés dans les médias institutionnels et les articles publiés dans les médias alternatifs (comme Le Grand Soir) : les leurs vieillissent super mal alors que les nôtres ne font que s’améliorer avec le temps.

Viktor Dedaj

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.