RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Clara Weiss, David North, Sommet de l’OTAN à Vilnius : un complot de guerre sur le lieu d’un crime historique

7 juillet 2023, et la routine de la récupération historique par des présidences monarchiques

Merci à Jacques-Marie Bourget pour la communication de l’article « Sommet de l’OTAN à Vilnius : un complot de guerre sur le lieu d’un crime historique ». Référence historique : la survivante Masha Greenbaum, The Jews of Lithuania : a History of a Remarkable Community, 1316-1945, Jerusalem, New York, Gefen Publishing House, 1995. Le choix du lieu dudit sommet illustre l’hypocrisie occidentale en matière de défense des juifs contre l’antisémitisme. L’article est particulièrement clair. Le prochain coup, il faudrait organiser ça en Lettonie, copie conforme du cas lituanien, avec la quasi-totalité de la destruction des juifs depuis l’été 1941.

Les références historiques fournies dans un vieux courriel (2005, notamment un ouvrage non traduit de Dov Levin) permettent de comprendre que, pour les juifs d’alors, l’annexion soviétique, en juin 1940, des Pays Baltes (provinces baltes intégrées à l’Empire russe du XVIIIe siècle à 1918), ont constitué une véritable bouée de sauvetage contre les « nationalistes », uniates nazifiés sur le modèle de ceux de Lvov. Cet échange avec le journaliste belge Jean-Marie Chauvier, vieux de près de 20 ans, montre que la phase actuelle a été soigneusement préparée bien avant la guerre en Ukraine. La très « européiste » Simone Veil, présumée championne de la « Mémoire de la Shoah », faisait piètre cas de l’histoire (la sienne comprise), à l’époque où elle célébrait de fait la récente entrée des « Pays Baltes » dans l’Union européenne et dans l’OTAN : au prix de sévères contorsions, elle imputait la responsabilité de l’ignorance du génocide des juifs lettons aux... Soviétiques, par ailleurs classés bourreaux des malheureux Lettons, et elle imputait le sauvetage d’une poignée de juifs lettons aux bontés des victimes lettones non juives des Soviétiques. Le mari de Mme Veil, également panthéonisé, avait côtoyé René Bousquet pendant huit ans au conseil d’administration d’UTA, la société de transport aérien qu’il présidait et où le secrétaire à la police de Laval, Bousquet, massacreur de communistes et de juifs d’avril 1942 à la fin de 1943, représentait la Banque d’Indochine. Sur les autres fréquentations de Mme Veil, la couverture de l’édition de poche de La Non-épuration en France de 1943 aux années 1950 atteste que « la Mémoire » de l’Occupation avait été chez ces éminences panthéonisées sérieusement émoussée. Je rappelle que la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, que Simone Veil avait « l’honneur de présider », a financé, en 2017, l’invitation à Paris de singuliers historiens et archivistes, nazis ukrainiens, que les universitaires français, même « spécialistes de la Shoah », n’ont pas trouvé le courage de condamner par peur de passer pour « bolcheviques » auprès des Ukrainiens alors conviés pour communier contre les crimes soviétiques. Je dis bien 2017, et non 2022.

Et comment ne pas dénoncer le scandale des tentatives renouvelées de récupération par nos monarques d’une histoire qui ne leur appartient pas ? En 2007, ce fut l’exploitation du jeune héros communiste Guy Môquet par Nicolas Sarkozy. Sous l’actuel président de la République, de Maurice Audin, en 2018, avec les espérances suscitées dans la famille par l’apparente reconnaissance des responsabilités françaises dans l’assassinat du jeune mathématicien communiste, combattant de l’indépendance de l’Algérie, espérances promptement déçues ; et, sous l’actuel quinquennat, en cette riche année 2023, de Jean Moulin, prétendu symbole de la France « unie » – en réalité livré à Barbie en juin 1943, via René Hardy, par les chefs de Combat Henri Frenay et Bénouville, sous la férule de leur bailleur de fonds, aussi antigaulliste et anticommuniste qu’eux, le chef de l’OSS (puis de la CIA) Allen Dulles. La campagne de 2023 s’est accompagnée d’une glose permanente sur l’insondable « mystère Moulin » (définitivement éclairci par La Non-épuration en France, même édition, p. 475-509) ; et, depuis juin 2023, l’annonce de la panthéonisation, en février 2024, pour les 80 ans de son exécution par l’occupant allemand, de Missak Manouchian. Délibérément privé, le plus souvent, de l’essentiel de ses attributs, il est célébré exclusivement comme « résistant arménien », au service de la France, de même que « ses compagnons d’armes étrangers, Espagnols, Italiens ou juifs d’Europe centrale »(1). La campagne en cours cache presque systématiquement qu’ils étaient tous communistes, lui-même, sa femme et leurs compagnons, héros des FTP-MOI (Francs-tireurs partisans de la Main-d’œuvre immigrée, organisation du PCF). Ils se proclamèrent tels jusqu’au seuil de leur exécution.

Les déclarations solennelles du 18 juin 2023, invoquant Aragon et son poème sur les 23 héros de février 1944 (2), pourchassés par la police et la magistrature de Vichy avant d’être livrés aux balles allemandes, sonnent faux, à l’heure où « modérés », droite dite républicaine et extrême droite convergent, comme, ouvertement, depuis 2005, contre la jeunesse dite « immigrée », le plus souvent née de parents français, exigent une répression « exemplaire » contre les « émeutes », et menacent de priver de toute allocation les mères aux journées de travail interminables. Par ailleurs, ces célébrations auront-elles lieu sans que soit officiellement convié le communiste français d’origine italienne Léon Landini, autre héros des FTP-MOI, résistant à 16 ans ? Le président du PRCF est un des désormais rarissimes survivants de ces étrangers d’origine qui ont rendu son honneur à la France dont les élites de toutes catégories avaient délibérément et de longue date choisi la défaite face au Reich allemand.

Bien cordialement,

Annie Lacroix-Riz

envoyé par Marie-Ange Patrizio

(1) https://www.20minutes.fr/2023/06/17/macron-devrait-annoncer-entree-pan...
(2) https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2023/06/18/ceremonie-du-18-juin-2023

»» https://reseauinternational.net/clara-weiss-david-north-sommet-de-lota...
URL de cet article 38783
  

Même Auteur
Le choix de la défaite - Les élites françaises dans les années 1930
Annie LACROIX-RIZ
Comment, pour préserver leur domination sociale, les élites économiques et politiques françaises firent le choix de la défaite. Un grand livre d’histoire se définit premièrement par la découverte et l’exploitation méthodique de documents assez nombreux pour permettre des recoupements, deuxièmement, par un point de vue qui structure l’enquête sur le passé (Annie Lacroix-Riz répond à Marc Bloch qui, avant d’être fusillé en 1944, s’interrogeait sur les intrigues menées entre 1933 et 1939 qui conduisirent à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La pauvreté n’est pas naturelle, ce sont les hommes qui la créent et la tolèrent, et ce sont les hommes qui la vaincront. Vaincre la pauvreté n’est pas un acte de charité, c’est un acte de justice.

Nelson Mandela

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.