Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le choix de la défaite - Les élites françaises dans les années 1930

Comment, pour préserver leur domination sociale, les élites économiques et politiques françaises firent le choix de la défaite.

Un grand livre d’histoire se définit premièrement par la découverte et l’exploitation méthodique de documents assez nombreux pour permettre des recoupements, deuxièmement, par un point de vue qui structure l’enquête sur le passé (Annie Lacroix-Riz répond à Marc Bloch qui, avant d’être fusillé en 1944, s’interrogeait sur les intrigues menées entre 1933 et 1939 qui conduisirent à cette « étrange défaite »), troisièmement, par une théorie qui permet de penser l’histoire. Pour l’auteure, la lutte des classes est une affaire de longue durée et peut susciter des alliances et l’usage de toutes les techniques sociales de domination. Ce livre montre bien que les dirigeants du capitalisme n’ont eu de cesse, depuis la révolution bolchevique en Russie, l’organisation du Parti communiste français et la montée en puissance d’une classe ouvrière qui menaçait le partage des profits, non seulement de reprendre le terrain perdu mais aussi d’empêcher toutes menées contestataires. Il montre que les dirigeants des différents secteurs savent faire front commun quand ils estiment leurs intérêts menacés.

L’alliance entre le grand patronat, ses organisations, la banque, la presse et le monde politique soutiendra d’abord le rêve d’une union des impérialismes dont le nazisme serait en quelque sorte le bras armé pour défaire le bolchevisme et retrouver, en Russie, les marchés perdus. Cette orientation générale, qui, bien sûr, connaît des variations en fonction des fluctuations politiques, conduira à abandonner la Tchécoslovaquie, les pays d’Europe centrale et orientale et l’Espagne, aux menées de l’axe Rome-Berlin.

Cette alliance rêvait aussi de réduire à merci la classe ouvrière. Très tôt « l’admiration pour la ferme gestion des rapports sociaux avait fasciné le patronat », écrit l’auteure. La politique de Hitler qui supprimait les syndicats, réussissait à obtenir une « classe ouvrière désintégrée », vantait les rapports confiants entre employeurs et salariés, célébrait le travail et affirmait que l’effort et le risque devaient être récompensés, enchantait le patronat. Pour réussir à imposer la même politique en France, l’alliance des dominants emploie bien sûr les techniques classiques mais a aussi recours aux moyens illégaux en préparant des complots pour abattre la République. Cette alliance repose sur un mouvement la synarchie capable bientôt de se doter d’un appareil secret la Cagoule et même d’une organisation armée : le CSAR. Elle cherche à imposer un « gouvernement fort », comme le dira plusieurs fois l’ambassadeur de France François Poncet à Hitler. Les divers moyens utilisés ne réussissant pas (échec de la marche sur l’Assemblée nationale de 1934, tentative déjouée de coup d’État armé en 1937), il reste à s’allier de plus en plus avec le nazisme qui, seul, devrait permettre à cette stratégie de victoire définitive sur la classe ouvrière de réussir. Les compromissions, le renforcement de la présence nazie en France, les accords entre les entreprises qui précèdent la « collaboration » fructueuse des milieux d’affaires conduisent progressivement à l’« étrange défaite » de 1940. Dès lors, Pétain et Laval dirigent un gouvernement d’hommes d’affaires et prennent toutes les mesures régressives et répressives.

On l’a compris, voilà un livre appuyé sur une documentation irréfutable qui dérangera tous ceux pour qui la « lutte des classes » est une fadaise : il montre comment les dominants savent s’allier pour imposer la vision du monde qui, croient-ils, sert au mieux leurs intérêts, leur position et leur identité.

Christian de Montlibert, sociologue

(paru dans L’Humanité, 9 mars 2007)

Le choix de la défaite. Les élites françaises dans les années 1930,
par Annie Lacroix-Riz. Éditions Armand-Colin, 2006, 35,50 euros.

URL de cet article 7316
   
Communication aux lecteurs
Libérez Assange avant qu’il ne soit trop tard

Julian Assange est un citoyen australien qui a été détenu "arbitrairement" pendant plus de 6,5 ans et qui plus récemment a subi à ce jour plus de 231 jours de torture sous la forme d’un isolement continu. Privé de soleil, de contact avec le monde extérieur et de soins de santé adéquats. Le 5 février 2016, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a déterminé que la "détention arbitraire" de Julian Assange devait cesser et que M. Assange devait avoir droit à une indemnisation".

Lire la suite : https://www.legrandsoir.info/liberez-assange-avant-qu-il-ne-soit-trop-...


Vous avez une minute ?

Même Thème
Roger Faligot. La rose et l’edelweiss. Ces ados qui combattaient le nazisme, 1933-1945. Paris : La Découverte, 2009.
Bernard GENSANE
Les guerres exacerbent, révèlent. La Deuxième Guerre mondiale fut, à bien des égards, un ensemble de guerres civiles. Les guerres civiles exacerbent et révèlent atrocement. Ceux qui militent, qui défendent des causes, tombent toujours du côté où ils penchent. Ainsi, le 11 novembre 1940, des lycées parisiens font le coup de poing avec des jeunes fascistes et saccagent les locaux de leur mouvement, Jeune Front et la Garde française. Quelques mois plus tôt, les nervis de Jeune Front avaient détruit les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"L’un des grands arguments de la guerre israélienne de l’information consiste à demander pourquoi le monde entier s’émeut davantage du sort des Palestiniens que de celui des Tchétchènes ou des Algériens - insinuant par-là que la raison en serait un fonds incurable d’antisémitisme. Au-delà de ce qu’il y a d’odieux dans cette manière de nous ordonner de regarder ailleurs, on peut assez facilement répondre à cette question. On s’en émeut davantage (et ce n’est qu’un supplément d’indignation très relatif, d’ailleurs) parce que, avant que les Etats-Unis n’envahissent l’Irak, c’était le dernier conflit colonial de la planète - même si ce colonisateur-là a pour caractéristique particulière d’avoir sa métropole à un jet de pierre des territoires occupés -, et qu’il y a quelque chose d’insupportable dans le fait de voir des êtres humains subir encore l’arrogance coloniale. Parce que la Palestine est le front principal de cette guerre que l’Occident désoeuvré a choisi de déclarer au monde musulman pour ne pas s’ennuyer quand les Rouges n’ont plus voulu jouer. Parce que l’impunité dont jouit depuis des décennies l’occupant israélien, l’instrumentalisation du génocide pour oblitérer inexorablement les spoliations et les injustices subies par les Palestiniens, l’impression persistante qu’ils en sont victimes en tant qu’Arabes, nourrit un sentiment minant d’injustice."

Mona Chollet


Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.