RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le choix de la défaite - Les élites françaises dans les années 1930

Comment, pour préserver leur domination sociale, les élites économiques et politiques françaises firent le choix de la défaite.

Un grand livre d’histoire se définit premièrement par la découverte et l’exploitation méthodique de documents assez nombreux pour permettre des recoupements, deuxièmement, par un point de vue qui structure l’enquête sur le passé (Annie Lacroix-Riz répond à Marc Bloch qui, avant d’être fusillé en 1944, s’interrogeait sur les intrigues menées entre 1933 et 1939 qui conduisirent à cette « étrange défaite »), troisièmement, par une théorie qui permet de penser l’histoire. Pour l’auteure, la lutte des classes est une affaire de longue durée et peut susciter des alliances et l’usage de toutes les techniques sociales de domination. Ce livre montre bien que les dirigeants du capitalisme n’ont eu de cesse, depuis la révolution bolchevique en Russie, l’organisation du Parti communiste français et la montée en puissance d’une classe ouvrière qui menaçait le partage des profits, non seulement de reprendre le terrain perdu mais aussi d’empêcher toutes menées contestataires. Il montre que les dirigeants des différents secteurs savent faire front commun quand ils estiment leurs intérêts menacés.

L’alliance entre le grand patronat, ses organisations, la banque, la presse et le monde politique soutiendra d’abord le rêve d’une union des impérialismes dont le nazisme serait en quelque sorte le bras armé pour défaire le bolchevisme et retrouver, en Russie, les marchés perdus. Cette orientation générale, qui, bien sûr, connaît des variations en fonction des fluctuations politiques, conduira à abandonner la Tchécoslovaquie, les pays d’Europe centrale et orientale et l’Espagne, aux menées de l’axe Rome-Berlin.

Cette alliance rêvait aussi de réduire à merci la classe ouvrière. Très tôt « l’admiration pour la ferme gestion des rapports sociaux avait fasciné le patronat », écrit l’auteure. La politique de Hitler qui supprimait les syndicats, réussissait à obtenir une « classe ouvrière désintégrée », vantait les rapports confiants entre employeurs et salariés, célébrait le travail et affirmait que l’effort et le risque devaient être récompensés, enchantait le patronat. Pour réussir à imposer la même politique en France, l’alliance des dominants emploie bien sûr les techniques classiques mais a aussi recours aux moyens illégaux en préparant des complots pour abattre la République. Cette alliance repose sur un mouvement la synarchie capable bientôt de se doter d’un appareil secret la Cagoule et même d’une organisation armée : le CSAR. Elle cherche à imposer un « gouvernement fort », comme le dira plusieurs fois l’ambassadeur de France François Poncet à Hitler. Les divers moyens utilisés ne réussissant pas (échec de la marche sur l’Assemblée nationale de 1934, tentative déjouée de coup d’État armé en 1937), il reste à s’allier de plus en plus avec le nazisme qui, seul, devrait permettre à cette stratégie de victoire définitive sur la classe ouvrière de réussir. Les compromissions, le renforcement de la présence nazie en France, les accords entre les entreprises qui précèdent la « collaboration » fructueuse des milieux d’affaires conduisent progressivement à l’« étrange défaite » de 1940. Dès lors, Pétain et Laval dirigent un gouvernement d’hommes d’affaires et prennent toutes les mesures régressives et répressives.

On l’a compris, voilà un livre appuyé sur une documentation irréfutable qui dérangera tous ceux pour qui la « lutte des classes » est une fadaise : il montre comment les dominants savent s’allier pour imposer la vision du monde qui, croient-ils, sert au mieux leurs intérêts, leur position et leur identité.

Christian de Montlibert, sociologue

(paru dans L’Humanité, 9 mars 2007)

Le choix de la défaite. Les élites françaises dans les années 1930,
par Annie Lacroix-Riz. Éditions Armand-Colin, 2006, 35,50 euros.

URL de cet article 7316
  

Même Thème
Les caisses noires du patronat
Gérard FILOCHE
A quoi servent les 600 millions d’euros des caisses noires du patronat, et où vont les 2 millions d’euros distribués chaque année en liquide par l’UIMM et le Medef ? Gérard Filoche dénonce ce scandale du siècle au coeur du patronat français. Il soulève toutes les questions posées par ce trafic d’argent liquide qui circule depuis si longtemps au Medef et montre comment le patronat se servait de cette caisse anti-grève pour briser la fameuse concurrence libre et non faussée. Denis Gautier-Sauvagnac, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les rares personnes qui comprendront le système seront soit si intéressées par ses profits, soit si dépendantes de ses largesses qu’il n’y aura pas d’opposition à craindre de cette classe-là  ! La grande masse des gens, mentalement incapables de comprendre l’immense avantage retiré du système par le capital, porteront leur fardeau sans se plaindre et peut-être sans même remarquer que le système ne sert aucunement leurs intérêts.

Rothschild Brothers of London, citant John Sherman, communiqué aux associés, New York, le 25 juin 1863.

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.