RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Annie LACROIX-RIZ

Seul le peuple est légitime, Macron démission !

Léon LANDINI, Annie LACROIX-RIZ, Jo HERNANDEZ, Antoine MANESSIS
Nous citoyennes et citoyens de France, sans-partis, militants politiques organisés, associatifs, syndicalistes, qui sommes participants ou/et solidaires de la lutte populaire des "gilets jaunes" dénonçons la violence sociale du régime Macron qui se déchaîne. Le président des riches accable le peuple de mesures anti-sociales et anti-patriotiques. Pendant que des dizaines de milliards sont données aux milliardaires sous des formes diverses (CICE, suppression de l'ISF, "Exit tax", "Flat tax"...) les ouvriers, les employés, les paysans, les retraités, artisans, petits commerçants, les couches moyennes sont matraquées (hausse de la CSG des retraités, salaires réels baissés et, de toutes façons, très insuffisants, hausse des impôts et taxes indirectes (les plus injustes) augmentées, baisse des APL....) Cela dans le cadre général de la politique fixée par Macron, l'UE et le CAC40 : blocage des salaires, recul des pensions et des remboursements SECU, précarisation générale de la jeunesse, casse des services (...) Lire la suite »

Un ennemi de l’État de droit (français et international) siège à l’Elysée

Georges GASTAUD, Annie LACROIX-RIZ

Par Georges Gastaud* et Annie Lacroix-Riz**. Texte soutenu par Léon Landini, ancien officier des FTP-MOI, Médaille de la Résistance, officier de la Légion d’honneur, et Pierre Pranchère, Combattant volontaire de la Résistance, ancien député communiste. Georges Gastaud est philosophe, secrétaire national du Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF) Annie Lacroix Riz est historienne, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université de Paris VII.

L’oligarque que les manips médiatiques et l’usage machiavélique du repoussoir lepéniste ont placé à l’Elysée n’aura pas mis un an à révéler sa vraie nature : celle d’un redoutable ennemi de ce qu’il est convenu de nommer « l’Etat de droit ». Sur le terrain linguistique, Macron viole imperturbablement l’Article II-a de la Constitution qui dispose que « la langue de la République est le français » : « Make the planet great again ! » est l’intitulé d’un site officiel de l’Elysée, « France is back ! » est le slogan que Macron a promu dans ses discours, prononcés en anglais de Versailles à Davos, devant les P.-D.G. de multinationales ; sans parler du Business Globish incompréhensible qui larde de pédantisme « managérial » les allocutions de l’ex-Young leader devenu trader chez Rothschild. Comment se fait-il qu’aucun député, qu’aucun sénateur, qu’aucun média de masse, qu’aucun quotidien national ou régional n’ait durement pointé ces infractions graves et répétées à la Constitution, traitée en chiffon de papier, et à la (...) Lire la suite »
17 
Bruxelles agenouillé devant Washington

Observations sur l’appel de vingt intellectuels eurocritiques pour un nouveau traité européen

Annie LACROIX-RIZ

La vision économique de long terme de l’union européenne rend dérisoire l’espoir de renégocier les traités européens affiché par « vingt intellectuels eurocritiques ».

Car ce processus a démontré ses objectifs non pas « depuis au moins trois décennies, sur la base de traités marqués au coin du néolibéralisme alors triomphant (Acte unique, traité de Maastricht, traité de Lisbonne), ou de l’ordo-libéralisme allemand (traité de cohérence budgétaire dit « TSCG » de 2012) », mais depuis les origines. Il s’est agi, en effet d’assurer la tutelle maximale sur cette partie du monde de l’impérialisme le plus puissant, états-unien, escorté du second, l’impérialisme allemand, que les rivalités inter-impérialistes opposent cependant, à l’occasion des crises systémiques, jusqu’à la guerre générale. Le phénomène a débouché, entre autres, sur ce que Georges Gastaud qualifie « de protectionnisme » rigoureux au bénéfice exclusif de l’Allemagne et des États-Unis. Il est sans rapport aucun avec l’idéologie, la Guerre froide, le rêve de « démocratie », etc., et ne laisse aucune chance à la « réforme » à laquelle semblent croire les « vingt intellectuels eurosceptiques » qui ont signé ce manifeste. La (...) Lire la suite »
29 

La question préalable des sources de la série « Apocalypse Staline » sur France 2

Annie LACROIX-RIZ
Les trois heures de diffusion de la série « Apocalypse Staline » diffusée le 3 novembre 2015 sur France 2 battent des records de contrevérité historique, rapidement résumés ci-dessous. Une bande de sauvages ivres de représailles (on ignore pour quel motif) ont ravagé la Russie, dont la famille régnante, qui se baignait vaillamment, avant 1914, dans les eaux glacées de la Baltique, était pourtant si sympathique. « Tels les cavaliers de l’apocalypse, les bolcheviques sèment la mort et la désolation pour se maintenir au pouvoir. Ils vont continuer pendant 20 ans, jusqu’à ce que les Allemands soient aux portes de Moscou. […] Lénine et une poignée d’hommes ont plongé Russie dans le chaos » (1er épisode, « Le possédé »). Ces fous sanguinaires ont inventé une « guerre civile » (on ignore entre qui et qui, dans cette riante Russie tsariste). L’enfer s’étend sous la houlette du barbare Lénine, quasi dément qui prétend changer la nature humaine, et de ses acolytes monstrueux dont Staline, pire que tous les autres réunis, (...) Lire la suite »
39 

Le rôle de l’URSS dans la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945)

Annie LACROIX-RIZ

En ce 8 mai 1945, notre camarade l’historienne Annie Lacroix-Riz revient pour www.initiative-communiste.fr sur le rôle de l’URSS dans la deuxième guerre mondiale

Deux ans après sa victoire sur la Wehrmacht et le nazisme, la « Guerre froide » officiellement installée, l’Armée rouge, chérie de tous les peuples européens depuis juin 1941, passa chez ceux de l’« Ouest » pour une menace[1]. Aujourd’hui, l’historiographie française, sa mutation pro-américaine vieille de trente ans achevée, voue l’URSS aux gémonies tant pour la phase du pacte de non-agression germano-soviétique que désormais pour celle de la « Grande guerre patriotique ». Nos manuels, assimilant nazisme et communisme, surenchérissent sur les historiens d’Europe orientale recyclés à l’Ouest. Les grands médias, qui encensent « les historiens du consensus »[2] à l’« « esprit dégagé de tout sectarisme »[3], ont transformé le débarquement « américain » (anglo-américain, Commonwealth inclus) du 6 juin 1944 en événement militaire décisif ( Lire en cliquant ici) . Martèlement efficace. Les sondages IFOP sur la contribution respective de l’URSS et des États-Unis à la conduite militaire de la Deuxième Guerre mondiale ou « à la (...) Lire la suite »

Face à l’aiguisement de la crise systémique du capitalisme

Georges GASTAUD, Annie LACROIX-RIZ, Antoine MANESSIS
Wall Street, Londres, Paris, Tokyo, Francfort : les bourses des valeurs tanguent partout dangereusement ; le prix du pétrole aussi (c’est le signe d’une baisse de l’activité économique mondiale), la « croissance » américaine tant vantée est anémique ; la zone euro, « modèle allemand » en tête, met le cap sur la déflation continentale, ce symptôme bien connu non seulement de la récession, mais de la dépression économique ! Quant à la France, à l’Italie, à la Grèce, à l’Espagne, etc., la crise systémique mondiale du capitalisme et celle de la zone euro s’y doublent d’une véritable crise existentielle de ces Etats : tant il devient évident, y compris désormais pour des économistes « alter-européistes » comme Bernard Maris, que l’euro a été taillé sur mesure pour la grande industrie allemande et que la monnaie unique n’a pas eu d’autre effet que de plomber les industries du « Sud » européen en renchérissant leurs produits sur le marché mondial (l’euro fort est en effet le clone du Deutsche Mark). C« rise du capitalisme, (...) Lire la suite »

Le Débarquement du 6 juin 1944 du mythe d’aujourd’hui à la réalité historique

Annie LACROIX-RIZ
Le triomphe du mythe de la libération américaine de l’Europe En juin 2004, lors du 60e anniversaire (et premier décennal célébré au XXIe siècle) du « débarquement allié » en Normandie, à la question « Quelle est, selon vous, la nation qui a le plus contribué à la défaite de l’Allemagne » l’Ifop afficha une réponse strictement inverse de celle collectée en mai 1945 : soit respectivement pour les États-Unis, 58 et 20%, et pour l’URSS, 20 et 57% [12]. Du printemps à l’été 2004 avait été martelé que les soldats américains avaient, du 6 juin 1944 au 8 mai 1945, sillonné l’Europe « occidentale » pour lui rendre l’indépendance et la liberté que lui avait ravies l’occupant allemand et que menaçait l’avancée de l’armée rouge vers l’Ouest. Du rôle de l’URSS, victime de cette « très spectaculaire [inversion des pourcentages] avec le temps » [13], il ne fut pas question. Le (70e) cru 2014 promet pire sur la présentation respective des « Alliés » de Deuxième Guerre mondiale, sur fond d’invectives contre l’annexionnisme russe en Ukraine et (...) Lire la suite »
16 

L’atout maître de « Marianne » – mars 2014, 70ème anniversaire du programme du CNR

Georges GASTAUD, Annie LACROIX-RIZ

Tenaillée par l’insatiable M.E.D.E.F., écartelée entre l’Europe fédérale en construction et l’euro-régionalisation galopante du territoire national, vidée de son emploi productif par une grande bourgeoisie qui sacrifie l’industrie au tout-financier (cf le comportement de la famille Peugeot), dépouillée de sa protection sociale et de ses services publics issus du C.N.R., agressée jusque dans sa langue par l’invasion du tout-anglais, la France républicaine est menacée de décomposition.

A son chevet, François Hollande, petit proconsul de l’Axe Washington-Berlin-Bruxelles, n’a plus d’yeux que pour le grand patronat « national » et international. Plus grave encore, le peuple français est sommé de « choisir » entre deux genres de mort également déshonorants : qu’il s’abandonne au Parti Maastrichtien Unique (Pmu), formé du P.S, de l’U.M.P., du « centre » et d’Europe-Ecologie, et l’euro-austérité à perpétuité aura tôt fait de rendre invivable l’ex-« douce France » à des millions de Français précarisés et appauvris. Que notre peuple, emporté par l’actuelle vague bleue-brune-bleue marine, finisse par opter pour l’UM’ Pen en gestation, et ce sera la montée implosive du racisme d’Etat, des violences intercommunautaires sur fond de chasse aux chômeurs (les prétendus « assistés »), aux syndicalistes et aux fonctionnaires. Dans les deux cas, on assisterait au reniement de l’héritage sans pareil de la Révolution française, de la Commune, des lois de 1905, du Front populaire et du C.N.R., avec en prime la (...) Lire la suite »

Hollande, fils aîné du Vatican ?

Georges GASTAUD, Annie LACROIX-RIZ
Les congratulations du M.E.D.E.F., de l’U.E., d’A. Merkel, de Raffarin, des notables euro-régionalistes bretons, corses, alsaciens, catalans, etc., ne suffisent plus au « social-démocrate » de l’Elysée. Hollande courtise désormais le Vatican ; du moins, il veut réfréner les inquiétantes ardeurs réactionnaires de la hiérarchie catholique romaine et hexagonale. A cent lieues de Vatican II, celle-ci met au pas les enseignants de la catho, elle fédère dans la rue la droite et l’ultra-droite (ce que le PRCF appelle l’U.M.’Pen) sur les questions « sociétales », elle soutient les séparatistes à peine déguisés du MEDEF breton, et maintenant, elle anime un combat d’arrière-garde contre l’IVG en soutenant tout ce que l’Espagne comporte de forces néo-franquistes. Bref, ceux qui comptaient sur un « Pape François » latino-américain, donc progressiste, doivent déchanter encore plus vite que prévu : dans l’Eglise comme ailleurs, il existe des rapports de forces… Après tout, nous sommes heureux que ce président prétendument de (...) Lire la suite »

Commentaires sur la campagne de réhabilitation de Louis Renault entreprise par le service public de télévision.

Annie LACROIX-RIZ
Commentaires sur dossier Louis Renault France 2 préparé par les journalistes du JT de France2 le 20 mars 2011 David Pujadas - Une page d'histoire maintenant, et quelle histoire ! Elle concerne le constructeur automobile Louis Renault. Pour beaucoup, il est le symbole de la collaboration pendant la seconde guerre mondiale, mais les historiens désormais se divisent et ses petits enfants se battent pour sa mémoire. Faut il réhabiliter Louis Renault, c'est le dossier de cette édition, il est signé Gérard Grizbec, Didier Dahan. Commentaire Annie Lacroix-Riz Puisque « les historiens désormais se divisent », les journalistes de France 2 ont décidé, comme ceux du Monde Magazine le 8 janvier 2010, de ne donner la parole qu'à tel historien qui n'a jamais travaillé sur la question (voir ci-dessous). Début du document reportage Commentaire journaliste L'objet du scandale, le voici, cette photo prise à Berlin : Louis Renault juste à côté d'Hitler. Certes, l'image a été prise avant la guerre, au salon de (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10