RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
10 
L’analyse d’une historienne

Sur les influenceurs sinophobes parfois rémunérés

J’ai lu, avec un grand retard que je déplore, l’article du Monde du 3 septembre qui relaie avec chaleur le rapport intitulé « Les opérations d’influence de la Chine », dû à Paul Charon et Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, et que les deux journalistes-relais, Nathalie Guibert et Brice Pedroletti, présentent avec emphase en ces termes : « une étude exhaustive de 600 pages, publiée lundi 20 septembre au terme de deux ans de travail par l’Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire (Irsem) ».

On lira aussi avec profit la biographie d’un des deux auteurs du présumé chef-d’œuvre, Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, passé par l’université Yale, une des étapes obligées de « la classe dirigeante atlantique » chauffée aux États-Unis depuis 1945, voire avant (Van der Pijl Kees, The Making of an Atlantic Ruling Class, Londres, Verso, 2012, 1e éd., 1984) « actuellement directeur de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM) [français, rappelons-le] et membre du Academic Advisory Board du Collège de Défense de l’OTAN ». Ce prototype du chercheur (statut qui suppose un minimum d’indépendance intellectuelle ou d’absence de liens avec les puissants et du temps disponible pour la recherche) ouvertement atlantiste, russophobe et sinophobe, se réclame, comme il l’a écrit en 2013 dans la célèbre revue atlantico-européiste Commentaire (vol. 36, no 141,‎ 2013, p. 13-20) fondée en 1978 par Raymond Aron ».

Ce concept est cher à ses prédécesseurs, Raymond Aron, Stanley Hoffmann et Pierre Hassner, lesquels ont joué un rôle majeur dans la « guerre culturelle » conduite en France, via les gigantesques financements de la CIA et du Département d’État depuis l’immédiat après-guerre, notamment via le centre de recherche de l’Institut d’études politiques qui a lancé en France, sous la houlette de Jean-Baptiste Duroselle pour la sphère historique, les « Area studies ». Depuis les travaux de Frances Saunders sur la question (1999), la recherche à ce sujet (déjà alors très riche sur Raymond Aron) s’est beaucoup amplifiée et précisée, dans les travaux surtout anglophones, et c’est un de mes sujets d’étude en cours (rappel sur l’ouvrage indispensable, Saunders Frances Stonor, The cultural Cold War : the CIA and the world of art and letters, New York, The New Press, 2000, réédition, 2013 ; édition anglaise, Who paid the piper ?, London, Granta Books, 1999 ; qui mène la danse, la Guerre froide culturelle, Denoël, 2003, traduction épuisée, 750 € à ce jour,

La thèse de M. Vilmer, Au nom de l’humanité ? Histoire, droit, éthique et politique de l’intervention militaire justifiée par des raisons humanitaire, soutenue en 2009 à l’EHESS, une des institutions, comme l’Institut d’études politiques, les plus anciennement pourvues en riches subventions américaines, est disponible en ligne et en PDF. Ce dithyrambe de l’Occident sous tutelle américaine mérite lecture très attentive. Son appareil scientifique se réduit aux textes et préceptes empruntés aux étoiles du firmament « occidental » qui sont quotidiennement offertes (pour user d’euphémisme, le choix n’existant que si on est objectivement aveugle et sourd) à notre connaissance et à notre admiration. Y figurent en bonne place ceux, d’une part, de la philosophe Monique Canto-Sperber, dont les exploits de directrice de l’ENS d’Ulm ont entre 2005 et 2012 défrayé la chronique, et d’autre part, de feu Pierre Hassner, un des diffuseurs, aux côtés de Jean-Baptiste Duroselle et de Raymond Aron, de ces Area Studies américaines concoctées du temps de l’OSS (depuis 1941-1942, Winks Robin W., Cloak & Gown. Scholars in the Secret War, 1939-1961, New York, William Morrow and C°, 1987) et déployées à l’ère de la CIA (depuis juillet 1947, là, je renonce à la bibliographie) : ces hommages réitérés étaient bien naturels, ces éminences, parmi les intellectuels atlantiques, étant respectivement co-directrice et membre du jury de thèse de l’intéressé.

L’autre auteur, aux titres d’expert militaire presque aussi pompeux que ceux de son compagnon de plume (en anglais, d’abord, puis en français , en anglais seulementhttps://www.apollo.io/people/Paul/Charon/5f6ddb5d13ce1b00011ed84b ), Paul Charon, est un sinophobe officiel « patenté », pour user du vocabulaire des deux « chercheurs » (thèse EHESS, 2012 : « Le vote contre la démocratie : construction de l’État et processus de politisationdans la Chine rurale post-maoïste », ) et enseignant à Science po-Saint-Germain-en-Laye ) gratifié d’une moindre visibilité. Mais j’insiste beaucoup, afin que les choses soient clairement établies, pour que les lecteurs du présent courriel qui le peuvent prennent le temps de consulter les références de la fiche.

Dans ledit rapport des deux éminents collaborateurs de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), Maxime Vivas subit le traitement infligé à d’autres parias, traîtres coupables de russophiles ‑‑ dont Olivier Berruyer, responsable du site Les Crises, une des cibles favorites des « anti-complotistes » patentés ‑‑, exécutés par une autre présumée chercheuse en histoire russe, en fait linguiste reconvertie dans la russophobie militante à prétentions, sinon scientifiques, du moins médiatiques, particulièrement glorifiée, en 2016, par nos grands médias, dont Le Monde, Libération et Médiapart, Mme Cécile Vaissié, pour son ouvrage délirant Les réseaux du Kremlin en France (Jacques Sapir et, à bien moindre degré, moi-même, figurions dans le panthéon) .

Maxime Vivas est donc, dans l’article susmentionné, « Comment la Chine durcit sa guerre d’influence pour démontrer sa puissance », ouvertement pris à parti, comme un « des « influenceurs patentés, parfois rémunérés » : « En France, Maxime Vivas, un militant d’extrême gauche auteur d’un ouvrage prétendant que la répression des Ouïgours au Xinjiang est une “fake news” semble être un cas d’école d’hameçonnage réussi : il fut invité en Chine par des entités locales directement impliquées dans la répression, comme, en 2018, le Corps de production et de construction du Xinjiang, ou Bingtuan, une organisation paramilitaire subordonnée au PCC. Maxime Vivas s’appuie essentiellement sur des données issues directement de la propagande chinoise, et des sites complotistes étrangers comme l’américain Grayzone ».

Cette attaque, non étayée par des preuves (on remarquera naturellement le juridiquement habile « semble être »), relève de la pure et simple diffamation, et mérite ferme réplique. J’espère qu’un certain nombre de citoyens, et parmi eux, d’intellectuels dignes de leur métier, apporteront à l’assailli leur soutien explicite, milieux pro-gaullistes inclus. Jusqu’à nouvel ordre, M. Vivas est moins visiblement dépendant de la Chine que nos experts militaires ne sont ouvertement dépendants, à tous égards et, en l’occurrence, depuis leur plus jeune âge intellectuel, de l’« allié américain ». Au fait, qui paie les séjours aux États-Unis multipliés de longue date par les auteurs du rapport ?

Le dossier a été relancé aujourd’hui 20 septembre 2021 par Christian Chesnot « grand reporter au service étranger de France Inter depuis 2005 ». Le coup est si grossier qu’il est permis d’y soupçonner une des parades envisagées par les atlantistes qui nous dirigent pour faire oublier l’humiliation suprême de l’annulation américaine du contrat australien et pour inciter les Français à réclamer plus d’atlantisme encore, soit par réflexe pavlovien, soit par résignation : vu la nocivité du « monstre chinois », « courons nous jeter dans les bras [non pas des évêques, comme après juin 1848, mais] des Américains »… L’impayable courrier des lecteurs du Monde, où tout individu émettant le moindre doute sur le refrain imposé se fait traiter de « troll chinois » ou/et envoyer d’urgence « en Chine » (pour la Russie, c’est « troll russe » et l’envoi immédiat à Moscou), rappelle celui de l’ineffable Temps, organe du Comité des Forges dont Le Monde a pris en 1945 la suite directe (lecteurs inclus).

Annie LACROIX-RIZ

URL de cet article 37394
  

Même Auteur
Le choix de la défaite - Les élites françaises dans les années 1930
Annie LACROIX-RIZ
Comment, pour préserver leur domination sociale, les élites économiques et politiques françaises firent le choix de la défaite. Un grand livre d’histoire se définit premièrement par la découverte et l’exploitation méthodique de documents assez nombreux pour permettre des recoupements, deuxièmement, par un point de vue qui structure l’enquête sur le passé (Annie Lacroix-Riz répond à Marc Bloch qui, avant d’être fusillé en 1944, s’interrogeait sur les intrigues menées entre 1933 et 1939 qui conduisirent à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Un socialiste est plus que jamais un charlatan social qui veut, à l’aide d’un tas de panacées et avec toutes sortes de rapiéçages, supprimer les misères sociales, sans faire le moindre tort au capital et au profit.

Friedrich Engels

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.