RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les mauvais gouvernements ne devraient pas en renverser d’autres

À force de parler de « démocratie » et d’« autoritarisme », on pourrait croire que les citoyens « démocratiques » aiment leur forme de gouvernement. Mais ce n’est pas le cas. Selon le baromètre de confiance 2023 d’Edelman, les institutions des États-Unis, du Royaume-Uni et des territoires occupés comme la Corée du Sud et le Japon suscitent une grande méfiance de la part de leurs citoyens. Et pourtant, c’est l’image qu’ils essaient imposer aux autres personnes. En revanche, un État « autoritaire » comme la Chine jouit d’une plus grande confiance de la part de ses citoyens. Beaucoup plus. Peut-être que les gouvernements mauvais ne devraient pas en renverser d’autres.

Comme le montre le rapport, 83% des Chinois font confiance à leurs institutions, soit près du double des Étasuniens. Et pourtant, les derniers sont constamment nourris de propagande selon laquelle, quelle que soit la qualité de leur gouvernement, celui de la Chine est en quelque sorte bien pire, et qu’ils devraient se réjouir de ne pas y vivre. Mais ce n’est pas ce que disent les chiffres. Ce n’est que de l’air chaud, soufflé de l’arrière d’un porte-avions, destiné à détruire. Ils pointent du doigt le Moyen-Orient, ils pointent du doigt la Russie, il faut toujours pointer le doigt vers quelque chose. Toutes les raisons sont bonnes pour avoir peur d’un autre pays, alors que notre propre vie devient de plus en plus effrayante. La propagande incessante ressemble à la haine de cinq minutes du1984 d’Orwell, mais en plus dystopique. C’est 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, que les informations câblées et les médias sociaux vous disent de diriger votre haine ailleurs.

Trump a déclaré la guerre (les sanctions sont des actes de guerre) à la Chine et Biden la poursuit, et leur propagande privatisée suit le mouvement. Je suis assez vieux pour me souvenir de l’époque où la Chine faisait l’objet d’une publicité positive dans les médias occidentaux parce que leurs élites y gagnaient beaucoup d’argent. Aujourd’hui, elles sont menacées et le même pays doit être diabolisé. Il en va de même pour l’Ukraine, qui était largement considérée comme corrompue avant la guerre, mais qui est aujourd’hui la première foire de la démocratie. Comme dans 1984, la direction de la haine peut être modifiée en un clin d’œil, tant qu’elle ne pointe pas vers le haut. Sur les oligarques au pouvoir dans l’Empire, qui pillent le monde et leur propre pays.

Il suffit de voir les opinions défavorables à l’égard de la Chine selon Pew Research pour constater la rapidité avec laquelle l’opinion publique peut être retournée.

La Chine n’a pas changé soudainement pendant cette période. Les médias occidentaux ont simplement commencé à débiter sans relâche des conneries à son sujet, et les populations ont suivi, honnêtement impuissantes. La Chine est devenue une menace pour les oligarques des États-Unis, qui ont agité les politiciens, qui ont agité les médias, et maintenant tous les poils se hérissent et tout le monde tremble à cause d’une menace venant de là-bas. Pendant ce temps, leur seigneur et maître les bat et les nourrit de moins en moins chaque année.

Les mêmes Étasuniens qui peuvent être très critiques à l’égard de l’Empire un jour se rallieront toujours autour du drapeau lorsqu’il s’agira de haïr la Chine, les musulmans, la Russie ou n’importe quel autre sujet de haine 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, cette semaine-là. Ils n’arrivent pas à admettre que cet Empire, dont ils savent qu’il est nul chez lui, est également nul de manière générale, et dans toutes les directions possibles. Les gens continuent d’adhérer à l’idée de la « démocratie contre l’autoritarisme » comme ils ont adhéré à celle de la « civilisation contre les sauvages » ou de la « chrétienté contre la barbarie », ou à tout autre slogan marketing que les riches ont apposé sur le même vieux colonialisme. C’est de la vieille rengaine dans de nouvelles bouteilles.

La chose logique que les gens qui vivent sous des gouvernements qu’ils n’aiment pas devraient comprendre, c’est que les autres ne les aimeront pas non plus. Mais ils ne peuvent pas le voir parce qu’ils ne pensent pas à cela par eux-mêmes. On le fait pour eux. Ce n’est pas comme si 50% des Étasuniens avaient commencé à faire des recherches sur la Chine de leur propre chef. Quelqu’un d’autre avait un intérêt à leur présenter cette histoire de cette façon, et comment peuvent-ils ne pas croire ce qu’ils ont sous les yeux ? Il est important de comprendre que les médias ne sont que de la publicité, y compris les informations elles-mêmes. Les petits commerçants peuvent faire de la publicité entre les deux, mais les programmes eux-mêmes sont destinés à l’Empire de la publicité.

Dans l’environnement médiatique occidental, on dit aux gens (moi y compris) que les habitants des autres pays ne sont pas des gens mais des hordes qu’il faut soit tuer, soit sauver (parfois en les tuant, donc c’est la même chose). Ce qui est censé les sauver, c’est le système démocratique libéral dans lequel nous vivons, qui nous permet en quelque sorte d’oublier notre profonde connaissance de notre ignorance encore plus profonde des autres pays. C’est ainsi que sonne le glas de la dissonance. Cette mauvaise gouvernance dans laquelle vous vivez devrait être violemment imposée aux autres.

Si vous observez les discussions sur d’autres pays, elles impliquent rarement des habitants de ces pays, mais plutôt des « experts », dont beaucoup sont littéralement payés par les marchands d’armes. Si vous comprenez le pouvoir du biais de sélection, vous voyez que le simple fait de décider de se concentrer, de manière répétitive, sur certains endroits a un pouvoir qui lui est propre. Ainsi, des représentants de l’État émettent des opinions et des institutions proches de l’État publient des « rapports », et soudain, tout le monde parle de la même chose, qui, par coïncidence, se trouve être les ennemis de l’Empire. C’est un système très efficace, comme le montrent les résultats de Pew ci-dessus, mais ce n’est qu’une diversion. Parce qu’à la maison, les gens détestent réellement cette chose qu’ils exportent à coups de bombes et d’estomacs vides.

Le fait est que les personnes qui vivent sous ces gouvernements savent que leurs gouvernements sont nuls. Ils le sentent. Au cœur de l’Empire blanc, les EU d’aujourd’hui, les gens ne font confiance ni à leur président, ni à leur congrès, ni à la Cour suprême, donc à aucune des branches des pouvoirs publics. Ils le savent, mais ils continuent de croire que les autres pays sont pires, même s’ils sont incapables de les situer sur une carte. Mais s’ils regardaient honnêtement leur propre pays, ils verraient que ce n’est pas le monde « autoritaire » qui est sur le point de s’effondrer.

Le fait est que l’Occident « civilisé » et ses vassaux sont gravement polarisés (relire le rapport). La Chine est une société beaucoup plus cohésive, parce que le gouvernement se soucie réellement de la cohésion sociale. Pourtant, c’est le pays que l’Empire veut renverser avec le plus de ferveur. Pour le remplacer par quoi ? Votre spectacle de merde ? Le public, tout en vivant dans ce système qu’il déteste, croit en quelque sorte au mensonge selon lequel la Chine est pire. Comme l’a dit Goebbels, s’il faut mentir, il faut le faire en grand. Ainsi, les Étasuniens, tout frais d’avoir torturé et assassiné des millions de musulmans, s’imaginent maintenant qu’ils sont les sauveurs des musulmans en Chine, littéralement un diagramme de Venn de personnes qu’ils détestent. Ce mensonge est tellement stupide qu’il relève du génie.

Le fait est que ces personnes sont profondément malheureuses et traumatisées et qu’elles ne devraient pas juger les autres. Même si des pays comme la Chine n’étaient pas heureux, tout endroit qui souffre d’une intervention impériale finit par devenir bien, bien, pire (cf. Irak, Libye, etc.). C’est la raison pour laquelle la Charte des Nations unies stipule qu’il ne faut pas s’en prendre aux autres pays ni les menacer, mais l’Occident impérial l’ignore constamment et l’appelle « l’ordre fondé sur des règles », alors qu’il s’agit simplement d’un ordre fondé sur le désordre et d’une malédiction pour le monde entier.

Ces démocraties libérales qui tentent de « libérer » tout le monde ne sont ni libres ni démocratiques. En tant que démocraties représentatives faibles, elles tendent, comme l’a dit Aristote, vers l’oligarchie. Elles sont dirigées par une classe dirigeante oligarchique qui déclenche des guerres et par des barons des médias oligarchiques qui obtiennent les droits publicitaires. Les péons de la dette au cœur de l’Empire se voient montrer leur propre supériorité dans le Colisée de la télévision par câble, tandis que les mêmes oligarques volent leur propre trésor pour ce privilège. Il n’y a que du cirque et pas de pain. Mais les pauvres paysans n’ont pas les informations nécessaires pour faire le lien entre ces deux faits. Ils savent que quelque chose ne va pas parce qu’ils détestent leurs propres gouvernements, mais leur attention est constamment détournée vers la haine des autres. Je dirais que ceux qui vivent dans des maisons de verre brisées ne devraient pas jeter de pierres, mais que peuvent faire d’autre ces gens misérables ? En vérité, ils ne devraient pas fantasmer sur le renversement d’autres gouvernements. Ils devraient renverser le leur.

source : Indi.ca

traduction Avic – Réseau International

»» https://reseauinternational.net/les-mauvais-gouvernements-ne-devraient...
URL de cet article 38782
  

Même Thème
Impérialisme humanitaire. Droits de l’homme, droit d’ingérence, droit du plus fort ?
Jean BRICMONT
Jean Bricmont est professeur de physique théorique à l’Université de Louvain (Belgique). Il a notamment publié « Impostures intellectuelles », avec Alan Sokal, (Odile Jacob, 1997 / LGF, 1999) et « A l’ombre des Lumières », avec Régis Debray, (Odile Jacob, 2003). Présentation de l’ouvrage Une des caractéristiques du discours politique, de la droite à la gauche, est qu’il est aujourd’hui entièrement dominé par ce qu’on pourrait appeler l’impératif d’ingérence. Nous sommes constamment appelés à défendre les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Chaque fois que nous sommes témoins d’une injustice et que nous n’agissons pas, nous entraînons notre caractère à être passif en sa présence et nous finissons par perdre toute capacité de nous défendre et de défendre ceux que nous aimons. Dans une économie moderne, il est impossible de s’isoler de l’injustice."

Julian Assange - Wikileaks

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.