RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le génocide est profondément inscrit dans les cerveaux occidentaux

Là où j’ai grandi, dans la banlieue de l’Ohio, le génocide était une bonne chose. Je l’ai lu positivement en cours d’histoire, au même titre que la découverte de nouvelles terres, l’exploration et la colonisation. J’ai joué à la colonisation dans un jeu vidéo au laboratoire d’informatique. Le génocide est codé dans le cerveau occidental. C’est ainsi qu’ils se sont construits, pourquoi lâcheraient-ils leur dernière colonie, Israël ? C’est pourquoi le soutien ouvert à Israël, ouvertement génocidaire, est si facile. Ils suivent le même vieux programme génocidaire, mais avec des bombes et des médias modernes.

La gloire de l’Europe et la genèse des États-Unis d’Amérique sont le fruit du génocide. Bon sang, c’est même dans la Déclaration d’indépendance. Comme l’a écrit le vieux violeur Thomas Jefferson, à propos du roi d’Angleterre, pas assez génocidaire :

« Il a provoqué des insurrections domestiques parmi nous et s’est efforcé d’attirer sur les habitants de nos frontières les impitoyables sauvages indiens, dont la règle de guerre connue consiste à massacrer toute la population, sans distinction d’âge, de sexe et de condition ».

C’est la même chose que l’on entend aujourd’hui dans tout l’empire blanc, à propos d’une nouvelle série de « sauvages impitoyables ». Depuis la fondation des EU, le programme consiste à accuser les indigènes de ce que eux font, puis à leur faire subir un génocide. Traitez les habitants de la terre que vous convoitez de sauvages, et ensuite, sauvagez-les sans pitié. Comme le dit ma thèse historique, même merde, jour différent.

Les EU ont hérité des colonies britanniques après la Seconde Guerre mondiale et ont continué à génocider les indigènes, mais avec des machines plus modernes et avec plus de mensonges. De mémoire d’homme, ils ont entrepris de nombreuses campagnes d’assassinats à travers le Moyen-Orient et font aujourd’hui de Gaza un cimetière, accélérant brutalement le génocide au ralenti de la Palestine. Les célèbres pogroms d’antan sont simplement devenus des programmes télévisés de dernière génération. Une quantité écœurante de personnes hautement propagandisées considèrent que c’est encore une bonne chose.

American Progress (1872) par John Gast

Je pense souvent à cette peinture, “ American Progress ” de John Gast. Les gens d’aujourd’hui regardent cette personnification de la vertu blanche qui génocide littéralement les indigènes et disent « nous ne pensons plus comme ça », mais vous le faites toujours, putain ! Cette peinture serait qualifiée d’immorale aujourd’hui, mais quel mensonge y a-t-il là-dedans ? Comme l’a dit Oscar Wilde dans Dorian Gray, « Les livres que le monde qualifie d’immoraux sont des livres qui montrent au monde sa propre honte ». Il en va de même pour cette peinture.

L’Empire défend toujours la même idée de progrès, mais avec plus de conneries sur la diversité et l’inclusion. Hé, les gens de couleur peuvent coloniser leur propre peuple et participer à des crimes de guerre ! Qui veut être inclus dans cette merde ? Trop d’entre nous confondent le progrès avec le fait de se joindre à la persécution.

“ American Progress ” (la peinture) est raciste, et il s’agit d’une représentation exacte du progrès étasunien. Il s’agit du véritable programme du colonialisme, qui continue à fonctionner à plein régime, sur des serveurs de plus en plus grands. Une femme blanche portant un livre d’école apporte la technologie, l’agriculture et le progrès, tandis que les peuples indigènes et les animaux sont chassés à l’endroit où ils devraient se cantonner, en dehors du cadre de l’écran. C’est exactement le programme de la Palestine occupée, qui fait l’objet d’un génocide en ce moment même.

Le Premier ministre israélien qui occupe la Palestine ne se gêne pas pour le dire. Il a récemment déclaré : « Il s’agit d’une lutte entre les enfants de la lumière et les enfants des ténèbres, entre l’humanité et la loi de la jungle ». La loi de la jungle, bien sûr, c’est ce qu’on appelle un écosystème. C’est précisément ce que les colonisateurs détruisent et appellent « économie ». Ils traitent les « enfants des ténèbres … » humains comme des « animaux », et bien sûr, ils traitent les animaux encore plus mal. Notre extinction massive mondiale fait en réalité partie du même génocide en cours, de Plymouth Rock à la Palestine et à toute la putain de planète.

C’est la peinture du progrès, qui sera bientôt révélée dans toute sa répugnance, comme Le Portrait de Dorian Gray. Dans le livre de Wilde, un jeune homme corrompu capture tout son mal dans un tableau caché, tout en continuant à paraître jeune et beau aux yeux du monde. Mais un jour, tout s’écroule et les rôles sont inversés. Le tableau redevient un beau mensonge, et sa véritable horreur est révélée au monde. Comme le dit la fin de ce livre :

« Lorsqu’ils entrèrent, ils trouvèrent accroché au mur un splendide portrait de leur maître tel qu’ils l’avaient vu pour la dernière fois, dans toute la splendeur de sa jeunesse et de sa beauté exquise. Sur le sol gisait un homme mort, en tenue de soirée, un couteau dans le cœur. Il était flétri, ridé, et son visage était répugnant. Ce n’est qu’après avoir examiné les bagues qu’ils reconnurent qui c’était ».

J’ai l’impression que nous vivons un tel moment, que nous assistons à la mort et au démasquage de l’empire étasunien. Ils poignardent leur propre image de la moralité en bombardant et en affamant un camp de concentration, entre autres atrocités. Leur président est un vieil homme vieillissant, trop lâche pour participer à une guerre, mais toujours prêt à en déclencher une, en particulier contre des peuples dépourvus d’armée de l’air.

Joe Biden est l’image d’un empire corrompu et en voie d’effondrement, un vieux grand-père génocidaire qui se ridiculise et ne sait pas quand prendre sa retraite. L’image de la jeunesse, de la vitalité et de la diversité étasuniennes que représentait Obama s’est estompée au profit d’un Biden flétri, ridé et détestable. Ils sont tous les deux des maniaques génocidaires, bien sûr. Maintenant, c’est tout simplement évident. Le tableau maudit du progrès américain est toujours aussi beau, mais la réalité de l’Empire est hideuse.

Les ensorcelés

J’ai grandi coincé dans ce tableau, comme la pauvre Erica dans Les Sacrées sorcières de Roald Dahl. J’ai lu mon livre d’école, j’ai prêté allégeance au drapeau, j’ai joué à Oregon Trail dans la salle informatique, j’ai mangé de la viande mystérieuse à la cafétéria et j’ai cru au progrès américain. J’ai vu la civilisation amérindienne, comme les Serpent Mounds, mais je ne me suis jamais vraiment demandé où elle était allée. Je pensais qu’ils s’étaient simplement éloignés et que les Indiens qui attaquaient les pionniers n’étaient que des aberrations. J’étais aussi un « Indien » pour ces gens et pourtant, je n’ai jamais pensé à ce qu’étaient devenus mes frères « indiens » nommés ainsi par l’ignorance de celui qui prétend les avoir « découverts ». Je ne me suis jamais demandé ce que faisait une ville nommée Columbus sur les rives de la Scioto. Je ne me suis jamais demandé pourquoi tant d’endroits portaient des noms autochtones, alors qu’il n’y avait littéralement pas d’autochtones. Je ne me suis jamais demandé où tous les corps étaient enterrés. Je vivais dans un tableau.

En cours d’histoire de l’Ohio, j’ai lu des histoires de pionniers et d’explorateurs qui ouvraient de nouvelles terres. Ils les découvraient. J’attendais avec impatience les passages où ils combattaient les Indiens. Mais pourquoi les Indiens se battaient-ils ? Je ne sais pas, pourquoi les ours se battent-ils. Je n’y ai jamais réfléchi. C’était le génocide silencieux de l’effacement. Comme les êtres indigènes, poussés hors du bord du tableau par des colonisateurs envahissants.

Ce codage du génocide désinvolte est si profond – du fait que certaines personnes sont des sauvages et méritent d’être tuées – que les oligarques peuvent simplement changer les noms des variables et génocider des populations totalement différentes. Sans parler de la vie animale et végétale, qui n’est même pas mentionnée. Ce même programme a été répété à l’infini, partout dans le monde. Frères humains, sœurs animales, mère nature elle-même, le message est toujours : « Ils vont vous tuer ! Il vaut mieux les tuer avant qu’ils ne le fassent ! ».

Chaque sauvagerie est justifiée par le fait qu’elle n’est infligée qu’à des sauvages. C’est ce qu’ils appellent la civilisation. C’est un programme très puissant. Jusqu’à ce que la marmite déborde et que le monde entier s’écroule.

Le génocide de Gaza

Les derniers à être considérés comme des sauvages sont ceux qui ont eu la malchance de naître au-dessus d’un puits de pétrole. C’est pourquoi les Arabes et les musulmans ont été diabolisés sans relâche – des journaux télévisés à Hollywood – comme de dangereux terroristes désespérés qui vous tueront si vous ne les tuez pas d’abord. Cela vous rappelle quelque chose ?

C’est ce dernier codage qui est activé dans le génocide de Gaza. Les indigènes de Palestine sont présentés comme désespérément violents, et leur génocide ouvert est donc justifié, jusqu’au dernier homme, femme et enfant. Les colonisateurs d’Israël (dont beaucoup ont la double nationalité européenne ou israélienne) sont présentés comme bons et civilisés, et ne font que « se défendre ». Il s’agit du même programme diffusé sur tout le continent nord-américain, australien, etc. Les gens assistent à un siège pire que médiéval, où la nourriture, l’eau et le carburant sont coupés et où les civils sont bombardés sans relâche avec la technologie la plus destructrice. Et, comme pour la disparition des « Indiens » de l’histoire de l’humanité, les gens applaudissent. Pour beaucoup trop de gens, le génocide est toujours une bonne chose.

À Gaza, la témérité des autochtones à sortir de leur réserve (ou camp de concentration) et à tuer quelques colons et occupants militaires est accueillie avec la même horreur que n’importe quelle rébellion d’esclaves ou « raid » d’Indiens. Les indigènes sont présentés comme des sauvages, afin de déchaîner sur eux une sauvagerie inouïe. L’organisation Hamas (qui est bien plus rationnelle et moins génocidaire que les partis politiques israéliens) est présentée comme un symbole abstrait du mal. Hamas=ISIS=Al-Qaïda=musulmans basanés/effrayants. Le mot n’a pas d’importance et ce que l’organisation est vraiment encore moins, il s’agit juste d’un autre signal pour tuer des sauvages. Les Israéliens sont « tués » selon les médias d’État britanniques, tandis que les Palestiniens meurent mystérieusement. Il s’agit du même vieux programme génocidaire, juste télévisé à l’échelle internationale.

Ainsi, tout comme Thomas Jefferson s’est servi des plaintes concernant « les sauvages indiens sans pitié » procédant à « un massacre de la population, sans distinction d’âge, de sexe et de condition », tout comme cette codification du carnage a submergé Lincoln (qui a exécuté des Amérindiens en masse) et Obama (qui a détruit de nombreux pays), elle s’écoule dans la rivière de sang qu’est Gaza aujourd’hui. La « déclaration d’indépendance » occidentale est en réalité une déclaration d’oppression pour le reste du monde. La terre volée sur laquelle ils l’ont écrite, les peuples volés avec lesquels ils l’ont construite, le carburant volé qu’ils ont brûlé, l’air volé qui nous étouffe tous aujourd’hui. Le codage du génocide est si profondément ancré dans l’idée de « civilisation occidentale » qu’il n’est pas possible d’en faire abstraction. Nous pouvons les voir dévoiler leur vraie nature génocidaire en Palestine, et ces pauvres gens ne sont que les canaris dans la mine.

Lorsque j’ai lu des articles sur le génocide en Ohio, j’ai pensé que c’était une bonne chose parce que j’étais un enfant et que ceux qui étaient génocidés n’avaient pas de smartphones ou de chaînes de télévision et que leurs histoires étaient enterrées aussi profondément qu’eux. Aujourd’hui, je regarde le génocide de Gaza en temps réel et je découvre l’horreur qu’a toujours été le colonialisme, et comment il n’a jamais cessé de l’être ! C’est comme si le dernier bastion du privilège blanc s’en tirait avec un génocide, et c’est ce qu’Israël veut. C’est ce qu’ils veulent dire lorsqu’ils parlent de défendre les valeurs et la civilisation européennes. Tuer des gens et s’accaparer de leurs biens. Voilà ce que sont les valeurs européennes ! J’ai grandi dans cette culture, où le génocide était une bonne chose, et à cause de cela, des milliers d’enfants palestiniens ne grandiront pas du tout.

Que puis-je dire, alors que je pense à eux chaque fois que je donne à manger et à boire à mes enfants, et que je les fais dormir sous un toit qui ne s’écroule pas ? Que puis-je dire aux hommes comme moi et aux femmes comme mon épouse, qui voient leurs familles entières disparaître ? Qui ne peuvent même pas courir, parce qu’ils sont détenus dans un camp de concentration à l’heure de l’extermination ? Ayant grandi en Occident, je me suis toujours demandé ce que « nous » ferions lors d’un génocide, et maintenant j’ai vu. « Nous » faisons ce que « nous » avons toujours fait. Je rejette donc toute ma programmation antérieure. Je suis avec « eux » maintenant.

source : Indi.ca

traduction Réseau International

»» https://reseauinternational.net/le-genocide-est-profondement-inscrit-d...
URL de cet article 39089
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
HOLLYWOOD PROPAGANDA
MATTHEW ALFORD
Examinant le fonctionnement interne de l’industrie hollywoodienne, cet ouvrage révèle les liens étroits entre le cinéma et les forces politiques américaines les plus réactionnaires. Ses analyses détaillées de nombreux films démontrent qu’Hollywood, loin d’être le lieu d’expression de la gauche américaine, n’est que le versant culturel d’une politique impérialiste. Alors que des films comme Transformers, Terminator ou La Chute du faucon noir, ouvertement financés par l’armée, glorifient l’hégémonie (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Analyser la réussite ou l’échec du modèle économique cubain en faisant abstraction d’un blocus criminel de plus de 50 ans, est une pure hypocrisie. N’importe quel pays capitaliste d’Amérique Latine, soumis à un blocus similaire, s’effondrerait en quelques mois.

Rafael Correa
ancien président de l’Equateur

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.