RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Des journalistes visitent le Xinjiang « autrefois violent »

De temps en temps, les médias dominants français, au premier rang desquels Le Monde,on oublierait d'y penser, que notre attention se relâche et que ces certitudes assénées n'adhèrent plus et se décollent de notre esprit comme le papier peint détrempé d'un mur. Si le récit du génocide n'est plus d'actualité parce que mensonge commass d'autant plus éhonté devant leur silence de tombe face aux velléités génocidaires de l'état israélien à Gaza, ils affrètent encore des plumes serviles pour faire la sale besogne.

Le 24 octobre, l’une d’elles titre « Au Xinjiang, la terreur s’estompe, la répression et la peur demeurent ». Derrière cette manchette, on sent bien le rétropédalage forcé mais pas assumé. Plus question de génocide et pas question de l’admettre, mais une volonté de salir, de chercher le moindre petit détail suspect. Ce n’est plus de la rigueur journalistique, c’est du pinaillage de comptable. Frédéric Lemaître (esbrouffe) nous raconte que les touristes sont tristes, que les vendeurs tirent la gueule dans leur boutique, que les hommes et les femmes s’ennuient devant les mosquées parce qu’ils n’osent plus y aller. Que tout ça sent la peur et la répression. Non, ce n’est plus de journalisme dont il s’agit là, mais de mentalisme. Petit extrait : S’il leur arrive de sourire aux étrangers, certains refusent souvent de leur parler, en esquissant parfois un petit geste de la main que l’on traduit volontiers par « vous me comprenez n’est-ce pas ? »...

On est quand même pris de doutes sérieux sur le simple fait que ces journalistes de canapé se rendent vraiment au Xinjiang pour y rencontrer les gens et on se demande s’ils n’écrivent pas leurs articles en remplissant le carnet de commande de leur employeur. D’ailleurs, la photo qui illustre l’article n’est même pas de l’auteur mais d’un photographe indépendant et elle a déjà été utilisée par le journal dans un article du 30 juillet écrit par un autre larbin en service commandé. Même pas foutu d’en prendre une correcte avec son propre smartphone ?

Pour répondre à ces salades, la Chine invite régulièrement des cohortes de journalistes du monde entier pour faire voir que le Xinjiang n’est pas tel qu’on le dépeint dans les salons parisiens. On y accusera certainement ces dizaines de journalistes d’agir en service commandé. C’est de bonne guerre. Mais au moins, eux, on est sûr qu’ils se rendent au Xinjiang pour y constater de visu la situation, et même si on leur montre le bon côté des choses, à lire Lemaître, les rues fourmillent de gens malheureux et terrorisés, l’un d’entre eux crachera bien le morceau. En attendant, voyons ce qu’un journaliste du Bangkok Post a à en dire.

* * * * * * * *

Pékin s’oppose aux discours négatifs des médias sur la région autonome

La Chine a permis à un certain nombre d’organisations médiatiques internationales d’observer ce qui est salué comme un succès dans la maîtrise de la violence liée au terrorisme au Xinjiang.

Mongkol Bangprapa, journaliste principal du Bangkok Post , également en sa qualité de président de l’Association des journalistes thaïlandais, faisait partie des 22 invités invités à visiter la région autonome chinoise. Ils provenaient de médias de 17 pays inclus dans l’Initiative chinoise de la Ceinture et de la Route (BRI), et comprenaient 17 journalistes musulmans.

Les visiteurs venaient du Moyen-Orient, d’Europe, d’Amérique du Nord, d’Australie, d’Inde et d’Asie du Sud-Est. Ils ont effectué une excursion à Urumqi, Ili et Kashgar, organisée par le Bureau d’information du Conseil des Affaires d’État de Chine.

Ils ont également participé à des forums pour échanger des connaissances avec des chercheurs chinois sur leurs points de vue sur le Xinjiang.

Les sujets comprenaient « La protection de la liberté de religion des musulmans du Xinjiang », « La guerre cognitive ou la pratique journalistique : la manipulation de l’information par certains pays sur les questions du Xinjiang » et « La lutte contre le terrorisme et l’extrémisme ».

Ces séminaires avaient pour objectif de montrer les changements qu’a connus le Xinjiang au cours des sept dernières années.

Avec une population de plus de 10 millions d’habitants, le Xinjiang est également connu pour abriter les Ouïghours, l’un des quatre plus grands groupes ethniques de la région autonome chinoise. Autrefois région en proie à la violence, le Xinjiang est désormais considéré comme une zone économique importante qui sert également de plaque tournante pour les lignes de train à grande vitesse de la BRI.

Les hôtes chinois ont souligné ce qu’ils ont qualifié de liberté de pratiques religieuses au Xinjiang, comme le développement de l’éducation, des soins de santé et du logement.

Ils ont été conçus pour contrer l’image négative du Xinjiang et de la Chine dans son ensemble véhiculée par certains géants médiatiques occidentaux.

Zheng Liang, un chercheur chinois, a déclaré que les médias avaient été exploités comme un outil pour lancer de fausses accusations contre la Chine concernant sa gestion de la violence au Xinjiang.

Il a diffusé un clip audio contenant une remarque de Lawrence Wilkerson, ancien chef d’état-major de l’ancien secrétaire d’État Colin Powell et colonel de l’armée à la retraite, lors d’un discours à l’Institut Ron Paul en août 2018.

"La troisième raison pour laquelle nous étions en Afghanistan est qu’il y a 20 millions de Ouïghours au Xinjiang. La CIA voudrait déstabiliser la Chine et ce serait la meilleure façon de le faire, fomenter des troubles et se joindre à ces Ouïghours pour pousser les Chinois Han. à Pékin", a déclaré le colonel dans le clip.

M. Zheng a également présenté une analyse de la couverture par la BBC des violences passées au Xinjiang, qu’il a jugée intentionnellement déformée.

En une occasion, la BBC a affirmé que la police chinoise avait ordonné à son correspondant d’arrêter de filmer autour d’une usine considérée comme un site de travail forcé contre les Ouïghours, a déclaré M. Zheng.

La vérité est que la police était en fait des agents de sécurité de l’usine et essayait simplement d’avertir l’équipe de la BBC de porter un masque pendant la pandémie de Covid-19.

En une autre occasion, la BBC a publié des photos de ce qu’elle prétend être 2 000 policiers du Xinjiang trouvés impliqués dans l’enlèvement massif et l’exécution judiciaire de plus de 1 000 Ouïghours, a-t-il déclaré.

Il s’est avéré que deux des photos appartenaient en réalité à des acteurs hongkongais, Donald Chow et Andy Lau, a-t-il déclaré.

Wang Jiang, professeur et doyen associé à l’Institut des études sur les frontières chinoises de l’Université normale du Zhejiang, a admis que la réduction de la violence au Xinjiang au cours des sept dernières années résultait en partie des mesures imposées pour lutter contre le Covid-19.

Il s’agit notamment de la fermeture des frontières chinoises qui a duré plus de trois ans et de contrôles stricts sur Internet en Chine, qui ont rendu presque impossible pour des étrangers d’inciter à la violence via Internet, a-t-il expliqué.

* * * * * * * *

On rappellera qu’en décembre 2019, quelques mois avant que le quotidien Libération ne titre en Une : Ouïghours, génocide en cours, le Xinjiang accueillait encore près de 2 millions de touristes. Et que si ce chiffre chute dès le mois suivant, c’est pour cause de pandémie. Au texte de Bangprapa, j’ai rajouté deux liens sur les déclarations du colonel Wilkerson et les photos d’acteurs hongkongais dans la base de données des « internés » ouïghours. Merci à Carlito pour le lien. (XP)

Photos © Mongkol Bangprapa. (XP)

»» https://www.bangkokpost.com/thailand/general/2676613
URL de cet article 39088
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Désobéissons à l’Union européenne !
Aurélien BERNIER
Délocalisations, destruction méthodique des droits sociaux, incapacité à protéger l’environnement, refus de la démocratie... Après l’adoption du traité de Lisbonne en 2008, on pouvait croire que l’Union européenne avait atteint le fond du trou libéral. Erreur ! Depuis la crise financière, elle creuse ! Même l’idéal de solidarité entre États vole aujourd’hui en éclat. Une vague d’austérité sans précédent déferle sur l’Europe, qui place elle-même ses peuples sous la tutelle des marchés financiers. Faut-il (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Un conspirationniste est quelqu’un qui regarde moins la télévision que vous.

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.