RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le harcèlement à l’école : ses tragédies, et ses causes

Le harcèlement et ses tragédies ne sont que les ultimes conséquences de l’incapacité de l’école française à gérer les relations au sein de ses établissements.

Les personnels sont enfermés dans des discours phagocytés par leurs statuts, de sorte que les réponses à ce problème sont stéréotypées. Le suivi du jeune Nicolas aurait été traité de la même manière par un quelconque autre proviseur et peu importe le lieu, puisque ce sont les statuts de chacun qui « parlent », et non des approches finement individualisées qui gouvernent l’action !

Si celles-ci étaient valorisées par la hiérarchie, alors la prise d’initiative et la prise de risque de tout responsable aurait permis de prononcer – dès les premiers symptômes – une courte mesure conservatoire à l’encontre des harceleurs présumés et même si ce choix s’avérait une fausse piste in fine.

Une mesure visible, donc un premier signal clair, aurait été adressée aux protagonistes et à leurs familles, plutôt que courriers et rencontres qui ne soient que les seuls marqueurs du processus.

Affiche officielle de lutte contre le harcèlement scolaire.

Ces cadres courent après les responsabilités mais en se gardant bien d’apparaître comme responsables d’une quelconque action, action qui ne serait pas dans le catalogue des réponses !

C’est le règne de la réponse timorée.

Mais diriger, c’est choisir, s’engager et prendre des risques ; le statut et le salaire devraient en être les contreparties ! Ce n’est pas le cas manifestement.

Par ailleurs, ni dans son identité, ni dans ses formations, l’École française n’est capable de gérer les relations scolaires et plus généralement le savoir-être du vivre-ensemble. Face au malaise non traité qui conduit tout naturellement aux tragédies, les seules réponses sont un ministre qui se hausse du col, ou bien les affiches à slogan ou encore des campagnes moralisatrices qui jalonnent les semaines de cours, et qui polluent les quotidiens de tous. On se donne enfin bonne conscience en faisant intervenir telle ou telle association pour solde de tout compte.

Mais le harcèlement, c’est un enjeu de tolérance, c’est-à-dire de l’acceptation des différences. Cette posture ne se décrète pas en quelques clics ou en quelques circulaires circonstanciées. C’est le fameux « vivre-ensemble » dont la réalisation concrète suppose des espaces partagés de collaboration, alors qu’élèves, parents, professeurs et direction s’épient les uns les autres « en attendant au coin du bois » l’erreur du voisin.

Rencontres et espaces de concertation pipés, assemblées sans pouvoir décisionnel, représentants élus transformés en marionnettes, voilà si j’ose dire l’anti-lien ! L’absence de sens collectif laisse le champ libre à tout type d’exacerbation, à commencer par celui des adolescents qui ne trouvent leur place qu’auprès de leurs écrans. Comment les jeunes ne seraient-ils pas sensibles à ce climat de défiance où le mot collaboration s’érige en un grotesque faux-semblant, totalement paradoxal.

Quant au mot « respect », pourquoi les adultes se réclameraient-ils de ce concept, alors qu’ils en sont les premiers fossoyeurs ! L’acquisition du savoir-être auprès d’un groupe ne repose que sur des situations éprouvées par les participants, avec comme grammaire d’apprentissage à autrui, l’expérience in situ : pas de « bla-bla ! Je vais accepter l’autre parce que je partage avec lui une expérience sensible, émotionnelle et concrète qui sollicite nos chairs réciproques et plus seulement nos capacités cognitives, celles de ce fameux bla-bla des adultes.

À l’école française, de s’inventer à nouveau, pour faire se réaliser ce vivre-ensemble et non plus le déclamer comme un aveu d’impuissance inavouée. Pourquoi ne pas redéployer les classes de découverte d’une durée de 3 semaines qui permettraient aux élèves de s’éprouver grâce à une vie quotidienne partagée au long cours, comme cela se vivait dans les célèbres colos d’antan. Il en va de même pour les voyages scolaires effectués en fin juin, au lieu de les faire plus tôt dans l’année scolaire, et qui ne sont devenus que des promenades consommatrices et de courte durée.

Contrairement à leurs aînés qui encadraient les colonies de vacances, les enseignants d’aujourd’hui sont ignorants de ce qu’est le vivre-ensemble puisqu’ils ne l’ont pas vécu eux-mêmes. Ils découvriraient alors un tout autre canal de légitimité auprès de leurs élèves.

Pour illustrer et au fond pour résumer, n’a-t-on jamais entendu, ici ou là, des gens tenir des propos contre les homos, les gros, les noirs, les arabes..., et, en même temps dire, « avec toi, c’est pas pareil, parce que toi, j’te connais » !

Les suicides ont un coût !

Gilles Déka, le 20 septembre 2023, auteur de Pourquoi l’Ecole va-t-elle si mal ?

»» https://assolaguillotine.wordpress.com/2023/09/21/le-harcelement-ses-t...
URL de cet article 38912
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Indignez-vous ! par Stéphane Hessel
Présentation de l’éditeur « 93 ans. La fin n’est plus bien loin. Quelle chance de pouvoir en profiter pour rappeler ce qui a servi de socle à mon engagement politique : le programme élaboré il y a soixante-six ans par le Conseil National de la Résistance ! » Quelle chance de pouvoir nous nourrir de l’expérience de ce grand résistant, réchappé des camps de Buchenwald et de Dora, co-rédacteur de la Déclaration universelle des Droits de l’homme de 1948, élevé à la dignité d’Ambassadeur de France et de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"On pourrait penser qu’un pays qui peut équiper chaque flic comme un soldat pourrait équiper chaque médecin comme un médecin"

Jeff Bercovici

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.